Accueil Luigi's Mansion Test

Luigi's Mansion

Jaquette

Luigi's Mansion - Test

3DS     Rédigé par Spydark     le 01/12/18 à 22:57     0 Coms et 101 Vues
Partager sur Twitter Partager sur Facebook
Sorti à l’origine en 2001 au Japon, Luigi’s Mansion, premier du nom, faisait parti du catalogue de lancement de la fameuse Nintendo Gamecube. Évidemment, qui dit exclusivité du line-up dit aussi jeu qui doit faire vendre des machines, et pour l’occasion ce n’est pas Mario qui s’est occupé de l’affaire, mais son frère jumeau Luigi. Ainsi, avec son ambiance plus sombre, mais tout aussi décalée en proposant un habile pastiche à Resident Evil, Luigi’s Mansion avait réussi à atteindre un succès critique et commercial satisfaisant (5ème soft le plus vendu de la console). Avec un troisième opus en préparation sur Nintendo Switch pour l’an prochain, Nintendo a cru bon de ressortir le premier volet sur Nintendo 3DS pour réchauffer un peu les esprits en fantômes bizarres et manoirs abandonnés. Que vaut cette mouture portable de la première aventure terrifiante de Luigi ? Réponse dans ce test.


test réalisé à partir d'une version fournie par Nintendo


Avant de rentrer dans le vif du sujet, sachez que ce papier sera plus une critique technique qu’un retour en long et en large sur un jeu qui a déjà eu moultes reviews par le passé, ici, on va se concentrer sur la version 3DS spécifiquement. Mais établissons tout de même une description générale du jeu.


If there's something strange in you neighborhood...



Le spectroflash est désormais disponible !
Après avoir gagné un étrange concours auquel ils n’avaient pas participé, les frères Mario ont eu la chance de remporter une étrange maison en haut du colline. Mais, en arrivant sur place pour retrouver son frère Mario, notre cher Luigi tombe à l’intérieur d’un manoir lugubre. En pénétrant dans l’enceinte du lieu, il ne retrouva pas son cher frangin, mais de terrifiants fantômes farceurs et il fut sauvé de justesse par un vieux scientifique du nom de K. Tastroff (oui, c’était la première apparition de ce personnage qui allait ensuite prendre une place notable dans l’univers de Mario). Le vieux savant fou lui explique que son frère a disparu à l’intérieur des lieux et qu’il allait devoir le sauver des ectoplasmes, heureusement pour se débarrasser de ces derniers, Luigi reçoit un aspirateur, l’Ectoblast 3000. Ainsi, à la manière de Ghostbusters, dont Miyamoto a avoué s’être grandement inspiré, notre plombier vert va pouvoir aspirer ces esprits ambulants.

Contrairement au second volet, la trame de Luigi’s Mansion se déroule entièrement dans un seul manoir rempli de plusieurs salles. On explore donc les lieux à la manière d’un Resident Evil, en faisant des allers-retours entre les étages et en débloquant de nouvelles pièces via des clés à récupérer en résolvant des énigmes. Même si le titre est évidemment moins dur que la vieille série de Capcom, l’originalité de LM1 repose sur le fait qu’en plus des fantômes “communs”, le jeu est rempli de petits boss. Ces “petits boss” sont en vérité des anciens habitants des lieux, ces derniers ne seront pas facilement aspirables, mais devront être capturés via des manières spécifiques. Par exemple : en ouvrant une fenêtre pour créer un courant d’air, en participant à un blind-test musical ou en récupérant une chaussure sale de Mario. Des boss principaux seront également de la partie, avec leurs propres patterns et zone d’affrontement pour un combat dynamique. Les derniers types de spectres seront les fameux Boo du folklore du royaume champignon, ces chapardeurs seront les vrais antagonistes du jeu (#spoil). Voilà qui peut résumer grandement Luigi’s Mansion 1, un titre qu’on ne peut que vous conseiller de faire.

Peeka-Boo !



Le mode coopération se révèle assez anecdotique.
Mais concrètement, cette version 3DS, que vaut-elle ? Déjà, techniquement le jeu est loin d’être vilain visuellement. Comme à son habitude, le studio Grezzo a réussi à porter, de façon technique, fidèlement le titre de la Nintendo Gamecube. On retrouve avec plaisirs les lieux détaillés du Manoir ainsi que ce jeu de lumière “horrifique” propre au jeu. Certains pourront cependant reprocher que quelques modèles ont été retouchés pour être un peu plus cartoon, dans la veine du second volet sur 3DS. Mais, le tout reste très cohérent visuellement. Pour avoir fait le titre sur un ancien modèle de 3DS XL, je confirme n’avoir eu aucun soucis en matière de framerate, cela doit donc être encore plus appréciable sur une New 3DS/2DS/XL.

Le gros soucis technique vient de l’une des nouveautés de ce portage, à savoir le mode coopération à deux joueurs en local ou en ligne. En effet, les FPS ont une grosse tendance à tomber pendant ces sessions de jeux, un malus assez triste, car le mode multijoueur de Luigi’s Mansion 2 sur la même machine était impeccable technique. Finalement, c’est aussi en comparaison avec le mode multijoueur du second jeu que cette coopération paraît fade, car il s’agit tout simplement de faire l’aventure avec deux Luigi (l’original et un vert fluo venu du futur). On ne trouve pas l’intérêt de faire en duo ce titre originalement conçu comme une expérience solo, alors que l'ancien mode multijoueur proposait des missions originales jouables en coopération jusqu’à quatre joueurs.

La seconde nouveauté en matière de gameplay que propose ce portage est l’arrivée du Spectroflash de LM2. En effet, on peut choisir de laisser tomber l’ancienne lampe-torche pour ce modèle dernier cri qui permettra de charger son flash pour capturer plus aisément les fantômes. Un choix qui sera plus judicieux de choisir sur les vieux modèles de 3DS qui n’ont pas le second stick intégré, car cela peut s’avérer rude de tourner sur soi-même pour flasher puis aspirer un fantôme logé derrière Luigi.
En petite nouveauté technique, on peut également apprécier la galerie de tableaux qui a entièrement été refaite pour tout apprécier tout notre art dans une seule et grande pièce. Il s’agit de l’endroit où l’on entrepose les boss capturés durant notre exploration.

(Merci à Ryfalgoth pour les corrections)

| Conclusion |

Pour conclure, Luigi’s Mansion reste toujours ce titre qu’il est agréable de découvrir ou faire une nouvelle fois. C’est un jeu avec une ambiance atypique proposant de s’aventurer avec notre froussard favori dans un lieu rempli de nombreux secrets et ennemis marquants, que ce soit le fantôme peintre, le gros mangeur, la pianiste ou encore le sombre Roi Boo. Cette mouture 3DS propose un solide portage technique de la part du studio Grezzo qui nous avait déjà habitué à des prouesses techniques avec Ocarina of Time et Majora’s Mask 3D. On pourra seulement reprocher l'intérêt limité du nouveau mode coopération et des soucis de framerate qu’il impose. Ce titre du lancement de la Gamecube n’a pas pris une ride et on a hâte de savoir si le troisième volet en préparation sur Nintendo Switch se rapprochera plus de l’original ou du second volet. En attendant, ce serait dommage de ne pas en profiter pour découvrir cette première aventure.
1620
++ Bons points ++ + Un portage technique impeccable
+ La présence du spectroflash
+ Une aventure toujours unique
+ Une retouche de plusieurs modèles
-- Mauvais points -- - Un mode coopération anecdotique
- Pas de grosses nouveautés
- Plutôt conseillé pour New 3DS


Commentaires



Pargonis
Pargonis a écrit le 2 décembre :
Très bon test qui cible parfaitement les points forts et lacunes de ce portage, que je me suis empressé de faire, tout Fanboy De luigi's Mansion que je suis ^^

Pour avoir fait le jeu sur New 3DS XL, j'aimerai apporter quelques précisions (déceptions).

Concernant le second stick...comment le dire sans être vexant...Il faut vraiment l'oublier, il n'apporte rien du tout en terme d'ergonomie et c'est même pire. La sensibilité (même réglée à fond) ne permet pas des mouvement assez rapides, c'est comme si on actionnait un levier rouillé pour tourner sur soi même. C'est pas la faute de Grezzo, c'est un problème de conception du matériel, le second stick des new 3DS est une foirade totale, je pense que le stick vendu séparément marcherait beaucoup mieux, mais personne n'en a acheté ^^

Concrètement, vu la plaie que c'était, j'ai fini par abandonner complètement l'utilisation du stick droit et c'était pas plus mal. Pour tourner sur soi même il vaut mieux utiliser la croix directionnelle, de même pour regarder en haut ou en bas, et le gyroscope fonctionne très bien. Le mieux est d'utiliser le stick gauche pour déplacer Luigi dans le bon sens, ça va plus vite que de se tourner sur soi même...c'est dire. D'ailleurs dans les options de jouabilité, pour le second stick seule la sensibilité "haut/bas" peut être augmentée, mais pas "gauche/droit", ceci explique cela.

Au final, sur 3DS XL ou 3DS tout court, la jouabilité est la même et c'est tant mieux: pas besoin de racheter un modèle de console pour en profiter. La jouabilité nécessite un temps d'adaptation pour être efficace, mais après ça roule tout seul :). La qualité de la maniabilité est aussi fonctionnelle que LM: Dark Moon.


Je vais aussi mettre un bémol personnel sur le spectroflash : C'est très bien de le proposer, en particulier pour les joueurs qui ont connu la licence avec le second volet. En revanche, je trouve que c'est pas toujours adapté à la construction du premier. Je m'explique. Le spectroflash nécessite d'être chargé pour ensuite éblouir les fantômes en relâchant le bouton. Pendant que vous maintenez la charge, la direction de Luigi est "fixée" vers une direction et vous ne pouvez plus réaliser que des mouvements latéraux et avant/arrière (un peu comme dans les Zelda 3D avec la visée Z).

En un contre un, ça passe, mais quand on est entouré de plusieurs fantômes, c'est une contrainte supplémentaire, car ceux-ci disparaissent et apparaissent dans votre dos...sauf que...vous chargez votre lumière et vous ne pouvez pas vous retourner, dommage ! C'est moins gênant contre les boss, mais malgré tout, le spectroflash vous inflige un temps de chargement que la maniabilité originale n'a pas. Pourquoi s'ajouter une difficulté supplémentaire qui n'existait pas dans l'opus initial ? Mis à part pour les grands habitués de Dark Moon, le spectroflash n'apporte rien au gameplay de ce portage.

Pourtant, le spectro-flash était très bien intégré dans Dark Moon, ça apportait même un peu de fraîcheur ! Mais je pense que le gameplay du second volet tournait volontairement autour de cette mécanique, ce qui n'est bien sûr pas le cas du premier, car ce système n'existait pas à l'époque.

Mais au moins, Grezzo nous laisse la possibilité de tout personnaliser, et ça c'est cool !
LeLoup5.1
LeLoup5.1 a écrit le 4 décembre :
Excellent test, maintenant je pense que l'on est assez d'accord pour dire que l'on attend avec impatience la troisième virée de Luigi dans un manoir (ou hôtel) en gardant l'espoir d'être un petit peu surpris de la part de Nintendo, autant en terme de gameplay qu'en terme de référence etc...
Ce premier "Luigi's Mansion", à l'époque Gamecube avait été un très bon jeu de lancement qu'on prend plaisir à refaire de temps en temps pour le délire et l'ambiance (pas si saine que ça) film d'horreur léger.
| Connexion | Inscription |