Accueil Baten Kaitos : Les aîles éternelles et l'océan perdu Test

Baten Kaitos

Jaquette

Baten Kaitos : Les aîles éternelles et l'océan perdu - Test

Gamecube     Rédigé par Pargonis     le 26/03/18 à 12:41     0 Coms et 549 Vues
Partager sur Twitter Partager sur Facebook
On ne présente plus Monolith soft, société aujourd'hui célèbre pour la série Xenosaga et Xenoblade, adulée par les possesseurs de consoles Nintendo. Avant d'atteindre la gloire qu'on lui connait aujourd'hui, Monolith, accompagné par le studio tri-crescendo, s'était présenté modestement en 2003 aux joueurs Gamecube avec un jeu qui allait déjà révéler au public toute la poésie et le talent dont le studio était capable. Nous sommes sur le point d'ouvrir les portes d'un monde majestueux, unique et bouleversant, celui de Baten Kaitos : Les Ailes éternelles et l'Océan perdu. Respirez, fermez les yeux et laissez le jeu vous prendre sous son aile.




Ouvrez, ouvrez la cage aux oiseaux



Je veux vous parler d'un monde où les baleines ne sont que des créatures légendaires, un monde où la terre et l'océan n'existent que dans les récits fantastiques que l'on raconte aux enfants avant de s'endormir. Un monde où les habitants, contraints de fuir une planète dévastée par un cataclysme initié par un Dieu maléfique jaloux, ont trouvé refuge dans les cieux. Ils vivent désormais sur des îles volantes, vestiges de leurs continents, en espérant de jours meilleurs. Des siècles plus tard, de la vie sur terre, il ne reste rien, seules les histoires et chansons parlent encore d'un monde que nul ne saurait s'imaginer.
L'humanité a accepté cette nouvelle vie et en a oublié l'existence même du monde sous les nuages. Les individus ont fini par évoluer physiquement et possèdent tous leurs "ailes du cœur", membres dorsaux dont l'aspect est le reflet de leurs âmes.

La map du jeu, de quoi bien remplir notre aventure
Tous sans exception ? Non ce n'est pas le cas de Kalas, jeune homme assoiffé d'aventures, considéré comme une abomination, car contrairement aux autres, il est le seul à n'avoir qu'une seule aile. Traité comme un mouton noir toute sa vie par les autres enfants et vu d'un mauvais œil par les adultes, il se forge une détermination sans pareille. Suite au meurtre de son grand-père et de son frère par un général de l'empire d'Alfaard et lui même laissé pour mort, il décide de placer sa force de caractère dans un désir de vengeance et se jure de traquer l'assassin coûte que coûte. Le personnage n'est motivé que par ce désir et se moque bien de l'avenir du monde et de la souffrance des autres.





Si l'histoire de base reste assez classique, elle se développe progressivement et prend une dimension démesurément épique. Ecrit par Masato Kato, qui a auparavant participé à Chrono Trigger (excusez du peu !) Chrono Cross, et a touché au script de FF7, le scénario se veut profond et aussi riche en rebondissements et retournements de situation que ces éminentes productions. On reste sur un schéma connu par les amateurs de RPG à l'ancienne : Un Road movie pour sauver le monde, à chaque étape du périple nous rencontrerons des personnages qui se joindront à nous, chacun avec son propre drame, son histoire, ses secrets. Tous finiront par s'unir dans l'adversité et à devenir des compagnons fidèles à qui l'on confierait sa propre vie. La recette semble être appréciée par le studio depuis ses débuts et elle est utilisée avec une justesse rare dans ce Baten Kaitos qui ne caricature jamais dans sa narration. Les différents protagonistes bénéficient d'une personnalité et un design très travaillés. Nos amis et alliés sont tous facilement identifiables, leur design assez atypique se mêle très bien avec un univers qui l'est tout autant. En plus de renforcer notre immersion dans leur monde, on finit par s'attacher à cette compagnie d'écorchés jusqu'à en faire partie.

Joséphine : Ange Gardien



Parlant de Narration, Baten Kaitos ne se contente pas d'user d'une structure déjà connue, le titre sait aussi innover.
En effet, l'histoire n'est pas celle de Kalas, c'est la vôtre ! Ce monde extraordinaire, vous en faites partie intégrante. Le joueur tiendra le rôle de l'ange gardien de Kalas, votre âme et votre destin seront liés au sien quel que soit l'issue. En tant que guide spirituel, vous aurez la possibilité d'intervenir dans les dialogues et les choix de votre protégé ce qui aura une influence sur votre relation. En pratique cela peut se solder par l'apparition d'une compétence surpuissante au milieu d'un combat, qui surviendra de manière fréquente si vous êtes en harmonie avec votre hôte. Au delà de l'aspect pratique, c'est l'implication du joueur dans cet univers fantastique qui est particulièrement réussie à travers cette idée. On donne la possibilité au joueur de faire partie d'un monde, ce qui décuple les rebondissements scénaristiques, qui, il faut l'avouer, nous frappent parfois en plein cœur, d'émotion, de colère, ou d'abnégation.

Ainsi l'histoire, même si à son commencement déroutera le joueur qui aura l'impression de prendre un train en marche pendant les premières heures, finira par happer complètement le joueur et le faire véritablement s'évader. L'ange gardien ayant, suite à une attaque, perdu le souvenir des événements précédents - nous aussi par la même occasion - une sensation d'incompréhension, voire d'inconfort, peut pointer le bout de son nez, décuplée aussi par la découverte des environnements et système de combat assez dépaysant. Cet effet, rassurez-vous, est complètement assumé et fait partie d'un twist scénaristique comme on en fait plus. Une nouvelle preuve que la mise en scène est primordiale pour raconter une bonne histoire.


Une progression dirigiste mais bien emballée
Dans son déroulement, Baten Kaitos est un RPG assez traditionnel, vous évoluez dans des environnements certes variés mais de façon assez linéaire. La progression ne vous empêche jamais de prendre votre temps ou de rebrousser chemin, mais reste assez dirigiste à contario d'un RPG à monde ouvert dans lequel l'exploration se fait à grande échelle. Vous évoluez sur une map à la Mario Bros avec plusieurs points explorables, tantôt des environnements extérieurs, tantôt des villes paisibles, parfois des donjons, manoirs, etc... L'exploration n'est pas totalement absente mais se rapproche de ce qui se fait notamment sur la série des Final Fantasy, chaque lieu visité cache son lot de coffres, d'objets magiques gardés par des créatures hostiles visibles à l'écran qu'il faudra affronter pour gagner de l'expérience et améliorer vos personnages. Là où Baten Kaitos devient malin, c'est que les zones à parcourir savent chaque fois se renouveler pour briser l'ennui.
Compléter la carte des constellations durera tout le long du jeu
Cela passe parfois simplement par la présence d'énigmes parfois retorses mais toujours bien construites. D'autres fois, cela passe par des petites trouvailles de gameplay, comme un donjon qu'il faudra explorer avec une vision kaléidoscopique, ou bien un château où la pièce centrale est un labyrinthe taillé comme un jeu 8-bit dans l'esprit de Pacman. Les développeurs ont su chaque fois renouveler la surprise qui fait oublier l'aspect linéaire de la progression.

Le jeu étant plutôt copieux en terme de contenu, les 60 à 80 heures nécessaires pour voir le bout du titre ne se contentent pas que d'une trame principale passionnante. Elles sont aussi parsemées de quêtes annexes et de fils rouges divers comme retrouver les membres d'une même famille à travers tous les continents ou également trouver des cartes de constellations pour acquérir de nouvelles compétences et Magnus plus puissants.



Kalas : CardCaptor



Qu'est-ce qu'un Magnus demandez-vous ? Nous arrivons là à l'une des particularités centrales de la série ! Les magnus sont des cartes magiques renfermant l'essence d'un objet et il en existe de toute sorte. C'est un procédé unique qui permet à la fois de transporter des vivres et des objets encombrant très facilement pour résoudre certaines énigmes et également de servir au combat en renfermant des armes, boucliers et sortilèges.

Dans l'exploration, il vous est possible d'utiliser des Magnus vierges afin de capturer de l'eau pour éteindre un feu par exemple pour remplir des quêtes annexes, basique sur le papier, cela se complique par la suite car nombreux éléments du décor sont capturables. En parallèle, il existe aussi les Magnus de combat, ce qui va nous permettre d'aborder ce point.

Les combats développés par tri-crecsendo - co-auteur avec Monolith Soft - sont basés sur un système de jeu de carte à la fois jouable au tour par tour et en temps réel et se décomposant en deux parties : la partie attaque et la partie défense.

Un exemple du système de combat
Les phases offensives se déroulent de la façon suivante, à l'écran apparaît votre "main" avec un nombre de Magnus utlisables pour causer des dégâts aux adversaires. Chaque Magnus, ou carte, dispose d'une puissance d'attaque et d'un chiffre. Il existe des Magnus d'attaque simples, épées, sabres, bâtons, nourriture empoisonnée... et des Magnus de combo qui eux sont utilisables après avoir utilisé un certain nombre de cartes dans votre tour. Par exemple, l'attaque tourbillon de flamme est utilisable après deux magnus d'attaque. Les chiffres sur les Magnus permettent d'amplifier le total de votre phase d'attaque si vous parvenez à réaliser des paires, brelans, suites et autres figures connues.

Les phases défensives surviennent lorsque c'est à l'adversaire de jouer. Les ennemis vont eux aussi effectuer des combos, chaque attaque subie pourra être contrée par l'utilisation de Magnus défensifs (casques, armures, etc...) qui absorberont les dégâts. Si vous n'en disposez pas au moment opportun, vous les prendrez dans les dents.

Ces mécanismes sont assez innovants sur plusieurs aspects. D'abord, il vous faudra apprendre à créer vos decks. Les paquets de cartes devront être composés avec équilibre pour ne pas vous retrouver à court d'objets défensifs au pire moment. Ils devront aussi tenir compte de votre environnement car les monstres seront plus sensibles à certains éléments comme l'eau, le vent ou le feu. Attention d'ailleurs de ne pas mélanger deux éléments qui s'annulent dans un même combo, cela réduirait considérablement les dégats causés.
Ensuite, il faudra jouer vite, vos phases d'attaques sont chronométrées, il faudra donc choisir vite et bien, savoir éliminer les cartes superflues pour libérer un magnus d'attaque, utiliser la bonne carte au bon moment, etc...
Il faudra se familiariser avec la création de decks
Les combats ont l'avantage de ne pas être répétitifs, mais présentent l'inconvénient d'avoir un facteur chance parfois rageant. En effet, chaque deck est mélangé en début de combat et il arrive parfois d'avoir une "main" clairement en désavantage. De plus, lorsque vous arrivez en fin de deck, vous perdrez un tour car votre personnage doit remélanger sa pioche. Mais la subtile complexité du système de combat fait rapidement oublier ces désagréments et on prend étonnamment plaisir à étoffer et élaborer des decks de plus en plus efficaces pour parvenir à nos fins. Qui plus est, les six personnages jouables ont tous leur propre deck, il faudra donc réfléchir au choix des magnus et au choix du trio qui affrontera les adversaires.

Ici, réflexion et level-up sont de mise. Car il faut en parler, Baten Kaitos n'est pas un RPG facile en particulier dans les premiers chapitres. Les combats n'étant pas instinctifs il y aura un temps d'adaptation pour dompter la bête, ajoutons à cela que les ennemis font pas mal de dégâts et ne rapportent pas autant d'XP. Les premières heures nécessiteront donc pas mal de petits combats pour pouvoir s'améliorer, car votre personnage sera seul dans un premier temps avant de constituer son équipe. Pour ne pas vous faciliter la tâche, le passage de niveaux ne peut se faire qu'à certains points de sauvegarde, obligeant certains allers-retours au sanctuaire pour espérer augmenter ses stats. Il faudra alors serrer les dents dans les premières heures pour pouvoir pleinement profiter de ce que le jeu a à nous offrir, mais le jeu en vaut la chandelle.


La tête dans les nuages.



Pour passer cette petite purge, heureusement vos mirettes seront récompensées grassement. Baten Kaitos a fait l'objet d'un soin esthétique particulièrement somptueux. Les décors sont dépeints en 2D, certes, mais quel travail tout de même ! Voilà qu'on arrive à l'un des points les plus enthousiasmants du titre. Les décors de ce jeu sont une oeuvre, le travail d'artistes incroyablement talentueux. Chaque environnement est bluffant de qualité, de variété, de détails, de quoi tomber à la renverse. Il y a une vraie patte visuelle, une vraie identité, c'est indéniable. Si les animations des modèles 3D ont vieilli, le talent des dessinateurs, lui, est intemporel. Ce ne sont pas des décors, mais bien des toiles peintes toutes en nuances avec un jeu de couleurs et de reliefs bluffants. Toutes les îles visitables sont uniques en leur genre et nous font instantanément voyager. Si vous avez peur de l'avion, prenez Baten-Kaitos, le dépaysement immédiat est garanti et met du baume au cœur.




Si vous n'êtes pas séduits, c'est que vous n'y voyez pas. Monolith a pensé à vous, petits veinards.
Motoi Sakuraba signe ici l'une de ses plus belles OST de tous les temps. Digne d'un film à gros budget, les compositions musicales nous transportent d'émotion avec une élégance touchante et reflètent un véritable soucis de cohérence vis à vis de l'aventure vécue par le joueur. Sakuraba nous sert des mélodies poignantes et d'une grande variété, passant de la harpe seule aux compositions orchestrales magistrales, au rock, à l'électro, au métal. Tous ces styles différents parviennent avec surprise à se marier parfaitement et de donner au titre une saveur tout à fait personnelle et particulière. La musique de ce titre complète merveilleusement la boucle et fait écho à la qualité indéniable du soft. Seul bémol, bien que le jeu soit intégralement doublé en anglais et bien interprété, l'échantillonnage des voix est d'une qualité assez moyenne, même pour l'époque. On peut imaginer que la quantité de dialogues enregistrés a eu du mal à rentrer sur les deux mini-DVDs.

| Conclusion |

N'y allons pas par quatre chemins : Si Baten Kaitos est d'abord le nom d'une étoile, située dans la constellation de la baleine, c'est aussi celui d'un véritable bijou, qui brillera éternellement. Il y a relativement peu de RPG sortis sur Gamecube, mais quand il en sort un seul, c'est le genre tout entier qui est mis à l'honneur. Baten-Kaitos est un jeu grandiose, qui a marqué beaucoup de fans. Nombreux sont les joueurs qui vouent un culte à Monolith Soft depuis ce titre et ils ont raison ! C'est une ode au voyage, une épopée onirique, émotionnelle et artistique dont on revient changé. Les développeurs ont modestement mis tout leur coeur pour transporter leur public et donner vie à cet univers incroyable, si loin mais pourtant si près. Si vous êtes fans de Monolith Soft ou simplement amateur de RPG en général, vous avez le devoir de jouer à Baten Kaitos, votre âme de gamer n'en sera que comblée.
1820
++ Bons points ++ + Le scénario et un univers d'une rare profondeur
+ La patte artistique très réussie, décors fabuleux...
+ Le système de combat et de gestion intéressant...
+ Une bande-son de génie
+ Une durée de vie importante et bien remplie
-- Mauvais points -- - Difficile dans les premières heures.
- ... mais les phases de combat en 3D ont vieilli
- ... mais contraignant et avec une part de hasard


Commentaires



Ryfalgoth
Ryfalgoth a écrit le 27 mars :
Ah oui, quel jeu incroyable quand même ce Baten Kaitos ! Effectivement il a une façon de briser le 4ème et d'impliquer le joueur comme je l'ai rarement vu dans un RPG ! Le système de combat est purement génial ! Au début on flippe un peu en voyant tous les numéros et tout sur les cartes, mais le jeu nous dit "t'inquiètes, t'occupes pas de ça", pour au final introduire ces mécaniques d'enchaînements bien comme il faut histoire que tu maîtrises tout ! Chaque personnage est attachant et a sa petite histoire et ses secrets. La musique par Dieu-Sakuraba est excellente !
J'avais cependant oublié qu'on ne pouvait level-up que dans les points de sauvegarde, ce qui est un peu relou hélas.
Pargonis
Pargonis Auteur a écrit le 27 mars :
Hélas tellement méconnu du grand public. Quelle tristesse qu'un travail aussi énorme que celui-ci n'ait pas trouvé le succès qu'il mérite.

Le plus triste c'est que même avec des ventes décevantes, ils ont malgré tout sorti un autre épisode, juste parce qu'ils en avaient envie. Un petit miracle en soi car il surclasse le 1er, mais malheureusement avec des ventes encore plus médiocres.

Ca en fait une serie extrêmement rare aujourd'hui, tres recherchée par les collectionneurs et chérie par les joueurs qui ont eu le privilège de la découvrir.
Junichi
Junichi a écrit le 28 mars :
Excellent RPG de la Game Cube, je n'y ai joué quand 2009 lorsque je l'ai racheté à un camarade de classe pour le somme de 30 euros et en très bon état. Il revendait sa collection et j'ai du me battre pour qu'il me le cède (ils y avaient d'autres intéressés), par contre je n'ai pas réussi à avoir Tales of Symphonia , ni Skies of Arcadia Legends.

Dommage qu'ils n'ont pas continué la série, enfin il y a eu "Baten Kaitos Origins" qui n'est d'ailleurs pas sorti en Europe.
C'est aussi grâce à Baten que je me suis intéressé à Monolith Soft qui allait justement sortir Xenoblade Chronicles sur Wii et par la suite à Project X Zone sur 3DS,...

En une phrase:
L'un des meilleurs RPG de la Game Cube.
Pargonis
Pargonis Auteur a écrit le 28 mars :
30€ pour ce jeu, c'est plutôt honnête pour un jeu aussi rare et aussi bon.

Je recommande en effet baten kaitos origins dont le test arrivera prochainement. J'étais tellement fan du 1er que j'ai acheté une vieille gamecube US d'occasion juste pour cette "suite" et quelle baffe monumentale. Même avec un emulateur il faut le faire ça vaut le coup.

Pareil Baten m'a donné envie de suivre ce que faisait monolith jusqu'à présent.

Quant a tales of symphonia. Il a été tres marquant aussi à la même époque c'est vrai. Je l'ai trouvé pas cher il y a quelques années quasi neuf, j'ai jamais pris le temps de le faire mais je sens que ca va pas tarder ^^
Ebros
Ebros a écrit le 28 mars :
Baten Kaitos fait parti de ces jeux comme Okami qui, à leurs sortis, ont eu des notes quasi parfaites dans tous les magazines et étaient considérés comme des chefs-d'œuvre. Mais qui à coté de ça, ont connu des ventes vraiment très faibles.

Cela montre bien que succès critique et succès commercial sont deux choses totalement différente, et que réunir les 2 n'est pas simple.
Pargonis
Pargonis Auteur a écrit le 29 mars :
Ebros a écrit:
Baten Kaitos fait parti de ces jeux comme Okami qui, à leurs sortis, ont eu des notes quasi parfaites dans tous les magazines et étaient considérés comme des chefs-d'œuvre. Mais qui à coté de ça, ont connu des ventes vraiment très faibles.


Tout à fait d'accord. Pour l'exemple d'Okami bénéficie d'une seconde vie grâce a une notoriété qui a grandi petit a petit. Il y a eu l'édition sur wii et là une reedition HD. C'est largement mérité, bien que trop tardif. Baten bénéficie de moins de notoriété hélas.

En général ce qui manque pour conjuguer succès et qualité : c'est une campagne de communication et une date de sortie qui évite les blockbuster. C'est aussi ce qui a manqué à Beyond good and evil que le succes d'estime a fini par ressusciter.

Ebros
Ebros a écrit le 30 mars :
Pargonis a écrit:
Tout à fait d'accord. Pour l'exemple d'Okami bénéficie d'une seconde vie grâce a une notoriété qui a grandi petit a petit. Il y a eu l'édition sur wii et là une reedition HD.


Tiens, c'est vrai ça. Pourquoi est-ce qu'ils n'ont pas tenté de donner une seconde chance à Baten Kaitos en le relançant avec un linfting HD par exemple ?

Est-ce que le public ciblé pour ce type de RPG est à ce point la très faible ?
Ryfalgoth
Ryfalgoth a écrit le 30 mars :
Okami et Beyond Good and Evil ont quand même gagné pas mal de notoriété par la suite. J'ai l'impression que Baten Kaitos n'a jamais vraiment gagné de notoriété à part chez les connaisseurs. Mais bon, on peut toujours rêver d'un remake un jour en effet.
Pargonis
Pargonis Auteur a écrit le 3 avril :
Disons que le deuxieme opus a encore moins de ventes que le premier, ça les a refroidi de retravailler dessus dans un premier temps. Puis ils ont développé d'autres univers.

C'est un RPG tout a fait classique sur le fond, le public cible était très présent, juste pas sur gamecube qui etait la console la moins vendue sur cette génération là. Une sortie sur plusieurs supports aurait certainement eu un impact sur sa notoriété.

De plus il n'a quasiment pas bénéficié de campagne marketting en occident. Aussi, il est resté dans l'ombre de tales of symphonia sorti quelques mois plus tôt, issu lui d'une serie connue. Tandis que baten est un monde inédit. Plus dur de s'imposer face aux géants dragon quest ou autres final fantasy.

Ca pourrait etre un sujet de débat: les Rpg "one shot" ont ils encore leur place ?
LM666
LM666 a écrit le 6 avril :
J'ai eu le jeu il y a longtemps sur ma GameCube et je suis d'accord pour dire que c'est le meilleure RPG de la GameCube parcontre je viens de le ravoir récemment et enfaite il est pas si extraordinaire que dans mes souvenirs ( #enfance détruite ) déjà le hasard dans le battle system m'énerve mais le battle system est tout de même très bon
La bande son est belle et bien magistral comme xenoblade j'ai téléchargé l'OST du jeu
Parcontre les graphismes on mal vieilli la 3D n'est pas si belle que dans mes souvenirs mais ce jeu est magnifique ne me souvenant plus beaucoup de ce jeu j'avais l'impression de le redécouvrir
| Connexion | Inscription |