Logo Génération Nintendo
Jaquette

Pokémon Diamant Étincelant

Pokémon Diamant Étincelant - Test

Switch     Rédigé par Spyounet     le 17/12/21 à 00:00     0 Coms et 203 Vues Vue étendue
En 2006, Pokémon Diamant et Perle avaient réussi à créer un nouvel engouement pour la licence de Pikachu après un virage plus calme sur GBA. Ces deux versions hissèrent la Nintendo DS comme le renouveau de la franchise avec plusieurs nouveautés : une nouvelle région, de nouvelles créatures, un double-écran, mais surtout l’arrivée de fonctionnalités online. Enfin, nous avions l’occasion d’échanger et faire combattre nos Pokémon en ligne. Nous sommes maintenant 15 ans plus tard et Nintendo et The Pokémon Company ont confié à ILCA la réalisation des remakes de ces jeux cultes. C’est la première fois dans l’histoire de la franchise qu’un titre principal n’est pas confié à Game Freak. Reste à savoir si le petit studio, qui était jusqu’ici habitué à du co-développement, a réussi à offrir une nouvelle version à la hauteur de la 4ième Génération de Pokémon.


Test réalisé à partir de la version Diamant Etincelant

Tortipouss ou rien du tout


Comme à l’habitude de la licence, l’histoire commence lorsqu’un beau matin, dans votre village natal, vous appelez par votre meilleur ami et rival, à prendre part à une aventure. Après avoir choisi votre starter (Tortipouss, Tiplouf ou Ouisticram) et reçu votre Pokédex, vous partez à l’exploration de la région de Sinnoh dans l’objectif de récupérer les huit badges, gagner la Ligue Pokémon et vaincre la Team Galaxie qui menace l’ambiance paisible de la région. La puissance de Diamant et Perle était surtout d’offrir une région aux nombreux secrets avec plusieurs villes et lieux emblématiques : trois mystérieux lacs, une montagne colossale, des terres enneigées, un manoir abandonné ou encore des îles annexes, ce n’est qu’une partie de la richesse de la région de Sinnoh.

En termes de Gameplay on revient sur très classique. On part à la recherche des badges et du légendaire, il faudra donc se construire une équipe de six Pokémon (et plus dans son stockage PC). On utilisera nos créatures de la meilleure façon en fonction de la table des types durant des combats au tour par tour où il faudra user de notre stratégie. Même si le remake reste très fidèle aux jeux de 2006, cela n’empêche pas l’arrivée d’ajouts empruntés aux titres plus récents avec le multi exp pour toute l’équipe, les CS utilisables sans Pokémon et la boite PC accessible en-dehors du centre Pokémon. On retrouve aussi avec plaisir la Pokémontre, à l’époque elle servait à prendre la place de l’écran du bas de la Nintendo DS. Aujourd’hui on peut l’afficher en haut à droite de l’écran, loin d’être indispensable, cette fonctionnalité avait surtout pour but de nous amuser avec l’écran tactile de la vieille machine.

Pokémon : Link's Awakening


Le style visuel du jeu faisait déjà l’objet de grands débats dès son annonce. Il est assez révélateur de la petite ambition du jeu et surtout de sa petite équipe de développement. On pense facilement tomber sous le charme chibi du titre, mais il est forcément mis à mal face à un autre remake de Nintendo, The Legend of Zelda : Link’s Awakening. Bien plus qu’un style simpliste, l’aventure de Link possédait une vraie direction artistique mêlé avec un moteur graphique ambitieux. Hélas, pour Pokémon la magie ne fonctionne pas toujours et le jeu est rempli d'effets étrange pas souvent bienvenus : du flou partout, tout le temps, des reflets sur les parterre sans grandes raisons. Le titre se rattrape heureusement durant les phases de combat, où les personnages prennent une taille normale et où les décors sont plus soignés. Diamant/Perle Remake offre un visuel assez imparfait, parfois qui fonctionne, et d’autres fois qui foire complètement en comparaison du pixel-art merveilleux de l’époque.

Heureusement, il y a un point où ce remake fait bel et bien honneur au travail d’origine, c’est sur sa bande-son. Diamant et Perle avaient réussi à offrir un habillage musical varié et reposant pour les oreilles des enfants que nous étions. Pour ces remakes, les réarrangements sont à la hauteur du travail d’époque. On apprécie toujours autant se balader sur les routes, de jour comme de nuit, et se laisser porter par les musiques relaxantes jusqu’à la ville la plus proche où l’ambiance prend une tournure plus festive. Difficile de bouder les musiques du titre, car ils ont réussi à retranscrire en “HD” l’ambiance d’époque à la perfection.

Bien ta grotte ? (En ligne)


Concernant les options multijoueur du titre, comme à l’ancienne on peut échanger, combattre ou créer des salles en ligne ou en local avec un réseau de consoles. Cela dit, la principale nouveauté de ce remake c’est la possibilité d’explorer via le mode online les tunnels de Sinnoh. Feature phare des jeux d’origine, elle était autrefois limitée à du multi en local, maintenant il est possible d’explorer les souterrains de la région avec nos amis. Faisant parfois office de “mini terre sauvage” (faisant écho à Epée/Bouclier), cette mécanique de gameplay est très utile pour trouver des créatures uniques, récupérer divers fossiles, sceaux et autres pierres d’évolutions. On peut également s’amuser à construire une base dans une grotte et s’amuser à la décorer avec des statues à l’effigie de nos chouchous. C’est une fonctionnalité bien utile et qui finalement représente la principale nouveauté de ce remake.

C’est peut-être ça le plus gros souci de ce Remake de Diamant et Perle. Loin d’être un mauvais jeu, il offre une sensation de déjà-vu. A vouloir trop se calquer sur l’original, la petite équipe d’ILCA n’a pas réussi à offrir du neuf et a même laissé les défauts d’origine (les dresseurs qui ont tout le temps les mêmes créatures, la lenteur global du jeu). On aurait aimé un travail à la hauteur des anciens remakes qui avaient réussi à offrir des nouveautés et apporter un vrai coup de jeune aux matériaux d'origine. Difficile d’en vouloir aux développeurs, car jusqu'aux crédits de fin on ressent une envie de faire plaisir aux fans. Il faudrait plutôt regretter que The Pokémon Company n’ai pas prit le temps d’augmenter le temps et l’effectif pour offrir un titre qui aurait mis tout le monde d'accord, sur ce qui restera toujours le remake le plus attendu de la franchise.

| Conclusion |

Diamant Etincelant / Perle Scintillante est loin d’être un mauvais jeu, il nous invite à retourner dans la merveilleuse région de Sinnoh pour revivre une aventure culte qui avait réussi à charmer le cœur des joueurs. Cependant, à trop se calquer sur le matériel d’origine, le titre laisse un arrière-goût de déjà-vu. On aurait aimé un titre plus ambitieux pour rendre hommage aux versions d’époque. Si vous n’avez jamais fait Diamant et Perle, sans aucun doute qu’il s’agit d’une excellente façon de réparer cette erreur. Cependant, si vous avez déjà parcouru toutes les routes de Sinnoh, ne vous attendez pas à de réelles nouveautés. Mais, l’ambiance est toujours là.
1420
Bons points
- L'ambiance des jeux d'origine
- Une bande-son embellie
- Une aventure toujours agréable
- L'amélioration des features en ligne
- Très joli durant les combats
- Beaucoup de contenus end-game
Mauvais points
- Graphiquement très inégal
- Sans grosses nouveautés
- Tout les défauts d'origine (lenteur, bestiaire peu varié avant le end-game)
- En deçà des autres remakes
0 commentaire Voir sur le forum