Logo Génération Nintendo

Edito : 35 ans de Super Mario, à quoi s'attendre ?

Edito     Rédigé par Lord Kanozu     le 18/04/20 à 18:03     12 Coms et 931 Vues Vue étendue

Voilà déjà bientôt trente-cinq ans que les aventures de Super Mario déchaînent les foules et les passions sur consoles, et tout autant de temps depuis que Nintendo s’est lancée dans sa grande conquête du marché du jeu vidéo avec la NES. Les anniversaires passent et s’en vont, certains laissant une impression plutôt amère – on pense toujours à toi, édition du 25ème anniversaire de Super Mario All-Stars sur Wii -, tandis que d’autres ouvraient une perspective d’avenir nouvelle, comme Super Mario Maker l’avait montré pour les trente ans de la franchise. Et même s’il n’est pas étonnant d’entendre de la part de journalistes que Nintendo compte à nouveau célébrer sa mascotte en cette période d’anniversaire, les détails que ces mêmes articles rapportent sont beaucoup plus surprenants. Que nous réserve Nintendo pour cette année ? On tente d’apporter quelques pistes de réflexions, et d’aiguiser notre imagination.

Il faut avant tout préfacer que nous parlons ici toujours de rumeurs, et que tout reste à prendre avec des pincettes, mais les nombreuses sources vont toutes dans le même sens et permettent de pouvoir sereinement spéculer sur la nature de ces jeux. Parce que ce sont bien de plusieurs jeux dont il s’agit là. Nintendo se préparerait à avoir une fin d’année particulièrement chargée en moustache, avec son plombier d’élite au taquet sur tous les fronts. Les articles parlent de plusieurs projets, que nous allons décortiquer point par point et accompagner de notre avis personnel et informé sur ce à quoi il faut s’attendre à ce sujet.


  • Paper Mario

Rares sont les franchises Nintendo à autant polariser ses fans que la série des Paper Mario. Initialement conçu comme une suite à Super Mario RPG : Legend of the Seven Stars de Square Enix sur SNES, Paper Mario débutera finalement sur Nintendo 64 sous la forme d’un RPG, mais dans un univers alternatif où Mario et tous les autres seraient faits de papier. Ce qui aurait pu être un simple gimmick s’est transformé en véritable direction artistique et humoristique pour toute la série, qui s’est ensuite déclinée sur Gamecube, Wii, 3DS et Wii U.

Le problème vient alors de la crise identitaire qu’a subi la franchise au fil du temps. Après un premier épisode remarquable, une suite reprenant le même concept mais étoffé en long et en large a vu le jour sur Gamecube en tant que Paper Mario : La Porte Millénaire. Le succès est à nouveau au rendez-vous, même s’il reste relativement d’estime. Aucun des deux jeux n’a dépassé les deux millions de ventes, même si l’on peut probablement attribuer cela à l’échec commercial que représentent les deux consoles. Peut-être est-ce pour tenter d’attirer un public plus large que ses auteurs ont décidé de changer radicalement la direction de la franchise, à commencer par Super Paper Mario sur Wii, qui n’est plus du tout un RPG mais d’avantage un jeu d’action et d’aventure. Le succès est beaucoup plus présent, le jeu étant plus accessible et moins complexe que les précédents, tout en étant de très haute facture. Il est difficile d’en dire autant de Paper Mario Sticker Star sur 3DS ainsi que Paper Mario Color Splash sur Wii U, qui continuent d’abandonner leur aspect RPG pour des aventures plus décomplexées, mais qui ratent complètement la marque en retirant toute l’âme et l’originalité que la franchise avait acquis au fil des années. Le succès n’est ni d’estime et certainement pas commercial, au moins en ce qui concerne Color Splash, puisqu’il est le jeu le moins vendu de la série.

Quel est alors le futur de la franchise Paper Mario, au moment où des rumeurs parlent de la sortie d’un nouvel épisode pour cette année ? Eh bien, pour déterminer cela, il est judicieux de d’abord s’arrêter un instant sur le studio de développement à la charge de la série : Intelligent Systems.

Il faut dire qu’Intelligent Systems a fortement évolué ces dernières années. Parent désespéré de la licence Fire Emblem qui n’arrivait pas à faire sa niche pendant la majeure partie de son existence, cette dernière a finalement réussi à exploser en popularité depuis la 3DS et est désormais une série majeure du catalogue Nintendo. Depuis 2012, pas moins de cinq jeux et une multitude de DLCs ont vu le jour, au point qu’on croirait presque que le studio ne fait que ça. Mais Intelligent Systems est également responsable des séries Wario Ware, Pushmo, Codename S.T.E.A.M., et dans le cas qui nous intéresse, Paper Mario. Et cela ne veut pas également dire que le rythme de sortie de cette dernière licence a baissé : une moyenne de quatre ans sépare chaque jeu depuis le premier, et c’est ainsi très logiquement que l’on peut s’attendre à un nouvel épisode cette fin d’année, quatre ans après la sortie de Paper Mario : Color Splash. Mais un autre détail est particulièrement intéressant : des 169 employés du studio, le dernier titre sorti à ce jour, Fire Emblem : Three Houses, n’en a employé que 17.

dddLe jeu a en effet été très largement co-développé par Koei Tecmo, qui partage une relation assez proche d’Intelligent Systems depuis la sortie de Fire Emblem Warriors. La question se pose alors de savoir ce que le reste de la boîte a pu faire, au-delà d’entretenir Fire Emblem Heroes. La question est assez vite élucidée et les rumeurs auront vite apporté la réponse à ceux qui ne l’avaient pas : il ne fait aucun doute qu’un nouveau Paper Mario approche, et qu’il sera quasiment intégralement développé au sein d’Intelligent Systems. Le staff responsable du développement n’a en effet pas été présent au développement du moindre des jeux sortis par le studio depuis Color Splash.

Mais faut-il s’attendre à un autre épisode ne répondant pas aux attentes des fans ? S’il fallait faire un pari, et même si cela peut sembler osé après trois épisodes s’étant éloignés des standards de la série, nous prendrions celui du retour aux origines RPG de la franchise pour le prochain jeu. On s’explique.

L’ère 3DS et Wii U aura été assez tumultueuse pour l’ensemble de Nintendo, devant trouver de nouvelles directions pour beaucoup de franchises qui avaient du mal à assumer le virage vers des consoles technologiquement plus avancées, ainsi que la demande constante d’avoir des jeux plus longs et ambitieux. Si Fire Emblem : Awakening était très largement un succès critique et commercial, sa réception auprès des fans de longue date n’a pas forcément été unanime. Beaucoup se sont plaints de la mise en avant des couples, des enfants et du très grand nombre de tropes, caractérisations clichées de personnages, inspirés par les tendances actuelles de l’animation japonaise. Le problème a été exacerbé, au point cette fois-ci de ternir à la nouvelle réputation de la série, dans Fire Emblem Fates, qui a souffert d’une réception moins favorable et d’un succès commercial moindre, même si toujours très conséquent. Inutile de remuer le couteau dans la plaie en ce qui concerne le sort de Paper Mario Sticker Star et Paper Mario Color Splash, si le premier s’est assez bien vendu, le second fut un échec commercial complet et aucun des deux n’a joui de la réception critique ou auprès des fans des précédents jeux.

Et puis, tout s’est arrangé sur Switch. Les licences réussissaient à se renouveler de manière impeccable pour la nouvelle génération de console, les formules évoluaient tout en restant cohérentes, et le succès commercial était de mise pour pratiquement chacune d’entre elles. Intelligent Systems n’était pas en reste puisque Fire Emblem : Three Houses était l’un d’eux, mais ce qui est particulièrement fascinant avec ce titre est qu’il a réussi de manière brillante à réconcilier les fans de longue date tout en offrant un jeu qui répond aux attentes des nouveaux fans. On oublie le dating qui est relégué à une place assez minuscule du jeu mais on garde une narration poussée autour des personnages, ainsi que différentes routes et scénarios pour tous les découvrir. On renoue avec l’aspect plus mature de la série et des conflits géopolitiques sérieux, en se permettant des moments d’allégresse. Il s’agit là à la fois d’un retour aux sources et d’un renouvellement assez inattendu de la franchise.

Et par conséquent, c’est aussi ce à quoi on peut s’attendre pour Paper Mario. En plus de corroborer ce que les différentes sources journalistiques ont pu entendre, cela fait tout simplement sens. Nintendo et ses différents collaborateurs ne sont pas indifférents aux critiques des fans, et là où une simplification des systèmes de jeu était compréhensible sur Wii et 3DS, deux consoles qui s’essayaient à attirer un public non-joueur, la Switch s’est clairement reconcentrée sur une audience plus adepte de la manette. Si un crossover entre Mario et les Lapins Crétins pouvait se permettre un système de jeu tactique emprunté à XCOM, alors pourquoi est-ce que Paper Mario ne pourrait pas non plus ? Sans aller jusqu’à une confiance aveugle dans le projet, et sans non plus nier que certains jeux Switch ne sont pas autant des réussites que les autres, l’idée d’un nouveau Paper Mario cette année est bien plus confortable à imaginer maintenant qu’elle ne l’aurait été il y a quelques années. Il ne reste plus qu’à voir ce qu’Intelligent Systems a encore dans le ventre.


  • Super Mario 3D World Deluxe

 

Voici une possible annonce bien plus prévisible que les autres. Nintendo ne se cache plus de combler les trous dans son planning de jeux Switch par d’innombrables portages de jeux Wii U, qui avaient connus un sinistre destin commercial sur la console au Gamepad et qui bénéficient ainsi d’une chance de se racheter. Pratiquement tous y sont passés, et il va falloir s’attendre à ce que les quelques derniers fassent le détour aussi, y compris le fameux Mario inédit à la machine : Super Mario 3D World.

On ne va pas s’attarder bien longtemps sur ce jeu-ci, tout le monde pouvant largement imaginer la forme qu’il prendra. Un potentiel Super Mario 3D World Deluxe contiendrait l’entièreté du jeu d’origine, jouable en multijoueur jusqu’à quatre sur la même console, le tout avec une résolution réhaussée et, pourquoi pas, du contenu supplémentaire. Le jeu était déjà bien garni mais on pourrait facilement ajouter des niveaux inspirés de Super Mario Odyssey, de la même façon que le portage Switch de Captain Toad l’avait fait. Dans tous les cas, il s’agit d’une valeur sûre qui constituera un parfait titre de Noël pour les familles et les afficionados qui n’y avaient pas encore joué.


  • Super Mario All-Stars 2

Venons-en désormais au cœur du sujet, ce qui a défrayé les chroniques lorsque les premiers articles sont tombés. Pour les dix ans ou presque de la série, Super Mario All-Stars a vu le jour, compilant les quatre premiers jeux Mario existant, Super Mario Bros., Super Mario Bros. : The Lost Levels, Super Mario Bros. 2 et Super Mario Bros. 3, avec une nouvelle couche de peinture pour l’occasion du passage à la SNES. Avance rapide jusqu’à aujourd’hui, et alors que les trente-cinq ans des aventures du plus grand plombier à moustache qui soit arrivent, il semblerait que Nintendo se prépare à remettre le couvert pour une deuxième compilation des plus excitantes.

Ainsi, Super Mario 64, Super Mario Sunshine et Super Mario Galaxy pourraient revoir le jour, en version remasterisée, le tout dans une collection destinée à la Switch. Le choix, apparemment exhaustif, de ces jeux n’est pas sans raison, et nous reviendrons par la suite sur les évidents absents, mais il faut d’abord revenir sur la brève histoire des sorties de chacun de ces titres.

Super Mario 64 est sorti en 1996 et inaugurait le passage à la 3D de la licence star de Nintendo, tout en accompagnant le lancement de la Nintendo 64. Considéré par beaucoup, y compris ses créateurs et sans aucun doute à juste titre, comme l’un des jeux les plus importants de l’histoire de la firme de Kyoto, il aura droit en 2004 à une déclinaison sur DS, Super Mario 64 DS, qui adapte l’entièreté du jeu d’origine aux contrôles de la console à double-écran, qui sortait au même moment. Cette dernière version différait toutefois énormément de l’original puisqu’il ajoutait trois personnages jouables (Yoshi, Luigi et Wario), revisitait les niveaux pour les adapter aux compétences inédites de chacun des personnages, et proposait un mode multijoueur mettant en avant les nouvelles fonctionnalités de la DS. Enfin, le jeu d’origine sera vendu par la suite sur les consoles virtuelles de la Wii puis de la Wii U, respectivement en 2006 puis en 2015.

Super Mario Sunshine est sorti en 2002 sur Gamecube et suivait les traces de son prédécesseur, mais en changeant d’environnement et en enrichissant la palette de mouvements à l’aide du singulier accessoire de Mario qu’est F.L.U.D.D. Contrairement à Super Mario 64, il n’a jamais bénéficié d’une ressortie ou d’un remake sur quelconque plateforme que ce soit. Bien que la réception du jeu ne fut pas aussi dithyrambique que pour son prédécesseur, il a tout de même marqué les esprits par son esthétique vacances d’été et les nombreuses idées originales dans la construction de ses mondes.

Super Mario Galaxy est sorti en 2007 sur Wii et tranche radicalement avec les précédents jeux, abandonnant l’idée de larges mondes explorables et prenant le pari, brillamment réussi, de niveaux plus linéaires mais d’avantage focalisés sur la plateforme et les nombreuses idées ingénieuses de level design autour du concept de la gravité. Il est également le premier Mario 3D à bénéficier d’une suite directe, Super Mario Galaxy 2, sorti en 2010 toujours sur Wii, reprenant le même concept mais l’étendant davantage. Les deux jeux bénéficièrent d’une ressortie sur l’eShop de la Wii.

Une ligne claire se trace avec ces trois jeux. Ils sont chacun les premiers Mario à être sorti sur leur console respective et ont défini une nouvelle orientation pour la franchise à chaque fois. Il est impossible de les dissocier de leur plateforme et époque respective, et constituent différents piliers dans la longue histoire du plombier. C’est peut-être aussi pour cela que la rumeur ne comporte pas la moindre mention de Super Mario Galaxy 2, puisqu’aussi bon soit-il, il n’est que la suite du concept que le premier épisode avait déjà inventé. Il en est de même pour Super Mario 3D Land, déclinaison 3DS qui aurait tendance à vite se faire oublier de l’histoire tant Super Mario 3D World a repris tout son concept pour en faire quelque chose de beaucoup plus ambitieux.

Mais l’autre raison derrière le choix de ces trois jeux est sans doute que le travail de remasterisation pour ces trois-là doit être déjà assez titanesque, ce qui nous amène à notre sujet principal pour cette section : que faut-il attendre de cette collection ?

Il est difficile de se baser sur des précédents historiques autres que Super Mario All-Stars premier du nom étant donné qu’il est le seul ayant existé dans l’histoire de la franchise. Nintendo fait très rarement des collections, et les remakes ou remasters sont des titres vendus séparément, et au prix fort, la plupart du temps. L’idée d’une compilation comportant trois jeux en 3D remasterisés en haute définition ne s’était encore tout simplement jamais présentée jusqu’à présent. Mais force est de constater que cela est sur le point de se passer, et il nous faut donc déterminer les différentes façons dont cette idée pourrait se matérialiser.

Avant de commencer à analyser les jeux individuellement, il faut tout d’abord parler des aspects nécessaires à la refonte de ces trois jeux. Cela peut sembler évident, mais il faut que les trois puissent fonctionner dans leur intégralité sur Switch, et ce alors qu’ils proviennent et ont été conçus pour des supports radicalement différents. Super Mario 64 et Super Mario Sunshine sont, par exemple, uniquement disponibles avec un rapport d’hauteur/largeur de 4:3, adapté aux télés cathodiques de l’époque, alors que les écrans de nos jours sont tous en 16:9. Le changement sera ainsi inévitable et nécessaire. D’autres aspects symptomatiques de leur époque, tel que l’absence de second stick pour contrôler une caméra sur Super Mario 64, seront par défaut présents sur ces versions Switch. Mais le travail nécessaire varie fortement en fonction des jeux.

Commençons par le jeu le plus simple à visualiser des trois, Super Mario Galaxy. Cela peut sembler ironique, puisqu’il a aussi le schéma de contrôle le plus singulier des trois, mais il est également le seul à déjà disposer d’une version officielle en haute définition, sur une console à l’architecture pratiquement identique à la Switch, et fonctionnant sur une manette traditionnelle. En effet, le jeu, ainsi que d’autres titres Wii, est disponible sur le store dématérialisé chinois de la Nvidia Shield, dans le cadre d’un partenariat avec Nintendo. Il tourne ainsi dans une résolution nettement plus poussée, passant de 480 pixels de haut à 1080 (en réalité 1404 mais downsamplé par la suite pour des raisons d’affichage de l’écran), augmentant drastiquement la clarté du jeu. Un changement aussi simple résulte en une différence massive pour le jeu Wii, que l’on vous laisse découvrir par vous-mêmes sur ces images signées Digital Foundry.

A gauche, la version Wii, à droite, la version sur Nvidia Shield TV. On vous conseille de faire un clic droit -> ouvrir l'image pour mieux voir les détails.

Qui plus est, le jeu est entièrement jouable sur une manette de Nvidia Shield, qui est grosso modo identique à une manette traditionnelle. La version Wii d’origine se pratiquait avec une Wiimote tenue à la verticale et un Nunchuck, le stick de ce dernier servant à se déplacer, le bouton A de la Wiimote à sauter et surtout, le pointeur permettait de ramasser les fragments d’étoiles qui étaient à l’écran sur chaque niveau. Tout ceci est remis en place sur la manette, avec le pointeur remplacé par un déplacement du curseur via le stick droit, ce qui n’est toutefois pas très pratique. Cette dernière fonctionnalité pourrait être plutôt attribuée au gyroscope présent sur chaque manette Switch, qui était absent des manettes de Nvidia Shield. Ainsi, tous les contrôles peuvent être facilement réattribués sur une configuration plus moderne.

Mais le plus important reste que la Nvidia Shield partage pratiquement la même architecture que la Switch, cette dernière étant basée sur la puce Tegra X1 que Nvidia avait développé justement pour sa console Android Nvidia Shield. Ce qui fait que, techniquement, il existe déjà une version Switch de Super Mario Galaxy sur le marché, mais qui est simplement inaccessible.  

On peut alors imaginer plus ambitieux. Le jeu a déjà très bien tenu le passage du temps, grâce à sa direction artistique hors du commun, mais il pourrait rayonner davantage avec un petit relifting des textures et quelques menues améliorations graphiques, qui sont largement du niveau des capacités de la Switch. Voilà ce que le jeu (Super Mario Galaxy 2 en l’occurrence, mais cela ne change rien) donne sur Dolphin avec un pack de textures HD et quelques retouches visuelles.

Super Mario Galaxy 2 sur DolphinOn vous conseille de faire un clic droit -> ouvrir l'image pour mieux voir les détails.

Là où les choses sont limpides avec Super Mario Galaxy, on ne peut pas en dire autant de Super Mario Sunshine. Cinq ans plus jeune, les tares techniques sont plus visibles et même s’il ne manque indéniablement pas de charme, le travail de remasterisation sera indéniablement plus conséquent. Pour l’aspect graphique, une augmentation de la résolution vers les standards actuels de la Switch font des merveilles pour le titre, mais la pauvreté des textures – rappelons que le jeu fête bientôt ses 18 ans – est exacerbé et il sera probablement nécessaire de les retravailler. Le titre garde toutefois pour lui une gestion de l’eau assez poussée pour son époque et une palette de couleurs chatoyantes du plus bel effet.

Super Mario Sunshine sur DolphinOn vous conseille de faire un clic droit -> ouvrir l'image pour mieux voir les détails.

Mais dans ce cas-ci, la modernisation risque surtout de se heurter aux nombreux problèmes plus structurels de Super Mario Sunshine, un souci que les deux autres jeux n’ont pas. Sans aller jusqu’à ternir sa réputation, le jeu souffre de soucis autant du côté de sa jouabilité que du rythme et de la pertinence de son contenu. Les premiers semblent facilement réglés par la simple conversion sur Switch : un meilleur second stick permettrait de mieux contrôler la caméra, l’absence de gâchettes analogiques sur Switch est compensée par la présence d’un bouton supplémentaire en tant que gâchette R. Les seconds demanderaient plus de réflexion, mais ne semblent pas impossibles non plus : une carte indiquant de manière précise l’emplacement des pièces bleues dans un niveau, et retirant du champ de vision celles déjà récoltées mettrait court au calvaire qu’elles pouvaient être quand il s’agissait de compléter entièrement un niveau. Être plus laxiste sur certains niveaux impitoyables comme celui du Pachinko permettrait de rendre l’expérience moins frustrante.

Le travail serait clairement plus conséquent pour remasteriser Super Mario Sunshine que Super Mario Galaxy, mais reste dans la mesure du faisable pour Nintendo. En revanche, lorsque l’on se penche sur le cas Super Mario 64, on se heurte vite à un mur infranchissable.

Concrètement, et même si les opinions peuvent diverger, Super Mario 64 semble impossible à remasteriser dans le sens auquel on l’entend aujourd’hui. Autant les deux autres jeux peuvent s’en sortir honorablement avec un rehaussage de la résolution et un léger relifting – deux opérations demandant certes du travail, mais qui sont facilement entreprenables, autant ce n’est pas aussi simple avec un jeu Nintendo 64. Visuellement le titre est simplement trop daté, même si son côté polygonal peut conserver un certain charme auprès des amateurs. Pour mieux illustrer la chose, voici ce que donne me jeu tournant sur émulateur avec les mêmes améliorations graphiques que démontrées sur Super Mario Galaxy, à savoir une hausse de résolution et un rapport hauteur/largeur de 16:9.

Super Mario 64 sur Project 64, avec un mod permettant d'afficher le jeu avec un rapport hauteur/largeur de 16:9.

La différence n’est pas flagrante. Le souci vient de la primitivité des textures et modèles. Pour rappel, nous étions au début de la 3D sur consoles, et si le jeu était une prouesse technique pour l’époque, il accuse déjà 24 ans d’âge. Recréer des textures aurait également le problème de contraster avec la vision d’origine du jeu et la géométrie beaucoup plus polygonale. Peu importe comment on essaye d’approcher l’idée, aucune solution ne semble se distinguer.

Mais c’est en partant du topo qu’on essaie simplement de remasteriser le jeu, c’est-à-dire partir du titre existant et tenter d’améliorer ce qui existe. Que se passerait-il si, contrairement aux deux autres jeux, on aurait un remake de Super Mario 64 dans cette collection ? Un jeu qui reprendrait tout le contenu du jeu d’origine, mais qui le récréerait entièrement de zéro. Et si l’un des récents jeux de Nintendo nous donnait déjà un petit aperçu de ce que cela pourrait donner sur une Switch ? On pense ici à Super Mario Odyssey, et son monde basé sur le Royaume Champignon qui reprend des endroits clés du jeu Nintendo 64.

Super Mario Odyssey sur Nintendo Switch. On vous conseille de faire un clic droit -> ouvrir l'image pour mieux voir les détails.

Tout de suite, les choses semblent plus cohérentes. Évidemment, il s’agit là d’un exemple au sein d’un jeu différent, et on peut imaginer des modèles de personnages plus proche de la direction artistique de l’original. Mais l’idée est là. Si une remasterisation de Super Mario 64 n’est pas envisageable, il bénéficierait grandement d’un remake graphique. Cela permettrait d’en faire une vraie killer app au sein de cette collection, et justifierait le choix de ces trois jeux et respecterait la volonté d’origine de Super Mario All-Stars premier du nom, à savoir remettre au goût du jour d’anciens classiques via la pleine puissance d’une console dernier cri.


En conclusion, le 35ème anniversaire de Super Mario pourrait être grandiose si les rumeurs s’avèrent correctes, et marquer une étape dans la longue histoire de la mascotte de Nintendo. Nous n’avons ici fait que donner nos propres pistes de réflexions sur la forme que pourraient prendre ces projets, mais le facteur surprise légendaire de la firme de Kyoto est toujours au rendez-vous et nous pourrions avoir droit à quelque chose de complètement différent. Entre un potentiel nouveau Paper Mario et la ressortie, après application d’une couche de peinture, des grands classiques des années passées, le futur pourrait être radieux pour notre plombier à moustache favori. Let’s-a-go, comme il dit.

Source 1, Source 2, Source 3, Source 4

12 commentaires Voir sur le forum
Seuls les 10 premiers commentaires sont affichés, pour voir les autres rendez-vous sur le topic correspondant.
Ebros
1813 posts
Ebros, Sam 18 Avr 2020 - 19:54 :
Du coup, c'est la qu'on aurait du faire le débat avec NuageRouge sur la rumeur du prochain Paper Mario :wink:


Pour ce qui est de la collection des 3 plus vieux Mario en 3D, j'y crois pas trop, dans le sens ou ça serait vraiment trop beau. Surtout si Mario 64 est un Remake.

Je rajouterai que si vraiment ils voudraient faire les choses bien, en dehors de l'aspect graphisme et technique, il faudrait aussi corriger certains défauts important que pouvait avoir un jeu comme Mario Sunshine.

Un peu à la manière du Wind Waker HD ou ils avaient viré des trucs lourdingue et ou ils avaient amélioré la navigation en bateau.

Mais bon, la je crois que je rêve un peu :smile: C'est pour ça que j'y crois pas trop.

Ryfalgoth
5875 posts
Ryfalgoth, Sam 18 Avr 2020 - 20:31 :
LOURD cet article de la part de notre cher Kanozu =) On sent que c'était compliqué de déclarer ta flamme à Mario Sunshine :hap:

En tout cas hâte de voir tous ces projets concrétisés !! Surtout Mario 3D World ! (je plaisante :p)
Spydark
9419 posts
Spydark, Sam 18 Avr 2020 - 20:39 :
Il a l'air très bien informé ce jeune homme on se demande bien pourquoi ! Sinon, ce qui me sauce le plus c'est clairement la compilation. J'ai refait Super Mario Sunshine y a pas longtemps, mais j'ai très envie de me refaire Super Mario Galaxy car je me souviens de pas grand chose. Concernant, Super Mario 64, il faut que ce soit un remake. J'ai 0 envie de me payer un jeu en 4:3 avec des textures de N64 floutées. De plus, il faut honorer Super Mario All-Stars premier du nom qui proposait des remakes de tout les jeux inclus. Bref, que ce soit le vrai "gros plus" de cette compilation ce possible remake de Super Mario 64. Sinon, ça n'empêchera juste pas les gens de refaire les jeux en tout aussi beau sur émulateur :sisi:
Lord Kanozu
942 posts
Lord Kanozu, Sam 18 Avr 2020 - 20:50 :
Ryfalgoth a écrit:
LOURD cet article de la part de notre cher Kanozu =) On sent que c'était compliqué de déclarer ta flamme à Mario Sunshine :hap:


C'était très difficile
Nevertrust
306 posts
Nevertrust, Dim 19 Avr 2020 - 00:02 :
Très très lourd cet article, bravo !!

Spy > je trouve que ça contribue au charme de Super Mario 64, tant est si bien qu'il soit joué sur du bon matos et, de façon ultime, avec la modif rgb sur les nus-Fra.
Spydark
9419 posts
Spydark, Dim 19 Avr 2020 - 03:08 :
T'inquiète j'suis d'accord pour dire que Super Mario 64 reste toujours très cohérent et accrochant visuellement, mais voilà, le jeu en l'état ne me donne pas envie de reclaquer 60 euros sur Switch si ce n'est pas un remake :sisi:
Ryfalgoth
5875 posts
Ryfalgoth, Dim 19 Avr 2020 - 12:52 :
C'est vrai que l'état de Mario 64 reste à discuter. Autant Mario Sunshine et Galaxy avec un simple lifting HD aucun problème. Mais voir une refonte totale visuelle de Mario 64, j'sais pas, j'ai un peu du mal à y croire.
Astral_lion
137 posts
Astral_lion, Dim 19 Avr 2020 - 13:13 :
Très intéressant tous ça :)

Personnellement j’attends surtout de voir le Paper Mario d’Intelligent Systems

Pour Mario 64 j'aurai bien aimé voir Grezzo sur un remake Graphique, mais à peine 1 an après link's awakening ça me parait un peu juste.

Là je sens surtout que ce sera surtout un lifting HD des 3 jeux en compilation + un portage de 3D World fait par une petite équipe interne pour pas monopoliser trop de ressources.
Ebros
1813 posts
Ebros, Dim 19 Avr 2020 - 17:39 :
Tiens d'ailleurs, tu te pose la question qu'a bien pu faire tous les autres employés d'Intelligent Systems qui n'ont pas travaillé sur Fire Emblem Three Houses. Tu en conclus qu'ils ont forcement travaillé sur un Paper Mario.

Moi je me pose toujours la question, qu'a bien pu faire Retro Studio pendant toutes ces années avant de reprendre Metroid Prime 4. J'ai toujours pas la réponse.

J'espère qu'on aura une bonne surprise avec un bon Paper Mario et qu'ils vont pas nous la faire à la Retro Studio.
Ryfalgoth
5875 posts
Ryfalgoth, Dim 19 Avr 2020 - 18:11 :
Wais fin la situation de Retro Studios c'est pas la norme du tout. C'est quand même un cas à part. On peut pas comparer Retro Studios et Intelligent Systems, qui sont en bien plus étroite collaboration avec Nintendo qui plus est (je crois qu'une bonne partie est dans les locaux de Nintendo).