Logo Génération Nintendo
Miniature

Okami Den - Test

DS     Rédigé par Fate     Ven 21 Oct 2011     0 Coms et 1667 Vues
Tout ceux qui se souviennent des aventures d'Amaterasu se sont surement précipités sur la suite du légendaire Okami. Véritable fable dépeignant les contes et légendes mythologiques japonaises couplées avec humour à une aventure épique en compagnie de personnages attachants, Okami avait marqué les cœurs et les esprits des joueurs, et est considéré désormais comme l'un des meilleurs jeux de la wii, figurant sans doute dans le top 3 de la console. L'annonce d'une succession sur DS inquiétait certes, notamment parce qu'il était difficile d'imaginer toutes les facettes d'Okami représentées sur DS, à cause des limites techniques de la console. Cependant, les équipes de développement se sont surpassées pour proposer un univers et un design le plus proche possible de son aîné. Mais une ombre noire planait sur le jeu. En effet, car Okamiden ne connaîtra jamais une traduction dans la langue de molière, limitant fortemment les ventes, déjà pas terribles pour Okami passé inaperçu à sa sortie. Malgré cela, retrouve t'on les ingrédients d'un jeu culte dans cette suite ? Okami a t'il trouvé un successeur digne de ce nom ? Okamiden va t'il nous faire rêver, une fois de plus avec un pinceau ? Mais arrêtons-nous de nous poser des questions, admirons cette magnifique peinture, ou devrais-je dire cette œuvre d'art qu'est l'univers de la, désormais, série 'Okami'.






Plus on est de fous, plus on rit!!



Les évènements d'Okamiden prennent place peu de temps après l'épopée d'Amaterasu, la paix est revenue sur le Nippon et les ténèbres ont disparu du continent. Cependant dans le petit village de Yakushi, au moment ou nous retrouvons notre cher Issun, peintre et compagnon d'Ama dans Okami, des démons réapparaissent et commencent à attaquer le village. Intervient alors le principal protagoniste de la série, sorti de nulle part, il s'agit de Chibiterasu. La version miniature de la déesse du soleil va devoir remplir la même tache que sa mère, à savoir apprendre à maîtriser ses pouvoirs pour bannir le mal qui à élu domicile dans les belles plaines du Nippon. Cependant ce n'est pas Issun qui vous accompagnera cette fois-ci. Et vous n'aurez pas 1, mais 5 partenaires tout au long de l'aventure, à commencer par Kuni, le fils de Susanoo, personnage important d'Okami. La quête de Chibi l’amènera donc à rencontrer ses futurs partenaires, tout différents, et bien d'autres personnages charismatiques, dont certains protagonistes importants d'Okami, en plus d'Issun et de Susanoo. Commencera alors une quête à travers les verdoyantes contrées de la région, qui révèlera ses mystères un par un.

Si l'intrigue commence par une introduction assez banale, le scénario d'Okamiden se veut assez inégal, pouvant être capable du pire et du meilleur. La première partie de l'aventure se révèle peu captivante, voire carrément ennuyeuse, peu de rebondissements et pas vraiment de personnages attachants dès le début du jeu. La ou celui-ci surprend, c'est après les 10 premières heures de jeu, ou l'on voit qu'Okamiden n'avait pas encore montré tout ses atouts. Retournements de situation, musiques de plus en plus épiques, et apparitions de personnages incontournables d'Okami, cette seconde partie révèle tout le potentiel du jeu, et pas seulement du scénario. Parmi les protagonistes marquants, on retiendra Kurow, copie conforme ;autant sur le physique que sur le caractère, d'Ushiwaka, dont le principal point commun réside dans leur caractère ...unique, mais incroyablement attachant. On se souviendra également de Kuni, allié dont l'importance grandit au fil de l'aventure. Je tiens aussi à souligner le dénouement final, preuve incontestable de la maturité du jeu, qui n'est pas si enfantin qu'il n'y paraît.

Car c'est ce que l'on pourrait croire dès les premières secondes dans cet univers accueillant et kawaii. Notre héros est trop choupinou et la présence d'enfants ferait presque croire qu'okamiden est destiné à un public bien différent. En effet, le jeu rassemble habilement deux éléments scénaristiques intéressants dans les jeux d'aventure. Premièrement l'humour, très présent. Chibi est affublé de surnoms ignobles et complètement hors-sujet de la part de ses partenaires (alors au choix nous avons : Squiddy, Pork Chop ou encore Dude, voyez donc le fardeau de notre pauvre Chibi, mais l'originalité est là dirons certains). Certaines situations sont également tordantes dans le jeu,  comme par exemple Kurow est Chibi qui discutent 30 secondes à 50 mètres au dessus du sol avant de se rendre compte qu'ils sont au dessus du vide. Bref, le jeu réserve son lot de surprises. Deuxièmement, l'émotion. Pour les plus sensibles d'entre vous, le jeu réussira sans peine à vous arracher une petite larme à certains passages du jeu, très tristes. Pour peu que l'on soit un fan inconsté du pays du soleil levant et de sa culture, Okamiden remplira le même objectif que son aîné, à savoir restituer à la perfection une ambiance unique sortie tout droit des mythes et des traditions japonaises. Point sympathique, Okamiden complète habilement l'univers d'Okami en répondant à certaines questions que l'on pouvait se poser dans le précédent opus. Au final, on retiendra que malgré une seconde partie passionnante et un univers toujours aussi enchanteur, l'ensemble est trop inégal pour permettre à Okamiden d'avoir un scénario extraordinaire, notamment à cause des 7-8 premières heures de jeu, assez molles et inintéressantes.


Le jeu contient beaucoup de références
à Okami
Okamiden se permet quelques moments
assez WTF dans le scénario



L'âme d'un artiste réside dans sa passion à manier le pinceau...



Utiliser les capacités de la Nintendo DS pour Okamiden semblait être un très bon choix. Contrôlant Chibiterasu, vous serez amenés à utiliser vos pouvoirs à l'aide du 'pinceau céleste', chaque pouvoir pouvant être déclenché en dessinant avec le stylet le signe adéquat. Par exemple en traçant un trait droit, vous pourrez couper des objets. D'autres pouvoirs, tels que pouvoir faire apparaître le soleil, contrôler l'eau, le feu, pourront être acquis au fur et à mesure de l'aventure. Mais ces pouvoirs ne seront pas qu'utilisables sur votre environnement, il sera également possible de les déclencher lors des combats (couper un ennemi en deux, faire fondre un ennemi de glace, etc). Cette fois-ci, l'arsenal dont vous disposez est plus limité car au lieu de 9 armes différentes dans okami, vous ne pourrez avoir que 3 armes dans Okamiden, une baisse tout de même assez conséquente. Parmi les nouveautés du jeu, on notera que les partenaires de Chibiterasu auront une importance en combat, mais très minime : si vous réussisez un combo simple sur un ennemi, votre partenaire viendra alors en remettre une couche et attaquer votre adversaire. Mais la réelle utilité de nos joyeux compagnons sera dévoilée dans les phases de donjons. Possédant tous un pouvoir spécial différent, ils se révèleront être des alliés de choix pour Chibiterasu notamment pour déclencher des interrupteurs, rapporter des items hors de portée pour Chibi. Pour cela rien de plus simple, il suffira de tracer une ligne entre votre partenaire et l'endroit à atteindre pour que celui-ci exécute vos ordres.

A coté des phases de donjons, Chibi explorera de grands environnements par lesquels vous pourrez rejoindre votre prochaine destination. Ce qui est intéressant, c'est que vous serez souvent tentés de vous arrêter en chemin, pour voir du beau monde ou faire pousser des fleurs par-ci par-la... Concrètement, la malédiction que vous aurez enlevé des plaines n'aura pas totalement disparu une fois l'arbre gardien restauré. Et devinez qui va devoir s'en charger. C'est vous! Grâce une fois de plus aux pouvoirs du pinceau, que vous contrôlez au stylet, vous pourrez faire fleurir des arbres morts pour mettre un petit peu de vie dans les lieux que vous visitez, mais surtout pour récupérer des points d'expérience. Car il s'agit du petit point RPG d'okami, vous pourrez récupérer des points d'expérience tout au long du jeu en battant des boss, en aidant votre prochain et en faisant apparaître des fleurs un peu partout. Une fois assez d'XP acquis, vous gagnerez un 'niveau' qui augmentera soit votre nombre de soleils d'énergie, ou votre réserve d'encre, indispensable pour vos techniques de pinceau. Un moyen tout à fait écologique de gagner des compétences je dois avouer.


Il vous sera possible d'utiliser
les pouvoirs du pinceau en combat
Mais vous pourrez également intéragir
avec ces mêmes pouvoirs dans les environnements



Un univers presque irréel...



Si l'on attendait Okami sur un point, c'était bien sur les graphismes que les fans redoutaient une baisse flagrante de qualité par rapport au premier opus. Limitations techniques obligent, Okamiden devait être forcément moins joli et travaillé. Grosse surprise, l'ambiance est totalement respectée et l'on sent que les capacités de la DS sont poussées dans leurs derniers retranchements. Les environnements sont tout simplement sublimes, dans le pur style traditionnel japonais. Les scènes ou la nature reprend ses droits après avoir restauré un arbre gardien font partie des plus beaux moments jamais vécus sur DS, et chaque nouvel environnement (même si ils sont issus d'Okami pour la quasi-totalité), vous met une gifle de plus pour avoir pensé une seule seconde que ce jeu serait en dessous de l'opus wii. Evidemment cette beauté éphémère à un prix, les environnements sont moins nombreux, ils sont divisés en plusieurs parties séparées par des 'portails' que l'on doit traverser pour accèder à l'autre partie du lieu ou on se trouve, et le rendu est parfois un peu grossier au niveau des personnages. De plus, on note quelques ralentissements du jeu lorsque l'écran est trop chargé. Mais on passe assez facilement au delà de ces légers défauts, vu la qualité générale des graphismes.

Ecoutez l'ost d'okami ou de sa suite et vous pourrez alors reposer en paix. Vos oreilles seront inondées par chaque note, chaque son de ces orchestrations uniques que l'on ne trouve dans aucun autre jeu. Le challenge pour Capcom était de limiter les pertes de qualité de la Wii à la DS , et après écoute, nous pouvons conclure que cette tentative est une réussite complète ! Un orchestre aux instruments pour la plupart typiquement japonais, des 'Yooooooooooo' qui contribuent énormément à l'ambiance et une qualité musicale indéniable. Assez peu de morceaux d'okami ont été repris, heureusement. Même si le tout est forcément moins étoffé que sur Wii, limites techniques obligent, l'ost du jeu fait partie des meilleurs sur DS, à la fois originale, émouvante et magique. Parmi les titres on peut citer : 'Everything must end', 'Yakushi Village', ou bien encore 'The Goryeo', dont la beauté se révèle grâce au contexte qui l'accompagne. On retrouve les habituelles petites voix qui ne ressemblent à rien en guise de doublages. Un choix contesté mais auquel on finit par accorder au final peu d'importance. Le seul petit vrai reproche à cette bande-son serait une légère répétition à l'intérieur de certains thèmes, un point noir qui se noie dans un océan de beauté...

La durée de vie d'Okamiden reste dans la moyenne, sachant qu'il faut environ une vingtaine d'heures de jeu pour finir l'aventure principale. Sachez que cette même durée de vie sera gonflée de quelques heures par la présence de quelques quêtes annexes qui ont le mérite de ne pas être barbantes et interminables. Le jeu ne comporte pas vraiment de Newgame+, puisqu'on peut refaire l'aventure avec tout sa barre de vie et d'encre de la partie précédente. Cependant, vous débloquerez certains bonus très appréciables dans un jeu tel qu'okamiden, à savoir un sound test et des atworks. Pas de déception de ce coté, mais ce que l'on à en travers de la gorge, c'est l'incroyable facilité du jeu. Encore plus facile que son prédécesseur, chose qui n'était pourtant pas facile, le joueur n'est jamais mis en danger, sauf à un seul combat à la fin du jeu. Vous accumulez de l'argent et des items de soin sans jamais avoir besoin de les utiliser, du coup quand viennent les moments difficiles, la réserve d'items est bien fournie et permet de restaurer votre énergie à tout moment. Dommage, car un peu de piquant aurait permis à Okamiden de capter un peu plus notre intérêt.

Les environnements ont changé
Le jeu garde à peu près la même
interface qu'okami



Le duo Okami/-den: Une fresque onirique sur les mythes japonais.



'Selon la légende, le couple divin Izanagi et Izanami, descendu du ciel par un pont flottant, plongea une lance dans la mer, et des éclaboussures ainsi formées naquirent les premières îles de l'archipel japonais. Tandis que le dieu Izanami se lavait le visage dans les vagues, la déesse du Soleil Amaterasu jaillit de son œil gauche et inonda le monde de lumière.' Fondatrice de la religion Shinto, ce mythe prend une place toute particulière dans les deux jeux de Capcom. Bien que l'histoire n'est pas vraiment respectée, beaucoup d'éléments mythologiques et religieux apparaissent dans l'univers du soft. Ne serait-ce que par les personnages, on retrouve déjà Susanoo, Izanagi et Izanami ainsi qu'Amaterasu, dont la lignée impériale japonaise (en vrai!) serait la descendante d'après la légende. Des réfèrences au pays du soleil levant, il y en a à la pelle. Ne serait-ce que par les éléments graphiques, car on retrouve des éléments bien connus au Japon, à commencer par les 'sakuras', les cerisiers que vous pourrez faire fleurir avec les pouvoirs du pinceau, de plus certaines architectures font directement référence à des batîments traditionnels japonais, il suffit d'aller voir dans la cité de Seian pour s'en assurer.

Le jeu s'appuie aussi sur de nombreuses références de la religion Shinto, très présente au Japon. A ne pas confondre avec le Bouddhisme, aussi présent dans le pays du sushi. La présence 'd'esprits', la présence permanente des 'kami' (dieux) et les 'yôkai' (démons) sont des caractéristiques de cette religion.  Ainsi, Chibiterasu combat en permanence des Yôkai dans les plaines du Nippon, avec souvent des talismans dans ses objets, et même du saké pouvant lui rendre de l'énergie, car dans la shintoïsme, le saké sert aussi d'élément purificateur. On croisera en milieu d'aventure des exorcistes chargés dans l'extermination des démons, prouvant une fois de plus que le shintoïsme est très présent dans les deux jeux. Il suffit de voir le bestiaire pour se rendre compte également que la mythologie japonaise à un impact très important. Ainsi, Yamata-no-Orochi, que l'on retrouve dans Okamiden et un démon avec 8 têtes et 8 queues, qui se nourrissait d'une jeune fille par an, mais qui à été tué par Susanoo dans la mythologie japonaise (étrange non ?). Niveau références, on peut aussi en chercher dans les noms des personnages : ainsi, Kuni veut dire 'pays' en japonais. De même on peut essayer de chercher des références dans les autres prénoms : Nanami contient 'Nami' dans son nom, voulant dire 'mer', en allant plus loin on peut trouver un jeu de mots entre 'nana' qui veut dire sept et 'nami', qui veut dire mer, dont au final on pourrait traduire ce prénom par 'sept mers', idéal car il s'agit d'une sirène, mais Nanami est aussi un prénom extrêmement répandu au Japon. Kurow vient peut-être du japonais Kuro, c'est à dire 'noir'. Mais on peut également penser de ce prénom comme étant  (en japonais ) proche phonétiquement de Crow qui en anglais veut dire 'Corbeau' sans doute référence au fait que Kurow est un peu vantard et qu'il a un peu trop confiance en ces capacités. Enfin, Manpuku correspond à un concept gastronomique japonais, et vu le personnage gourmand et glouton, cela lui va comme un gant. Ainsi, vous aurez constaté que le jeu est bourré de références jusqu'à la moelle.

Okamiden, c'est toute une histoire écologique!
Okamiden est un véritable hommage à la
mythologie japonaise

Scénario
15/20
Retrouver une bonne partie des protagonistes d'Okami constitue un atout du scénario, mais les nouveaux arrivants ne leur arrive pas à la cheville malheureusement. Même si l'on s'attache aux enfants qui accompagnent Chibi, on regrettera un manque de rebondissements. Et il faut reconnaître que le scénario n'est pas aussi épique. Malgré cela, on suit l'aventure avec plaisir.
Graphismes
17/20
Il en fallait du courage et du talent pour réussir à restituer l'ambiance d'Okami à travers les graphismes. Pari réussi puisque les environnements et l'ambiance sont de la même trempe que l'aîné d'Okamiden. On regrettera, par contre, l'aspect un peu trop 'kawaii' attribué à cette suite. On note également quelques ralentissements quand l'écran est trop chargé, mais on s'y attendait vu le travail technique à fournir. Okamiden reste une claque graphique.
Jouabilité
15/20
Plus facile à prendre en main, grâce au spécificités de la DS, Okamiden se veut plus accessible de par son gameplay. Ainsi, on retrouve tout ce qui avait fait l'excellence d'Okami, mais avec l'originalité en moins. En effet les nouveautés et la prise de risque sont quasi-inexistantes, si bien que la surprise en moins, on finit par considérer Okamiden comme une version 'pour les enfants' d'Okami et non comme une suite. Dommage.
Bande son
17/20
Les morceaux sont d'une qualité rare et on ne peut que souligner la performance du compositeur. L'instrumentation, la même qu'Okami, restitue à la perfection une ambiance très 'japanisée'. Pas mal de thèmes sortent du lot, et il faut dire que chaque ost à son charme, chose rare dans un jeu vidéo ('Yakushi Village' est juste magnifique'). Parmi la bande-son on comptera quelques remixs de l'opus PS2/WII, et on retrouve les borborygmes en guise de doublages. Un choix toujours contesté mais qui, pour ma part, ne m'a pas gêné dans l'aventure.
Durée de vie
15/20
Comptez une vingtaine d'heures pour finir le jeu une première fois. Içi également, le jeu comporte quelques quêtes annexes qui rallongeront la durée de vie, pour notre plus grand plaisir. Il est cependant assez frustrant de voir que la difficulté à été revue à la baisse, car si le soft se veut plus accessible et que la difficulté n'était pas bien importante dans Okami, un peu plus de challenge n'aurait pas été de refus.

| Conclusion |

Malheureusement, Okamiden à trop souffert de sa comparaison avec son prédécesseur. Moins épique, moins surprenant, mais également non-traduit, cette petite perle ne risque pas de trouver son public une fois de plus. Cependant l'ambiance unique, les graphismes qui frôlent une fois de plus l'oeuvre d'art, et la bande-son onirique font d'okamiden une digne suite d'Okami. Une fois de plus ce serait une erreur de rater une expérience pareille. Prenez votre pinceau, votre encre, et préparez-vous.
1620
Bons points
-Des personnages mignons et attachants
-La bonne dose d'humour tout au long de l'aventure
-L'OST remarquablement composée
-L'univers mêlant mythologie et religion
-Une esthétique à tomber par terre
-Le dénouement final surprenant
-Le rythme qui va creshendo
-On en apprend des choses sur Okami!
-Les fonctions de la DS idéales pour ce genre de jeu
Mauvais points
-Trop mou au début
-La DS est à genoux, d'ou les ralentissements
-Peu accessible, car non traduit
-Aurait mieux fait d'être sur console de salon
-Moins épique et un chouïa moins enchanteur
-Exceptés les partenaires, très peu d'originalités
-Encore plus facile que son aîné
-Un peu d'abus sur l'aspect kawaii du jeu (je veut ma peluche chibi!)
4 commentaires Voir sur le forum
Delta
6834 posts
Delta, Ven 21 Oct 2011 - 19:56
D'accord c'était donc se jeu :sisi: , je comprend pourquoi tu as dit que c'étais ton meilleurs Test ! :awesome:
Un 16/20 ! Je m'attendais à plus de ta part :neol:.
Pikmin
1530 posts
Pikmin, Ven 21 Oct 2011 - 21:02
Épaté :sisi:, très bon test, j'ai pris du plaisir à le lire du début à la fin tout en apprenant toutes les choses que je voulais savoir sur ce jeu. J'ai cependant trouvé deux fautes : Gameplay : "en traçant un train droit" je ne pense pas qu'Okamiden demande des dessins aussi complexes, et heuresement dans les OST (heureusement est le mot exact)
Comme tu vois pour que je chipote sur des détails aussi insignifiants c'est que je n'ai rien d'autre à dire à par : Good Job ;)




Edit par Fate: En effet, fautes de frappe, bien que je me sois relu, en tout cas j'ai corrigé, merci x)
Dragon-blue
21188 posts
Dragon-blue, Sam 22 Oct 2011 - 00:54
J'ai trouvé d'autres détails ! *Fier*  :msgplus:
"la petit village de Yakushi" :sisi:
Ca c'était juste pour te faire chier :sisi:
Bah sinon, j'ai non plus rien à dire sur le contenu du test, c'est juste excellent. Je préfère même cette taille à la taille de tes anciens, y a beaucoup d'infos et même un bonus culture générale sur le Chintoïsme, ce qui rend le test au final, très complet.

Niveau mise en forme, on voit qu'il y a du travail aussi, cependant j'ai 3 critiques :bg:
-Ca ferait encore plus pro si tu justifiais ton texte.
-Les images dans les tableaux déforment la page, peut être aurait-t’il fallu les redimensionner dans une taille juste en dessous.
-Le bouton vert "Très bon", je l’aurai mis en flottant à gauche de ta conclusion pour éviter de perdre de la place.

Pour finir, les musiques que tu nous présentes roxx :sisi:
A cause de toi j'ai envi d'y jouer, même si l'anglais me dérange un peu :sisi:
Bref, excellent test Fate  :super:
Un logo va sans doute prochainement arriver :)
New-disco
3082 posts
New-disco, Lun 24 Oct 2011 - 23:34
En effet, c'est un super test qui donne envie de jouer à ce jeu. Vivement un prochain test !!