Logo Génération Nintendo
Jaquette

Luigi's Mansion 3

Luigi's Mansion 3 - Test

Switch     Rédigé par Spydark     le 21/11/19 à 00:00     0 Coms et 358 Vues Vue étendue
“Une aventure uniquement centrée sur le frère de Mario”, un concept qui avait de quoi surprendre en 2001 avec Luigi’s Mansion, premier du nom. Un titre technologiquement impressionnant qui était venu accompagner le lancement de la Nintendo GameCube. Le soft avait réussi à se faire une bonne réputation, mais les ventes du jeu étaient loin d’égaliser les productions de son jumeau. Il faudra ainsi attendre la Nintendo 3DS pour revoir Luigi chasser du fantôme en solo dans un second opus qui, cette fois-ci, combine réussite critique et commerciale (Luigi’s Mansion 2 reste à ce jour dans le top 15 des meilleures ventes de la console). Viendra ensuite, en 2018, un remake du premier volet sur la même machine par le studio Grezzo (Zelda Link’s Awakening 2019). Puis, nous voici maintenant fin 2019, Next Level Games reprend du service pour pondre un troisième volet des aventures “fantomatiques” de Luigi. Ce qui était à la base un jeu de line-up, devient aujourd’hui une grosse production de fin d’année pour Nintendo. Explorons maintenant l’hôtel lugubre et découvrons si Luigi’s Mansion 3 est à la hauteur de nos attentes.


test réalisé à partir d'une version fournie par l'éditeur

C'est l'histoire de deux moustachus, une princesse et trois champignons..



"Fais-moi ton plus beau sourire !"
L’histoire prend place alors que nos amis, Peach, Mario, les trois Toads et Luigi, sont en route pour l’Hôtel du Repos Éternel. Un splendide domaine dans lequel ils ont gagné un séjour assez particulier. Une fois arrivés sur place, ils sont reçus par Ambre Busquade, la gérante des lieux qui les emmène dans leurs chambres respectives. Hélas, à son réveil, Luigi se rend compte de l’entourloupe et découvre avec stupeur que l’Hôtel est devenu bien lugubre et que ses amis ont disparu. Il se retrouve de nouveau face à la propriétaire qui se révèle être un fantôme, pire encore, elle travaillait en réalité avec l’infâme Roi Boo ! Ce dernier a réussi à se libérer et a enfermé ses compagnons dans des tableaux.

Avant d’être lui aussi emprisonné, notre froussard préféré réussi à s’échapper, se retrouvant au rez-de-chaussée. Il ne lui reste plus que l’Ectochien, son compagnon canin spectrale, pour l’aider dans sa quête. Heureusement, il retrouve très vite le Professeur K. Tastroff, l’expert en fantômes. Ce dernier lui explique qu’il a aussi été piégé et que Ambre Busquade lui a volé sa collection de spectres. Bref, à ce moment l’objectif de Luigi est clair : remonter tous les étages de l’Hôtel pour libérer ses amis et vaincre le Roi Boo, une fois encore !

LUIGI HARD : PIÈGE DE CRISTAL



Bienvenue ?
Malheureusement, ce ne sera pas aussi facile, car les boutons de l’ascenseur ont été décrochés et dispersés entre différents sbires principaux du Roi Boo. Comme dans le premier opus, on devra aspirer les personnages importants des lieux pour pouvoir progresser, que cela soit le Chef Cuisinier ou l’Agent de la Sécurité. Pour passer les obstacles et vaincre ses ennemis, Luigi aura plusieurs cordes à son arc. En premier lieu son fidèle Ectoblast qui passe au modèle “GL-U”. Cette nouvelle mouture propose évidemment d’aspirer et souffler les éléments, mais également de pouvoir combiner les deux pour créer un choc autour de Luigi.

Notre moustachu possède toujours sa lampe-torche et son révéloscope (issu du second opus), outil qui permet de révéler les objets invisibles environnants. Ajoutons à cela de nouvelles features de gameplay : La Ventouse et Gluigi. La première nous permet de s’accrocher à différents éléments pour les arracher ou les balancer violemment. Gluigi est quant à lui un double en gelée qui permettra de se faufiler dans des endroits restreints comme aller derrière une barrière ou dans un tuyau. Cela dit, il faudra faire attention à ne pas mouiller notre camarade gluant, sinon il disparaît instantanément. A noter que Gluigi est aussi le personnage que contrôlera le second joueur pour ceux qui voudront faire l’aventure en coopération. Autant dire que Luigi’s Mansion 3 propose de nombreux éléments de gameplay qui viennent se marier à merveille avec le level-design.

Next Level Games a réussi à corriger plusieurs défauts du second volet en proposant un level-design bien plus riche et des énigmes plus intéressantes, faisant souvent appel à nos méninges. Gluigi est une mécanique permettant de rendre l’exploration des pièces plus prenante. Chaque parcelle propose plusieurs secrets à découvrir, que cela soit via l’aspiration d’un tapis, la découverte d’un fantôme doré (donnant un paquet d’argent), la coopération avec notre double ou la révélation d’un coffre via le révéloscope. On utilisera tout le temps notre palette de mouvement pour gravir les étages.

Mario ? ... MARIO ?.... MARIOOOOOOOOOOOOOOO !



Tout repose sur ce trio de choc
Plus précisément, c’est 14 étages (+ 2 du sous-sol) que Luigi aura à gravir pour pouvoir sauver ses compagnons. Chaque zone possède sa propre ambiance et permet une variété assez surprenante pour ce qui semblait n’être qu’un “simple hôtel”. Certes les premiers étages seront assez classiques avec des chambres ou un restaurant. Mais au fil de l’aventure, nous découvrons un studio de cinéma ou une salle de concert, voir une réplique grandeur nature d’un château médiéval. Décors qui se renouvellent et se marient avec des nouvelles mécaniques de gameplay propres aux lieux, même si ce n’est pas le cas avec tous les étages, cela reste assez souvent pour que l’on apprécie l’ascension. Une ascension cela-dit préférable à être découverte sur des sessions de jeux pas trop longues. Certes le jeu propose de nombreux décors, mais fondamentalement on les découvre de la même façon : Luigi sort de l’ascenseur, il rentre dans plusieurs pièces, résout des énigmes puis affronte le boss des lieux. Quelques événements uniques viendront ajouter un peu de backtracking, mais on a jamais l’impression que les étages peuvent être interconnectés, ce qui enlève un peu de la saveur du premier volet. Même si Luigi’s Mansion 3 propose une belle variété dans son level-design et son gameplay, il reste cela-dit assez répétitif sur de longues sessions, de part son concept. Précisons aussi que chaque étage n’est pas forcément aussi généreux que son prédécesseur. Certaines zones se feront très (voir trop) rapidement, tandis que d’autres sembleront plus inspirées, longues et variées.

Contrairement au premier volet, chaque fantôme important propose un vrai combat de boss. Ils ont tous leur propre pattern et stratégies pour espérer en venir à bout. Ce sont les maîtres de leurs étages et ils sont bien décidés à le prouver. Pour espérer les aspirer il faudra être capable de remettre en action les mécaniques de gameplay utilisées dans les autres pièces. Plusieurs ennemis sont assez corsés et techniques, avec une splendide mise en scène. Un soin tout particulier qui, finalement, rend l’affrontement contre le Roi Boo moins épique que d’autres rencontres, malgré une ambiance de dingue.

D'une beauté effrayante !



L'humour de la série est toujours présent
Le studio Canadien a pris six années pour développer ce troisième opus. Un temps de développement généreux qui s’est ressenti dès le premier trailer du jeu. En effet, Luigi’s Mansion 3 est graphiquement très réussi. Il est surtout bluffant pour réussir à tourner d’une manière aussi efficace sur une console plus limitée techniquement que chez la concurrence. Cette nouvelle aventure de Luigi n’a techniquement rien à envier à Super Mario Odyssey ou The Legend of Zelda : Breath of the Wild. Il rend assez questionnable la technique des derniers opus de Pokémon ou Fire Emblem sur la même machine. Chacune des pièces de l’Hôtel est affinée avec soin dans les moindres détails, rendant presque vivant cet endroit hanté. Il propose des jeux de lumière sublimes et une palette de couleur unique, lui permettant, avec la variété des décors, de proposer sa propre ambiance (détachée des deux premiers jeux de la série). Les animations des personnages possèdent toujours ce style cartoon unique et entraînant, elles se marient à merveille avec les modèles. Luigi’s Mansion 3 s’impose sans problème comme un des jeux les plus bluffants de la Nintendo Switch, voir le soft le plus graphiquement réussi de l’éditeur. Cela nous ferait presque regretter que le remake du premier volet ne soit pas sorti sur cette même machine.

Concernant l’ambiance sonore, on peut dire que le titre met un grand accent sur le sound-design. C’est avec un casque sur les oreilles que l’on prend pleinement conscience du soin apporté sur les bruits des interactions et environnements pour nous faire plonger dans l’ambiance de l’hôtel. Hélas, cela se fait en dépit d’une bande-son moins mémorable que dans les deux premiers opus, même si le thème principal du jeu reste en tête avec sa boucle (que Luigi prend encore plaisir à fredonner), on perd un peu du côté tragique de la série.

"On se sépare, on va faire quatre groupe de deux"



Tout est dans les détails
Concernant les modes multijoueurs, je n’ai eu l’occasion que de pouvoir tester le mode en ligne en conditions réelles, j’aborderais donc seulement cette proposition. L’autre mode de jeu permet plusieurs mini-jeux entre amis, mais seulement en local. Bref, le mode en multijoueur jouable en local et en ligne s’appelle La Tour Hantée, il peut se jouer jusqu’à 8 joueurs en simultané (à condition de quatre Switch ayant deux joueurs chacun, 4 Luigi et 4 Gluigi). Il se joue fondamentalement comme le mode multijoueur de Luigi’s Mansion 2, en effet, il faudra gravir plusieurs étages générés procéduralement, chacun se terminant via un objectif particulier. Ces objectifs peuvent être : capturer un certain nombre de fantômes, ramasser un total d’argent ou ramener plusieurs Toads en sécurité. L’étage final sera évidemment un affrontement contre des boss exclusifs avec, par exemple, le retour de Boolossus (un boss marquant du premier volet). Même en mode facile, cela peut s'avérer assez corsé pour qui n’est pas encore trop habitué aux contrôles, de plus certaines mécaniques qui ne se dévoilent qu’à la moitié de l’aventure principale sont présentes. Autant dire qu’il faudra plutôt attendre de finir le mode Histoire avant de pouvoir doser ce mode à fond. Même s’il s’agit toujours d’un concept amusant sur le papier, on regrettera le manque de nouveautés par rapport à celui de LM2 et surtout une difficulté qui ne s’adapte pas au nombre de joueurs. Il faudra faire plusieurs essais avant de pouvoir arriver au boss.

(Merci à Ryfalgoth pour les corrections)

| Conclusion |

La troisième aventure effrayante de Luigi tient finalement ses promesses et nous fait vivre une excellente histoire. On retrouve avec plaisir l’ambiance propre à la saga et on sent que Next Level Games a pris le temps de peaufiner la recette pour offrir un volet qui se détache bien de ses aînés. Luigi’s Mansion 3 est un titre beau, généreux et amusant, qu’il faudra cependant faire sur des sessions moyennes pour ne pas ressentir une lassitude à la montée des étages qui restent, globalement, construits de la même façon. Il s’agit, sans aucun doute, d’un des meilleurs jeux exclusifs de la Nintendo Switch. Mario a de la concurrence !
1820
Bons points
- Le charme toujours unique de la série
- Une ambiance qui se démarque des deux autres opus
- Un des plus beaux jeux Switch
- Un Mode Histoire généreux
- 2 modes multijoueurs (mais un seulement en local)
- Sound-design prenant
- Techniquement sans pépins
- Retrouver le charme d'un jeu Nintendo bien peaufiné
Mauvais points
- Peut être répétitif sur des longues sessions
- Un manque de nouveautés pour le mode en ligne
- Quelques étages inégaux aux autres
- Une bande-son peu marquante
1 commentaire Voir sur le forum
Ryfalgoth
5345 posts
Ryfalgoth, Jeu 21 Nov 2019 - 20:32 :
Un jeu que j'ai particulièrement attendu, bien avant son annonce déjà, il figurait régulièrement dans mes bingos :p
Et bien j'ai adoré. Le jeu est bourré de bonnes idées, avec plein de petites énigmes de partout, des ennemis cool à vaincre, et forcément cette ambiance incroyable ! Le découpage par étages est de ce fait moins violent que dans le 2 et permet d'avoir une ambiance radicalement différente à chaque fois. Cependant on peut noter une certaine répétitivité des événements au bout d'un moment. Et on note aussi 2-3 étages assez petits, qui s'avèrent surtout être des arènes, ça me fait un peu penser au monde des nuages et au monde Dark Souls dans Mario Odyssey. M'enfin, c'est vraiment les seuls reproches que je pourrais faire au jeu solo, tout le reste est incroyable. C'est clairement le plus beau jeu de la Switch. Pour les musiques, je serais un peu moins sévère dans la mesure où j'ai trouvé pas mal d'originalité dans les morceaux, qui colle toujours avec l'ambiance du niveau, et qui s'adapte parfaitement aux thèmes de combat. Cela dit il est vrai qu'on va moins les retenir ces musiques.

Le multi en revanche, je n'y ai joué qu'avec vous l'autre soir, et c'est vrai que j'ai pas trop envie d'y retourner. Sans être mauvais, ben c'est quasiment le même que dans le 2. J'ai encore un peu de travers la carotte des 8 joueurs qui ne marche que si on est 2 par consoles :/ Et la difficulté dans ce mode qui est assez déroutante à cause du timer trop serré. Pendant tout le jeu tu es habitué à prendre ton temps, explorer les moindres recoins, et là en multi on te demande de rush, c'est contre intuitif.

Bref, certainement mon jeu préféré de cette année. Je mettrais la même note que toi Spy.