Accueil Katana Zero Test

Katana Zero

Jaquette

Katana Zero - Test

Switch     Rédigé par Hiroki     le 03/05/19 à 00:00     0 Coms et 307 Vues
Partager sur Twitter Partager sur Facebook
La vie est dure dans la banlieue d'une mégalopole bien trop vaste pour être parfaite, et où la noirceur de l'âme peut s'exprimer dans chaque recoin. Des gens veulent tuer d'autres gens. Certains vendent de la drogue à des innocents, et d'autres mènent des guerres et des expériences dans l'ombre. Mais qu'avez-vous à faire au milieu de tout ça ? Pas vraiment le temps d'y réfléchir, votre nouveau contrat vous attend. Enfilez cette robe de chambre et prenez soin de prendre votre katana. Ça va couper chérie !




Askiisoft



Fruit d'une gestation d'au moins six ans, Katana Zero est l'enfant d'une équipe d'un seul homme, Justin Stander. C'est un développeur indépendant qui crée des jeux depuis une bonne quinzaine d'années, avec le goût du gameplay précis et des jeux prenants. Il a d'ailleurs à cette occasion fondé Askiisoft. Pour ce jeu, durant les six années de développement, il a pu recevoir des aides ponctuelles pour l'écriture, la musique ou les graphismes. Mais l'ensemble reste majoritairement son travail seul.

Katana Zero se présente comme un jeu d'action nerveux aux mécaniques de Die and Retry fortement inspirées d'un certain Hotline Miami. Mais pas que, puisqu'il présente également un scénario plus profond qu'il n'y parait et la recherche de surprise pour le joueur autant que possible.



Dragon




Vous habitez un appartement plutôt miteux dans un quartier miteux, lui aussi...
La Nouvelle Mecque, mégalopole industrielle aux multiples facettes où les secrets ne semblent pas si enfouis que ça. Dans ses franges, l'on rencontre de tout, et surtout n'importe quoi. Des districts huppés, plein d'argent et de drogue, aux quartiers pauvres, plein de violence et de drogue, vous évoluerez dans ces banlieues parfois poisseuses pour accomplir vos contrats. Car vous incarnez un tueur à gage, ancien militaire dans une guerre sanglante, très doué et plutôt réputé, qui agit pour le compte d'une organisation mystérieuse. Et le plus clair de vos journées et de vos nuits, vous le passez à tuer des sbires et autres figures importantes qui pourraient nuire à vos employeur. Vos atouts ? Une habileté sans précédent avec un sabre, des réflexes aiguisés, et surtout une certaine capacité à lire les mouvements de vos adversaires au ralenti et à prédire l'avenir avec justesse. Mais tout n'est pas si simple en réalité !



Régulièrement, vous serez joint au téléphone par votre interlocuteur au sein de l'organisation
Et c'est justement l'un des gros points forts du titre ! Son écriture ! Car le jeu n'est pas seulement un actionner nerveux et intense où l'action seule justifie le temps passé. Il se permet de se parer d'une ambiance prenante, dans la poisse d'une banlieue sombre d'une mégalopole à l'image des 80s. Un scénario plutôt prenant, avec quelques rebondissements ponctuant sa progression, pour perdre le joueur dans une histoire qui semble bien plus complexe que ce que l'on imagine. Et surtout son écriture ! Et c'est votre serviteur, amoureux de l'écriture et des scenarii, qui vous le dit. Le titre est très bien écrit tout du long (en français qui plus est) avec des dialogues bien pensés et des moments bien dosés entre tension et légèreté.

Je pourrais passer des heures à vous en vanter les mérites, de vive voix en citant des passages clés, des références, des passages essentiels à la narration et significatifs, une utilisation intelligente des thèmes de cette œuvre et bien plus encore. Mais ce serait desservir le titre que de tenter de le résumer ici, avec quelques mots, dans une chronique courte. Alors, plus que des mots, je ne peux que vous enjoindre à nouveau à découvrir la chose par vous-même ! Mais si vous aimez les histoires prenantes, les scenarii obscurs mais intelligents, alors foncez !



Katana




Une bonne mission commence toujours par une piste bien rythmée comme il faut !
Comme je l'ai dit plus tôt, le pitch de départ est plutôt simple. Vous êtes un assassin. Vous bossez pour une organisation. Vous réalisez des contrats. Souvent ces contrats impliquent des morts de personnes cibles. La structure semble plutôt simple à saisir et le jeu suivra un principe similaire. Vous découvrez la mission et vous affrontez vos ennemis selon votre propre plan jusqu'à accomplissement de la mission. Puis, vous rentrez chez vous pour dormir. Le lendemain, vous rencontrez votre thérapeute, qui fait également partie de l'organisation. Car, comme dit plus haut, vous incarnez un ancien militaire, ayant pris part dans une guerre sanglante, et en proie à des traumatismes que vous tenterez de guérir, et des interrogations que vous essaierez de résoudre. Ça tombe bien, puisque ce thérapeute fera également le lien avec l'organisation.

Et une fois que vous vous serez habitué à ce petit schéma, le jeu décidera de vous perdre un peu en changeant les éléments qui constituent les différents chapitres. Régulièrement, d'ailleurs, on cherchera à vous chambouler, à vous faire perdre vos repères, à vous tester. De fait, le jeu se révèle plutôt rafraîchissant et réussit à se renouveler plusieurs fois durant sa durée, toujours accompagné de son scénario bien pensé, évidement !



Les passages chez votre thérapeute vous permettront de vous procurer votre médicament mais également d'essayer de décrypter votre psyché...
En terme de gameplay, autant le dire tout de suite, le jeu a été programmé aux petits oignons. De l'aveu de Justin Stander lui-même (le développeur, je le rappelle) ces six années lui ont non seulement permis de peaufiner le jeu comme il le voulait, mais surtout elles étaient nécessaires. Car bien conscient du résultat qu'il voulait proposer aux joueurs, il se voulait irréprochable sur le gameplay. L'idée était de n'avoir pas un seul bug pouvant entacher l'expérience de jeu. Et c'est le cas ! Le personnage répond assez rapidement et nous offre une palette de mouvements, certes moins grande que certains jeux triple A, mais néanmoins suffisante pour effectuer la majorité de nos idées. Des touches directionnelles, un bouton de saut, un d'action, un de sabre, une gâchette de roulade et une gâchette de ralenti et c'est tout. Et c'est bien suffisant pour s'amuser. Mais, malgré cette "simplicité" apparente, et cette intuitivité dans les contrôles, le jeu n'en reste pas moins exigeant et vous devrez faire preuve de rigueur si vous ne voulez pas voir votre plan tomber à l'eau. Et de concentration!



...et il vous remettra l'ordre de votre prochaine mission.
Car, et c'est là l'une des mécaniques clés du jeu, les missions vous mettront à mal. Vous allez mourir, parfois en boucle, incapable de trouver la parade à un niveau. Mais vous recommencez rapidement, rendant le tout plutôt nerveux et frénétique ! Et si le jeu s'avère punitif sur des actions parfois bancales (des wiffs, pour ceux qui sont familiers de ce jargon), il se montre néanmoins généreux en terme de checkpoint, et vous permettra de recommencer les tableaux à partir de points clés, plutôt que de refaire à chaque fois de longues et éreintantes sessions de jeu.


Mais si l'objectif global semble plutôt évident, le jeu vous laissera de temps à autres la possibilité de choisir un autre cours d'action. Que ce soit en tentant des actions possibles au vu du moteur du jeu, mais non mises en avant par le scénario, ou alors dans les dialogues, qui seront presque systématiquement à choix multiples, avec même la possibilité de couper votre interlocuteur. Certes, vous y perdrez en informations intéressantes, mais vous y gagnerez en immersion ! Et si vous préférez choisir vos réponses minutieusement, sachez que si elles sont limitées dans le temps, elles auront potentiellement une incidence sur le scénario. Ou plus précisément sur votre compréhension des événements. Et certaines pourraient même affecter les personnages autour de vous de façon pérenne.



Le choix de votre réponse vous permettra parfois quelques excentricités
Mais le jeu, dans son ensemble, se révèle un poil court. Proposant 11 chapitres officiels (et un chapitre secret), il vous demandera entre 4 et 6 heures de jeu, selon votre implication et votre réussite. Mais cela tient peut-être de son développement. Néanmoins, Askiisoft promet déjà un DLC, gratuit, à paraître rapidement pour étoffer le scénario et venir gonfler la durée de vie. On dit même que ce DLC serait encore plus ambitieux que le jeu de base. Après, libre à chacun de croire à la théorie qu'il souhaite, mais votre serviteur pense que le jeu devait être publié un peu plus tôt que ce que le développeur aurait eu besoin, et qu'il profite de la possibilité d'adjoindre des DLC pour finir ce qu'il avait en tête. Également à noter que si le jeu se prête totalement à la pratique du speedrun, qu'un mode speedrun, justement, verra le jour en même temps que ce fameux DLC. Et soyez assurés que votre serviteur mettra un point d'honneur à tester tout cela pour vous en rendre l'expérience la plus authentique possible!



Zero



Si l'on me demande ce que je pense de l'ambiance de ce titre, je ne serais qu'amour. Puisque c'est une des ambiances, dans le jeu vidéo et le cinéma, que j'aime énormément. Mais tâchons de décrire les choses de façon un peu sérieuse.


Les personnages de l'univers sont plutôt délirants et décalés
Le jeu arbore une esthétique ressemblant à nos 80s, avec des couleurs criardes et de bonnes doses de noir. C'est un univers sombre dans lequel la misère et la noirceur côtoie des fêtes décomplexées aux tons flashy et aux mœurs légères. Et l'on y croise nombre d'individus tous plus originaux les uns que les autres, qui essaient tant bien que mal de se dépêtrer dans ce merdier ambiant. Et autant vous dire que l'ensemble est toujours crédible. Et quelque peu référencé, par moments, avec des inspirations non cachées à certains "monuments" des années 80. Quant à la mise en scène[i] du titre, elle est très intelligente et joue régulièrement avec les codes du jeu vidéo et de ce qu'il a pu installer pour surprendre le joueur et sublimer son histoire ou les moments importants !


En matières de graphismes, d'ailleurs, le titre offre une 2D léchée, travaillée avec [i]finesse et amour
. Et c'est un amoureux du pixel qui vous le dit. J'ai adoré les sprites de ce jeu. Tous autant qu'ils soient. C'est vraiment magnifique et incroyablement stylé ! Rien à redire, le jeu m'a mis une petite claque (une claquounette dirons-nous). Et non seulement les sprites sont très réussis, mais le design général du jeu semble parfaitement pensé. Rien ne semble en dehors de son contexte, ou alors à raison. De cette ambiance de mégalopole trop grande pour être honnête jusqu'au chara-design, tout est à garder. Avec amour, auprès de son cœur.



Rien de tel qu'un petit tour en moto pour se sentir libre !
Mais bien sûr, il est obligatoire de parler du son du jeu. Car là encore, on en prend un sacré coup. Les musiques sont juste géniales ! L'ambiance synthwave est parfaite dans ce milieu, et les compositeurs ont fait preuve de talent pour nous offrir la bande sonore que ce jeu méritait. Et c'est du tout bon à ce niveau. Et le héros semble apprécier lui aussi cette OST car il met un point d'honneur à brancher son walkman et à gâter ses oreilles de ce si bon son durant chacune de ses missions !

D'autant plus que, le développeur étant perfectionniste, cette bande son ralentit naturellement durant les moments où le héros use de son pouvoir de ralenti, puisque nous percevons la musique par son biais (c'est son walkman après tout). Vous me direz alors que vous avez déjà vu ça. Plus méticuleux encore, durant certaines scènes notre héros écoute de la musique et enlève l'un de ses écouteurs pour pouvoir profiter du verbiage d'un personnage face à lui. Durant ces moments, la musique n'inonde alors plus que l'un de vos écouteurs, si vous avez décidé de jouer avec des écouteurs. Vous n'entendez que ce que le héros entend !




80s
-/20
L'ambiance 80s est juste géniale ! Rien à redire à ce niveau ! On prend son pied à évoluer dans ces environnements sombres et flashy, avec en fond sonore la bande sonore dont on rêve tous pour sa vie !
Nerveux
/20
Le titre est nerveux et rapide. Vous avancez rapidement dans les niveaux, vous mourrez, vous recommencez aussi sec et ainsi de suite ! Pas de temps morts ! Des réflexes aiguisés qu'on vous dit !
Ecriture
/20
Gros point fort du titre, ne serait-ce que pour son scenario, prenant tout du long ! Vous aurez envie de connaître les tenants et aboutissants liés à notre héros et au monde qui l'entoure ! Mais les dialogues aussi sont très bien écrits et, d'une certaine façon, l'on peut aussi parler de la mise en scène juste extrêmement plaisante et agréable, jouant avec les codes du jeu vidéo pour sublimer son propos !
Badass
/20
Badass! Car vous vous sentirez vraiment badass ! Et vous avez raison, vous le serez ! Badass !

| Conclusion |

Un jeu vraiment excellent ! Une claque que je n'avais pas pris depuis bien longtemps ! Ce jeu est vraiment génial. Et même s'il m'a fallu relativement peu de temps pour le finir, il m'a profondément marqué et continue de me hanter des jours durant! Le point en moins correspond en quelques sortes à sa relative durée, plutôt courte. Mais cela saurait changer avec le DLC à venir, et je vous en tiendrais informé !
1920
++ Bons points ++ Badass

Ambiance super cool

Très bon scenario

Belle utilisation des codes de la mise en scène pour soutenir l'histoire

Prenant et nerveux

Le meilleur jeu
-- Mauvais points -- Durée de vie un peu courte


Commentaires



Ryfalgoth
Ryfalgoth a écrit le 4 mai :
Et bien on sent que tu as eu raison d'attendre ce jeu =) Ton test donne envie !
Pargonis
Pargonis a écrit le 5 mai :
Superbe test Hiroki, le jeu m'intéresse de plus en plus, je pense que je vais le prendre d'ici peu !
Hiroki
Hiroki Auteur a écrit le 5 mai :
Alors oui, j'ai vraiment kiffé ce jeu (et je pense que la version Switch est un poil meilleure, du fait de la portabilité et de la veille quand on veut). Après, cela dit, je préfère rappeler le gros défaut du jeu pour que les gens ne soient aps déçus s'ils en font l'acquisition.

Sa durée de vie. 4-5 h max, en suivant l'histoire. C'est court. Mais, ça va s'améliorer avec le DLC gratuit qui arrivera (peut-être dans l'année). D'ici là, j'ai un peu de mal à le défendre sur ce point. Mais je ne suis pas un joueur qui regarde les durées de vie avant d'acheter, donc ça ne m'a pas dérangé.

Après, tout le reste est vrai. Ce fut une claque pour moi. Mais voilà, soyez averti que vous le finirez peut-être en une session de jeu (pour l'instant, en l'état actuel du jeu).
Pargonis
Pargonis a écrit le 26 mai :
Devant tant d’enthousiasme, je me suis pris le jeu sur Switch sur un coup de tête, je lance un petit live découverte vers 20h30 pour ceux que ça intéresse. J'ai pas encore lancé le jeu, donc découverte totale pour moi ^^ (même si toutes les critiques sont unanimes !) https://www.twitch.tv/dr_pargo

Sartorius
Sartorius a écrit le 26 mai :
J'arrivvvvve !!!!!!!!!!!! :fete:
Hiroki
Hiroki Auteur a écrit le 26 mai :
Le meilleur choix le meilleur jeu!
Pargonis
Pargonis a écrit le 26 mai :
Petit retour sur le début de Katana Zero. C'est assez dingue comme jeu ! Il rappelle beaucoup entre autres les hotline miami dans leur rythme le côté "one try" et le design. L'histoire semble partir dans tous les sens pourtant on sent une vraie cohérence derrière et on a envie de savoir la suite. La version switch est parfaitement jouable et malgré un petit pic de difficulté qu'on s'est pris en pleine tronche, ça à l'air très équilibré.

C'est très agréable de tenter de traverses les niveaux avec classe, c'est très gratifiant de nettoyer un étage et de se dire qu'on l'a fait d'une seule traite (même si il a fallu s'y reprendre plein de fois)

L'OST n'en parlons pas, je savais qu'elle me plairait, forcément ça n'a pas loupé ^^

| Connexion | Inscription |