Accueil Terranigma Test

Terranigma

Jaquette

Terranigma - Test

Super Nintendo     Rédigé par Fate     le 21/11/12 à 00:00     0 Coms et 1282 Vues
Partager sur Twitter Partager sur Facebook
Dernier opus de la Trilogie de Quintet (composée de Soul Blazer et Illusion of Time) Terranigma fait partie des derniers RPG sur SNES. La console alors en fin de fin s'apprêtait à rendre son dernier souffle, sa vie ayant été bien remplie par des RPG tels que Chrono Trigger, FFVI ou Fire Emblem. Les deux premiers épisodes étant corrects sans être exceptionnels, peu de joueurs attendaient Terranigma au tournant. Quelles surprises pouvaient réserver cet A-RPG? Ce jeu méconnu est-il sous-estimé ou doit perdurer dans l'oubli? Zoom de ce jeu, dans le test qui suit.





Main theme




Le périple d'Ark commence dans un monde hostile
Le monde est mort, c'est sur ce fait que commence le jeu. Vous incarnez Arc, un jeune homme vivant dans le monde souterrain, hostile et dévasté ou survit tout de même la population d'un unique village: Crysta, grâce à un cristal magique. Espiègle et un peu brutal, le jeune garçon va pourtant avoir le devoir immense de ressusciter le monde de la surface. Pour cela, il doit d'abord triompher des 5 donjons du monde souterrain. Mais ce n'est que le début d'une aventure riche en rencontres inoubliables, en découvertes, mais pour cela, il devra déjà laisser la fille chère à son cœur dans le monde souterrain et apprendra qu'assumer le rôle de sauveur à un prix. Même si scénario de départ est classique, ne vous attendez pas à suivre une aventure normale avec Terranigma. On aura rarement vu une quête aussi prenante, et cela est grâce au fait que vous allez vraiment être acteur de la résurrection du monde. Faire revivre les oiseaux, les hommes, la végétation, vous recréerez tout, et vous vous attacherez à la vie que vous avez crée. Mais Terranigma connait aussi un coté sombre, un aspect glauque assez flippant car assez surprenant. Vous ferez face à des situations ou vous serez mal à l'aise, ou vous sentirez un léger malaise, parfois de la tristesse...Oui, Terranigma est un jeu qui transmet énormément d'émotions. Et c'est pour cela que cela en fait un scénario et une aventure inoubliable, à peine terni par la traduction approximative et la fin obscure.


Underworld theme



Un des grands moments du jeu
L'élément qui contribue énormément à cette ambiance est incontestablement la bande-son. Dès l'écran-titre, on a l'impression que la bande-son sera excellente. Impression vérifiée dès les premières minutes avec l'underworld thème, un map theme tout simplement culte. Mais d'autres très bonnes musiques feront leur apparition dans votre périple, et au final on ne peut que constater que la globalité des musiques a été réalisée de main de maître. Le compositeur à su transmettre des émotions au travers de quelques musiques, comme « Elle » ou « Sad » thèmes récurrents et qui marqueront le joueur. Le jeu se veut diversifié dans les musiques en fonction des lieux, bien qu'un peu caricaturale parfois (Loire, Neo-Tokyo), mais toujours efficace. Bien sûr, le niveau n'est pas tout le temps exceptionnel, mais il n'y a pas vraiment de vilain petit canard, dans l'ensemble toutes les musiques ont un niveau correct. Et combiné avec des thèmes comme l'Underworld theme, vous aurez un mélange diablement efficace.



Le jeu peut être très bien détaillé
Un périple grisant et une bande-sonore sublime qui sont rejoints par des graphismes de  bonne facture. Les donjons sont sinistres à souhaits pour la quasi-totalité d'entre eux, et le jeu jongle entre tableaux superbes et passages plutôt glauques. Le mode 7 est très bien utilisé pour la map, et le jeu contient quelques rares cinématiques, chose pourtant très rare dans un jeu SNES. Les boss sont admirablement réalisés, et dans l'ensemble le bestiaire est assez sympathique, même si le résultat n'est pas transcendant non plus. Cependant, on manque un peu de diversité dans les environnements, et le tout se veut tout de même très sombre. De même, si parfois certains décors sont agréablement détaillés si on prend le temps de les observer, Terranigma est loin d'être une claque graphique. On sera rarement émerveillé par la beauté des graphismes, et il faut se dire qu'il s'agit d'un des derniers jeux SNES, mais cela n'empêche pas un niveau plus que correct dans l'ensemble.


Leims Quest



Certains passages sont à faire froid dans le dos
Arrivé à ce stade, on se demande si Terranigma est un jeu sans véritable failles. Mais il faut bien reconnaître qu'il a de grosses faiblesses que l'ambiance enchanteresse ne peut combler. A commencer par le gameplay. Comme si s'agit d'un A-RPG, vous contrôlez Arc et combattrez en temps réel. Votre héros connait 4 types de coups possibles, chaque coup étant plus efficace contre un type d'ennemi, un bouclier, et peut même se servir de magies. La panoplie « physique » est donc assez diversifiée pour le genre, mais les magies se révéleront très vites obsolètes. Quant au bouclier, il n'est là que pour le combat final. L'inventaire se veut assez original, puisque se trouvant dans « une boîte ». En revanche, carton rouge pour l'évolution des statistiques, complètement ratée, si bien que vous pouvez taper dans le 1-2 de dégâts au niveau 15, puis 25 au niveau 16. Cela influe fortement sur le gameplay, puisque vous aurez besoin de pas mal de levelling pour avancer correctement. Au final, le gameplay se veut correct, même si quelques défauts très gênants viennent faire leur apparition.

La difficulté découle directement des failles du gameplay, puisqu'en fonction d'un petit niveau de différence, vous pourrez buter sur un boss, ou alors l'exploser très facilement. La difficulté s'en veut alors instable, puisque que cela sera en fonction de votre style de jeu. En règle générale, vous allez plus en baver que vous n'allez exploser les boss, donc préparez-vous à une bonne séance de mise à niveau, surtout que des pics de difficulté (à mi-jeu) risquent bien de vous pourrir la vie pendant la quinzaine d'heures que nous propose Terranigma. Cela peut paraître assez court, mais l'aventure est tout de même sans temps morts, certes avec beaucoup de donjons, mais l'action réussit à tenir en haleine le joueur pendant la totalité de l'aventure. Le jeu comporte tout de même quelques quêtes annexes pouvant être totalement ignorées au vu de leur faible utilité, cela ne dépendant que de votre volonté. Une durée de vie donc faible pour le genre, mais qui pourra être oublié tant le rythme est élevée et ne contient pas vraiment de passages inutiles.


Sad

Scénario
17/20
Après un début assez banal et une traduction française très foireuse, le jeu surprend par des moments tout simplement «WTFuckants », instaurant alors une ambiance assez tendue, voire malsaine à certains moments. Les rebondissements et de nombreuses questions qui tournent autour du mystère du jeu vous tiendront en haleine pendant les 15h. Mais ce qui est le plus convaincant, c'est vraiment la sensation de participer à une quête tout simplement grandiose, en voyageant à travers notre propre monde, à rencontre des peuples que nous connaissons, et en observant les vices de l'humanité qui sont pourtant vrais. L'ending est en lui-même l'apothéose sublime qui ne peut être meilleure pour ce genre de jeu.
Graphismes
15/20
Dans ses meilleurs jours, Terranigma peut nous offrir d'excellents décors qui sont riches en détails pour le plus grand plaisir de nos yeux. Le mode 7 est utilisé et il faut remarquer que le jeu est loin d'être moche également. Cependant le tout reste vraiment très sombre, même si c'est dans la thématique du jeu on aurait aimé peut être un peu plus de diversité dans les environnements à parcourir.
Jouabilité
14/20
Si Ark se révèle très agréable à manier, et l'utilisation de l'inventaire assez original, on pourra pester contre la gestion assez foireuse des statistiques du personnage, influencant directement la difficulté. On pourra aussi noter un enchaînement assez long de donjons au début du jeu, mais cela s'atténue par la suite. Heureusement ceux-ci ne sont pas labyrinthiques et le level design est tout à fait correct. Le panel de coups d'Ark est assez développé, mais les magies sont finalement inutiles puisqu'on a très peu l'occasion de voir leur utilité dans le jeu. Un gameplay en demi teinte donc, même si les défauts ne sont pas si dramatiques, notamment grâce aux atouts cités précédemment.
Bande son
18/20
Des thèmes toujours justes qui peuvent être tout simplement sublimes. Que ce soit le thème de la map, l'underworld thème, qui est sqkfqsmfka (j'en perd mes mots), ou l'overworld theme, certes moins bon mais qui est loin d'être aussi à jeter, chaque ost est soignée et procure des sensations. Entre les thèmes tristes, joyeux, et surtout épiques, notamment pour le thème du boss de fin, dont la beauté se résumé pourtant à 10 petites secondes du morceau, la bande son de Terranigma est un petit bijou artistique. N'oublions pas les thèmes de donjon comme celui du Labo de Beruga (Ivan chez nous), qui sont vraiment extraordinaires. Touchant, c'est tout.
Durée de vie
13/20
Une quinzaine d'heures suffiront pour voir le bout de Terranigma malgré une action constante. Il y a de petits à cotés qui ne vous rapporteront rien certes, mais qui peuvent faire plaisir à voir, comme par exemple aider au développement des villes que vous avez visité. A part ça le jeu se veut assez court. Le gestion de la difficulté est par contre assez laborieuse, un niveau pouvant faire la différence. A part ça, le jeu n'est pas insurmontable, mais peut-être avec un ou deux pics de difficulté, notamment pour le boss très connu nommé Bloody Mary.

| Conclusion |

Ambiance et univers travaillés, scénario qui monte en crescendo, musiques brillamment composées, Terranigma à tout pour plaire. Même si des détails non négligeables tels qu'un système de statistiques mal régulé et un début de partie trop bourrin au niveau des donjons fait qu'il s'éloigne de la perfection pour le genre. Pour autant, rarement on a vécu une telle aventure remplie d'émotions du début à la fin. Si vous aimez les jeux qui instaure une ambiance tout à fait unique, le jeu est fait pour vous. Et même, nous avons là un excellent RPG qui aura marqué avec brio la fin de la SNES.
1720
++ Bons points ++ - Une véritable quête
- Ambiance à tomber
- Musiques géniales
- Graphismes bons
- Les passages glauques
- Le scénario
- Touchant
- Pas de temps morts
-- Mauvais points -- - Difficulté hasardeuse
- Gameplay trop restreint
- Magies inutiles
- La traduction
- Des passages hors sujet
- Un peu court


Commentaires



New-disco
New-disco a écrit le 21 novembre 2012 :
Très bon test qui ne me fais rappeler qu'une suele chose, qu'il faut vraiment que je le commence (ou recommence).

Les musiques sont vraiment sublime, mais ce qui m'avait marqué, c'était cette ville d'entrée avec les feuilles roses qui tombe, c'était vraiment très sympa !
Dragon-blue
Dragon-blue a écrit le 21 novembre 2012 :
Disco : Les bulles tu veux dire ?

Sinon très bon test pour un très bon jeu !
Concernant la durée de vie, le jeu se termine en une petite dizaine d'heures, c'est donc assez court =/
Je pense que j'ai déjà tout dit à propos de ce jeu dans différents sujets, donc ça ne va pas servir à grand chose de me répéter xD
Chris Duran
Chris Duran a écrit le 22 novembre 2012 :
Le test me donne vraimment envie de m'y mettre,depuis le temps que vous en parlez de ce jeu ^^
Pixel
Pixel a écrit le 23 novembre 2012 :
Ah je vois pourquoi il arrive dans pas longtemps xD ! Sinon excellent Test ! Je pense l'essayer à un moment car j'aime beaucoup les ambiances assez spéciales mais tu dis qu'il y a beaucoup de donjons et ça peut un peu me rebuter sachant que j'aime ça mais sans plus :sisi:

Sinon la qualité du test est comme d'habitude géniale et excellente, bravo !
| Connexion | Inscription |