Logo Génération Nintendo
Jaquette

Monster Hunter Rise

Monster Hunter Rise - Test

Switch     Rédigé par Spydark     le 23/04/21 à 00:00     0 Coms et 147 Vues Vue étendue
Pour Capcom, Monster Hunter a toujours été une licence juteuse sur le territoire japonais. Si la série avait déjà un aura sur le reste du globe, c’est vraiment à partir de Monster Hunter World en 2018 que le phénomène devient international. En proposant une version plus accessible, l’éditeur japonais est parvenu à assurer la pérennité de sa saga. C’est dans cette suite logique que les équipes de MH se sont lancées sur un opus en direction de la Nintendo Switch pour continuer de toucher le plus de monde possible. A l’heure où j’écris ces lignes, Monster Hunter Rise est déjà un carton commercial qu’il est important de décortiquer.


test réalisé à partir d'un code envoyé par Nintendo et Capcom


Mise en contexte : Je tiens à préciser que je n’ai pas joué à Monster Hunter World avant d’écrire ce test. Je découvre donc toutes les nouveautés introduites précédemment via MH Rise.

Un Hunter sachant chasser le Rathalos


Depuis Monster Hunter Tri sur Nintendo Wii, Capcom et Nintendo se sont toujours envoyés des mots d’amour. Pour Capcom, cela permet la mise en avant des opus sur diverses communications du constructeur (Nintendo Direct, Salons, Affiches) et pour Nintendo de s’assurer de renforcer ses machines avec un carton quasi certain. C’est donc dans cette lignée de Monster Hunter 3 Ultimate, Monster Hunter 4 Ultimate et autres Monster Hunter Generations que Monster Hunter Rise vient s’installer. Ce dernier, doit réussir un pari assez risqué : continuer de plairent aux anciens fans plus “hardcore” et ne pas perdre le nouveau public introduit par MH World. Tel le milieu d’une saison de Koh Lanta, MH Rise se doit d’être l’opus de la réunification.

L’histoire du jeu commence après que vous ayez créé votre avatar via un panel de personnalisation poussé. Vous permettant également de créer votre Chacha et votre Pilpoil qui seront vos deux compagnons lorsque vous jouez en solo. Votre chasseur-esse va être prévenu par les gens du village local que la Calamité approche. Il s’agit d’une malédiction qui vient frapper la région chaque demi-siècle, à ce moment-là, tous les monstres deviennent fous et partent attaquer la bourgade sous les ordres du vil Magnamalo (nouveau monstre phare du jeu). Comme Philippe Etchebest, pas question de rester les bras croisés, il va falloir apprendre à devenir un cui- chasseur de monstres. C’est après quelques dialogues et tutos que l’aventure démarre vraiment.

(Référence au sketch des Inconnus sur les Chasseurs)


Dans le déroulé global, on reste dans la digne lignée des opus 3DS. On fait nos emplettes aux villages, ce qui inclut le craft de matériaux, le forgeage de nouvelles armes et armures ou encore la personnalisation de mouvements. Ensuite, on prendra une mission via la section solo ou multijoueur et on partira en quête de combats épiques contre des monstres géants de plus en plus redoutables. Pour rendre l’expérience moins redondante, plusieurs nouveautés de gameplay viennent nous faciliter la vie. Déjà, les maps ouvertes introduites via MH World reviennent, plus besoin de se farcir des micro-chargements entre chaque zone, tout est ouvert. En plus de pouvoir se déplacer normalement à pied ou sur le dos de notre toutou, MH Rise nous invite à tâter de la verticalité avec le Filoptère. Il s’agit d’un compagnon insectoïde qui nous permet via une sorte de cable : de pouvoir se balancer, faire des sauts de plusieurs mètres ou encore pouvoir marcher sur les murs. C’est un ajout au gameplay qui permet une plus grande richesse de mouvement et diminue l’aspect “sac à patates” que se farcit la licence. Peu importe que vous maniez la Voltohache, l'Épée Longue ou l’Arc, vous êtes plus mobile qu’avant. A noter que le Filoptère ajoute également deux mouvements d’attaques uniques en fonction de votre type d’arme, augmentant la diversité des combos possibles.

Autant le dire tout de suite, il s’agit du meilleur système de combat de la saga. C’est tout simplement jouissif de se jeter du haut d’une falaise, se balancer avec son insecte et asséner un gros coup au monstre en tombant. Lorsque ce dernier tente de prendre la fuite, de pouvoir le poursuivre en montant sur son toutou tout aiguisant son arme. Tout est bien plus nerveux, les actions sont plus directes et on arrive parfois à dominer notre opposant. Parfois, jusqu’à pouvoir le chevaucher via une nouveauté de gameplay nommée Monte Wiverne. Durant ce court laps de temps, il est possible de contrôler un Barroth et l’envoyer valser contre un mur ou plus classe encore, s’en servir pour frapper un autre monstre qui rôde dans la région. Bien souvent, les monstres seront trois sur la map, ce qui leur permet de se rencontrer et de se lancer dans un combat pour leur territoire. Dans cet instant, on a l’impression d’assister à un duel de titans digne de Godzilla contre King Kong.

C’est ainsi que Capcom nous entraîne dans sa boucle de gameplay “infinisante” où il faudra battre et rebattre plusieurs fois ces monstres géants dans le but de monter de rang et d’avoir une meilleure armure. Une fois les quêtes du village (aka mode solo) terminées, vous pouvez considérer que l’introduction est terminée et qu’il faut se lancer dans les quêtes du grand-camp qui vous permettront de vivre l’expérience entre amis. Monster Hunter fait donc partie de ces licences dont la durée de vie dépend de l’investissement que vous pouvez y mettre. Vous pouvez très bien vous arrêtez au crédits, mais ce serait perdre de l'intérêt du jeu qui nous invite à toujours pousser plus loin et participer à des combats de plus en plus hard.

Orcs Must Die ?


Pour renouveler encore plus l’expérience, les développeurs proposent un nouveau type de quêtes avec les Calamités. Ce nouveau mode est une sorte de tower-defense où il faudra protéger la porte du village de l’assaut d’une dizaine de monstres en même temps. Le but est de placer judicieusement différents types de tourelles manuelles ou automatiques pour repousser l’invasion bestiale. Pas particulièrement amusant en solo, l’exercice devient tout de suite plus prenant avec des ami-e-s puisqu’il faudra se répartir les tâches pour devenir le plus optimal possible. Les Calamités restent une bonne façon de repenser l’expérience Monster Hunter et il est toujours plaisant de sortir in extremis d’une situation compliquée. On regrettera juste qu’il n’est pas toujours très lisible de suivre ce qui se passe à l’écran quand les bestiaux arrivent en masse. La nouvelle direction artistique se ressent également avec de nouvelles cinématiques pour introduire les monstres de façon classieuse.

Vous l’aurez compris, Monster Hunter est une aventure qui prend tout son sens en multijoueur. De toute façon, à quoi peut bien servir une belle armure si il est impossible de pouvoir frimer devant ses potes. Capcom l’a très bien compris et MH Rise a tout simplement le meilleur online de toutes les exclusivités Nintendo Switch. Super Mario 3D World en février avait déjà fait des efforts sur la stabilité du online, mais avec MH on a enfin quelque chose d’excellent. Sur 50h de jeu, aucune déconnexions. De plus, il est très simple de se balader dans le lobby ou d’en créer un. On peut rejoindre ses potes ou des inconnus en deux-trois mouvements. C’est un outil bien pratique pour vite monter de rang et rejoindre des gens qui veulent chasser le même bestiau que nous. Aucun soucis notable dans l’expérience online de ce titre.

"Ça fait très Japon"



Concernant le visuel, Monster Hunter Rise est une petite merveille technique pour la Nintendo Switch. Tout est très propre et on sent la différence depuis les versions 3DS. C’est ambitieux graphiquement et on est clairement dans le haut de ce que peut produire une Nintendo Switch, le tout sans une seule baisse de framerate. Une performance technique qui est bienvenue pour accompagner ce gameplay plus rapide et nerveux. MH Rise propose aussi une direction artistique différente en surfant clairement sur des inspirations japonaises que ce soit sur les décors ou les vêtements des personnages. Les animations ont également eu un soin tout particulier, il suffit de voir un combat entre deux monstres pour s’en rendre compte. Clairement, Capcom ne s’est pas reposé sur ses lauriers et propose une solide adaptation du rendu général de MH World sur Nintendo Switch.

Cette nouvelle inspiration japonaise se retrouve également dans la bande-son avec des chants pour accompagner le thème principal du jeu et les hubs centraux. Concernant les combats, on retrouve avec plaisir des morceaux entraînants avec une grosse palette d’instruments en fonction de la zone de chasse. Le volcan aura des musiques très épiques, tandis que la forêt sera un peu plus calme et mystique. Tout ceci forme un enrobage sonore d’une grande qualité et il est toujours plaisant de combattre avec un tel élan musical.

| Conclusion |

Capcom ne s’est pas reposé sur ses lauriers avec ce Monster Hunter Rise. Peu importe la qualité du titre, un MH sur Nintendo Switch aurait été un carton immédiat. Mais, les développeurs ont souhaité offrir un titre généreux qui renouvelle la formule avec une nouvelle direction artistique somptueuse. Avec plus de libertés sur nos mouvements, sur la carte et sur la façon d’affronter les monstres, nous sommes devant le Monster Hunter le plus agréable à jouer. A la fois accessible et technique, il ne fait aucun doute que les anciens comme les nouveaux venus trouveront de quoi manger pendant des centaines d’heures. Reste à suivre l’entretien du jeu sur le long terme. En attendant, Monster Hunter Rise se présente déjà comme l’un des meilleurs jeux de 2021.
1920
Bons points
- Les nouveaux monstres bien stylés...
- Claque technique pour de la Nintendo Switch
- La nouvelle direction artistique sauce Japon
- Bande-son entraînante et variée
- Tout les mouvements bien plus dynamiques/réactifs
- Les possibilités acrobatiques du Filoptères
- Les zones de chasses ouvertes
- Un mode online de qualité
- Les quêtes Calamités qui apportent du neuf
- Les bastons entre les monstres
Mauvais points
- Mais qui aurait pu être plus nombreux
- Pas toujours facile de se retrouver dans le HUB
- Du contenu endgame qui se fait attendre (mais une MAJ arrive bientôt)
0 commentaire Voir sur le forum