Accueil Pokémon Version Noire 2 Test

Pokémon Version Noire 2

Jaquette

Pokémon Version Noire 2 - Test

DS     Rédigé par Fate     le 28/06/13 à 23:09     0 Coms et 431 Vues
Partager sur Twitter Partager sur Facebook
Si les pokémaniacs n'hésitent pas une seule seconde à s'entretuer pour prouver que leur version préférée est la meilleure de la série, tous s'accorderont à dire une chose : Pokémon est et sera toujours une série pleine de surprises. RPG stratégique pour les uns, pure nostalgie de l'enfance pour les autres, chaque version a apporté son lot de nouveautés et possède des atouts qui leurs sont propres. Alors quelle ne fut pas la surprise des joueurs, quand Nintendo annonça pour la première fois de l'histoire de la série, de sortir une véritable suite à Pokémon Noir et Blanc. Bien sûr, connaissant Nintendo et les précédentes versions Platine, Emeraude, Cristal et Jaune, on pouvait s'attendre à peu d'innovations de leurs part, et cette prétendue suite pouvait très bien être une version grise à laquelle on aurait mis le nom de suite juste pour faire un buzz commercial. Il n'en est rien, et nous allons tout de suite voir en quoi cette version est non seulement une véritable suite en tant de RPG, mais aussi une version indispensable dans la continuité de la saga.




Les évènements de pokémon Noir et Blanc 1 vous avaient conduits à battre la Team Plasma et vaincre une fois de plus le maître pokémon de la région. C'est donc après deux ans que nous suivons cette fois-ci un autre dresseur, qui part de sa petite ville natale, en même temps que son rival. Il aura l'occasion de croiser la route de personnages importants du premier opus (Que sont devenus Cheren et Bianca par exemple?), de retomber sur une Team Plasma qui semble différente de la première, sur un étrange scientifique nommé Achroma qui se dit opposé à cette même organisation, et de suivre une aventure pleine de rebondissements qui va le mener jusqu'à la Ligue Pokémon. En deux ans, pas mal de choses ont changés, et d'autres n'ont absolument pas bougé d'un pouce. Des champions d'arènes ont été remplacés, d'autres sont restés et certains personnages ont même un rôle important dans la région d'Unys. Bref, vous aurez l'occasion de constater par vous-mêmes les modifications durant ces deux ans.

Bien sûr, il est inconcevable de jouer à Pokémon Noir et Blanc 2 sans avoir fait le premier opus auparavant, il y a bien trop de références au niveau des personnages du premier opus et même de la série tout entière. L'univers se veut renforcé et beaucoup plus immersif grâce au développement de ce scénario. On retrouve une ambiance familière et des lieux que l'on connaissait mais qui ont parfois changés. Crédible car faisant office de véritable suite, le scénario se veut convaincant et agréable à suivre. Bien qu'il ne soit pas aussi surprenant que celui du premier opus car il revient à un certain « classissisme », le jeu contient quelques aspects intéressants. Par exemple le rival qui a une dent contre la nouvelle Team Plasma, un personnage assez mature très différent de ce qu'on a pu voir dans la série, ou encore le mystère qui entoure N et les deux teams Plasma. Si vous ne l'avez pas encore compris, il s'agit vraiment d'un scénario différent, ce qui est d'une part une première dans la série, mais une nouveauté pas assez convaincante pour un RPG. Car le tout fait pâle figure à de grandes pointures comme The World Ends With You ou encore Radiant Historia. Bien sûr cette critique est valable pour tout les pokémons, mais ce n'est pas parce que c'est une remarque habituelle qu'elle doit être négligée au fil du temps. Bref, au final, un scénario sympathique, agréable, dont l'existence même est une innovation pour la série, mais qui n'est pas assez développé pour être qualifié d'excellent et même de très bon.
 

La Team Plasma sera de nouveau au
centre du conflit...Mais qui tire les ficelles?
Même si de nouveaux personnages apparaissent,
le jeu compte surtout sur les anciens protagonistes.

 

-Rival Battle-

 


Si quelque chose n'a pas, ou presque pas changé depuis le premier opus (et c'est tout à fait normal), ce sont les graphismes. On garde les mêmes depuis le premier opus, déjà forts sympathiques, et l'on ajoute quelques petits détails. A commencer par les animations qui sont présentes pour tout les dresseurs. Apparues dans pokémon Diamant et Perle, les animations n'existaient que pour les champions d'arène et le conseil 4, elles avaient mystérieusement disparu dans Pokémon Noir et Blanc 1, sauf pour les rivaux et N, donc c'est un retour appréciable. Certains effets ont été rajoutés, comme par exemple un rayon de soleil qui vient vous éclairer quand vous sortez du centre pokémon. Mais en résumé, on peut dire qu'il n'y a pas d'amélioration majeure. Les graphismes sont toujours simples mais efficaces, les environnements changent au fur et à mesure des saisons, ainsi, une zone innaccesible en été le sera en hiver grâce à la neige qui recouvre un passage sinueux, ou alors une pluie de feuilles en automne qui vient recouvrir les routes. Certains endroits sont égalements différents en fonction des versions, et cela ne se limite pas à la ville noire ou la forêt blanche du premier opus. Si Pokémon Noir et Blanc 2 restent très satisfaisants de ce coté, la grande question est: Aurons-nous une évolution graphique pour la 6G?

Une autre grande question concernait la bande-son de cette suite. Allions-nous réentendre les thèmes de la première version, ou Nintendo nous concocterait-il de nouvelles musiques? La réponse se situe, certes avec une pointe de regrets, entre les deux. D'un coté les nouveaux thèmes se font nombreux et le constat est là, il s'agit pour la plupart de remixs apparaissant au World Tournament. Certains sont agréablement surprenants et épiques, mais certains n'auraient pas du être remixés tant la qualité est assez médiocre par rapport à l'original. Toujours est-il qu'en général, les musiques sont bonnes, et fidèles à l'esprit de la série, en plus d'être marquantes. De l'autre, Nintendo nous a malheureusement recyclés pas mal de morceaux, parfois les compositeurs ont juste usé d'une très légère variation, et même si c'est un thème aussi prestigieux que celui du dernier pokémon du champion d'arène. Un constat au final satisfaisant, même si certaines frustrations sont de mise. Une bande-son guillerette, parfois épique, au sonorités de plus en plus spéciales, mais qui contient son lot de musiques à retenir, comme par exemple le thème d'Achroma, ou celle de la dernière ville d'Unys. Les qualités l'emportent sur les défauts, pour cette fois-ci, et notamment parce que les thèmes réutilisés sont bons, mais c'est un pari très risqué pour l'avenir de la série, et certainement voué à l'échec.
 



Le jeu contient des thèmes fort sympathiques, aussi bien inédits que remixés.
 



Pokémon étant au départ un RPG classique, il a su s'étoffer en apportant toujours des nouveautés plus ou moins déterminantes selon les versions. La 3G a vu l'apparition des combats duo, et Pokémon Blanc/Noir les combats Trio et Rotatifs, que l'on avait presque pas eu l'occasion de voir dans cette même version. Dans Pokémon Blanc et Noir 2, ils sont bien plus mis en avant, de par une plus grande fréquence de ces combats, qui permettent de voir plus précisément les atouts de ces nouveautés de cette 5G. A coté du combat Trio qui met en scène un « simple » 3vs3 bien plus compliqué qu'il n'en a l'air en réalité, le combat rotatif est quand à lui bien différent. Toujours en 3vs3, les trois pokémons se trouvent sur une plaque tournante qu'il est possible de bouger à n'importe quel moment, un seul pokémon peut attaquer à la fois, cela veut dire que les deux pokémons en retrait ne peuvent rien faire. L'atout principal de ce système est que le combat va se jouer sur l'anticipation, chaque joueur peut voir les pokémons de son adversaire, et ainsi tourner la plaque pour qu'un autre de ses 3 pokémons encaisse une attaque gênante pour le pokémon précédent et ainsi mettre en difficulté le dresseur adverse. Si je vous explique ce système pourtant présent dès le précédent opus, c'est aussi parce que le jeu met plus facile l'accent sur la stratégie. Nintendo montre vraiment les différents aspects de Pokémon : un loisir divertissant, mais aussi un jeu à tournoi ou les meilleurs entraînent leurs pokémons avec des IV, EV, et tout autre vocabulaire incompréhensible pour le joueur lambda, vocabulaire dont la série s'est accaparé depuis la 4ème génération.

De cette mise en avant flagrante de la part de Nintendo pour bien rappeller les ajouts de la 5G, après, le gameplay est quasiment le même. Si quelques modifications ont été faites dans le domaine de la stratégie, comme par exemple changer la précision de certains objets, certaines propriétés des attaques, ou encore des capacités uniques dues au Dream World, le gameplay global n'a quand à lui pas changé d'un pouce, combat solo, duo, trio, rotatif, champion d'arène, et (encore...) entraînement aux nanmaiouies sur la quasi-totalité des routes. Il sera certes un peu dommage de ne pas retrouver d'items comme le cherche-vs, et quelques petites remarques comme par exemple un équilibre un chouïa plus bancal que dans Noir et Blanc 1, notamment à cause de la dispersion des guérisseurs un peu plus hasardeuse. Mais cela recquiert du détail pur et ce serait chipoter de reclamer un item qui n'était même pas présent dans l'opus précédent, et de critiquer tout de même un gameplay qui frôle la perfection avec insolence. On se demande ce que Nintendo pourra encore proposer pour la sixième génération, car le système commence cependant à s'effriter. Oui, les combats Trios et Rotatifs ne vaudront certainement jamais les combats Duos et Solo, sans doute car cela sont déjà bien mis en place dans la communautés des joueurs en online.
 

Le Gameplay de Pokémon est toujours aussi
bon et complexe
Blanc et Noir 2 ont su mettre en avant les
combats trio et rotatifs

 

-Route 23-
 
 


Si la série pokémon est connue pour quelque chose, c'est d'une part à cause de la durée de vie légendaire de ses jeux. Et Pokémon Noir et Blanc ne dérogent pas à la règle, ils enfoncent même le clou. L'aventure principale se termine en 25-30h alors qu'il faut généralement une vingtaine d'heure pour battre la ligue une première fois. A cette durée de vie déjà correcte pour un RPG s'ajoutent d'inombrables quêtes et bonus en tout genres, et il faudra compter en centaines d'heures pour tout découvrir, si ce n'est plus. Parlons d'abord des nouveautés. La principale attraction innovante de cette suite s'appelle le Pokémon World Tournament. Ce batîment servira à organiser des tournois à la manière d'un tableau, exactement comme le dôme de combat dans pokémon Emeraude. Sauf que vos adversaire ne seront pas ordinaires, il s'agit de l'intégralité des champions d'arène et maître pokémons de la série, un casting de rêve donc! Bien sûr il est possible de les combattre en combat solo, duo, trio et rotatif. Il y sera également possible de combattre des dresseurs de haut niveau avec différentes règles, comme échanger un de ses pokémons avec l'adversaire avant de commencer. Le World Tournament est donc en quelque sorte une très belle attraction que toute zone de combat voudrait avoir, et cet endroit vaut le détour, autant pour les fans que pour les amateurs de stratégie. L'autre nouveauté qui remplace les « concours », c'est le Pokéwood. Vous êtes dans la peau d'un réalisateur de films pokémons et vous devrez faire en sorte de créer des situations qui feront que le film gagne beaucoup d'audience. Un petit-passe temps qui pourra certes paraître anecdotique sur le long terme, mais assez intéressant à découvrir plusieurs fois. Bien sûr, ajoutez à ça le Métro de combat de la première version, mais en plus un tout nouveau bâtiment dans la forêt blanche/ville noire, qui mettra au défi vos compétences de dresseur. Et sans parler de toutes les fonctions online, qui serait bien trop longues à développer dans un seul paragraphe, mais sachez qu'il y a également des nouveautés de ce coté là, comme par exemple la Join Avenue, un endroit qui se remplira de boutiques et d'endroits très utiles en fonction de votre nombre d'amis que vous aurez invités au moyen de la Wi-fi.

Si le paragraphe précédent ne vous a pas convaincu de la durée de vie encore plus conséquente que son premier opus, enfonçons encore un peu plus le clou avec la difficulté, car Pokémon Noir et Blanc 2 sont les premiers jeux de la série à avoir un mode difficile. Si en théorie, cela n'a rien d'incroyable et aura du être présent bien plus tôt comme tout bon RPG qui se respecte, il faut tout de même souligner cette apparition très tardive. Déblocable à la moitié du jeu, le mode challenge activable à n'importe quel moment de la partie vous permettra d'augmenter la difficulté. En quoi ça consiste en pratique? Les dresseurs ont des pokémons plus puissants en terme de niveaux, chaque champion d'arène à un pokémon de plus, certains portent des objets, et l'IA est plus efficace. De quoi sérieusement corser vos parties, surtout si vous reprenez l'aventure depuis le début. A l'inverse, il y a également un mode facile d'accessible, pour les débutants. La seule réserve que l'on pourra exprimer est qu'il est dommage que l'on ne puisse pas débloquer cela dès le début de la partie, nous forçant à recommencer l'aventure pour voir vraiment l'étendue de ce mode difficile. Chaque mode étant spécifique à une version (mode difficile pour noir 2 et mode facile pour blanc 2), il vous sera toutefois possible de débloquer les deux si un de vos amis à la version opposée. Il suffira alors d'une simple connection pour acquérir le contenu manquant.
 

Le World Tournament est la grande
attraction de cette suite
Le jeu n'a jamais connu autant de
possibilités au niveau online (ci-contre: Join Avenue)

 

-Seigaiah City-

Scénario
14/20
Deux ans après les événements du premier opus, le joueur pourra retrouver des têtes connues, et un territoire déjà exploré, même si Unys vous réservera encore pas mal de surprises au niveau des nouvelles routes. Bien qu'il soit un poil moins intéressant que celui de Blanc et Noir 1 au niveau de la Team Plasma, le scénario rajoute encore plus d'immersion à l'univers de cette cinquième génération, c'est donc avec un grand plaisir que l'on cherchera chacune des références au premier opus, en se demandant comment a pu évoluer cette région en seulement deux ans. Et même si certaines réponses ne seront accessibles que par Memory Link, le scénario se veut agréable à suivre, et encore avec une longueur d'avance par rapport aux précédentes générations en terme de développement.
Graphismes
16/20
Pas d'évolution graphique depuis le premier opus, mais il faut reconnaître que le style est toujours aussi efficace. Même si le tout se veut assez simpliste, on a droit parfois à de jolis paysages. Les environnements changent toujours au fil des saisons, notons cependant l'apparition d'animations pour tout les dresseurs, quelques petits effets ont également été rajoutés, mais rien d’extraordinaire. Au final, un bilan tout de même satisfaisant, même si de ce coté, Nintendo aura eu tendance à se reposer un peu sur ses lauriers.
Jouabilité
18/20
Il est très certainement difficile de faire mieux que ce que nous propose cette suite. En plus des habituels combats solos, duos, trio et rotatifs, les deux derniers étant mis en valeur par rapport au premier opus, le jeu nous fait découvrir petit à petit toute la dimension stratégique de la série, il suffira de faire le World Tournament pour s'en convaincre. Pour les puristes, des petits ajustements ont été encore fait au niveau des différentes attaques et capacités. Non, le gameplay de Pokémon frôle décidément la perfection, en proposant deux expériences bien différentes au sein d'un seul et même jeu, et ce depuis la 4G, celle de la découverte et celle de la compétition.
Bande son
16/20
Des thèmes très agréables, aussi bien inédits que réutilisés, c'est d'ailleurs la seule grosse remarque que l'on pourra faire à cette bande-son, c'est qu'elle a eu trop tendance à recycler d'anciens thèmes, aussi bons soient-ils. Cependant d'autres très bons thèmes inédits viennent rééquilibrer la balance et mention spéciale aux nombreux remixs des thèmes de champions d'arène et de maître pokémon que l'on peut entendre dans le World Tournament. Au final, même si l'ensemble ne peut pas rivaliser avec les grosses pointures de la DS, le tout se veut très sympathique et assez marquant.
Durée de vie
19/20
Toujours en proposant une durée de vie faramineuse de part les nombreux défis qui vous attendent après la ligue, cette version peut même se vanter d'être un peu plus longue en ce qui concerne le scénario principal (25 à 30h environ). Entre le Métro de Combat, le défi de la ville noir ou blanche, le World Tournament qui sera un régal pour les fanboys, le Pokéwood, et le tout nouveau mode challenge qui fait office de mode difficile, vous en aurez largement pour votre argent. Et bien sûr si vous vous mettez en tête de capturer tout les pokémons pour obtenir l'item ultime, celui qui augmente la fréquence d'apparition des pokémons shineys, c'est une autre histoire. Et j'en passe et des meilleures. Une durée de vie quasi-illimitée qui ne sera entachée que par l'absence du choix de la difficulté dès le début du jeu.

| Conclusion |

Bien plus qu'une version grise, Pokémon Noir et Blanc 2 apportent leur lot de nouveautés et de surprises. Que ce soit pour les fans de la première heure qui y trouveront leur bonheur, ou pour la première fois, pour ceux qui rechercheront un défi, cette version se veut encore plus complète que la précédente. Quasi-parfait au niveau du gameplay et de la durée de vie, le jeu ne réussit pourtant pas à faire aussi bien au niveau des autres critères. Mais cela en fait tout de même un jeu d'exception, un RPG incroyablement riche et accrocheur. Le pari est réussi pour Nintendo qui boucle cette cinquième génération de Pokémon avec brio.
1720


Commentaires

| Connexion | Inscription |