Logo Génération Nintendo
Jaquette

Mario & Sonic aux jeux olympiques de Tokyo 2020

Mario & Sonic aux jeux olympiques de Tokyo 2020 - Test

Switch     Rédigé par Lord Kanozu     le 30/12/19 à 00:00     0 Coms et 388 Vues Vue étendue
Qui dit jeux olympiques dit toujours Mario & Sonic, le rendez-vous faisant désormais partie des marronniers habituels tous les deux ou quatre ans, en fonction de si SEGA daigne accorder de l’attention aux jeux d’hiver. Cette fois-ci toutefois, les enjeux sont légèrement autres puisque les jeux olympiques d’été 2020 se passent dans la capitale de Tokyo pour la première fois depuis 1964, là où se situent les bureaux de SEGA eux-mêmes. Il s’agit alors de faire les choses bien puisqu’on est à la maison, en plus d’être le premier épisode à sortir sur Switch. L’emballage est bien présenté, mais est-ce que le fond change concrètement ? Eh bien, pas vraiment…


Ce jeu a été testé à partir d'une version presse fournie par l'éditeur


On prend les mêmes et on recommence


On se croirait presque dans Tokyo Mirage Sessions
Il faut dire que l’on n’attend pas réellement grand-chose d’un nouvel épisode de Mario & Sonic, mis à part de nouvelles disciplines et un fun renouvelé sous le sapin. De ce point de vue-là, les habitués (pour peu qu’il y en ait) ne seront pas dépaysés puisque la formule reste strictement la même : la sélection de disciplines change quelque peu, mais l’idée générale reste foncièrement la même et en tant que party game, cet épisode 2020 remplira le rôle que la franchise aura toujours su jouer. Tous jouables en local ou en ligne, simples à comprendre et jouables dans une multitude de configurations (dont exclusivement aux boutons, ce qui est un ajout plutôt bienvenu), les folles soirées endiablées à astiquer sa manette pour faire courir Dr. Robotnik plus rapidement que Waluigi pourront à nouveau avoir lieu sans accroc majeur. Les disciplines ajoutées sont appréciables, avec mention spéciale pour le skateboard qui est étonnamment poussé pour un simple mini-jeu, et même si on regrette l’absence d’avantage de disciplines rêves, qui sont toujours les épreuves les plus funs de ces jeux, difficile de se plaindre de ce côté-ci.

Les problèmes se logent plutôt dans tout ce que le jeu essaie de faire de nouveau. Le mode histoire en est le parfait exemple, alors qu’il s’agissait là de la nouveauté la plus mise en avant pour vendre le titre. Il s’agit concrètement d’une courte aventure de trois à cinq heures mettant en avant Luigi et ses amis devant secourir Mario, Sonic, Bowser et Dr. Robotnik coincés dans une console comportant le jeu vidéo des jeux olympiques de Tokyo 1964. Le style visuel passe alors régulièrement de graphismes modernes à pixel-art old school, clashant allègrement mais non sans un certain charme les styles visuels 8bit de Mario et 16bit de Sonic. Une idée qui aurait pu être sympathique est ruinée par le nombre ahurissant de dialogues qui viennent ponctuer chaque épreuve qui dure une poignée de secondes. C’est bien simple, sur une heure de jeu du mode histoire, facilement cinquante minutes seront consacrées à lire les personnages s’exprimer sur des pages et des pages d’inepties sans intérêt, quand ils ne se contentent pas de paraphraser Wikipédia pour décrire l’histoire des jeux olympiques de Tokyo. L’aspect historique aura beau être une idée intéressante à coupler à un jeu de ce genre, l’intégration de ces éléments est désastreuse et hache complètement le rythme. Les mini-jeux durant, par nature, une poignée de secondes chacun, il est aberrant qu’ils ne s’enchaînent pas et qu’il y ait autant de temps perdu inutilement entre chacun d’entre eux. Il ne faut pas non plus compter sur la moindre variation dans les activités, il s’agit soit de parlottes soit de vrais mini-jeux, avec certaines activités légèrement différentes et qui sont le bienvenu mais qui ne font pas grand-chose pour sauver le naufrage qu’est le rythme de ce mode histoire.

Et qu’on soit clair, il n’était pas question d’attendre une concrète révolution des Mario & Sonic. Mais il est vraiment dommage et même questionnable que les artistes de SEGA se soient embêtés à modéliser et créer autant de beaux décors et de personnages pour n’en faire strictement rien, les phases d’exploration étant limitées à se déplacer d’un point A à B et accéder à la prochaine série de dialogues. L’évolution promise par la campagne marketing du jeu n’est pas au rendez-vous ici.

Une autre aberration de game design consiste en un mode de jeu en réseau via internet qui ne permet que de sélectionner une épreuve à la fois. Il faudra alors trouver huit personnes qui ont choisi de faire la même épreuve de 110 mètres haies que vous au même moment pour lancer une partie folle qui durera dix secondes avant de repartir faire la queue pour une autre discipline. Ce genre de jeu ne se prêtant pas vraiment au online par nature, autant vous dire que les serveurs seront certainement désertés passé Noël.

Petite mention spéciale enfin, plus positive cette fois-ci, sur la bande originale du jeu, qui s’offre cette fois-ci une réelle identité en laissant tomber les remix pour des morceaux inédits, mais tout autant de qualité qu’auparavant.

| Conclusion |

Que faire alors d’un titre pareil, où chaque nouveauté est un échec mais qui reste fondamentalement fun grâce à son concept et qui, au final, fait le café pour autant que vous n’en attendiez rien de plus ? Finalement, il reste recommandable en tant que première acquisition du genre, ou si vous avez déjà recalé la Wii U sur Leboncoin entre temps. Autrement, ressortir un des précédents jeux fera largement l’affaire, et vos invités n’y verront à priori que du feu.
1020
Bons points
La formule fonctionne toujours autant
Le côté rétro nostalgique pour les fans
Présentation irréprochable
Différents types de maniabilité pour chaque mini-jeu
Chouette bande-originale
Mauvais points
Mode histoire aberrant
Quel intérêt à ces environnements détaillés s'il n'y a rien à y faire ?
Incompréhensibles choix de game design
Fonctionnalités en ligne déjà obsolètes
Toutes les nouveautés sont concrètement ratées
Finalement à peu de choses près le même jeu que la dernière fois
2 commentaires Voir sur le forum
Ryfalgoth
5524 posts
Ryfalgoth, Jeu 2 Jan 2020 - 15:02 :
Au final, un Mario & Sonic de plus quoi. Mais quand je compare à Super Mario Party qui a l'air d'avoir bien convaincu, il avait quoi de plus ?
Ebros
1749 posts
Ebros, Ven 3 Jan 2020 - 15:22 :
Ben franchement, en tant que partie de soirée entre amis, je préfère largement un Mario et Sonic que un Mario Party.

Le jeu de plateau dans un Mario Party ou il faut attendre que chacun son tour lance son dé et joue, c'est un rythme plus mou et ennuyeux.
Quant aux mini-jeux, ils sont sympas mais trop simpliste quand même.


Ce Mario et Sonic au JO, même si il n'a rien d'exceptionnel et que ça fait juste un Mario et Sonic de plus, je le trouve toujours fun et efficace à plusieurs. C'est la valeur sur des party-games pour les soirées entre potes.