Logo Génération Nintendo
Jaquette

Pokémon Épée & Bouclier : les terres enneigées de la Couronne

Pokémon Épée & Bouclier : les terres enneigées de la Couronne - Test

Switch     Rédigé par Lord Kanozu     le 04/11/20 à 17:25     0 Coms et 133 Vues Vue étendue
Deuxième et dernière étape du long chemin vers la fin de Pokémon Epée & Bouclier, les terres enneigées de la Couronne constitue le cœur de ce Pass d’extension, et contient le plus gros du contenu promis il y a bientôt un an de cela. Après une Île de l’Armure sympathique mais plutôt vite achevée, la Couronne propose une aventure centrée sur l’exploration de ses larges plaines enneigées à la recherche de Pokémon légendaires. Qu’en est-il dans la pratique et quel bilan peut-on faire de ce premier essai à du contenu téléchargeable payant pour Pokémon ? La réponse en quelques mots, pour quelques Pokéballs.


Ce jeu a été testé à partir d'une version presse fournie par l'éditeur

Pokémon au Tibet


Dhilan est du genre très expressif
Un ticket de train et le voyage commence. A peine descendu de la station que l’on se fait déjà impliquer dans une histoire de querelle familiale, d’un père ex-champion d’arène qui tente absolument de convaincre sa fille, clairement trop punk pour jouer avec des Pokémon, de l’accompagner dans ses différentes expéditions prévues. Quiproquos s’ensuivent et le premier combat se lance, permettant de souligner une première différence avec le précédent DLC. Contrairement à l’Île de l’Armure, cette seconde aventure se passe directement après la fin de l’histoire de Pokémon Epée & Bouclier. Même s’il n’est techniquement pas nécessaire d’avoir fini le jeu pour s’y rendre, les Pokémon y sont en moyenne de niveau 70 et sont clairement taillés pour le post-game.

Une fois les premières formalités de scénario accomplies, et quelques papiers à indices confiés, on est finalement lâché dans les terres enneigées. Ce DLC propose en effet une aventure assez modulable, avec plusieurs objectifs généraux et le loisir de commencer par celui qu’on veut et progresser à son rythme. L’objectif a terme est de compléter les expéditions confiés par notre cher ex-champion, et d’enquêter sur les Pokémon légendaires, à la fois nouveaux ou anciens, qui se cachent dans la région. Chacune possède sa propre histoire, certaines étant plus développés que d’autre, la plus chargée étant évidemment celle se focalisant sur Sylveroy, le nouveau Pokémon légendaire tête d’affiche du DLC, mais toute se passant de manière assez différente. Ainsi, la quête de Sylveroy vous fera traverser la majeure partie des terres enneigés à la recherche de son héritage, tandis que celles des temples mystérieux vous demandera de résoudre quelques énigmes pour y dénicher les fameux Regis, dont deux nouveaux peuplent les rangs désormais. Les formes Galariennes des oiseaux légendaires de Kanto disposent également de leur propre quête, et redéfinissent la façon dont la série Pokémon a pu appréhender le concept de Pokémon fuyants, avec quelque chose d’assez original et bienvenu ici.

Le design des nouveaux Pokémon légendaires est particulièrement réussi (surtout Régieleki)
La force de ce second DLCréside clairement dans son axe exploration et capture. Beaucoup de légendaires se cachent dans ces terres, la quasi-majorité d’entre eux pour ainsi dire, et les méthodes de captures sont variées. Une mécanique centrale ajoutée avec ce DLC repose dans les Expéditions Dynamax, variante des Raids Dynamax du jeu de base. Il s’agit ici d’un mode co-op, à quatre joueurs, dans lequel les dresseurs vont devoir affronter quatre à cinq Pokémon Dynamaxés jusqu’à arriver au dernier qui sera un Pokémon légendaire, en provenance directe des anciens jeux. L’attrape, c’est qu’il n’est pas possible d’emmener ses propres Pokémon mais uniquement d’en louer un parmi une certaine liste, et que les Pokémon ne sont pas soignés entre les combats : il faudra gérer points de vies et PPs pour arriver jusqu’au bout. Il est toutefois possible de changer son Pokémon pour l’un de ceux qui auront été battus et capturés sur le chemin, et c’est même essentiel lorsque l’on voit que son Pokémon de base ne tiendra pas l’expédition jusqu’au bout. Si par quatre fois les Pokémon de son équipe se font mettre K.O., c’est Game Over et sortie de l’Antre. Le concept est simple mais fonctionne très bien, apportant enfin le challenge que les Raids Dynamax manquaient terriblement dans le jeu de base. Il s’agit là d’une façon assez intéressante de réintroduire l’entièreté des Pokémon légendaires des précédents jeux, tout en sachant que tous ne se capturent pas de cette façon. Certains seront en effet réservés à certaines quêtes se passant dans les terres enneigées elles-mêmes. Que ce soit dans les expéditions ou en arpentant les terres à travers le blizzard, il y a beaucoup à capturer dans ce second DLC, et les afficionados de l’ambiance mystique très particulière à la quatrième génération de jeux Pokémon pourront retrouver ici quelque chose de plutôt similaire.

Comme pour le précédant DLC, plus d'une centaine de Pokémon sont de retour sur les terres de Galar
Cet axe capture vient toutefois au détriment d’un autre aspect qui peut être essentiel pour d’autres joueurs, à savoir celui du combat. Les terres enneigées de la Couronne sont également structurées comme les Terres Sauvages du jeu de base, ou Isolarmure dans le premier DLC, à savoir de grandes zones, cette fois-ci encore plus grande que les deux cartes précédentes, qu’il est possible d’explorer à sa guise et dans laquelle des Pokémon sauvages se baladent, mais sans qu’il n’y ait le moindre dresseur à affronter. L’exploration et la capture auront été le clair focus de cette extension et même si le résultat est assez appréciable, ne pas négliger entièrement l’aspect duel de la série aurait pu être concevable, ou du moins de manière à atteindre un compromis. Il n’y a en effet qu’un seul et unique combat de dresseurs sur l’entièreté des terres enneigées, et il se passe dans les cinq premières minutes de jeu. Il y a certes, le tournoi des stars de Galar à débloquer après avoir fini la trame de ce DLC, mais cela reste maigre pour une composante aussi emblématique de la série. C’est particulièrement dommage quand le thème musical du seul combat de tout le DLC est aussi entrainant, Game Freak continuant de prouver son savoir-faire quand il s’agit de composer pour ses jeux.

La fin du voyage


Que conclure alors sur ce pass d’extension ? L’Île de l’Armure donnait un premier aperçu à une formule déjà légèrement différente de celle du jeu de base, et les terres enneigées de la Couronne n’ont fait qu’amplifier cela. Ils prouvent d’avantage que le choix d’une carte ouverte pour l’avenir de la série Pokémon est indéniablement le bon, et qu’elle aurait tout a gagné à continuer dans cette direction. Des aspects sont toujours à améliorer, redéfinir la façon dont les combats peuvent avoir lieu dans un tel environnement est en tête de cette liste, mais le sentiment de nouveauté aura rarement été aussi présent que lors de l’exploration de ces grands mondes ouverts, à la recherche de chacun des secrets qui s’y cache.

Quant au contenu de cette extension elle-même, on doute que le fan assidu de la série, qui avait déjà parcouru le jeu d’origine depuis sa sortie en novembre dernier, ne saute pas sur ce qui reste au final d’avantage de Pokémon. Et quant à ceux qui n’auraient pas appréciés le voyage de Pokémon Epée & Bouclier, même si la formule évolue clairement au sein de ces DLC comme si Game Freak y voyait la possibilité d’expérimenter, il s’agit toujours de Pokémon, tel qu’il l’a été depuis bientôt vingt-cinq ans, et reste fondamentalement l’expérience qu’elle a toujours été.

| Conclusion |

Ceux qui attendaient des terres enneigées de la Couronne ce qu’elles annonçaient être, à savoir un havre de Pokémon Légendaire à capturer et de vastes plaines ensevelies sous le blizzard à explorer, seront ravis, puisque le DLC est exactement cela. Les mécaniques introduites sont pertinentes et intéressantes, renouvelant une expérience de jeu qui tentait déjà de s’éloigner du cadre habituel dans lequel les jeux principaux avaient tendance à s’enfermer. Si la promesse est respectée de A à Z, on aurait peut-être voulu un peu plus des aspects négligés par cette extension, en particulier le combat. Il est cependant clair que ces DLCs ont été fait pour les fans du jeu d’origine, nombreux soient-ils, cherchant à prolonger l’expérience de jeu plus longtemps. Et à ce niveau-là, le défi est réussi.
1520
Bons points
L’exploration au cœur du voyage
Des Pokémon légendaires partout
Une nouvelle zone, plus vaste encore que les anciennes, à explorer
Des mini-intrigues agréables à suivre
Les Expéditions Dynamax, assez bien rodés
Mauvais points
L’aspect combat totalement négligé
1 commentaire Voir sur le forum
manchot1er
4302 posts
manchot1er, Ven 6 Nov 2020 - 12:19 :
Une bonne note pour un second DLC que j'ai trouvé très sympathique, avec une durée de vie plus convaincante que celui du précédent DLC et qui propose des zones très vastes et variés, ainsi qu'une façon de capturer les légendaires que j'ai trouvé très originale. Je suis assez d'accord avec la plupart des arguments du test, en particulier pour les expéditions Dynamax qui sont très fun dans leur concept. Même si je préfère légèrement le premier DLC car, comme dit dans le test, ça manque un peu de combats mémorables dans ce second DLC. En tout cas, ces deux DLCs ont été très convainquant dans leur contenu et montrent ce qu'aurait dût être le jeu de base s'il avait été plus peaufiné. ça rehausse un poil mon appréciation de cette 8G que j'avais trouvé assez décevante sur pas mal de points. Franchement, si la prochaine génération de Pokémon propose un contenu similaire à celui des deux DLCs, avec trois ans de développement au lieu de deux pour peaufiné le tout, et en proposant des trucs mémorables et originaux sans négligé l'aspect combats et surtout, sans négliger le scénario du jeu de base, on pourra dire qu'on aura eu LA GEN Pokémon parfaite ce coup-là. Messieurs de chez Game Freaks et Pokémon Compagnie, ne ratez pas le coche pour la prochaine Gen. Vous avez la bonne formule pour faire évoluer votre saga comme bon vous semble, alors allez jusqu'au bout des choses s'il vous plaît, c'est tout ce qu'on vous demande.