Accueil Okami Test

Okami

Jaquette

Okami - Test

Wii     Rédigé par Fate     le 05/03/10 à 00:00     0 Coms et 208 Vues
Partager sur Twitter Partager sur Facebook
Qu'est-ce qu'une oeuvre d'art ? Question vaste en effet... On pourrait peut-être définir cette expression par un événement ou vous êtes carrément happés dans l'objet de la contemplation. Oui, Okami est une oeuvre d'art, inconnue pour la plupart malheureusement, mais demeure une des plus belles expériences de jeu depuis la création de la wii. Gros plan sur cette véritable peinture artistique 100% japonaise.






Un petit peu d’étymologie



Okami signifie loup en japonais, mais peut être aussi traduit par grande divinité ou grande déesse : en effet, pour les connaisseurs, 'o' signifie grand et 'kami' divinité. Non il ne s'agit pas d'un hasard puisque vous aurez l'occasion de représenter une déesse japonaise, Amaterasu Omikami, la déesse du soleil dans les mythes japonais.


Un scénario hors du commun



Au départ, Okami peut se réveler très simple : vous devez ramener la lumière dans le monde d'Okami et exterminer les ténèbres, ce qui rappelle sans doute l'intrigue d'un  certain Zelda aux puristes, une des nombreuses références du titre, mais je digresse. Tout commence dans le village de Kamiki, verdoyant comme à son habitude, il en est de même pour toutes les terres du Nippon (continent ou se passe l'intrigue). Quand soudain, un dragon octocéphale nommé Orochi, ressucite alors qu'il avait été vaincu par le légendaire loup blanc Shiranui et le valeureux guerrier Izanagi un milierd'années auparavant, et fait sombrer le Nippon dans les ténèbres. Les Kami (divinités japonaises présentes dans le jeu ), sont obligées de se cacher en attendant un sauveur inespéré .Amaterasu que Sakuya, la déesse de la flore, va invoquer par le biais d'une statue représentant le oup Shiranui, cité précédemment. Notre déesse du soleil va donc voyager sous l'apparence d'un magnifique loup blanc et en compagnie d'une créature de la taille d'un Schtroumpf, appellé 'Issun', le guerrier.

Un scénario qui consiste a restaurer la nature dans des terres arides et envahies par les ténèbres d'Orochi, qui peut paraître classique, mais qui recèle de nombreuses surprises au cours de l'aventure, même si l'intrigue est simpliste, beaucoup de personnages charismatiques et attachants feront votre rencontre, comme par exemple Susanoo, épéiste courageux mais pas téméraire, avec une maîtrise de l’épée qui laisse à désirer..... Et quelques références quand à l'univers de Capcom seront aussi de la partie, mais je vous laisse à vous le soin de les découvrir. Mention spéciale au moment le plus jouissif d’un jeu vidéo, la restauration des terres tombées sous le joug des ténèbres, celles d’Okami sont vraiment sublimes, tant la différence est flagrante entre l’avant et l’après.






Une jouabilité et un gameplay presque exemplaire



Le gameplay d'okami peut se décrire par une seule chose : le pinceau. Au cours de votre aventure, vous devrez apprendre ce que l'on appelle les techniques du pinceau céleste que maîtrise Amaterasu. Ce pinceau céleste vous permettra entre autres de contrôler les éléments, le vent, l'eau, le feu ,ou même créer de la matière là ou elle avait disparu (vous pourrez même reconstruire des points, c'est dire les possibilités qui s'offrent a vous !)et ainsi pouvoir avancer dans les donjons et dans les plaines. Pour activer ces techniques, rien de plus simple (enfin, pas pour tout le monde je le concède) vous avez deux situations possibles pour une manière d'agir : Soit en combat contre des monstres et vous utilisez ces techniques pour les detruire. Soit dans la nature ou dans les donjons pour progresser en éliminant des obstacles comme des rochers ou des cours d'eau à traverser.

Donc pour activer ces techniques, il faut appuyer sur le bouton B, ce qui figera le déroulement de l'action (en clair,vous pouvez arrêter le temps), et DESSINER UN SIGNE ASSOCIER A UNE TECHNIQUE !!! Voilà ce qui fait de vous un véritable artiste peintre. Pour découper vos adversaires il suffira de tracer un trait horizontal, idem pour détruire un rocher imposant qui pourrait entraver votre chemin. Sauf (eh oui, petit point négatif ), en effet la précision peut s'avérer très très précise, même trop parfois, on refait parfois 5-10 fois le même geste, sans résultat, mais bon, on s'habitue assez vite, et même si à la fin on n'arrive toujours pas à exécuter la bon geste du premier coup, la frustration s'envole et laisse place a une habitude peu dérangeante, en aucun cas nuisant à l’expérience de jeu .

Ajouter à cet outil de peintre les différentes techniques dites 'physiques' d'Amaterasu. J'entends par là les armes que notre louve pourra porter (comme un rosaire, un bouclier mystique ou même une épée) et les différents techniques d'arts martiaux parfois douteuses (comme humilier ses adversaires en faisant ses besoins dessus ), qu'un maître du combat encore plus douteux vous apprendra sur votre route. De nombreuses possibilités de combos et de stratégies, car vous pouvez même vous équiper de deux armes en même temps, et en sachant qu’une arme aura des propriétés différentes si elle est utilisée en arme principale ou en arme secondaire .

Enfin, derniers points et j’arrêterais de commenter ce gameplay riche, lors de certaines séquences vous devrez ‘aider’ certains personnages non-conscients de vos pouvoirs à effectuer des actions, c’est en effet le cas pour la pêche par exemple, où vous devrez dessiner une ligne entre la canne et le poisson pour pouvoir le ferrer. J’insiste vraiment sur la diversité des actions proposées tant elle s sont uniques, et dévoilent peu à peu une nouvelle facette d’Okami.


Une durée de vie très correcte couplée avec une difficulté accessible



Sachez que le jeu vous prendra au moins une bonne quarantaine d’heures, mais dispose d’une excellente rejouabilité pour les passionnés, tant l’aventure est magnifique, vous vous reprendrez souvent a admirer les paysages inspirés de l’art japonais. A cela s’ajoutent une quantité de quêtes annexes non-négligeables et toujours en rapport avec la quêtes principale pour l’obtention de nouvelles armes ou objets. Car même si la difficulté  n’est pas insurmontable comme dans un Valkyrie profile, chaque boss à sa stratégie et vous devrez sans cesse renouveler la vôtre. Une diversité que l’on ne retrouvera que dans un certain Zelda TP mais pas dans un Mario Galaxy.





Une bande son très ‘japanisée’



Au programme, des sons typiquement japonais, alors ceux qui n’aiment pas cet univers vous pouvez d’ores et déjà porter votre choix sur un autre titre, vous risquez de ne pas aimer. Des ‘yoooooooooooooooooooo’ viendront souvent ponctuer le soft, mais la présence des musiques est assez inégale, car si les musiques des plaines sont assez discrètes, celles des donjons ou qui se rapportent à la présence d’une puissance maléfiques, elles, emmènent carrément le joueur dans un autre univers, un univers sombre, certes, mais terriblement prenant. Mais dans l’ensemble les musiques sont vraiment réussies.


Des graphismes... Pour le meilleur et pour la vie



J’ai gardé le meilleur pour la fin, et je suis sur que les impatients m’en voudront un peu. Au départ le jeu devait être en 3D, finalement, fautes de contraintes matérielles et budgétaires, les dirigeants ont optés pour du cell-shading. Le joueur est véritablement happé dans un tourbillon qui vous emmène tout droit vers la mythologie japonaise, on remarque de nombreux kanjis, et tout ce qui construit la culture japonaise, même les montagnes sont parfaitement représentées en arrière plan. Un véritable tableau 100% made in japan. Jamais on a vu un jeu aussi beau graphiquement sur wii, surpassant totalement tout ce qui lui avait précédé jusqu'à présent, Okami s’inscrit parmi les jeux les plus beaux de toute l’histoire du jeu vidéo.

Car sans doute grâce à cette ambiance mythique, les personnages deviennent vraiment  charismatiques, en passant par toutes les divinités qui croisent la route d’Amaterasu, que ce soit Sakuya la déesse de la flore ou Susanoo guerrier peu aguerris. Du pur spectacle signé Nintendo et Capcom. Okami est et demeurera graphiquement pendant longtemps un des plus beaux jeux realisé sur wii à ce jour, son ambiance incomparable et son thême des mythes japonais en attirera plus d’un mais en repousseront certainement d’autre, mais ils ne pourront en aucun cas trouver de défauts majeurs à ce jeu. Ce que Picasso était pour l’art, Okami l’est pour le jeu vidéo.



Scénario
18/20
Les personnages sont vraiment attachants et le jeu vous réserve quelques surprises, l’humour est très souvent présent et on ne s’en lasse pas.
Graphismes
20/20
Evidemment, du cell-shading couplé avec les mythes japonais, ca fait forcement mouche chez les joueurs. Les décors sont splendides, et on s’étonne d’une telle beauté, voila ce que peut nous montrer toutes les capacités de la wii.
Jouabilité
18/20
Malgré la précision exigée un peu trop frustrante, les gameplay d’Okami est exemplaire, les possibilités de combats sont vraiment nombreuses, et on s’habitue relativement vite au niveau de la prise en main, bien sur cela ne concernera pas tout les joueurs...
Bande son
17/20
Les musiques sont très réussies et vont plongent parfaitement dans l’univers du jeu, dommage que certaines musiques se font un peu discrètes, mais l’ensemble est excellent.
Durée de vie
17/20
Une difficulté rendant le jeu très accessible, une durée de vie qui dépasse les 40 heures additionnées à de nombreuses quêtes annexes, Okami vous accaparera pendant longtemps.

| Conclusion |

Un jeu fabuleux n’ayant pas de défauts majeurs, qui vous emporte dans un autre univers. Artistiquement parfait, mais qui aurait pu atteindre le summum de la perfection avec une précision un peu plus laxiste, Okami demeure une référence en la matière et fait partie des meilleurs jeux de la console (si ce n'est le meilleur). Quoi qu’il en soit pour à peine plus de 20 euros je ne devrais même pas vous dire d’aller l’acheter. Une véritable leçon d'art, chapeau l’artiste.
1920


Commentaires



The_Goodfellas
The_Goodfellas a écrit le 5 mars 2010 :
Exelent test moi aussi je l'ai,mais sur ps2 y a pas longtemps
Sakura
Sakura a écrit le 5 mars 2010 :
je ne connaissais pas ce jeu et très bon test
Naru-manga
Naru-manga a écrit le 5 mars 2010 :
Faut vraiment que je me le prenne... Depuis toutes ces années que je me dis ça...
Dragon-blue
Dragon-blue a écrit le 5 mars 2010 :
OKAMI, ou le jeu maudit...

C'est peut être cette ambiance un peu trop "Niponne" qui lui a valu ses si peu de ventes.
Ou alors, le manque de pub.
Ou plutôt même les deux...

Dans tous les cas, je ne pense pas que OKAMI mérite vraiment son triste sort !
C'est pourquoi je l'ai acheté (d'autant plus qu'il n'est pas très cher).

Et fate, encore bravo pour ton test !
Même jeuxvidéo.com a fait des tests plus petits !

Et j'insiste, mais je pense que c'est vraiment important de défendre les jeux oubliés comme celui là...
Si tous les forums et sites du web si mettent, peut être que nintendo réagira et se concentrera un peu plus sur ce genre de jeu.
Mais, je sais bien qu'il ne faut pas réver non plus... Comme l'a dit notre ami naru, nintendo est une entreprise financière, et comme tout entreprise financière, elle a besoin de rendement. C'est triste, c'est tout.
Toady
Toady a écrit le 17 mars 2011 :
Excellent test ! J'ai été totalement d'accord avec toi sur chaque point, le 19/20 y compris. Et c'est bien vrai que la bande-son est très... Japanisée XD On se comprend^^
Elfimate
Elfimate a écrit le 17 mars 2011 :
Ahh le bon okami qui trone premier dans mon top 10 :hap:

Une oeuvre d'art...
Fond Blanc
Fond Blanc a écrit le 17 mars 2011 :
J'me le procurerai :sisi: J'y jouerai :sisi:
Assarty
Assarty a écrit le 18 mars 2011 :
Il me faut Ôkami Den. :-(
Elfimate
Elfimate a écrit le 24 mars 2011 :
C'est aujourd'hui le départ de Fate :(

Et il a toujours pas poster son test d'okami den :(
Fate
Fate Auteur a écrit le 27 mars 2011 :
pleure pas je suis là , et t'auras ton test d'okamiden et plein de tartines de nutella

D'ailleurs là j'avance bien et c'est évidemment bourré de références a okami...
| Connexion | Inscription |