Logo Génération Nintendo
Miniature

Theatrhythm Final Bar Line

Theatrhythm Final Bar Line - Test

Switch     Rédigé par Spyounet     Ven 24 Fév 2023     0 Coms et 1056 Vues
Theatrhythm Final Fantasy: Curtain Call est sans aucun doute mon titre favori de la Nintendo 3DS. Non pas qu’il soit aussi culte qu’un Zelda, un Kid Icarus ou autres licences phares de Nintendo. Mais tout simplement car il répondait à une envie propre aux console portables : avoir un jeu pour passer le temps en toutes occasions. Avec la saga Theatrhythm, indieszero, a réussi à trouver un gameplay addictif pour allier jeu de rythme entraînant et mécaniques de RPG. Rejouer sans cesse les plus grandes musiques de FF était un vrai régal. Lorsque la Switch est sortie, il était évident qu’un nouveau Theatrhythm finirait par arriver. Les années passèrent et j’avais un peu perdu espoir d’utiliser ma console en mode portable de façon régulière. Heureusement, le mal est réparé aujourd’hui avec Theatrhythm Final Bar Line. Il est temps de voir si la magie rythmique opère toujours.


Ce test a été réalisé à partir d'une version presse fournie par l'éditeur

L'ADDICTION RYTHMIQUE EST DE RETOUR


Quand on arrive sur l’écran titre, trois modes de jeux sont à disposition : Quêtes de Série, Niveaux Musicaux et Combat Multi. C’est sur le premier qu’il faut se pencher au début. Il s’agit des musiques, mais rangés en fonction du titre dont ils proviennent. Libre à vous de commencer par votre Final Fantasy préféré parmi les premiers proposés et d'évoluer à travers toute la saga. Il n’est pas essentiel de devoir finir toutes les musiques de Final Fantasy VII pour pouvoir passer au X, Final Bar Line nous laisse la possibilité de débloquer une autre quête après avoir complété les premiers morceaux d’une. Quand on débloque un titre, on récupère également une fournée de personnages qui nous permettent de former nos équipes.

Cela se déroule de la façon suivante : on commence un titre et on voyage à travers une sélection de musiques. Ces dernières sont mises dans un ordre qui nous permet de revivre le jeu de manière chronologique les événements (exemple : on commence dans Final Fantasy 7 avec : Opening - Bombing Mission et on termine le cycle avec le fameux One Winged-Angel). Theatrhythm FBL propose comme les précédents opus : trois types de niveaux musicaux. Il y a les Battle Music Stages (BMS), les Field Music Stages (FMS) et les stages cinématiques. Les deux premiers sont les plus communs. Le BMS simule un affrontement de Final Fantasy : les notes arrivent de la gauche et vont vers la droite de l’écran où il nous faut appuyer en rythme avec la musique. Cela se déroule sur quatre lignes. Les FMS servent à accompagner des musiques plus calmes, elles représentent souvent les moments de voyage des jeux dont elles proviennent. Elles n’en restent pas moins difficile avec pour particularité le fait de devoir bouger le joystick de haut en bas pour accompagner nos aventuriers dans leur périple.

ATTENTION AUX DOIGTS


Le gameplay de Theatrhythm reste globalement de devoir appuyer au bon moment sur les touches. Il y a des notes rouges qui sont les communes, les vertes qui demandent de maintenir une touche enfoncé un certains temps et les jaunes qui demandent de faire une direction avec les sticks. Les sticks, oui, car la grande nouveauté du gameplay de Final Bar Line est la possibilité de pouvoir utiliser les deux sticks qui n’étaient pas présents sur 3DS. C’est un ajout qui peut paraître gadget, mais donne une petite complexité en plus au gameplay assez “sobre” de Theatrhythm. Parfois, il faudra même appuyer sur quatre touches en même temps. Ces nouvelles idées rendent les modes difficiles encore plus… difficile.

Final Bar Line nous laisse gentiment moduler notre progression à travers quatre niveaux de difficultés : Basique, Expert, Ultime et le petit nouveau : Suprême. Basique est comme son nom l’indique assez simple, il servira surtout aux débutants à se faire la main pour ensuite passer à Expert qui représente déjà un bon challenge. Ultime était déjà une belle source de difficulté à surmonter, mais les développeurs ont crû bon d’ajouter le Suprême. Un mode tellement dur qu’il n’est pas disponible pour toutes les musiques… et encore heureux. Pour faire simple : c’est un craquage complet, certaines musiques en Suprême demandent des maniements de touches tellement complexes et rapides qu’on se demande qui peut les réussir en-dehors des élus de la Force. Je vous conseille plutôt de vous concentrer à réussir en SSS les Stages Experts et Ultimes pour ne pas tomber dans une frustration gratuite.

ENCORE UN MULTIVERS ?


Passons maintenant au gameplay plus secondaire de FBL. Le mode Quêtes de Série nous sert à débloquer les musiques des titres pour ensuite les travailler séparément dans le mode Niveaux Musicaux. Mais ce n’est pas la seule particularité de ce premier, chaque Stages Musicaux vient avec un objectif secondaire. Outre de réussir la musique sans tomber K.O, il faudra par exemple : survivre avec 90% de sa vie, terminer avec X personnage dans son équipe ou vaincre le boss du niveaux avant la fin de la musique. Des objectifs qui nous permettent de débloquer des récompenses telles que des cartes de collection ou des objets pour améliorer notre équipe. Parlons justement des équipes, Theatrhythm nous permet de réaliser l’équipe FF de nos rêves avec, par exemple : Cloud, Lightning, Yuna et Gladiolus dans le même crew. Ces petits personnages peuvent monter de niveaux, débloquer des compétences et les utiliser en combat comme dans de “vrais jeux” Final Fantasy. Évidemment, ce sont les personnages qui utilisent les compétences automatiquement pendant les niveaux, mais plus une équipe est forte et variée, plus elle peut réussir les différents objectifs.

Tout ce mélange de gameplay simple, mais efficace et des petites composantes RPG viennent créer une formule parfaite de jeu de rythme. Theatrhythm Final Bar Line est à nouveau une merveilleuse addiction musicale. On revit les grands moments musicaux de nos Final Fantasy favoris d’une nouvelle manière et on découvre également de nouvelles musiques de jeux dont on a jamais eu la curiosité d’écouter la bande-son. FBL embarque avec un joli package de base de 385 musiques. On retrouve une bonne partie de morceaux retravaillés qui reviennent de Curtain Call ou du jeu d’Arcade, mais on a aussi beaucoup de musiques enfin jouable pour la première fois sur nos consoles. Parmi les nouvelles sélections on peut noter : Final Fantasy XV, Final Fantasy Origin - Stranger of Paradise, les extensions de Final Fantasy XIV (plus d’une trentaine de musiques) ou encore des épisodes méconnus tels que Mobius Final Fantasy.

On se retrouve avec une merveilleuse sélection des classiques de la saga, mais aussi des titres intimes qui méritent le détour. Cependant une petite ombre vient noircir le tableau : l’Upgrade pour l'Édition Deluxe. Cette amélioration, derrière un paywall de 29.99€, permet de débloquer 27 morceaux et des DLC à venir. Rien de particulièrement outrageant sur le papier à l’exception de “To Zanarkand”. Impossible d’accéder à cette OST merveilleuse, littéralement la première musique que l’on entend quand on lance FFX, sans repasser à la caisse.

BEAU COMME UN CHOCOBO


Un point positif de ce nouvel opus c’est une amélioration visuelle. Evidemment, le style de Theatrhythm fait une grande partie du charme de la série, les personnages empruntent un style chibi assez unique. Pour FBL, indieszero a fait un gros effort sur les décors des musiques, bien plus fidèles et variées. On retrouve avec plaisir des lieux emblématiques lors d’affrontements contre des boss iconiques.

Final Bar Line propose aussi le retour du mode multijoueur en ligne. Il s’agit d’un versus direct contre trois autres joueurs dans des lobbies. Chaque joueur choisit sa musique, puis elle est tirée au sort. Il faut réussir la musique comme dans le reste du jeu, sauf que cette fois-ci des éléments viennent perturber notre concentration. Ce sont des malus que les joueurs s’envoient entre eux à la manière d’un Tetris 99. Ainsi, il faudra rester concentré pendant que d’immenses chocobos apparaissent sur l’écran ou que le titre affiche “mauvais” lorsqu’on réussit une note. C’est une formule plutôt solide qui pousse à une progression assez accueillante où tout le monde y gagne à chaque partie (collecte de cartes de personnages, etc.).

| Conclusion |

Que vous soyez fans de Final Fantasy ou tout simplement un grand curieux, Theatrhythm: Final Bar Line reste un passe-temps ultime à posséder. Les merveilleuses musiques de la saga mélangées à un gameplay simple, mais efficace en font une superbe addiction. Malgré un gros absent dans le jeu de base, le titre reste un monstre de contenus qui vous tiendra des heures durant sur ses différents modes de jeu (dont un “caché”). Les quelques petits points noirs ne noircissent pas le tableau, c’est une grande réussite et un bel hommage à la franchise Final Fantasy. Musique, maestro !
1820
Bons points
- Un gameplay parfait
- Un monstre de contenus
- Des heures de jeux quasi-infinies
- Un mode multijoueur fun et pas frustrant
- Visuellement adorable
- Le partie RPG améliorée
- FFXV, FFXIV, FF Origin, etc. présents
- Battle at the Big Bridge !!!
Mauvais points
- "To Zanarkand" seulement en Deluxe
- Certains personnages absents
- Un mode Suprême trop Suprême
2 commentaires Voir sur le forum
Dragon-blue
21181 posts
Dragon-blue, Sam 25 Fév 2023 - 09:24
Déjà 3h sur la démo, j'ai évidemment craqué comme un bon iencli en commandant la version complète :unsure:
C'est vrai que ça manquait, j'avais aussi pas mal dosé Curtain Call, c'était toujours un plaisir d'y jouer pour passer le temps avec les musiques de fou de cette série.
Joey
80 posts
Joey, Sam 3 Juin 2023 - 08:57
J'adore le jeu, je l'ai instantanément demandé pour mon anniversaire ahah
En même temps sur 3DS, Curtain Call était déjà si bien ! Là je trouve le jeu un peu plus dur mais je m'amuse bien.

Je ne savais pas par contre qu'il y avait une partie DLC en plus ! Mais flemme de la prendre j'avoue.

Merci pour le test ! Très bon article !