Accueil Shin Megami Tensei : Strange Journey Test

Shin Megami Tensei : Strange Journey

Jaquette

Shin Megami Tensei : Strange Journey - Test

DS     Rédigé par Fate     le 25/01/11 à 00:00     0 Coms et 218 Vues
Partager sur Twitter Partager sur Facebook
On s’énerve parfois quand on sait qu’une petite perle du jeu vidéo nous passe sous le nez sans jamais sortir en Europe. L’avantage, c’est que du coup on en entend moins parler, mais on passe à coté d’une nouvelle expérience de jeu. Heureusement certains jeux se décident a pointer le bout de leur nez, comme Inazuma Eleven. D’autres restent confortablement installés, nous narguant encore et encore…C’est le cas de Shin Megami Tensei, série peu connue du fait de sa non-localisation en Europe. C’est bien dommage car les bons donjons-RPG se font rares, et surtout du type de Shin Megami Tensei. Gros plan sur un RPG sombre et spécial, mais tout aussi envoûtant.






2012 approche !



L’histoire se déroule de nos jours, quand une équipe de scientifiques remarque une instabilité au niveau de l’antarctique. Au fur et à mesure, cette instabilité se transforme en un énorme globe dont on ne sait rien, mais qui s’étend de plus en plus vite et qui menace de s’étendre sur la terre entière. Cette zone sombre et inquiétante sera nommée la Schwarzwelt (‘Le monde noir’ en français). L’armée décide alors d’envoyer des troupes suréquipées pour déterminer les caractéristiques de cette zone et comment la détruire. Cependant la situation change radicalement quand les ¾ de l’armée est portée disparu et que votre vaisseau, seul à l’intérieur de la Schwartzwelt, détecte des signes de vie. S’engage alors un véritable conflit pour la survie de l’humanité si étrange et sombre que vous n’en ressortirez pas indemne. En effet la Schwarzwelt est habitée par des démons, tout plus redoutables les uns que les autres, et il vous faudra beaucoup de courage pour espérer vous sortir des cette situation désespérée.

Je pourrais passer des heures a vous parler du scénario de Shin Megami Tensei, tout d’abord parce qu’au travers de ses allures de scénario bateau (eh oui la fin de monde c’est un peu du déjà-vu), l’histoire est étonnamment développée , avec des personnages mines de rien charismatiques, des références mythologiques a foison, une philosophie sur l’humanité déroutante, et 3 fins différentes en fonction de votre affinité avec les membres de l’équipage : affinité qui aura également une place dans les combats. Contrairement a son cousin Etrian Odyssey, qui lui avait une trame scénaristique quasi-inexistante, Shin Megami Tensei vous offre sur un plateau d’argent un scénario travaillé, passionnant, et mature. D’où l’avertissement figuré sur la boîte (12+ tout de même) : même si c’est en anglais, certains mots ou certaines scènes sont choquantes et peuvent mettre vos nerfs a rude épreuve, car avec son ambiance terriblement sombre, il s’agit d’un jeu également stressant. NB : le jeu est en anglais, aussi, pour une bonne compréhension du scénario, je pense qu’un niveau lycée est suffisant, surtout si  l’on a déjà joué a un jeu vidéo en anglais, de plus les situations sont très explicites et il est possible de comprendre la trame principale sans problème.


Voiçi la Schwarzwelt, au moment ou l'action se déroule elle ne recouvre que l'antarctique, mais va finir par tout engloutir si vous échouez...



C’est le prélude à l’ouverture des portes de l’enfeeeeeer !



Un autre point très important et que je n’aurais pas cru vraiment important dans ce genre de jeu : la bande-son : autant le dire tout de suite, les bruitages son corrects. Mais je vais m’attarder sur les musiques en elle-même : car il s’agit là d’une des meilleures bandes-son de la DS. Ce ne sont pas forcément des morceaux agréables à l’oreille. Mais ils instaurent l’ambiance oppressante. On ne peut le nier : Shoji Meguro, le compositeur a fait içi un travail remarquable. On note une présence importante des voix dans la majorité des morceaux, mais pas pour rendre le morceau beau : pour le rendre encore plus terrible et sombre, car l’ambiance elle-même en devient maléfique, ça tombe bien car l’on est dans un monde de démons. Heureusement Shoji Meguro ne s’arrête pas là, car au délà de tous les morceaux oppressants on peut trouver de véritables œuvres épiques, notamment les Battle thèmes ; oui, TOUT les battles thèmes sont une véritable réussite, a tel point que l’on se demande si les thèmes sont à leur place (exemple : le battle thème a des allures de boss thème, et le boss thème lui-même à des allures de final boss battle thème…). La DS peut encore réserver de très bonnes surprises.


Nous sommes dans la matrice…



Du coté des graphismes on n’est pas en reste non plus : comme il s’agit d’un Donjon-RPG à la ‘Etrian Odyssey’ , vous dirigez votre personnage à la première personne. Les graphismes en 3D sont très réussis et très agréables, mais étonnant (pour une raison liée au scénario qui pourra être découverte si vous tenez à le savoir et si vous n’avez aucune chance de jouer a jeu un jour….). Les personnages sont bien faits (excepté votre héros, un peu moins charismatique…).  Votre regard sera automatiquement focalisé sur l’ambiance générale du jeu, très sombre, voire ténébreuse, que l’on peut rapidement croire que l’on est en enfer. Quoi qu’il en soit le jeu étonne également sur ce critère, pas forcément avec une réalisation exceptionnelle, mais en totale adéquation avec le reste du jeu. Enfin, le bestiaire est très fourni et les créatures sont très bien réalisées, chacune d’entre elles ayant sa propre identité.


Le bestiaire est très diversifié, on trouve des créatures étranges, horribles, d'autres parfois comiques, et d'autres séduisantes...



Ami-ami avec les démons.



Le système de jeu de Shin Megami Tensei repose sur un objet qui vous sera essentiel durant toute votre aventure : votre Demonica. Le Demonica, c’est votre combinaison ultramoderne qui vous permet de survivre dans la Schwarzwelt (eh oui, il n’y a pas d’oxygène). Avant tout une combinaison de combat, ce Demonica va s’enrichir de nouvelles fonctionnalités tout au long de votre aventure. A commencer par le’ Demon Summoning Programm’ (le programme d’invocation de démons) : cet étrange programme qui vous sera envoyé par on ne sait qui va vous permettre d’invoquer vos propres démons pour qu’ils combattent à vos cotés. Jusqu'à 3 démons peuvent combattre avec vous en même temps. Ces démons, vous les recrutez ‘in situ’, sur le champ de bataille lui-même, en parlant avec les démons que vous voulez recruter ! Evidement cela n’est pas si simple que ça, car certains démons seront réticents à venir s’allier à vous. S’enclenche alors une négociation avec le démon pour qu’il puisse rejoindre vos rangs, mais prenez garde à ne pas dire quelque chose de blessant à son égard, sinon vous le regretterez…Au fur et à mesure que vous avancerez dans le jeu, vous obtiendrez deux autres moyens d’invoquer des démons : la fusion et les mots de passe (si vous voulez trichez un peu…). Vous pourrez combiner deux démons pour en créer un autre encore plus puissant (nb : il existe également des monstres pouvant être invoqués par fusion spéciale, mais il s’agira alors de boss, donc de précieux atouts !).

Cependant il ne s’agit là que de l’utilité principale du Demonica. Par ailleurs votre combinaison pourra déclencher d’autres programmes, programmes que vous pourrez avoir en combattant les boss ou en récupérant une certaine espèce de ‘Forma’ : il s’agit là de la matière existante dans la Schwarzwelt aux propriétés diverses que vous pourrez récolter dans les donjons. Cette ‘Forma’ recueillie et apportée aux ingénieurs pourra être transformée en de nouveaux programmes pour le demonica : déverrouillage de portes blindées, détecteur de forma, détecteur de passages secrets et autres mécanismes utiles. D’autres items d’aide pourront être achetés sur le vaisseau (qui est d’ailleurs votre base durant tout le jeu), vous pourrez vous soigner, sauvegarder et acheter des armes pour votre personnage, et des aptitudes spéciales (comme régénération de points de vie, augmentation des chances de réussite lors des négociations, etc.). Finalement le gameplay de Shin Megami Tensei se révèle être efficace, original et accrocheur. Cependant il n’est pas irréprochable…Car contrairement à son rival Etrian Odyssey (comment ça ‘encore lui’ ?) ou le joueur pouvait dessiner lui-même la carte du donjon, ici vous n’avez aucune incidence sur la carte. A chaque fois que vous marchez sur une case, elle s’affiche automatiquement sur votre map : et c’est bien dommage car pour avoir une carte complète, il vous faut marcher sur les cases handicapantes (sommeil, poison…) Dommage car ce point noir demeure la seule faiblesse de ce gameplay solide.


N'hésitez pas a retourner sur le vaisseau pour rapporter la Forma que vous avez trouvé, ou même pour acheter des objets de soin.



Trois chemins, trois vies, trois destinées



Au niveau de la durée nous ne sommes pas en reste, puisque le jeu vous propose pas loin de 50 heures de jeu pour terminer l’aventure une première fois (ce qui est la moyenne dans un donjon-RPG, moins qu’Etrian Odyssey cependant, qui avoisinait la centaine, voire la cent-cinquantaine d’heures), toutefois le jeu bénéficie d’un newgame + et de 3 fois différentes qui valent toutes la peine d’être vécues (car cela ne se limite pas à la fin, mais a toute une partie du scénario), ce qui triple votre durée de vie, voire quadruplée si vous vous efforcez de collectionner les démons et les fusions, ce qui au final revient a une durée de vie égale voire supérieure à Etrian Odyssey premier du nom. La difficulté est très bien dosée, ce qui vous permet de ne pas rester bloqué pendant des heures (par contre il y aura toujours un peu de levelling, y’a quand même du challenge). Les combats contre les boss sont très longs, stressant, mais jamais insurmontables. Une difficulté au poil qui n’exclue pas le challenge.

Scénario
18/20
Sous ces allures de scénario catastrophe, celui-ci se révèle être passionnant, approfondi, et parfaitement maîtrisé. Mixant des éléments de toutes les mythologies au travers du bestiaire, et se paie même la luxe d’aborder une des réflexions des plus actuelles sur une bête assoiffée de pouvoir : l’homme. Et même si c’est en anglais, on arrive à comprendre les grandes lignes, et cela vous fait réfléchir. Le fait de pouvoir choisir entre 3 fins différentes en fonction de l’alignement du personnage principale est un vrai plus.
Graphismes
17/20
Les personnages ont bien faits (sauf le héros), mais les environnements sont déroutants et liés au scénario, l’ambiance du jeu est vraiment unique en son genre. Les graphismes confèrent une ambiance stressante, sombre et même terrifiante. Le design des monstres est très diversifié et fait très sérieux, se permettant quelques libertés (Jack Frooooost !).
Jouabilité
16/20
Le Demonica regorge de fonctionnalités pratiques, les systèmes d’invocations de démons est surprenants (les fusions...), certaines fonctionnalités pouvant être utilisées sur le terrain, on a l’impression que le tout est très moderne. Cependant il est impossible de dessiner soi-même la carte, obligeant a passer au moins une fois sur les cases handicapantes pour pouvoir avoir une carte complète. Si le gameplay est moins détaillé qu’Etrian Odyssey, il est cependant plus diversifié et ouvre d’autres possibilités.
Bande son
19/20
J’ai longtemps hésité, mais je me suis décidé sachant que la bande-son est le moteur de l’ambiance du jeu, terrifiante et attisant la curiosité à la fois, la bande-son de Shoji Meguro est une excellente surprise, faisant partie des meilleurs que l’a DS ait compté à ce jour. Croyez-moi vous n’avez jamais entendu de pareils morceaux sur DS. Les bruitages, qui sont corrects, contribuent également à l’ambiance générale. Le génie musical est parmi nous.
Durée de vie
18/20
3 fins différentes, chacune exigeant 50 heures de jeu pour y arriver, ajoutez à cela la possibilité d’asservir tout les démons et vous avez une durée de vie avoisinant la cent-cinquantaine d’heure, une durée de vie très satisfaisante, surtout pour un donjon-RPG. La difficulté est très bien dosée, si bien que l’on est rarement bloqué a un boss ou a un niveau, on aurait peut-être aimé une meilleure répartition des centre des sauvegarde et de soins, en clair, un level-design un peu plus affiné.

| Conclusion |

Que c’est dommage…que c’est dommage que ce jeu ne soit jamais sorti chez nous, passant sous le nez de tellement de joueurs…Si vous ne l’avez pas assez remarqué durant ce test, le principal atout de Shin Megami Tensei : Strange Journey, réside dans son ambiance. Le thème principal ne conviendra peut-être pas à tout le monde, étant assez mature. Mais vous allez voir le monde d’un autre œil maintenant…A essayer évidemment.
1820


Commentaires



Toady
Toady a écrit le 25 janvier 2011 :
Excellent test pour visiblement un excellent jeu ! ;)
Dragon-blue
Dragon-blue a écrit le 25 janvier 2011 :
Cool ton test comme dab XD
Tu expliques super bien et tu l'as rédigé à une rapidité déconcertante XD
Le jeu a l'air bien sombre, épique mais aussi tragique.

Par contre (et là je m'attend aux 100 000 contre arguments), je trouve que tu surnotes les jeux que tu testes et en particulier les RPG x) Ce n'est pas forcémment parce que tu apprécies tous les RPG que tu dois tous les noter super bien. Ca donne l'impression que tu fais un favoritisme aux RPG et le lecteur aurra l'impression que le meilleur genre de jeu, c'est l'RPG...

Si tu comprend ce que je veux dire :)
Sinon, le jeu m'interresse bien =p
Toady
Toady a écrit le 25 janvier 2011 :
Dragon-blue a écrit:
je trouve que tu surnotes les jeux que tu testes


On a un point en commun, Fate^^
Fate
Fate Auteur a écrit le 26 janvier 2011 :
XD moi je ne suis pas d'accord j'ai donné la note qu'ils méritent (si je surnote je vais tranquillement aller baisser le note de pokémon or héhé!!). Seulement j'ai pour mauvaise habitude de tester que les bons jeux et ceux qui m'inspirent le plus pour les test (sur les RPG t'a des choses a dire, tandis que c'est déjà pour dur pour wii sports ou leçons de cuisine).

J'avoue que je me suis spécialisé dans le RPG, mais ça ne m'empeche pas d'apprécier d'autres jeux: mon jeu préféré etant d'ailleurs okami qui n'est pas un RPG...
Même si je sens que tu est sceptique, tu ne peut pas dire que j'ai surnoté tant que tu n'y a pas joué.

Ou dans ce cas dis moi le nom d'un jeu que j'ai testé,que j'ai surnoté, et que tu a fini.
Toady
Toady a écrit le 26 janvier 2011 :
Pokémon Or :hap: Je blague, je blague. Après tout, même si tu "surnotes" des jeux, ce n'est pas un réel défaut. C'est juste un style d'indulgence, rien de plus^^
Demonking
Demonking a écrit le 29 janvier 2011 :
Très bon test qui décrit parfaitement le jeu puisque je suis en train d'y jouer.
Je confirme donc bien que ce jeu mérite ses notes car il est vraiment bluffant, sombre et comme tu l'as dit très mature. ^^
Fate
Fate Auteur a écrit le 30 janvier 2011 :
Ah merci demonking! Enfin quelqu'un qui me comprend XD
| Connexion | Inscription |