Logo Génération Nintendo
Accueil Wiki Mother

Série Mother - Wiki

Article collaboratif      Dernière update le 04/01/20 à 15:56      Catégorie : Séries
Vous connaissez probablement la licence Super Smash Bros, ce fameux jeu de combat regroupant tous les personnages issus des différentes licences de Nintendo créer à ce jour. Parmi ces nombreux combattants, deux d'entre eux se distinguent particulièrement du reste des autres franchises : Il s'agit des personnages de Ness et de Lucas. Nombreux sont les joueurs qui les ont apprécié dès leurs premières apparitions de par leurs designs mignonnet et leur capacités fascinantes et dangereuses, basé en parti sur l'utilisation de pouvoirs psychiques. Mais pourtant, à part quelques rares habitués de l'import et de l'émulation, personne ne connait véritablement la licence d'où viennent ces deux-là, à savoir la trilogie Mother. Il faut dire aussi que cette saga n'est jamais sortie en dehors des frontières Japonaises, ce qui explique la raison pour laquelle elle reste inconnue aux yeux du grand public. Il est désormais temps de réparer cette injustice en présentant cette licence comme il se doit :

Du coup, qu'est-ce que Mother exactement ? Pour faire simple, il s'agit d'une série de trois JRPGs (Japan Role Playing Game ou jeux de rôle japonais) créé par un certain Shigesato Itoi, un célèbre essayiste japonais également connu pour avoir joué des rôles dans des publicités. Mais ce n'est qu'en travaillant en tant que concepteur-rédacteur pour le compte de Nintendo qu'il développa une passion pour les jeux-vidéos, au point que l'idée de concevoir son propre jeu lui parvient soudain à l'esprit. En effet, tout comme les plus grands artistes dignes de ce nom, monsieur Itoi avait en tête un projet ambitieux qui le poussa à venir le présenter lors d'un entretien avec Shigeru Miyamoto en personne. Hors, ce dernier n'était pas convaincu par le projet, au contraire d'Hiroshi Yamaushi qui aimait beaucoup l'idée de base. Ainsi, grâce à la complicité de l'ancien président de Nintendo, le développement du premier opus de cette saga légendaire commença dans les studios d'Ape Inc. et, au bout d'un an de travail acharné, elle finit par connaître un immense succès auprès du public nippon, notamment grâce à la profondeur de son scénario, sa critique de la psychologie humaine et de la société moderne, son humour et ses moments dramatiques, ainsi que son OST sublime, ce que le reste de la série poursuivra dans les deux autres suites qui viendrons juste après.
Petite anecdote : Le nom de la licence est un hommage au titre d'une chanson de John Lennon, le célèbre fondateur des Beatles, qu’Itoi adorait.

Maintenant, présentons sans plus tarder chacun des opus de la saga, en commençant par le tout premier jeu, j'ai nommé MOTHER (également nommé Earthbound Zero depuis sa sortie non-officiel en émulation ou Earthbound Beginnings lors de sa sortie officiel sur la console virtuelle de la WiiU). Sorti à la base en 1989 sur la Famicom (la NES japonaise), l'histoire se déroule au début du XXe siècle, où on nous explique en introduction qu'un jeune couple a mystérieusement disparu sans laisser de trace. Mais seul le mari, du nom de George, revient chez lui sain et sauf, tandis que Maria, sa femme, est toujours portée disparu. Des années plus tard, vous incarnez le rôle d'un jeune garçon nommé Ninten qui, après avoir affronté d'étranges phénomènes paranormaux chez lui, doit enquêter sur les étranges expériences que son grand-père avait réalisé par le passé. S'ensuivra une aventure qui l'amènera à devoir sauver la planète d'une invasion extraterrestre avec l'aide de pouvoirs PSY, d'amis qu'il rencontrera en chemin ainsi que de huit mélodies qu'il devra trouver pour contrer cette menace. Bien que le jeu rencontre un immense succès auprès du public nippon, il ne réussira jamais à dépasser les frontières du pays du soleil-levant. Cela s'explique par le fait que le jeu arriva en plein cycle de fin de vie de la NES alors que la traduction anglaise était terminée. Le jeu parvient cependant à ce faire connaître en dehors du Japon grâce à l'émulation, bien avant qu’apparaissent la compilation MOTHER 1+2 sur GameBoyAdvance en 2003 et bien avant son arrivé sur la console virtuelle de la WiiU en 2015.

Cinq années se sont écoulés entre le premier MOTHER et sa suite MOTHER 2 (ou Earthbound). En effet, c'est en 1994 que ce second opus débarque sur la Super Famicom (la SNES japonaise), puis des années plus tard sur l'Eshop de la WiiU et de la 3DS dans une version entièrement traduite en anglais. L'histoire prend place cette fois-ci dans un monde fictif : Eagleland, en l'an 199X. On se centre cette fois-ci sur un jeune garçon nommé Ness qui découvre une étrange météorite qui vient de s'écraser à deux pas de chez lui. Hors, celle-ci abrite Buzz Buzz, une petite abeille venant du futur qui vient les prévenir qu'un diabolique tyran de l'espace, Giygas, débarquera bientôt chez eux pour détruire toutes formes de vie existantes. Le seul moyen de l'arrêter étant de recueillir huit mélodies grâce à une pierre enchantée, Ness, armée d'une batte de Baseball et d'un yoyo, doit parcourir le monde en compagnie de trois autres camarades afin de stopper définitivement cette menace. Considéré comme l'un des meilleurs titres de la SNES, le jeu est encore plus acclamé que son prédécesseur grâce à son système de combat dans des décors psychédéliques, son scénario encore plus déjanté et sombre et ses nombreuses références à la pop-culture, notamment celle des états-unis, ce mélangeant parfaitement à sa critique de la société moderne. Mais, encore une fois, en dehors du Japon et des USA, qui ont bénéficié d'une version du jeu traduit dans leur langue originel, le jeu ne bénéficie pas d'une sortie européenne.
Petite anecdote : Earthbound a été une grande base d'inspiration pour la création de deux projets réalisé par un certain Toby Fox : L'un d'eux fut un hack du jeu réalisé pour Halloween en 2008, et le second fut un jeu indépendant nommé Undertale qui sorti en 2015 et qui connut un énorme succès auprès de nombreux joueurs, ce qui incita le créateur à créer un nouvel opus au format épisodique du nom de Deltarune, dont le premier chapitre est sorti en 2018.

Suite au bon accueil qu'a reçu Earthbound, monsieur Itoi voulait continuer l'aventure MOTHER avec un troisième opus qui serait légèrement différent des deux autres. En effet, quelques jours après la sortie d'Earthbound, toute l'équipe travaille d'arrache-pied sur ce qui allait être le dernier née de la saga. Au départ prévu pour être développer sur la SNES, les développeurs changèrent finalement d'avis et décident de se tourner vers la N64, une toute nouvelle console révolutionnaire permettant la création de modèles 3D. Ainsi commence la conception d'Earthbound 64. Hélas, suite à des complications, le projet est annulé et servira plutôt de base pour la véritable suite d'Earthbound qui, elle, sortira sur GameBoy Advance en 2006, soit douze ans après la sortie du second opus, sous le titre de MOTHER 3. Cet opus diffère de ses prédécesseurs de par son originalité. Déjà, le jeu ne se déroule plus dans un univers fictif inspiré de l'Amérique des années 80-90, mais un monde parallèle proche de l'héroic-fantasy. Ainsi, l'histoire se déroule à Tazmily, un village pacifique situé dans les îles de Nullepart, qui est en proie à une sorte de dictature qui corromps peu à peu ses habitants, notamment en les incitant à la consommation, mais aussi à dégrader la faune et la flore de l'île pour y installer de nouvelles technologies qui amènent peu à peu l'endroit à sa destruction. Ensuite, le scénario ne ce centre plus sur un seul protagoniste, mais sur plusieurs qui vont vivre divers aventures dans cette univers à travers huit chapitres bien distincts, même si le personnage de Lucas peut être considéré comme le personnage central du jeu. Enfin, en plus de retrouver les principales qualités qui faisait le charme des deux autres jeux, MOTHER 3 va encore plus loin en proposant un scénario encore plus sombre que celui d'Earthbound ainsi qu'une critique de la société de consommation très prononcé qui représente encore un fait actuel dans notre société. Malgré ces changements qui en font un opus assez opposé par rapport à ses aînés, MOTHER 3 n'en n'est pas moins rester mémorable aux yeux du public japonais. Face à ce troisième succès consécutif, de nombreuses personnes se sont misent à traduire, officiellement ou non, le jeu afin qu'il s'adapte au public anglais et français et que ces derniers puissent découvrir ce titre qui souffre de la même malédiction que ses deux prédécesseurs.

Bien que des fans attendent encore avec patience une suite de leur licence favorite, au point que de nombreuses rumeurs et théories annoncent l'arrivé d'un possible MOTHER 4, il ce peux que cela ne soit qu'un rêve infranchissable car, comme l'a annoncé officiellement Shigesato Itoi, MOTHER 3 est l'opus qui boucle définitivement cette saga. Cependant, il se peut qu'un jour, Nintendo fasse une compilation officielle de cette saga car, même si elle reste peu connue en dehors des frontières japonaises à ce jour, elle reste encore gravée dans le cœur des personnes qui ont eu la chance de pouvoir l'essayer.

EDIT 2020 : Un projet de fan-game débute en 2008 avec pour objectif de créer un nouvel opus non-officiel de la saga MOTHER, nommé initialement MOTHER 4, le projet attire la curiosité des fans de la franchise qui en suivent l'actualité, avant qu'il ne donne plus signe de vie depuis 2015. Cinq ans plus tard, le projet refait surface sous un nouveau jour. Ce qui était à la base un opus non-officiel devient désormais un tout nouveau jeu inspiré de la saga MOTHER, qui fut renommé ODITTY pour l'occasion. Une nouvelle qui ravie de nouveaux les fans de la saga qui espère voir ce nouveau jeu sortir un jour prochain.