Accueil Pokémon Snap Test

Pokémon Snap

Jaquette

Pokémon Snap - Test

Nintendo 64     Rédigé par Hiroki     le 11/10/14 à 00:00     0 Coms et 919 Vues
Partager sur Twitter Partager sur Facebook
Il existe une île, dans le fabuleux monde des pokémon, où les créatures sus-citées s'épanouissent librement, sans interventions de l'homme. L'on trouve sur cette île de nombreuses espèces de pokémon, dont certaines très rare. Il se trouve que le professeur Chen, éminent scientifique mondialement reconnu, dispose d'un laboratoire sur l'île d'où il peut étudier cette faune fantastique. Et c'est votre jour de chance, jeune joueur! Le fameux prof a besoin de vous! Oui, vous, exactement! C'est sur vous qu'il a jeté son dévolu! Vous voilà maintenant investi d'une mission des plus sérieuses et des plus magnifiques! Vous allez avoir la chance d'évoluer sur l'île incroyable afin de capturer tout les pokémon présents...sur votre pellicule.




Ainsi commence à peu près le pitch de ce Pokémon Snap, véritable originalité made in Nintendo. Développé par HAL Laboratory (vous savez, ils ont fait un jeu de baston assez connu) sur la Nintendo 64, le jeu est sorti le 21 mars 1999 au Japon, le 30 juillet 2000 en Amérique et le 15 septembre 2000 en Europe. Il connaitrait une seconde vie en sortant sur l'eshop de la Wii en décembre 2007. Le jeu se présente sous la forme d'un rail-shooter dans lequel vous allez devoir mitrailler les créatures de Big N à l'aide de votre appareil photo. Concept plutôt original, surtout dans la série phare de l'éditeur, où l'on est plus habitué à élever les fameuses créatures pour qu'elles s'affrontent les unes contre les autres dans des combats de chien pokémon.

C'est lui le professeur Chen. Vous savez bien, ce scientifique connaissant toutes les espèces de sa région qui propose à de jeunes enfants de parcourir le monde pour remplir des encyclopédies électroniques pour lui, à coup de combats avec des créatures sauvages.
Le pitch du jeu est plutôt simple. Le professeur Chen, le plus célèbres des scientifiques pokémon, vous a repéré et vous demande votre aide pour une mission des plus importantes. Non content d'avoir fait remplir deux pokedex par deux gamins de son village (dont l'un n'était autre que son petit-fils dont il oublie le nom), il a besoin de vous afin de répertorier tout les pokémon présents sur l'île pokémon. Mais attention, point question ici de combat de pokémon ou de capture. Non non, vous allez devoir les photographier. Vous incarnez, à cet effet, Todd Snap (oui oui, comme le titre du jeu), photographe émérite déjà apparu dans l'animé pokémon. Voilà. C'est comme ça. Pour leur première apparition en trois dimensions, dans un monde tout en trois dimensions, les pokémon ne se laissent que photographier. Un peu dommage quand on voulait les traquer dans cette même 3D. Néanmoins, le jeu reste sympathique.

Le principe du jeu est assez simple. Vous évoluez sur l'île pokémon, divisée en 6 régions (une septième région apparait à la fin, mais elle n'est pas vraiment "sur" l'île). Chacune de ces régions dispose de ses propres types de pokémon et de ses propres environnements, bien distincts des autres régions. Vous les parcourrez à l'aide (ou plutôt sous la contrainte) du Zero-one (Zéro-Un dans la langue de Sarkozy), véhicule étrange possédant la capacité de se transformer afin de s'adapter à tout les terrains, mais prenant systématiquement la même route. Car effectivement, ce jeu étant un rail-shooter, vous n'aurez pas le choix du déplacement effectué durant le niveau, ce dernier défilant devant vos yeux en vous présentant ses situations plus ou moins cocasses. Vous croiserez alors les pokémon peuplant chaque zone et libre à vous de les photographier (enfin, on vous conseille quand même de le faire, puisque c'est là l'objectif du jeu). Vous sélectionnerez ensuite des photos à présenter au professeur (une par espèce de pokémon) qui les notera selon plusieurs critères bien précis. Au fur et à mesure de votre aventure, vous débloquerez l'accès à de nouvelles zones et, pour vous aider, le professeur vous donnera aussi quelques objets pour améliorer votre chasse aux photos. Le but du jeu étant de prendre en photo les 63 espèces de pokémon présentes et d'obtenir le meilleur score pour chacune d'entre elle.

Vous vous souvenez quand le professeur Chen vous offrait un pokémon très rare au début du jeu? Et bien il mentait, y en a plein sur l'île!
Au niveau du gameplay, on se trouve face à quelque chose de plutôt intuitif. Le stick pour déplacer la caméra, un bouton pour zoomer et un autre pour prendre la photo. Un bouton alloué à chaque objet et deux trois raccourcis pour la vision et hop, un gameplay intuitif et efficace. Mais je dois bien admettre qu'en rejouant à ce jeu en 2014 (soit 14 ans plus tard pour les matheux), il n'a pas entièrement bien vieilli. Si le côté intuitif est toujours là, je trouve une certaine composante frustration lors de mes explorations, râlant sur le côté un peu lent de la vision au stick, forçant à refaire de nombreuses fois les mêmes parcours pour prendre toutes les photos que l'on aurait pu souhaiter faire. (et c'est encore pire quand ce sont les premiers parcours du jeu, puisque vous aurez envie de les refaire à chaque objet débloqué, pour vérifier qu'il n'y avait pas de secret bien caché). Et les trucs répétitifs, bah, c'est répétitifs. Il faut vouloir faire le meilleur score pour le supporter (ce qui n'était pas mon cas, en 2014, donc).

En termes de graphisme, on a là affaire à de la Nintendo 64 comme on a pu y être tant habitué (oui oui, vous, les vieux joueurs). Les pokémon sont plutôt ressemblant, bien qu'un peu polygonés par moment, et le héros a des mains tout à fait étrange (Il n'a pas de doigts! C'est horrible!) Néanmoins, si à l'époque nous nous extasions de voir des pokémon en 3D véritable (wouah! trop dingue), les graphismes ne sont pas une gêne si l'on apprécie les jeux pour leur gameplay plutôt que pour leur habillage. Personnellement, même si revoir ce genre de choses m'a assez amusé, je n'ai nullement été gêné par la vieille 3D lors de mon expérience de jeu. Comme quoi, ils feraient bien d'en prendre de la graine chez la concurrence!

J'espère que vous aimez pikachu, car vous allez en voir beaucoup. C'est pas la mascotte pour rien.
Pour ce qui est de vos oreilles, ne vous inquiétez pas, elles ne souffriront pas trop. Les thèmes musicaux sont suffisamment discret pour ne pas se révéler pénible après avoir recommencé le même niveau une dizaine de fois. Elles sont d'ailleurs tellement discrètes que je ne pourrais pas me souvenir d'un seul des airs du jeu. C'est dire. Par contre, point extrêmement positif pour les fans que vous êtes surement (et que je suis, de tout façon) ce sont les voix. Tout les pokémon sont non seulement doublés par des doubleurs digne de ce nom, mais ce sont les doubleurs de l'animé eux-même qui se sont occupés d'enregistrer les quelques mots que vous entendrez tout au long du jeu (à savoir "super", "okay", "excellent", "voilà voilà". Voilà voilà.). Point très appréciable malgré le peu de mots enregistré. Mais Chen qui dit "Voilà voilà", ça n'a pas de prix.

A noter qu'en Amérique les joueurs ont vu apparaître dans une certaine chaine de location de jeux (Blockbuster), des bornes (ou stations) permettant d'imprimer les photos prises en jeu contre quelques deniers. Totalement anecdotique cela dit.

Voilà un peu le but de Todd. Photographier Mew dans l'espace. Chacun ses rêves, comme on dit.
En somme, on se trouve là face à un jeu original, non seulement d'un point de vue de la série pokémon, mais également d'un point de vue Nintendo 64, et de jeu vidéo en général. Rare sont en effet les Rail-shooter qui vous invite à explorer des régions dans le seul but de prendre des photos de créatures. Pourtant la formule fonctionne et arrive à convaincre sans gros soucis. On reprochera néanmoins une durée de vie un peu courte, avec toutefois une rejouabilité possible si vous cherchez à perfectionner votre score. Mais une fois les mécaniques du jeu comprises, il devient aisé de réaliser de bons scores assez facilement. Reste à découvrir les quelques secrets du jeu, pas vraiment compliqué là non plus. Mais le jeu se révèle intéressant et doit faire partie de votre expérience de joueur Nintendo. Avec le recul, et à notre époque, il a vieilli raisonnablement. Il reste encore jouable et l'on peut encore y prendre du plaisir (surtout si la touche nostalgique a son mot à dire), mais l'expérience de jeu ne vaudra certainement pas celle de 1999, quand on touchait pour la première fois à ce jeu.

Scénario
12/20
Si le scénario est très simpliste, il se rapproche de celui des version portable de la saga. Il s'agit, encore une fois, de tous les attraper. En photo cette fois-ci. Rien de transcendant, mais suffisamment crédible pour nous inciter à y aller.
Graphismes
15/20
Les Pokémon sont plutôt bien modélisés et les environnements sont assez diversifiés et colorés. De la Nintendo 64 comme on en voyait souvent à l'époque. Performance honorable. Actuellement, les graphismes ont quand même vieillis, mais ne gêne pas vraiment pour l'expérience de jeu.
Jouabilité
15/20
Les commandes sont intuitifs et l'on réussi à utiliser toutes les capacités en notre pouvoir sans réel soucis ou erreur. On ne fait pas juste bêtement des photos, ont peut également interagir avec notre environnement dans une certaine mesure. Mais cette jouabilité s'avère un peu frustrante aujourd'hui, après avoir pu toucher beaucoup mieux. Cela dit, si vous êtes motivé, ce ne sera pas réellement un frein à l'expérience de jeu.
Bande son
14/20
Les musiques du jeu sont suffisamment discrètes pour ne pas être pénibles à la longue. Point positif pour les voix française, très agréable.
Durée de Vie
12/20
Avec seulement 7 niveaux (dont 6 qui nous propose vraiment de photographier des pokémon différents) et 63 pokémon à rencontrer, le jeu se révèle un peu court, tout de même. Il est toutefois possible de rallonger un peu le jeu en cherchant à produire le meilleur score possible, mais ce dernier est assez simple à atteindre une fois les mécaniques comprises.

| Conclusion |

Au final, on est face à un jeu plutôt sympathique et rafraichissant de par son concept, assez rare il faut l'avouer. L'expérience de eu reste plaisante et découvrir les pokémon dans leur habitat presque naturel est un plaisir. On se surprends même à vouloir recommencer les niveaux afin de tous les débusquer et de prendre des photos rapportant gros. "Mince, j'aurais du le prendre comme ça, lui. Je vais recommencer!" Mais force est de constater qu'il a plutôt vieilli. Il reste un jeu frais pour qui n'a pas pu y toucher à l'époque et qu'il faudrait essayer au moins une fois pour voir ce que peut donner quelques idées intéressantes. Un rail-shooter photographique dans l'univers de pokémon, c'est plutôt bien pensé au final. Pour une fois qu'on ne les force pas à se tabasser.
1420


Commentaires

| Connexion | Inscription |