Accueil Dossiers Nintendo Switch à Paris : Retour sur la console et ses jeux

Nintendo Switch à Paris : Retour sur la console et ses jeux

Vendredi 13 janvier 2017 à quatre heure du matin, Nintendo présente au monde sa prochaine console de jeux à venir. Ceci, lors d'une conférence à Tokyo sur scène qui aura permit d'en voir plus sur les capacités techniques de la console, ainsi que de ses premiers titres à venir. Après cette présentation nocturne, l'équipe de Génération-Nintendo a été invité sur Paris pour tester la machine et et ses jeux. Aujourd'hui, voici le retour sur l'événement, pondu par Spy.

Un dossier de Spydark, publié le 01/02/2017, catégorie Reportage | Vues: 1060 - Coms: 1


Levé froidement à quatre heures du matin, train en retard de quarante minutes pour aller sur Paris tester cette même machine, coupure au doigt mystérieuse, sandwichs ayant mal tournés, … Autant dire que cette matinée du vendredi 13 janvier faisait honneur à son titre même si le voyage en train fut des plus agréables. Mais en moi, elle restait toujours intact, la flamme d'aller tester le fameux nouveau Mario en 3D pour la Nintendo Switch et autres petites expériences vidéo-ludiques. L'idée de voir mes confrères Delta et Magus fut également une envie suffisante pour me diriger dans cette grande ville. C'était parti pour deux heures de train pour commencer à écrire le papier que vous êtes entrain de lire #Inception #4ièmeMur.

11h30, j'arrive enfin sur Paris et après un petit détour par un métro, je rencontre enfin le visage encourageant de Delta, ainsi que de Magus. Nous sommes devant le Grand Palais et nous grignotons des mets de grandes qualités comme un menu d'une grande chaîne de fast-food et nous attendons, la boule au ventre, notre session de test qui est à 16h. Autant dire que ces heures furent longues, mais nous en avons profité pour visiter les Champs-Elysées en compagnie de notre camarade Raytreau qui a rejoint notre bande de Lapins Crétins (les vrais comprendront).

16h, enfin, nous entrons dans le Grand Palais pour aller tester cette nouvelle console et quelques-uns de ces jeux à venir, après une partie d'UNO bien acharnée. Il faut dire que malgré une conférence m'ayant laissé un goût amer entre l'annonce d'un multijoueur en ligne payant et des annonces d'éditeurs tiers pas franchement folichonnes, j'avais tout de même hâte de mettre la main sur The Legend of Zelda : Breath of the Wild et Super Mario Odyssey. Ah non, en fait Mario n'était pas là.

 

La Console

 

 

La Nintendo Switch est assez petite, c'est la première chose qui m'a surprise quand je l'ai vue à l'oeil nu, mais ce n'est pas réellement étonnant pour que le tout soit transportable. Cela dit, l'écran reste tout à fait appréciable en solo, par contre, une partie de Mario Kart 8 à deux joueurs aura de quoi être gênante si vous n'avez pas une télé sous le coude. C'est loin d'être injouable, mais ce n'est clairement pas avec cette configuration que vous pourrez effectuer des courses effrenées.  Quoiqu'il en soit, que cela soit sur Sonic Mania ou sur Splatoon 2, le tout reste très lisible et très propre (framerate et lissage).  Comme prévu, un seul Joy-Con pour jouer aura de quoi rebuter, loin d'un simple temps d'adaptation, on se sent réellement serré sur cette manette, du moins avec mes paluches de Normand. Sinon, pour les autres configurations, le Pro Controller est sûrement l'une des meilleures manettes du marché, l'écran seulement avec les deux Joy-Con s'apprécie également. Mais impossible d'avoir pu toucher au dock, pourtant central, où se mettent les deux joycons quand on joue sur une télévision.

Tout à fait agréable, la Switch se présente comme un bien bel objet de technologie, une petite console qui en a sous le capeau que l'on peut mettre chez soi ou emmener avec nous lors de nos balades sur les toits new-yorkais.

 

Super Mario Odyssey

Hélas impossible pour nous d'avoir pu mettre les mains sur les prochaines aventures de notre plombier favori. Il faudra prendre un rendez-vous pour l'E3 pour avoir la chance, pour la première fois, de toucher à Mario Odyssey.

 

The Legend of Zelda : Breath of the Wild

 

 

Contrairement à mon camarade, Magus, c'est la première fois que je mettais la main sur cet opus de la série dans sa version de démo. Il s'agissait donc tout simplement de l'ancien build Wii U adapté à la Switch, et il faut dire que je suis très convaincu par ce Zelda et cette version « + ».

Déjà, rien ne ressemble aux dires de la version Wii U, qui était visiblement crapoteuse avec un framerate au rabais. Ici, cette mouture Switch était tout ce qu'il y a de plus fluide, j'ai juste rencontré une légère chute de framerate, mais rien de contraignant. De plus, cette version semble plus propre au niveau du popping et autre étirages de textures.

Sur cette démo, je n'ai donc rien vu de neuf, mais j'ai pu me faire ma propre idée de ce que donnait ce Zelda manette en main. Cela dit, il y a une différence majeure avec le build de l'E3 que j'ai oublié de mentionner, il y a un doublage français, chose que j'ai découvert en lançant le jeu, et surprise, elle est bonne. Ce qui semble être la voix de Zelda était effectivement loin d'être désagréable.

Une fois lancé dans le plateau d'Hyrule, je parle au vieux bonhomme près du feu de camp et je fonce pour escalader le temple du temps abandonné. Un moment agréable à découvrir les alentours et à me jeter dans le vide… Et mourir.  Je continue mon avancée, je tue quelques gobelins, je récupère une pléthore d'armes, nourritures et autres joyeusetés. Je tente de bander mon arc sur un feu de camp et miracle, la flèche est enflammée ! Je me retourne donc et je tire sur le tonneau d'explosifs derrière-moi et le miracle se produit.  Finalement, je termine la démo en activant une sorte de grande tourelle au milieu de la région.

Ce Zelda m'a donc bien vendu son monde ouvert, que je trouve à première vue très cohérent et avec d'excellentes mécaniques basées sur la survie et « l'appel de la nature ». Maintenant, restera à voir ce que donne réellement l'open-world en termes de quêtes et surtout à quoi ressemblent les donjons principaux du soft. Visiblement, on découvrira tout cela à la sortie, datée pour le 3 mars 2017 sur Nintendo Switch et sur Wii U.

 

Splatoon 2 :

« Mérite-t-il son numéro 2 ? » C'est la première question que je me suis posé en voyant le trailer de ce nouveau Splatoon. C'est donc en compagnie de Delta et de Monsieur K de Gamewave, que je découvrais les parties multijoueurs de Splatoon, sur une télévision et sur l'écran-tablette de la Switch. Dans les deux cas, j'ai trouvé ça très maniable et il y a de quoi bien s'amuser.

Splatoon 2, donc, propose la même recette que l'opus précédent et en garde la même esthétique graphique, globalement. Les principales nouveautés seront donc dans les contenus comme les maps, les habits, les armes, les coups spéciaux, … C'est effectivement un gros package rendant le premier opus plus complet avec cela dit un travail sur les animations et les mouvements des inklings. De plus, la fluidité n'a rien à envier à son aîné.

Comme le premier volet, c'est fun, c'est coloré, c'est dynamique, ça s’enchaîne facilement, on s'éclate seul ou entre amis et les chaises sur lesquelles nous étions assis étaient des plus confortables, mais cela n'a pas contraint mon objectivité journalistique #PardonNintendo.  Splatwoon, comme j'aime l'appeler, sera donc une valeur sûre pour ceux qui ont adoré le premier et de même pour ceux qui chercheront un jeu en multijoueur fun sur leur tout nouveau iPad de chez Mario Company. Reste à voir ce que donnera le nouveau mode solo teasé dans le trailer.

 

Arms :

« Quelle bonne surprise ! » Voilà ce que je pensais quand je testais Arms pour la première fois avec Megamagus (même si ce dernier m'a mis une rouste pas possible … Mais bon je l'ai démonté sur Street après nah).

Arms est donc un jeu qui vous proposera de gigoter votre paire de Joy-Con pour mettre une raclée à vos amis en 1 vs 1. Très intuitif dans ses contrôles, Arms est effectivement une bonne surprise et un mix très convaincant entre le mode box de Wii Sports et le fameux Project Giant Robot de Shigeru Miyamoto. Vous pouvez agripper votre adversaire, mettre une droite puis une gauche, vous mettre en garde ou encore effectuer une attaque ultime propre à chaque personnage.  

Le casting semble déjà très prometteur, même si nous avons eu accès qu'à cinq personnages (un type aux cheveux bleus équilibrés, Ribbon Girl la nouvelle waifu, une fille dans un mécha, un ninja des temps modernes et une grosse momie). Chacun avait ses propres paterns et pouvoirs. Nous pouvons avoir le choix entre trois poings différents qui peuvent se changer entre les deux bras (exemple : avoir des shurikens à droite et des grappins à gauche) pour permettre une variétés de coups.

Très joli de près, mais un poil vilain au fond des décors, Arms se présente comme une toute nouvelle licence haute en couleur, ce qui n'est pas s'en rappeler un certain Splatoon dans sa démarche créative. Ce concept assez prometteur se jouera sur son contenu pour sa sortie prévue durant le printemps à venir.

 

Sonic Mania :

Sonic Mania est un jeu réconciliant la mascotte de SEGA avec de la 2D à l'ancienne et de bons sprites bien détaillés comme on aime. Ce jeu est réalisé par une team de fans maintenant devenus professionnels pour la firme au hérisson (voilà une chose que Nintendo devrait peut-être prendre en considération).

Ce Sonic Mania proposera donc des niveaux inédits à 100% et d'autres niveaux qui seront des remakes d'anciens lieux phares de la série (Green Hill Zone, évidemment) en y ajoutant plusieurs modifications de chemins ou de power-ups.  Ainsi, le jeu semble bien poliché sur les deux niveaux présents de la démo, le tout est vif et réfléchi, proposant un mélange entre rapidité et chemins alternatifs qui faisaient la force du level-design des deux premiers opus sur Megadrive.

Sonic Mania a donc de quoi largement réussir ce que Sonic 4 n'a pas réussi, c'est-à-dire, permettre le retour en force d'un excellent Sonic 2D. Laissons-lui sa chance encore une fois !

 

1, 2 Switch :

Rapidement testé, rapidement laissé. 1, 2 Switch me rappelle le goût amer d'un Nintendo qui propose des jeux qui n'en sont pas réellement. Moins présentable qu'un Nintendo Land, 1, 2 Switch trouvera malgré tout quelques acheteurs curieux pour vouloir traire une vache entre amis ou se flinguer à coup de Joy-Con, mais ce n'est pas mon cas. Dommage que le bougre refuse de se fournir avec le bundle de la console, pourtant la production n'a pas dû être si folle, si ?

Malgré tout, on peut se rendre-compte que les Joy-Con ont des capteurs de mouvements très précis, un niveau largement au-dessus de notre bonne vieille wiimote, ce qui devrait satisfaire les aficionados de Just Dance.

 

La Nintendo Switch semble pleine d'espoir pour un éditeur qui en a besoin après une Wii U aux ventes misérables et une 3DS en-dessous de sa grande sœur. Le constructeur japonais semble prendre une direction assez opportuniste en transformant ses consoles de salon et ses portables en une seule et même entité. Ainsi, même si la seule killer-app du line-up est un Zelda sortant sur deux supports, aucun doute que les fans de l'éditeur devrait y trouver leur compte cette année avec un portage de Mario Kart 8, un Splatoon 2, un mystérieux Arms et un ambitieux Mario en 3D. Maintenant, tous les regards se portent sur le succès du lancement et ensuite l'E3 à venir.

 

Merci à Delta, Magus, Kaus et Raytreau pour leur présence durant l'événement, ainsi qu'à Ryfalgoth pour la correction de cet article. Merci aussi à l'équipe d'organisation de l'événement.

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Google+



Commentaires

Gemuki
Gemuki a écrit le 1 février :
Merci pour ce rapport de vos impression Spy, c'était très instructif sur certains points et ça fait plaisir de voir que vous avez finalement passé une bonne journée ! :D
| Connexion | Inscription |