Accueil Yoshi's Crafted World Test

Yoshi's Crafted World

Jaquette

Yoshi's Crafted World - Test

Switch     Rédigé par Ryfalgoth     le 20/04/19 à 00:00     0 Coms et 135 Vues
Partager sur Twitter Partager sur Facebook
Yoshi's Island sur SNES est considéré par certains comme étant l'un des meilleurs jeux de plates-formes 2D de l'histoire. Si l'on met de côté les quelques expérimentations comme Universal Gravitation ou Touch & Go, la série des jeux Yoshi a pendant longtemps repris la même formule. Étant déjà à l'origine de Woolly World, l'équipe de Good Feel nous apporte cette année Yoshi's Crafted World sur Switch. Qu'apporte cet opus à la série ? Ce Yoshi s'adresse t-il autant aux novices qu'aux joueurs habituels ?


Ce jeu a été testé à partir d'une version presse fournie par l'éditeur

NINTENDO LABO : YOSHI ÉDITION


On se croirait presque dans Pikmin !
De tout temps les jeux Yoshi ont toujours emprunté un style visuel atypique, entre l'aspect crayonné du premier opus sur SNES jusqu'au fil de laine sur Woolly World. Yoshi's Crafted World se démarque donc à son tour par une direction artistique propre à lui, puisqu'ici c'est le carton qui est mis à l'honneur. Ainsi, en parcourant les niveaux, les décors seront généralement représentés par cette matière. Nombreuses seront les maisons, véhicules de différents types comme des trains ou des bateaux, mais aussi la végétation et les animaux à être façonnés en carton. Est-ce que c'est joli ? Parfaitement ! Tout est cohérent afin que l'on ait envie de vivre dans ce monde tout mignon et coloré. Les différents environnements aident à donner une ambiance chatoyante en s'aventurant dans des univers verdoyants, volcaniques, jurassiques et même jusque dans l'espace ! Qu'en est-il de notre cher Yoshi ? Notre dinosaure préféré, que l'on peut incarner de plusieurs couleurs différentes, n'est pas fait en carton, tout comme la plupart des ennemis (exceptés les boss qui sont des assemblages dû au sorcier Kamek). Cela dit, vous pourrez habiller votre personnage de carton en débloquant, via une loterie, des petits déguisements allant d'une voiturette à un moulin à vent ou encore une représentation de buffle et bien d'autres boîtes loufoques, et qui vous conféreront des bonus de protection. Techniquement, le jeu est plutôt fluide, mais on notera une résolution dynamique assez faible par moments, que cela soit sur télé ou en portable. Bien que cela ne soit pas très gênant, on remarquera en général un effet de flou.

L'ambiance sonore se veut quant à elle fidèle à la licence entre les habituels adorables cris de Yoshi, et toute la panoplie d'effets sonores liés aux lancers d’œufs. Au niveau des musiques, on retrouve un thème principal dans la veine des précédents opus qui se veut enfantin dans sa construction mais efficace. Le problème est qu'il va falloir l'aimer ce thème, puisqu'il se retrouvera dans quasiment tout le jeu. Que cela soit dans un niveau aquatique, dans une mine, ou de nuit, on entendra sans cesse ce même air légèrement alterné afin de coller à l'ambiance du stage. Alors que Woolly World avait su proposer une bonne bouffée de variété à ses auditeurs, Crafted World se retrouve avec le syndrome de Yoshi's New Island qui certes, n'a pas une mauvaise musique, mais qui semble n'en avoir qu'une seule avec tous ces remix à outrance.



YOSHI EST ARRIVÉ AVANT L’ŒUF


Poochy est de retour ! La lave ne semble pas le déranger.
Ce Yoshi's Crafted World est donc un jeu de plates-formes dans lequel Yoshi connaît sa panoplie de mouvements habituelle : il peut prendre légèrement plus de hauteur en planant, plonger rapidement avec son attaque rodéo et bien entendu lancer des œufs. La plupart des ennemis que Yoshi gobera en tirant la langue se transformeront donc en munition (jusqu'au nombre de six projectiles). Les œufs se lancent avec le bouton X ou avec les gâchettes (qu'on vous recommande d'utiliser) soit de façon classique, où vous devrez appuyer une première fois sur le bouton de tir, viser, puis valider votre tir en pressant une seconde fois la touche, soit de manière rapide en maintenant le tir tout en visant. La méthode classique est peut-être plus simple à aborder pour un joueur débutant, mais au risque de ralentir le jeu. On vous conseille alors de plutôt prendre l'habitude de jouer en mode visée rapide. Par ailleurs, la visée se veut désormais entièrement manuelle, contrairement aux précédents jeux où le curseur se déplaçait de bas en haut, et gober un ennemi le transformera directement en œuf sans presser le stick vers le bas. En somme, le gameplay est donc assez classique et facile à prendre en main.

Les quelques niveaux avec un gameplay alternatif ne sont que trop rares.
Si les mouvements de base de notre créature verte préférée ne changent guère par rapport aux opus précédent, faut-il s'attendre à plus d'ingéniosité de la part de ce jeu dans la construction des niveaux ? La promesse de Yoshi's Crafted World est de proposer des idées de level-design se basant sur le carton et sur les différents plans. En vérité, la nouveauté ne se ressent pas tellement, le carton n'est qu'une représentation esthétique propre au jeu au même titre que la laine dans Woolly World et n'apporte donc pas grand chose de concret, tandis que le fait de changer de plan n'est que trop rarement une caractéristique changeant quoi que ce soit dans un niveau. Finalement, si l'on compte se rendre quoiqu'il arrive d'un point A à un point B, qu'est-ce que ça change d'avoir de temps en temps deux lignes parallèles sur dix mètres ? Il y a tout de même quelques niveaux qui osent quelque chose, comme le fait de lancer un œuf sur un interrupteur pour changer de plan, ou par exemple un niveau s'inspirant des maisons traditionnelles japonaises avec les rideaux en toile blanche laissant deviner quelques ombres derrière, mais ces cas se comptent sur les doigts d'une seule main. Ah oui, il y a bien la possibilité de reparcourir chaque niveau à l'envers ! Il est vrai que voir le verso du décor peut s'avérer amusant, mais finalement une fois de plus l'excitation n'est qu'esthétique, puisque le tracé du stage sera à peu de choses près le même, et qu'il n'est surtout qu'un prétexte pour à chaque fois trouver les trois chiots nommés Tipoochy, concept sympathique peut-être une fois ou deux, mais rébarbatif à la longue. Ne comptez pas non plus sur des transformations de Yoshi pour avoir quelques phases variées, ni sur des stages bonus en fin de niveau. Le level-design et les mécaniques de jeux ne sont donc pas mauvaises en soi, mais qu'est-ce qui a changé concrètement plus de vingt ans après le premier opus ? Pas grand chose. Les joueurs habitués de la licence auront cette impression de juste jouer à un Yoshi de plus.

PAS BESOIN DE MARCHER SUR DES ŒUFS


Yoshi X Ghost & Goblins, la difficulté en moins.
Les connaisseurs des jeux comme Yoshi ou Kirby redoutent en général deux choses, l'absence de challenge et la courte durée de vie. N'y allons pas par quatre chemins, si vous faites partie de cette catégorie, terminer Yoshi's Crafted World ne devrait pas vous prendre plus de dix heures. Le jeu se veut en effet assez accessible afin que les novices puissent prendre plaisir durant cette petite aventure. Et si un jeune joueur rencontre tout de même des difficultés insurmontables pour lui, un mode relax a été implémenté, conférant ainsi à votre personnage une paire d'ailes soyeuses et une invincibilité. Evidemment on ne vous recommande pas trop d'en abuser, au risque de vous gâcher l'essentiel du jeu. Autre moyen pour vous venir en aide, le jeu est jouable en coopération, bien qu'il n'y ait rien de vraiment particulier à signaler par rapport à d'autres jeux de plates-formes depuis New Super Mario Bros Wii, c'est toujours une option agréable pour partager la découverte du jeu à deux.

Saurez-vous trouver le poulpe sur cette image ?
Comme dans les Yoshi antécédents, les joueurs plus expérimentés auront quand même le loisir de tenter la complétion du jeu à 100%. Ici c'est assez classique, vous devrez trouver dans chaque niveau 5 fleurs, 20 pièces rouges, au moins 100 pièces d'or et avoir sa barre de vie au maximum. Il ne faut pas avoir peur de recommencer plusieurs fois certains parcours tant les cachettes sont parfois assez fourbes, d'autant plus qu'en mode normal il n'y a aucune forme d'indice pour dénicher ces trésors. Il est donc assez amusant de se dire qu'un jeu réputé difficile comme Donkey Kong Country Tropical Freeze propose des options comme le perroquet pour trouver toutes les pièces de puzzle, tandis que dans ce Yoshi, s'il vous manque une pièce rouge, bon courage pour savoir si elle était plutôt à la fin ou au début du niveau. En complément et afin de gagner quelques fleurs supplémentaires, les petits personnages en forme de boîte sur la carte du monde vous demanderont de trouver des éléments cachés dans le décor en décochant un œuf dessus, mais c'est quelque chose qui sera demandé un peu trop souvent, et quand bien même il y a plusieurs éléments différents à chercher dans un même stage, vous serez obligé de le faire en plusieurs fois. Les fleurs servent d'ailleurs à débloquer les niveaux suivants, mais en général vous en aurez bien assez. Il n'y aura que pour débloquer les quelques niveaux bonus présents après la fin du jeu qu'il faudra un peu farmer des fleurs, mais vos efforts ne seront pas trop récompensés, au vu du très faible nombre de ces dits niveaux. Au final, le post-game est un peu le même que celui de tous les autres Yoshi, un challenge pour certains, un effort inintéressant pour d'autres.

| Conclusion |

Ce nouvel opus de Yoshi sous-titré Crafted World se révèle être une belle entrée en matière pour tout joueur novice au genre grâce à sa prise en main intuitive et saura vous charmer par son visuel resplendissant grâce à ses décors cartonnés. Seulement, même si fondamentalement le jeu est bon, les joueurs expérimentés ne pourront que déplorer le manque de prise de risque de la série, la formule étant finalement quasiment la même 20 ans après le premier opus. Le jeu se finit assez rapidement, et la complétion du titre à 100% n'intéressera pas forcément tout le monde. Yoshi's Crafted World est donc un Yoshi de plus pour certains, mais reste tout de même une bonne aventure à parcourir si vous souhaitez juste vous détendre devant un jeu sans prise de tête.
1420
++ Bons points ++ - Une direction artistique splendide
- Une prise en main rapide et intuitive
- La formule Yoshi efficace
- Les Yoshi sont les plus mignons
-- Mauvais points -- - Un manque flagrant d'originalité
- Une bande-son flemmarde
- Une aventure vite bouclée pour les habitués
- Le post-game peu intéressant


Commentaires



Ebros
Ebros a écrit le 20 avril :
C'est rare que je dise ça dans un test mais je suis absolument d'accord avec tout ce qui est dit sans rien rajouter d'autre.

En fait, la première chose qui donne envie de jouer à un Yoshi c'est sa direction artistique. Et quand tu entends la bande son de ce Yoshi, tu te dis qu'effectivement, les développeurs ont passé tout leur temps sur la DA et qu'ils ont oublié de laisser du temps de travail pour d'autres points.


Ah et petit message pour Ryf. Il y a une phrase dans ton test ou je n'arrive pas à savoir si il y a un "comme" en trop ou si la phrase est correct.

C'est celle la: Il est donc assez amusant de se dire qu'un jeu réputé comme difficile comme Donkey Kong Country Tropical Freeze propose...

J'ai bloqué la dessus xD J'ai l'impression que le "comme" après "réputé" est en trop mais j'ai un affreux doute que j'arrive pas à m'enlever :smile:
Sartorius
Sartorius a écrit le 20 avril :
En fait, moi ce qui m'a gêné dans ce jeu, c'est que j'ai eu l'impression d'une redite de ma mauvaise expérience avec Mario Odyssey : très beau jeu de plateforme, aisé de prime abord et sans trop de difficultés au début... Mais ça reste un jeu de plateforme, et quand bien même serait il plus facile que le précédent, c'est tout juste pas possible ! Non, je ne suis pas fait pour les jeux de plateformes !

Résultat : quand je suis sortis de ma seconde séance dans ce jeu, avant même s'y avoir passé ma cinquième première heure, je n'avais qu'une envie, sortir mes voitures du garage de FH4 et tenter de dégommer des panneaux d'influence, découvrir les quelques dizaines de routes qu'il me reste à trouver, ou simplement rouler contre des IA.

Cela ne veut pas dire que je ne vais pas y retourner, mais c'est juste la preuve que les jeux de plateformes m'ennuient plutôt mortellement. C'est un fait et il ne faudra pas que je l'oublie avec mes futurs jeux. Donc pas de Mario Maker dans ces conditions. Et j'espère que mes attentes au niveau de Animal Crossing seront récompensées.

Donc voilà où j'en suis : retour à la case départ. Je vais malgré tout essayer de progresser dans le jeu, notamment en y jouant en mode coopératif, mais je vois bien que je suis bien plus motivé pour atteindre un panneau d'influence de FH4 perché dans un endroit improbable, que de vaincre un boss de fin de niveau dans un jeu de plateforme.

C'est une réflexion terrible à dire, mais c'est ainsi. Après, ce n'est pas la mort : j'accroche beaucoup plus à SSBU même si je suis moins fan et PGM que beaucoup d'autres, mais enfin, je crois que mes deux genres de jeux majeurs favoris doivent être en premier les jeux de courses, et en second ceux de combats. La première était plutôt attendue lorsque je me suis lancé dans les jeux vidéo, la seconde, moins vu qu'à l'époque je rêvais de jouer à Super Mario et... Yoshi !
NuageRouge
NuageRouge a écrit le 21 avril :
Grace à ce test, j'ai appris un nouveau mot: "complétion" (et oui, ça existe vraiment!).

Finalement, le test me conforte dans les impressions que j'avais eu en jouant à la démo: enchanteur sur la forme mais un peu paresseux sur le fond... Dommage.
Ryfalgoth
Ryfalgoth Auteur a écrit le 21 avril :
Ebros a écrit:
C'est rare que je dise ça dans un test mais je suis absolument d'accord avec tout ce qui est dit sans rien rajouter d'autre.

En fait, la première chose qui donne envie de jouer à un Yoshi c'est sa direction artistique. Et quand tu entends la bande son de ce Yoshi, tu te dis qu'effectivement, les développeurs ont passé tout leur temps sur la DA et qu'ils ont oublié de laisser du temps de travail pour d'autres points.

Merci pour ton retour =) Effectivement, c'est déjà l'idée que je me faisais de Yoshi's Woolly World à l'époque. Lorsque je comparais Yoshi et The Order en indiquant que les deux jeux misent tout sur le visuel au détriment du reste, certains ne comprenaient pas et pensaient que je trollais. Après je prends quand même du plaisir en jouant à ces Yoshi hein. M'empêche que ces derniers jours, en écrivant le test, j'ai revu quelques vidéos de Woolly World histoire de me rafraîchir la mémoire, et bon dans Woolly World y avait quand même quelques transformations ainsi que des bonus stages, alors que là dans Crafted World absolument pas. Ça accentue encore plus l'idée que les développeurs ont bossé à fond sur le visuel pour faire le minimum sur les idées de level design.

Ebros a écrit:
Ah et petit message pour Ryf. Il y a une phrase dans ton test ou je n'arrive pas à savoir si il y a un "comme" en trop ou si la phrase est correct.

C'est celle la: Il est donc assez amusant de se dire qu'un jeu réputé comme difficile comme Donkey Kong Country Tropical Freeze propose...

J'ai bloqué la dessus xD J'ai l'impression que le "comme" après "réputé" est en trop mais j'ai un affreux doute que j'arrive pas à m'enlever :smile:

Effectivement, j'ai corrigé ça =) Techniquement ça peut se dire, la phrase n'est pas fausse, mais ça sonne un peu répétition lourde oui.

Sartorius : Ben écoute, si même ce Yoshi te pose un problème, c'est peut-être que toi et les jeux de plates-formes vous êtes vraiment pas faits pour vous entendre.
Sartorius
Sartorius a écrit le 21 avril :
Citation:
Sartorius : Ben écoute, si même ce Yoshi te pose un problème, c'est peut-être que toi et les jeux de plates-formes vous êtes vraiment pas faits pour vous entendre.


Voilà la bonne conclusion à se faire !

Tiens, un exemple : dans la mine, il faut pousser un chariot sur des rails et d'un même élan sauter dedans pour qu'il m'emmène de l'autre côté pour ne pas tomber dans le vide. C'est le genre de mouvement qui doit être assez naturel pour vous, mais moi, je n'y arrive pas. Les développeurs en plus, on dû considérer que l'exercice était tellement facile qu'il n'y avait pas besoin de le remettre en place grâce à un système de jeu quelconque... Du coup, une fois poussé une première fois, j'étais coincé !

Moralité, vaut mieux que j'arrête les jeux de plateformes et revenir à ceux de course ou de combats... Là au moins, j'arrive à faire quelque chose !
Ryfalgoth
Ryfalgoth Auteur a écrit le 21 avril :
Mais pourtant les jeux de combats et de course demandent eux aussi des réflexes ? Fin je comprends pas du coup pourquoi tu galère sur un type de jeu et pas d'autres.
Ebros
Ebros a écrit le 21 avril :
Ryfalgoth a écrit:
Effectivement, c'est déjà l'idée que je me faisais de Yoshi's Woolly World à l'époque. Lorsque je comparais Yoshi et The Order en indiquant que les deux jeux misent tout sur le visuel au détriment du reste, certains ne comprenaient pas et pensaient que je trollais.


C'est vrai qu'à première vu ça peut surprendre de comparer The Order et Yoshi, mais dans le fond, c'est en quelque sorte le même problème. A la différence prêt c'est que The Order ce n'est pas sa DA qui impression mais le travail sur la technique.


Ryfalgoth a écrit:
Techniquement ça peut se dire, la phrase n'est pas fausse


Oui voila, c'était ça que je voulais savoir. Si techniquement ça pouvait se dire :wink:

Sartorius
Sartorius a écrit le 21 avril :
Ryfalgoth a écrit:
Mais pourtant les jeux de combats et de course demandent eux aussi des réflexes ? Fin je comprends pas du coup pourquoi tu galère sur un type de jeu et pas d'autres.


Alors, les jeux de courses c'est assez simple, surtout quand on sait que je galère plus Mario Kart que les jeux Xbox (pour faire général) : c'est grâce aux gâchettes analogiques. Tout est une question de dosage de la pression sur la gâchette, surtout au niveau de l'accélération, du freinage et du stick de direction. Même en ayant arrêté de conduire il y a plus de 15ans, et même sans volant d'arcades (je suis à peu près sûr que je serais encore meilleur si j'en disposais, malheureusement je n'ai ni la place ni les moyens d'en installer un) j'ai des restes de conduite qui font que je peux malgré tout piloter relativement proprement. Bon, c'est aussi pour ça que je suis mauvais en online sur MK. Mais sur tous, je prends plaisir à piloter, y compris sur des jeux plutôt orientés eSport comme F1 200X parce qu'ils me font voir du pays, et sur celui-ci en particuliers des circuits que je peux voir IRL à la TV ou avec des caméra embarquées, même depuis que Canal+ les retransmet. Je préfère nettement le défi de rouler sur une piste comme Singapour (l'une des plus dures du jeu avec Monaco) que celui de jouer à un jeu de plateforme. Même en faisant des temps de plus de 30 secondes supérieures aux meilleurs —mais il faut voir aussi leur niveau !— j'y prends plaisir et puis c'est tout !
Forza Motorsport, je n'y ai pas passé assez de temps pour voir tous ses aspects, avec un peu des qualités de F1, mais avec le défaut d'un garage trop prolifique. 700 voitures, c'est encore pire que le casting de SSBU. Pas sûr que je le dose à fond, mais s'ils sortent un 8è opus à la fin de l'année, je ne dis pas non.
Quant à FH4, c'est presque un jeu parfait : tu as tout loisir de faire soit des courses sur un circuit ou en ligne façon spéciale de Rallye sur toutes les surfaces disponibles dans le jeux, briser des panneaux d'influence plus ou moins accessibles —certains demandent beaucoup de réflexion dans la façon de les atteindre—, faire des radars —donc en évitant les chicanes mobiles, signalées ou pas, ce qui demande également beaucoup de réflexes!— des Zones Dangers (en gros faire des sauts dans le vide) ou tout simplement explorer la Map afin de découvrir toutes les routes du jeu, ou tout simplement faire du tourisme, et rejoindre des groupes... —ça, je vous en dirais davantage dans les jours prochain parce que je viens à peine d'installer le code d'essais de 15 jours du online de Microsoft et que je n'ai pas encore ouvert le jeu)

Bref, dans les jeux de courses, certes, je ne suis pas encore un foudre de guerre dans la mesure où je suis loin des meilleurs, mais même en étant loin des autres, j'y prends du plaisir et je progresse. Je crois me souvenir que Eclectic disait lors de la question Masterace de l'avant dernier NTS qu'elle s'éclatait dans un type de jeu où elle était nulle... eh bien moi, c'est un peu pareil. J'arrive à mieux progresser dans ces jeux de courses parce que ça rejoint une passion pour les sports mécaniques qui date d'avant mes premières expériences sur consoles modernes (quoique je n'étais déjà pas si mauvais au jeu de course de Star Wars sortis sur PC en 2001 en même temps que le premier film de la seconde trilogie) et qui se jouent de manière légèrement différente...

Ensuite, pour les jeux de combat, ce doit être un peu plus complexe. Je pense cependant que si je devais doser sérieusement mes deux vrais jeux en ma possession, ce serait sur UFC 3 que je progresserais le plus. Outre les combos à connaitre, comme dans tous les jeux, il y a cet aspect tactique qui joue sur la gestion de la barre d'endurance qui ne se recharge jamais au maximum au fur et à mesure que l'on donne et prend des coups. Il y a donc une dimension supérieure à la portée des coups, et la connaissance des combos, que du reste tu peux réviser dans un mode dédié, tout comme avec SSBU. Et puis comme les titres des jeux cités plus haut, UFC 3 est un jeu réaliste sur lequel je peux m'identifier davantage à mon combattant. D'ailleurs, tu me donnes envie de le remettre avant la fin de ma période d'essais gratuite du online pour voir ce que je peux en faire. Toujours est-il que dans ce jeu de combat qui s'adresse à un public —il ne faut pas se mentir comme dirait Magus ! — plus adulte, j'arrive à mieux canaliser ma violence interne et je crois qu'il est complémentaire des précédents.

A côté, SSBU, c'est un peu le Mario Kart des jeux de combats : plus fun, moins réaliste, du pop art à l'état pur, chose sur laquelle je ne cracherais jamais... Certes, je ne brillerais jamais autant que vous à ces jeux, mais la diversité des personnages jouables rend la chose particulièrement attrayante. Et puis, au moins pour SSBU, j'ai un fan à porté de main, et c'est le meilleur moyen de passer un bon moment avec lui lorsqu'il est en vacances et que je l'invite chez moi.

Du coup, pour revenir sur Yoshi, je crois que je vais tenter de le terminer avec lui en mode coopératif en essayant de ne pas montrer ma déception, parce que c'est un cadeau d'anniversaire venant de lui.

Bon, j'ai écrit un bien gros pavé, mais j'espère que tu aura compris ce qui fait pourquoi à niveau de difficulté au niveau de la manette égale, soit je m'en sort mieux (il y aura toujours de bien meilleurs joueurs que moi parce que je pars avec le handicap d'avoir commencé beaucoup plus tard que les pros) soit j'y prends plus de plaisir même en étant aussi nul...

Sur ce bonne nuit, demain je vais essayer de tâter enfin ce fameux online de Microsoft avec FH4 !
Junichi
Junichi a écrit le 22 avril :
Franchement, j'ai fait quelques niveaux en co-op et j'ai trouvé cela "plus galère" qu'en solo.
Peut-être dû au fait que la personne était moins douée que moi où le fait qu'elle m'avalait tout le temps, me faisant perdre mes œufs ou en me projetant contre les ennemis (c'était pas volontaire de ça part). D'ailleurs, elle a essayé en solo après et là elle jouait mieux.
Ryfalgoth
Ryfalgoth Auteur a écrit le 22 avril :
Wais ben c'est un peu le sel des jeux de plates-formes en coop depuis New Super Mario Bros Wii. D'un côté on s'entraide, mais d'un autre on se gêne aussi.
| Connexion | Inscription |