Accueil Oddworld : New 'n' Tasty! Test

Oddworld : New 'n' Tasty!

Jaquette

Oddworld : New 'n' Tasty! - Test

Wii U     Rédigé par Lord Kanozu     le 14/03/16 à 00:00     0 Coms et 1187 Vues
Partager sur Twitter Partager sur Facebook
Sorti tout droit de l’imagination du studio Oddworld Inhabitants en 1997 sur Playstation 1, Oddworld : L’Odyssée d’Abe est un jeu de plate-forme/réflexion devenu culte, de par tout l’univers qu’il mettait alors en place, son gameplay atypique ainsi que ses somptueux graphismes pour l’époque. Nous sommes alors 19 ans plus tard, et c’est il y a peu que le remake de ce premier épisode s’est décidé à sortir sur Wii U, nous parlons bien sûr d’Oddworld : New’n’Tasty. Comment un jeu, connu pour sa rigidité et sa précision millimétrée d’antan a t-il réussi à se moderniser pour être jouable dans les conditions d’aujourd’hui ? C’est à cette question que nous répondons dans le test ci-dessous.


BIENVENUE À RUPTUREFARMS


S'échapper le plus vite possible de cet enfer, c'est comme ça que démarre Oddworld
Etant donné que la série n’est pas loin de souffler ses 20 bougies, rappelons quand même ce qu’est Oddworld. La série a débuté en 1997 avec l’Odyssée d’Abe, où on y contrôle ce bon vieux Abe, un mudokon tout ce qu’il y a de plus classique, qui découvre avec effroi que le prochain produit de consommation ( le « New’n’Tasty ») que l’usine dans laquelle il travaille va fabriquer est fait à base de chair de mudokon, ce qui va le pousser à s’enfuir au plus vite de cette boucherie, sans oublier toutefois de secourir tous ses potes toujours à trimer dans l’usine.

La force d’Oddworld ne réside toutefois pas particulièrement dans son scénario mais dans l’univers qu’il construit, et plus précisément dans la manière dont il fait interagir le joueur, Abe, et les choses qui l’entourent. En effet, le jeu était révolutionnaire à son époque en grande partie grâce à une mécanique clé du jeu : le gamespeak, possible grâce au fameux moteur A.L.I.V.E. du jeu. Le gamespeak consiste en plusieurs combinaisons de touches qui permettent de communiquer (à l’aide d’un certain nombre de répliques) avec les autres personnages à l’écran. Abe peut ainsi, par exemple, demander à un autre mudokon de le suivre afin qu’il puisse l’aider à s’enfuir, tout comme il pourrait lui demander de se mettre à couvert, de se baisser, et j’en passe. Mais la vraie force de ce système, c’est qu’Abe n’est pas le seul à pouvoir s’en servir, mais bien tous les êtres intelligents, qu’ils soient alliés ou hostiles. Ce qui fait qu’un Slig (un monstre du jeu) peut très bien entendre Abe communiquer avec un autre mudokon et réagir en conséquence, comme il pourrait aussi donner des ordres à d’autres espèces de monstres pour qu’ils attaquent Abe. Ceci couplé à l’intelligence artificielle poussée que permettait le moteur A.L.I.V.E., donnait naissance à tout un univers vivant et qui réagissait d’une manière encore jamais vue sur console. La série connaîtra des suites, avec l’Exode d’Abe (dont le remake est d’ailleurs en développement), l’Odyssée de Munch et enfin la Fureur de l’Etranger, considéré comme le mouton noir de la série, avant que la licence ne s’endorme pendant quelques années sans nouvelle sortie.

APRÈS L'ODYSSÉE, L'EXODE ?


Joli, mais pas moins dangereux
Vint ensuite le remake de l’Odyssée d’Abe, le jeu qui nous intéresse aujourd’hui. Malgré qu’il reprenne comme base tout le scénario, les personnages et les thématiques des niveaux, tout le reste a été refait à partir de zéro, sans réutiliser la moindre texture. Et la première chose que l’on peut constater en voyant le jeu, c’est qu’il est bien joli, que ça soit au niveau des décors fouillés, que des effets présents un peu partout, ou encore des textures globales du jeu. Visuellement agréable, il n’échappe toutefois pas à un grand nombre de problèmes techniques. Le plus apparent est le framerate du jeu qui a très vite tendance à basculer vers le bas à chaque fois qu’un peu trop d’effets se déroulent à l’écran, et malheureusement cela arrive bien souvent. Cela n’altère pas beaucoup l’expérience de jeu, étant donné qu’Oddworld est loin d’être un jeu dynamique, mais ça reste gênant, et va parfois jusqu’à causer des crashs de la console (cela m’est arrivé trois fois, pour l’exemple). De plus, parmi les problèmes qui ne sont pas directement visibles, le jeu souffre de quelques problèmes de script, et bloque parfois la progression sans qu’on ne sache directement si le problème vient du joueur ou du jeu, et qui n’est réglé qu’en relançant le niveau. Toute cette suite de problème technique n’empêche pas de jouer et de finir le jeu, mais elle entache sérieusement l’appréciation que l’on peut en avoir. En espérant qu’ils puissent être réglés rapidement.

ET APRÈS L'EXODE, LA FUREUR



Les moments de détentes sont rares mais présents
Parlons ensuite du gameplay et des mécaniques. Comme cité plus haut, le jeu se pose comme un plateformer réflexion plutôt qu’action. On résout différents puzzles et énigmes pour progresser, tout en évitant de se faire bouffer par toutes les bestioles du monde d’Oddworld, et en essayant de sauver le plus possible de mudokon (au nombre de 299 précisément) sous peine de devoir se taper la mauvaise fin du jeu. Etant aux antipodes du genre du jeu de plate-forme classique, qui se veut nerveux et dynamique par nature, l’Odyssée d’Abe n’est pas à conseiller à n’importe quel joueur, et pas à prendre à la légère non plus au vu de la difficulté assez relevé de l’épisode. Heureusement, une des très bonnes idées du remake est d’inclure la possibilité de sauvegarder à tout instant sur simple pression du bouton – de la console. Cette option est diablement utile dans les passages costauds, ou pour éviter de devoir se refaire toute une zone si on tue par mégarde un confrère mudokon. Toutefois, c’est aussi grâce à cette option qu’on se rend compte que le gameplay presque préhistorique du jeu a beaucoup de mal à passer à notre époque, avec des contrôles trop rigides, trop approximatifs, alors que l’épisode est très exigeant dans ses sauts, avec parfois même une certaine maniaquerie dans la précision demandée. Au passage, on vous conseille (ironiquement, au vu de la phrase précédente) très fortement de régler les contrôles en « old-school » dans les options, vous nous remercierez plus tard.

En termes de bande-son, le jeu se débrouille plutôt bien, avec quelques réarrangements de pistes du jeu d’origine, mais aussi son lot de morceaux propres au remake. Il a également le bon goût de savoir allier moments sans musiques avec des niveaux en adéquation qui offrent un certain renouveau qui n’est pas désagréable. Enfin, comptez six à huit heures pour venir à bout du jeu, et un peu plus de temps si vous souhaitez secourir l’intégralité des mudokon.

| Conclusion |

Il serait peu recommandé de conseiller Oddworld : New'n'Tasty à n'importe qui. On a en effet là affaire au plus atypique des jeux de plate-formes, qui privilégie la réflexion et la minutie à la précipitation et au rythme effréné. Toutefois, cela n'excuse pas un gameplay rigide à ce point et de si nombreux tares techniques. L'Odyssée d'Abe est un produit des années 90 du jeu vidéo, et cela se ressent, même dans son remake presque deux décennies plus tard. A ne recommander qu'à ceux qui savent dans quoi s'aventurer, ou ceux qui apprécient l'odeur du mudokon roti.
1420
++ Bons points ++ - Joli !
- L'univers Oddworld n'a pas perdu de son charme
- Redécouvrir un classique de son époque
-- Mauvais points -- - De nombreux problèmes techniques (crashs, bug de scripts, problèmes de son et autre)
- Gameplay beaucoup trop rigide par rapport à ce qui est demandé
- Ca ramouille


Commentaires



Dragon-blue
Dragon-blue a écrit le 15 mars 2016 :
Chouette test kano ! J'ai pu en apprendre un peu plus sur cette série qui m'est très étrangère.

Et vu que j'aime bien les Platformers bien rigides, je serai plutôt tenté de l'essayer.
Ebros
Ebros a écrit le 15 mars 2016 :
Tout le contraire de DB pour ma part. Les Gameplay trop rigide me font fuir.

Je n'avais jamais joué au jeu et malheureusement, de ce que j'en ai lu, c'est pas un jeu fait pour moi.
manchot1er
manchot1er a écrit le 15 mars 2016 :
C'est bien que Oddworld Inhabitants puisse refaire leurs premiers jeux avec une bonne qualité.

Personnellement, j'ai le jeu original sur émulateur (vive Romstation:good:) et j'avais bien aimé le concept et l'univers du jeu.

Bon d'après ce que je vois, cette version WiiU est loin d'être parfaite, mais il y a quand même de quoi s'amuser et de faire découvrir la série pour ceux qui ne la connaisse pas encore.

Si ce remake à bien fonctionner, j'ai hâte de voir ce que va donner pour l'Exode d'Abe.
| Connexion | Inscription |