Accueil Mario & Luigi : Superstar Saga Test

Mario & Luigi : Superstar Saga

Jaquette

Mario & Luigi : Superstar Saga - Test

Game Boy Advance     Rédigé par Hiroki     le 19/06/17 à 00:00     0 Coms et 119 Vues
Partager sur Twitter Partager sur Facebook
Ah le royaume Champignon ! C'est sympa quand même, y a des champignons qui se mangent, des champignons qui parlent et des champignons en forme de maison. Ou l'inverse. Il fait beau, tout va bien, toujours ! Il y a des tuyaux, des plombiers, et des princesses ne ressemblant pas à des champignons. Et il leur arrive des tuiles. Toujours. Allez, on enfile sa casquette, on saisit son marteau, et on va les sauver ! Parce qu'après tout, elles sont mignonnes !




Présentation Technique



Développé par AlphaDream pour la GBA en 2003, et naturellement édité par Nintendo, Mario & Luigi : Superstar Saga est l'occasion pour le célèbre plombier moustachu de revêtir une nouvelle casquette, et de débuter une nouvelle série de jeu. Il s'agit là d'un RPG au tour par tour avec des phases de plates-formes, bourré d'humour et à destination des consoles portables de chez Nintendo. A savoir que le jeu, initialement sorti sur GBA, a été porté sur la console virtuelle de la Wii U en avril 2014, et fera l'objet d'un portage en octobre 2017 sur 3DS. Il est également bon de noter qu'il s'agit là de la troisième fois que la mascotte de Nintendo s'essaiera au genre du RPG, après Super Mario RPG: Legend of the Seven Stars en 1996 et Paper Mario en 2000 - série toujours en cours.


Histoire




Les bâtards de l'histoire !
Vous incarnerez Mario alors qu'il doit sauver la princesse une fois de plus des griffes de Bowser ! Sauf que le plombier moustachu et son ennemi reptilien se rendent compte, après s'être foutus sur la gueule quelques minutes, qu'il y a un problème. La princesse s'est faite voler sa voix par une dénommée Graguémona, sorcière d'un royaume voisin ! Pire, cette dernière a été remplacée par des caractères explosifs et terriblement vulgaires ! Ni une, ni deux, les ennemis de toujours décident de s'allier afin de rosser cette impertinente qui empiète clairement sur les plates-bandes de Bowser. Mais tout ne se passera pas comme prévu. Par chance, Mario peut compter sur son allié de toujours, souvent dans l'ombre mais toujours fidèle, Mario Vert ! Ou Luigi, tel qu'on l'appelle parfois.



Un peu de corde à sauter avant de sauver la princesse, car même les héros ont des âmes d'enfant
Dans l'ensemble, l'histoire de ce Mario & Luigi, si elle s'avère un poil plus originale que les précédents jeux de la licence, est totalement crédible et bien ancrée dans l'univers. L'on prend plaisir à découvrir le royaume champignon et ses alentours par le prisme du RPG. Surtout que pour une fois, Bowser n'y est presque pour rien. Le scenario est bourré d'humour et de rebondissements, et plaira au plus grand nombre, il n'en faut point douter. On sait rarement ce qui va nous arriver dans les heures à venir, mais une chose est sûre, on s'y amuse toujours autant. Et l'humour omniprésent fait très souvent mouche, quel que soit votre type d'humour à la base. Les situations pathétiques et ridicules dans lesquelles se mettent les deux frères auront vite fait de vous faire succomber au charme de ce titre portable. Sinon, j'ai déjà parlé de l'humour ?


Système




Mario et Mario Vert qui apprennent à se battre
Le but du jeu, vous l'aurez compris, sera d'évoluer dans le royaume champignon afin de réparer les torts faits à la princesse de votre cœur, et éventuellement d'empêcher les méchants de réaliser leur plan de conquête du monde ! C'est ainsi que vous avancerez dans l'histoire, à coup de pied dans des margoulettes ennemies et de situations plus ou moins cocasses. Naturellement, comme l'indique le titre du jeu, cette fois-ci Luigi sera de la partie, et vous contrôlerez la plupart du temps les deux frères, en même temps, dans leur aventure. Mais nul crainte, le tout étant vraiment très agréable.



S'agissant d'un RPG, au tour par tour, prenant pour héros un certain plombier moustachu, les phases d'exploration du jeu, bien que teintées de l'ambiance RPG -avec des quêtes, des PNJ, et ce genre de choses- sont bien marquées par le côté plates-formes naturellement inhérent à la mascotte en rouge. Ainsi, afin de progresser dans les divers environnements du jeu, il va vous falloir faire preuve d'une certaine habileté, et d'une bonne connaissance des capacités à votre disposition afin de résoudre les énigmes et autres passages d'agilités entravant le bon déroulé de votre mission. Mais rien d'insurmontable, croyez moi, si vous avez déjà pu tâter du plombier dans un de ses jeux dédiés à la plates-formes. Et si ce n'est pas le cas, rien d'insurmontable non plus.


Des ennemis connus et d'autres moins
Reprenant une formule ayant plutôt bien fonctionné pour les autres itérations jeu de rôle de cet univers, vous alternerez entre les phases d'exploration d'une part, et les phases de combat, d'autre part, dans la plus pure tradition des RPG au tour par tour. Ou presque. Partant du gameplay déjà très réussi de Paper Mario -à savoir des personnages qui agissent chacun leur tour, et déclenchent des attaques plus ou moins fortes, ou efficaces, en fonction de leurs objets, de leur niveaux, des adversaires, etc.- ce volet se permet d'adjoindre quelques subtilités totalement bienvenues ! Déjà, chaque personnage de votre équipe, à savoir les deux frères plombiers, se voient attribuer un bouton qui leur est propre en combat, et qui ne changera jamais. Ainsi, il vous sera possible d'accentuer l'attaque de l'un des frères en pressant délicatement, ou non, le bouton correspondant au moment opportun. Tout comme il sera possible de contre-attaquer durant certaines attaques ennemies, ou tout du moins d'esquiver lesdites attaques pour annuler les dommages encourus.

Mais là où le titre réalise vraiment, à mes yeux, une fonctionnalité très réussie, c'est dans la possibilité qu'il offre, aux joueurs assidus et un poil habile, de récompenser leurs efforts avec de réels bonus en combat. Ainsi, vous disposerez, pour chacune des attaques combinées des deux frères, de mode d'exécution plus ou moins exigeants. Si le premier mode vous prendra par la main et décomposera chaque action lentement en vous indiquant quel bouton presser à quel moment, le dernier mode, lui, vous laissera vous démerder tout seul, comme un grand, et à vitesse normale ! Ceci dans le but d'ajouter quelques points de dégâts non négligeables à vos attaques, et d'économiser les points permettant de lancer ces attaques spéciales. Mieux encore ! Si vous réussissez à suffisamment maîtriser ce mode de joueur doué, le jeu vous proposera de corser l'aventure en mettant à votre disposition un mode "avancé". Ainsi, lors du déroulé normal d'une attaque spéciale que vous connaissez bien, vous aurez la possibilité de changer le cours des évènements en pressant une bouton alternatif pour passer sur une attaque d'un tout autre genre, généralement plus puissante que la version de base. De quoi pousser les joueurs à s'entrainer sans relâche à parfaire sa maîtrise du duo de frangins.


Plus les ennemis sont affreux, plus ils sont délirants
Naturellement, et pour ne pas trop s'éterniser dessus, le soft vous offrira la possibilité de voir Mario et son frère monter de niveaux au fur et à mesure des combats, et d'alors voir leur caractéristiques s'améliorer toujours un peu plus. Les frères se faisant fort de cultiver chacun leur domaine de prédilection, vous remarquerez d'ailleurs qu'ils ne gagneront pas exactement les même bonus à chaque passage de niveau, Mario se montrant par exemple plus puissant en attaque. Et si les passage de niveau s'avèrent décevant dans votre partie, vous pourrez toujours équiper au duo divers accessoires, afin de renforcer leur capacités, ou leur donner ponctuellement des objets visant à leur rendre un fier service.



Si l'aventure principale oscillera généralement entre le côté plates-formes de l'exploration, et le côté RPG, et un peu action, des combats et des quêtes, le titre saura vous proposer, également, quelques mini-jeu à certains moments, afin de casser une routine qui n'a de toute façon pas le temps de s'installer. Également, une version améliorée du jeu d'arcade Mario Bros est présente dans le jeu, dans le cas où vous voudriez jouer à ce titre d'antan toujours aussi sympathique.


Ambiance




Des plombiers dans une mine...j'ai peur de ne plus suivre
L'ambiance du jeu, est, comme je l'ai déjà laissé entendre plus haut, très très bonne. Le soft est léger et coloré, comme le sont souvent les titres de la série du plombier, mais il est également très drôle, bourré d'humour, surtout lorsque l'on ne s'y attend plus. Les situations dans lesquelles se fourrent les deux frères sont souvent rocambolesques, et, croyez moi, peu importe votre humour de prédilection, ce jeu fera souvent mouche en vous arrachant au moins un sourire, si ce n'est un clair éclat de rire. Et c'est vraiment là que réside la force du titre. Si le scenario peut s'accorder quelques passages sérieux entre deux tranches d'humour, il n'en devient pas pour autant pesant, ni même ridicule. L'histoire réussit à fonctionner en dehors de l'humour omniprésent, en faisant même de cela un bonus non-négligeable.



La fuite aussi est ridicule. Mais terriblement coûteuse
Pour le GBA, le jeu s'avère plutôt joli et coloré. Le style 2D fonctionne excessivement bien et les sprites sont de bonne qualité, léchés. L'ensemble ne dénote pas un instant et l'on n'est jamais perdu, à se demander ce qu'il se passe dans cet écran plein de pixels. Bref, du tout bon, là aussi, la GBA apportant souvent, je trouve, cette saveur particulière.


Au niveau de la bande-son, rien à redire non plus. Nintendo faisant généralement du bon travail à ce niveau-là. Surtout quand il s'agit de ses licences les plus fortes. Certains thèmes vous rappelleront les meilleures heures du plombier, tandis que d'autres seront inédits et installeront une ambiance nouvelle, que vous n'aviez pas l'habitude de connaître. Mais force est de constater que l'ensemble fonctionne rudement bien.

Scénario
17/20
Si le scenario en général s'avère plutôt simple dans l'ensemble, il n'en reste pas moins plutôt bien travaillé pour un jeu estampillé Mario et est bourré d'humour. Vraiment à ras-bord, mais attention, ça n'est jamais écœurant. L'ambiance ainsi proposée dans le titre est des plus agréables et aidera à passer les quelques moments difficiles du titre qui aurait pu vous faire rager dans d'autres circonstances.
Ambiance
18/20
J'aime énormément la GBA et ses graphismes, et ce jeu ne fait pas exception à la règle. C'est beau, c'est en 2D, et c'est du beau boulot ! La musique fait tout à fait le taf et l'ambiance ainsi installée se montre terriblement addictive ! Probablement l'un des points les plus réussis du soft.
Jouabilité
18/20
L'autre point fort du jeu, c'est sa jouabilité. Les phases d'exploration vous donneront parfois du fil à retordre de par les énigmes à l'exécution soignée, mais rien qui puisse vous rebuter. Mais là où le titre tire toute sa force, c'est par sa partie RPG-action, combat au tour par tour durant lesquels de nombreuses choses sont réalisables, pour peu que vous soyez concentrés. Et il s'avère très gratifiant de réussir à jouer du jeu comme un joueur professionnel.
Durée de vie
16/20
Dans la moyenne de la plupart des RPG, notamment des RPG Mario, ce titre n'a rien à envier à la concurrence. Vous y passerez facilement de nombreuses heures, ne serait-ce que pour profiter de l'ambiance et des quêtes annexes avant de progresser joyeusement dans l'histoire.

| Conclusion |

On se trouve face à un très bon jeu autant dans la catégorie des jeux de plates-forme que celle des RPG. Il est drôle, original et aux mécaniques étudiées finement. De plus, la réalisation globale est sans faute et l'on ne peut que prendre du plaisir en y jouant.
1720
++ Bons points ++ Le gameplay très efficace, facile à prendre en main et à approfondir

L'ambiance du jeu, soignée et amusante

L'originalité du jeu et de son scenario en général
-- Mauvais points -- Quelques passages de plates-forme et quelques boss pourraient s'avérer un peu retords. Mais cela ajoute à la difficulté du jeu et ce n'est pas réellement une plainte à vrai dire.


Commentaires



| Connexion | Inscription |