Logo Génération Nintendo
Jaquette

Snake's Revenge

Snake's Revenge - Test

NES     Rédigé par Malbane     le 05/07/15 à 00:00     3 Coms et 2226 Vues Vue étendue
Fort de ses ventes aux USA, l'épisode désastreux qu'est Metal Gear version NES aura le droit à une suite nommée Snake's Revenge. Développée par Konami, Kojima n'est même pas mis au courant de ce nouvel opus, lorsqu'il apprendra cela, il avoue que pour lui, la saga est déjà morte. Par la suite il se consacrera à Snatcher et à Policenauts. Le jeu est développé par une équipe comprenant des anciens membres de Metal Gear sur MSX2. Et, de manière inattendue, le jeu n'est pas un mauvais jeu et ceci est en grande partie due à H. Akamatsu qui a entre autre réaliser Castlevania 3 (!) La BO est quand à elle composée par T. Ogura, et Kojima dira même que le jeu représentais bien plus le ton de la série que le premier Metal Gear NES.


Paru sur NES en 1990 au USA et en 1992 chez nous, Snake's Revenge se veut être la suite de Metal Gear sur NES. Ignorant encore une fois la version MSX2, le scénario pouvait partir dans un peu près n'importe que direction tellement la trame scénaristique du portage NES est inexistante. Se situant en 1998, 3 ans après la chute de Outer Heaven, Solid Snake part en mission au moyen orient afin de détruire un "Metal Gear" appelé subtilement "Metal Gear 1" (qui est plus proche du design des metal gear de MGS que du Metal Gear MSX2). Si le fait que le Metal Gear soit réellement présent dans cet opus vous a redonné espoir quand au fait de voir un scénario cohérent; laissez moi vous dire que l'on incarne Solid Snake alias l'homme ceinture noir dans 32 arts martiaux.


Dans le concept, le jeu respecte bien tous les codes de gameplay de Kojima. Ces éléments repris amènerons les mêmes qualités et les mêmes défauts avec notamment le système de carte aléatoire. Les phases de Codec (les phases ou les personnages vous parles par le biais d'une interface nommé "Codec") sont de retours avec un beau lifting vert et c'est la première fois dans la série que vous pourrez voir le visage de vos partenaires. Le côté exploration / infiltration est plus que présent avec par exemple des projecteurs (idée que Kojima voulait implémenter dans Metal Gear sur MSX2). C'est également la première fois qu'il est possible de ramper, mais cela n'est possible que dans les parties en scrolling horizontal (phases de plateformes). Oui oui, vous avez bien compris, des phases de jeu de plateforme dans Metal Gear, et on peu même sauter (!). Il y a même des phases sous marines extrêmement dur. Le nombre d'objet est lui aussi conséquent avec des détecteurs de mines, des armes variées, des grenades, etc... en plus des 8 badges infernaux traditionnels qui vous faudra chercher dans votre inventaire pour ouvrir les porte, seul problème: rien indique quel carte est la bonne! Chacun des objets ont un réel intérêt et une bonne utilité d'un point de vue du routing. Il n'y a pas à dire, Snake's Revenge est impressionnant au niveau du gameplay! Autre énorme point fort, les boss fight, pour de la NES, ils sont nombreux, diversifiés, et quelques bonnes idées sortent du lot, mais en tout cas épiques.

Au niveau de la BO, on peut considérer cela comme une bonne OST sur NES malgré le fait qu'aucune des musiques ne ressort vraiment ou qui soit aussi culte que les autres jeux (sauf MG NES). Tsutomu Ogura s'est réellement surpassé avec sans doute l'apogée de sa carrière. Les mélodies sont clairement orientées action et non pas infiltration avec un ton rapide et quelques napées de synthétiques vraiment violentes (12-Metal Gear Boss theme). Voici quelques morceau emblématiques:




Codec vert
La scène faisant encore débat à ce jour est la présence de Big Boss en fin de jeu, étant le dernier boss sous forme de cyborg, ce qui peut évidement prêter à rire! Mais il est plutôt bien réalisé avec 2 formes et des paternes d'attaques intéressantes. Tout se tient dans Snake's Revenge, le gameplay est fidèle à son propre titre, c'est un spin-off après tout. La difficulté est plutôt élevée, et même si les continus sont infini, il vous faudra vraiment nettoyer les salles voir apprendre des niveau entier par cœur avant de réellement progresser. Un système de jeu dont les développeurs de nos jours devrais sans doute s'inspirer. Les objets sont infinis eux aussi, ce qui est plutôt pratique. Pour un jeu NES, le contenu est impressionnant: Plein de lieux différents (jungle, base, cargo, train et un entrepôt).

Scénario
10/20
N'importe quel fan de la série à toute les raisons de détester Snake's Revenge; ce jeu est le seul (spin off compris) à n'avoir rien à voir avec l’œuvre de kojima, et à ne pas comporter "Metal Gear" dans son titre! Si on retire les noms de Solid Snake, Big Boss et Metal Gear, et cela ne changera absolument rien!
Graphismes
18/20
Les sprites et les graphismes en général sont eux, impressionnants pour de la NES, des effets dynamiques comme de la fumée pour les salles de gaz, les projecteurs, les lumières, les boss, les décors, la phase en train, etc...
Jouabilité
19/20
Un Gameplay qui est vraiment le cœur (et l’intérêt principal) du jeu, complet, varié, inovant avec notamment des idées que Kojima lui-même vas implanter par la suite. Je ne lui met pas 20 pour le défaut du système de carte certes repris de Metal Gear MSX2 mais quand même casse-couilles et les phases de plateformes excessivement dur.
Bande son
15/20
Tsutomu Ogura à fait du bon travail à la hauteur de la série, et ce jeu constitue sans doute l’apogée de sa carrière. Des mélodies certes pas aussi mémorables que les thèmes principaux de la saga mais tout de même très bien fait, collant parfaitement à l'action et au rythme de jeu électrique!
Durée de vie
19/20
Une durée de vie plus qu'honorable pour un jeu Nes avec des décors très variés, un nombre d'objet très élevé et un routing approchant la perfection.

| Conclusion |

Hitoshi akamatsu signe ici sont dernier jeu. Coup de maître qu'est Snake's Revenge d'un point de vue du gameplay, mais pourvu d'un scénario illégitime. Possédant une bonne OST, des idées très innovantes, ce jeu à repêcher la série et c'est vraiment grâce à Hitoshi Akamatsu que Metal Gear Solid existe aujourd'hui! Avec une durée de vie relativement longue, demandant de l’investissement si l'on veut un jour espérer en venir à bout. C'est définitivement un très mauvais Metal Gear mais assurément un jeu de Hardcore Gamer auquel il faut jouer sans se soucier de appartenance à l'univers de la série.
1720
Bons points
-Une grande diversité des environnements
-Une Bande Son à la hauteur
-Une durée de vie plus qu'acceptable pour de la NES.
-Ensemble cohérent et fidèle à lui même
-Game Design optimisé et très bien foutu avec un routing approchant la perfection
-Une grande difficulté
-DES BOSS FIGHT ÉNORMES ET TRÈS ABOUTIS!
Mauvais points
-Un mauvais Metal Gear
-Un système de carte chiant
-Aucune prise de risque au scénario
-Phases de plateformes avec scrolling horizontal
-Phases aquatiques

Commentaires

Dragon-blue
Dragon-blue a écrit il y a 7 ans :
Bon test Malbane ! Je connaissais pas du tout ce jeu, mais vu ce que tu en dit, je serai tenté de l'essayer :)
New-disco
New-disco a écrit il y a 7 ans :
Je ne sais pas si c'est ton premier test Melbane mais e tout cas je le trouve vraiment encourageant ! Si je pouvais te donner un conseil, ce serait peut-être d'essayer un peu plus d'organiser tes idées et tes arguments par catégories (graphismes, bande-son, gameplay ...). Les notes sont peut-être un peu souple mais après comme je n'ai pas fait le jeu, difficile de juger par moi-même.

En tout cas, j'ai hâte de voir ton prochain test !
Malbane
Malbane Auteur a écrit il y a 7 ans :
Merci beaucoup ! Croyez moi vos commentaires sont très motivants et je vais continuer d'améliorer mes tests !