Accueil The Elder Scrolls V : Skyrim Test

The Elder Scrolls V : Skyrim

Jaquette

The Elder Scrolls V : Skyrim - Test

Switch     Rédigé par Spydark     le 16/11/17 à 00:00     0 Coms et 293 Vues
Partager sur Twitter Partager sur Facebook
Doom hier, Skyrim aujourd’hui et Wolfenstein II demain… On peut aisément se dire que pour la première fois de son existence, Bethesda a décidé de soutenir grandement une console Nintendo. Ce partenariat entre ces deux éditeurs au bout du monde si différents fait plaisir à voir, surtout si vous avez toujours voulu pouvoir explorer les terres de Bordeciel depuis votre lit un dimanche matin. Et c’est précisément de la version Nintendo Switch de The Elder Scrolls V : Skyrim dont nous allons parler ici, comprendre ses nouveautés et voir comment le tout optimisé pour tourner sur une “tablette”.


test écrit via une version fournie par Bethesda

THE ELDER SCROLLS : ON THE GO



Voici le rendu des alentours de Rivebois sur Switch
Tout d’abord, sachez que cette critique ne sera pas exhaustive, mais surtout technique. Aborder profondément Skyrim cette année serait peut-être maladroit pour un titre sorti en 2011. Malgré tout, résumons l’aventure de ce RPG culte dans les grandes lignes : vous incarnez un homme ou une femme issu des différentes races des provinces de Tamriel. Pas de chance pour vous qui avez décidé de partir en vacances dans les terres du nord, vous vous retrouvez enchaîné dans un chariot de prisonniers, les impériaux vous mettant dans le même panier que les sombrages, un groupe voulant renverser le pouvoir de l’Empire de Cyrodiil sur les terres de Bordeciel. À peine le temps de vous défendre verbalement, que votre tête se retrouve déjà sous le bourreau, heureusement pour vous un dragon attaque le camp, vous permettant de fuir durant ce chaos. Une fois libre dans ce pays, vous finirez par affronter votre premier dragon et vous découvrirez que vous possédez un pouvoir particulier, celui de votre voix vous permettant de hurler des incantations, des thu’ums surpuissants. Après avoir rendu visite à de vieux barbus, vous découvrez que vous êtes le dovahkin, le nouvel enfant de dragon devant mettre fin au retour d’Alduin, le dragon maléfique dévoreur de mondes. Ainsi, se déroule la trame principale de Skyrim, vous proposant de faire votre propre aventure en fonction de vos choix dans un pays divisé par la guerre et les prophéties.

En termes de gameplay, comme à l’habitude de la série, Skyrim propose de vous immerger via une vue à la première personne (avec possibilité de mettre à la troisième personne), dans un monde d’héroic-fantasy. La particularité de cet opus est de proposer un univers inspiré des anciens peuples nordiques, ainsi chaque cité est dirigée par un jarl local et la religion d’origine du pays peut se rapprocher des mythes des vikings. Cette ambiance est renforcée avec de nombreuses montagnes enneigées, tout en réussissant à garder une variété suffisante dans les décors, créant un joli patchwork de vacances d’hiver sublimé par une bande-son de Jeremy Soule, le compositeur de la série de Bethesda (et des deux premiers jeux Harry Potter), qu’on ne présente plus. Skyrim fait parti de ces jeux dans lesquels il est plaisant de ne pas faire que la trame principale, car la richesse du jeu repose essentiellement sur comment notre route se trace de façon inattendue juste en se baladant entre les villages, les grottes et les plaines blanches, tissant nos propres choix au fil des heures. Nous n’allons pas continuer à ressasser le passé, mais si ce jeu a bien marqué les esprits en 2011, c’est car il su dépayser un grand nombre de joueurs. Un jeu devenu culte dont il est impératif d’avoir dépassé la centaine d’heures et cette version Switch permet à des joueurs “pro-Nintendo” d’enfin, pouvoir s’immerger dans les terres de Bordeciel.

ENFANT D'AMIIBO !



Chasser du dragon sur les toilettes, c'est possible !
Justement, parlons-en de cette version Switch, quel contenu propose-t-elle ? Déjà, le plus important c’est qu’il s’agit de la version complète de TES V, ainsi toutes les extensions / mises à jour sont incluses directement. A savoir, Dawnguard qui propose de pouvoir rejoindre un clan de vampires ou inversement un groupe de chasseurs de longue-dents, ensuite Hearthfire qui permet de fonder son propre domaine et de pouvoir y fonder une famille et pour finir Dragonborn ajoutant une nouvelle île à explorer (aux couleurs de TES III - Morrowind). Toutes ces belles choses ajoutent donc encore des heures de plaisir à ce jeu déjà bien fourni en durée de vie dans sa version vanilla (de base). Dans un côté gadget, Nintendo et Bethesda ont ajouté le support des amiibos à cette version en exclusivité, ainsi libre à vous d’utiliser tout votre attirail de figurines pour faire apparaître des coffres (à savoir que cela s’utilise comme un thu’um donc avec la touche R) vous donnant divers objets. Mais les plus importants restent les amiibos de la gamme The Legend of Zelda (aussi bien ceux de Smash Bros que ceux de Breath of the Wild) vous permettant d’avoir 20% de chance de faire apparaître l’équipement que possède Link dans sa dernière aventure. A savoir, qu’il est également possible de récupérer ce stuff directement dans le jeu, si jamais vous n’avez pas les petites figurines adéquates, un geste sympathique.

En matière de nouveautés de prise en main, Skyrim Switch vous permet de jouer en portable, mais aussi avec un pad Pro, le Joy-Con grip ou encore avec les Joy-Con détachés avec la possibilité d’utiliser du motion-control. Cet ajout vous permet, par exemple, de pouvoir bander vous même votre arc, donner des coups d’épée, de lancer des boules de feu, mais aussi de pouvoir crocheter portes et autres serrures comme un grand voleur des temps anciens. Ainsi, cette adaptation de Skyrim ne transcende donc pas l’expérience de base du jeu, mais apporte tout le contenu du titre, ainsi que quelques ajouts bienvenus.

TECHNIQUEMENT RESPECTABLE POUR UNE SWITCH



Avec beaucoup d'amiibo, on transforme vite Bordeciel en trésorerie
Pour terminer, abordons le sujet le plus questionné lorsque Bethesda a annoncé une version Switch de son jeu populaire, à savoir les qualités techniques de cette version tournant sur une “tablette”, faut-il le rappeler. Selon les heures de jeu de votre ami testeur, et les comparaisons traînant sur le web, The Elder Scrolls V tourne à un framerate très louable de 30 fps constant, sans “un pet de drop” même durant des phases gourmandes techniquement. En termes de résolution, le jeu tourne évidemment en 720p HD en portable et environ en 900p HD sur un écran TV. De plus, on aurait pu croire que cette version serait au niveau des versions PS3/360 de l’époque en termes de textures, mais il n’en n’est rien, cette version Switch est encore meilleure et se rapproche plus des versions “Definitive Edition”, avec une plus grande richesse au niveau des textures, sans évidemment atteindre le niveau d’une version PS4/ONE. Pour autant, cette mouture sur une console Nintendo, reste très agréable et parfaitement jouable, tout en étant transportable, ce qui permet d’apprécier des heures et des heures de Skyrim, aussi bien dans son lit que devant son écran. On peut seulement reprocher un soucis de clipping (quand les textures apparaissent un peu trop devant nos yeux) et une téléportation de Lydia un peu trop présente (votre camarade de combat dans le jeu). Mais, tout reste parfaitement faisable et il semble à première vue ni avoir aucun bug gênant, comme une quête impossible à rendre, par exemple.

Avant de passer à la conclusion, sachez que pour permettre de faire de la place les développeurs ont pris le soin de fournir les doublages français à télécharger à part. La Switch ayant un disque-dur petit (32Go) et ce jeu pesant environ 11Go, c’est une bonne chose. Ainsi, de base, les textes sont dans la langue de Molière, mais les doublages dans celle de Shakespeare.

| Conclusion |

The Elder Scrolls V : Skyrim est un grand jeu, permettant aux joueurs de pouvoir s’immerger dans un monde mélangeant fantaisies héroïques et ambiances nordiques. Cette version Nintendo Switch vous laisse ainsi libre de pouvoir explorer les montagnes de Bordeciel ou la ville de Solitude depuis n’importe où, tout en se permettant de tourner convenablement, pour un grand confort de jeu. Le titre de Bethesda fait parti des immanquables du jeu de rôle à l’occidentale, et il fait plaisir de voir que les joueurs qui portent leurs casquettes Cappy à longueur de journée vont enfin pouvoir s'immerger dans un monde vous laissant libre de vos actes, aussi bons ou vils soient-ils. Jouez-y, si ce n’est pas encore fait, il n’est jamais trop tard pour se plonger dans cette aventure épique.
1820
++ Bons points ++ - Toujours aussi dépaysant.
- Un jeu culte transportable !
- Une bande-son qu'on retrouve avec plaisir.
- Découvrir Bordeciel pour les pro-Nintendo.
- Dragonborn, Hearthfire et Dawnguard inclus
- Un motion control qui fait sourire.
- 30fps constant, sans drops.
- Amiibo pas obligatoire pour avoir le contenu Zelda
-- Mauvais points -- - A ne pas recommander aux mordus de l'Ultra résolution.
- Des soucis de clipping ici et là.
- Toujours quelques bugs.
- Un peu cher.


Commentaires



Ryfalgoth
Ryfalgoth a écrit le 16 novembre :
Visiblement le portage est réussi, et c'est toujours une excellente nouvelle ! Alors c'est sûr que la prouesse est moins impressionnante que pour Doom, m'enfin c'est tout de même encourageant pour la suite =)
Xodelo
Xodelo a écrit le 16 novembre :
Moi qui voulais y jouer depuis un petit bout de temps

Alors je profiterai de la version switch pour y jouer

même si j'ai déjà regardé les 430 épisodes de bob Lennon sur skyrim je n'aurais aucun problème de spoil puisque de toute manière il n'a pas fini le jeu et que cette série dur tellement longtemps que je me rappelle juste des trente-sept derniers épisodes sortis et le début du jeux donc bon voilà quoi

Epuis l'aventure ce fait différemment en fonction du jouer

Le jeu n'est pas degeu il est même plutôt propre
(en gros ces la spécial édition mais juste en un peut moin puissante)

A oui d'ailleurs doit-je choisir les SOMBRAGE ou L'EMPIRE ? Vous me conseillerez quoi ?
salv-ice
salv-ice a écrit le 17 novembre :
J'ai pu me procurer le jeu hier soir et y jouer une bonne heure. C'est une belle réussite de Bethesda, le jeu est vraiment beau sur Switch et le framerate vraiment très stable. J'avais joué une dizaine d'heures sur la version Xbox360 et cette version Switch tourne mieux ! Ne jouant plus sur PC pour des raisons de confort et de temps disponible (problèmes lombaires et paternité ^^) cette version Switch est une bénédiction.

En mode portable le jeu est vraiment beau. Aucun problème pour y jouer sur le petit écran mis à part quelques textes trop petits dans les menus. Je pense que les archers en herbe auront un peu de mal avec les cibles lointaines aussi. A part ça c'est nickel ! Et puis bon... Skyrim aux chiottes quoi :-)

@Xodelo : il n'y a pas de bon coté à choisir. C'est à toi de voir si tu préfères te joindre au tout-puissant empire et combattre la rebellion sombrage ou aider la rebellion et libérer Bordeciel du joug impérial ;-)
| Connexion | Inscription |