Accueil Pokémon Let's Go Evoli Test

Pokémon Let's Go Evoli

Jaquette

Pokémon Let's Go Evoli - Test

Switch     Rédigé par Ryfalgoth     le 04/12/18 à 00:00     0 Coms et 174 Vues
Partager sur Twitter Partager sur Facebook
Pokémon Stadium, Colosseum, Battle Revolution, ces différents spin-off n'ont pas tous su convaincre l'ensemble des fans. En effet les joueurs n'attendaient qu'une seule chose depuis des années, l'arrivée d'un véritable jeu Pokémon reprenant les codes de la série principale sur console de salon. Pokémon Let's Go Evoli et Pikachu se revendique de cette lignée tout en apportant son lot d'idées, en partie inspirées du phénomène mobile Pokémon Go. Peut-on se montrer perplexe sur cet essai résolument axé très grand public de la licence ? Ou peut-on juste prendre plaisir et accueillir comme il se doit Pokémon en haute définition ?


Ce jeu a été testé à partir d'une version presse fournie par l'éditeur

JE SUIS RYFALGOTH, DU BOURG PALETTE


Ce test risque d'être long... Tâchons d'être plus motivé que Ramoloss.
Pokémon Let's Go nous invite donc à reparcourir la région de Kanto à travers un remake de la version jaune, mais cette fois sur grand écran. Si la communication de la Pokémon Company a beaucoup insisté sur la capture de monstres en masse ou sur la connectivité avec Pokémon Go, Let's Go n'en garde pas moins des éléments classiques qui ne manqueront pas aux joueurs les plus nostalgiques de retrouver leurs marques. Une fois n'est pas coutume, vous démarrez à Bourg Palette, où vous rencontrez votre Pokémon de départ, à savoir Evoli ou Pikachu selon votre version du jeu. Le vénérable Professeur Chen vous demandera également à vous et votre rival de compléter cette célèbre encyclopédie numérique qu'est le Pokédex. Il vous revient donc de partir à l'aventure dans le but d'attraper tous les Pokémon, de récupérer les huit badges pour vaincre la ligue, de déjouer les plans de la Team Rocket et bien plus encore.

KIKOU, ON JOUE A WII SPORTS ?


Le fer de lance de cet opus prend donc part dans la capture de Pokémon. Les affrontements contre les Pokémon sauvages (exceptés les légendaires) sont absents dans ce jeu, puisqu'une fois que vous avez rencontré un monstre, la fenêtre de capture se lance. Hormis le fait de fuir, peu d'options s'offrent à vous, vous pourrez utiliser une baie afin d'amadouer quelque peu la bête, ou utiliser une Poké Ball différente. D'ailleurs, seules les traditionnelles Poké, Super et Hyper Ball sont présentes, point de Chrono, Filet ou autres Masse Ball, un peu dommage pour un jeu se basant en grande partie sur la capture.

Trop bien ce Xenoblade Chronicles 2, il vaut au moins 17/20 !
Vient alors l'instant où vous vous décidez enfin à lancer une Ball pour vous saisir de votre future créature, vous vous saisissez alors de votre unique Joy-Con pour jeter... Attendez comment ça "unique Joy-Con" ? Oui, vous avez bien lu. Tout d'abord, il est impossible de se servir d'une manette Pro. Si cela n'est pas choquant dans un Party-Game comme Mario Party, cela est un peu plus étonnant ici où, on le rappelle, la manette Pro dispose d'un gyroscope. Mais soit, ceci n'explique encore moins pourquoi diable doit-on jouer à l'intégralité du jeu avec un seul Joy-Con. Car non, cela n'est en aucun cas confortable d'utiliser une seule main pour contrôler son personnage et appuyer sur les boutons, essayer de marteler A en vous déplaçant dans le souterrain pour déceler des objets invisibles avec une main et venez dire que c'est une bonne idée.

Ok, toi et moi on ne va pas être potes.
Allez, maintenant on lance notre Poké Ball pour de bon ! Le Pokémon ne bouge pas, tout se passe plutôt bien, le jet de la balle va se verrouiller automatiquement sur le centre, à vous de lancer au bon moment pour être dans le cercle le plus petit possible et ainsi obtenir un bonus. Mais si c'est un Nosferalpti ou un Leveinard qui décide de se décaler dans tous les sens, il semblerait qu'il va falloir viser correctement nous-même. On retente... Attendez, pourquoi la Poké Ball est partie du mauvais côté là ? Oui, vous risquez de vous poser bien souvent cette question pour la simple et bonne raison que le calibrage des mouvements est très mal pensé. Pour attraper une créature qui se sera décalée sur la droite de votre écran, il vous faudra donner un coup de Joy-Con dans cette direction. Seulement cela ne fonctionne pas vraiment, à un tel point où on se demande si on ne se trouve pas devant le jeu de tennis sur Wii Sports. Pourtant la technologie des Joy-Con est bonne, mais pas celle du jeu visiblement. Vous allez souvent rater votre cible pour des raisons obscures, et vous ne pourrez pas y faire grand chose. Précisons tout de même que ces impressions ne proviennent pas seulement d'un testeur peu adroit, mais bien de plusieurs joueurs différents qui ont eux aussi témoigné de ce genre de soucis. Comment peut-on axer un jeu sur une mécanique et la louper à ce point ?

De bien beaux boutons n'est-ce pas ?
Vous en avez certainement assez de jouer avec un seul Joy-Con et de balancer tout votre stock de Super Ball dans le vide ? Prenez votre Nintendo Switch et jouez-y en mode portable, c'est déjà bien plus agréable de pouvoir utiliser ses deux mains, pas vrai ? Vous rencontrez alors un nouveau Pokémon et vous apprêtez à glisser votre doigt sur l'écran de la console pour faire comme dans Pokémon Go. Attendez mais ça aussi ça ne marche pas ? Aussi incroyable que cela puisse paraître, ce jeu s'inspirant de Pokémon Go ne permet pas de capturer les Pokémon de cette manière. Et cela ne s'arrête pas là, tout le reste du jeu (excepté l'écran où on caresse son Evoli) est dépourvu de fonctionnalités tactiles. C'est d'ailleurs assez amusant de constater que, durant un combat, les boutons de sélection des attaques se trouvent en bas à droite de l'écran, juste là où pourrait se placer votre pouce. Aucun menu ne fonctionne au toucher, ceci est une régression flagrante par rapport aux jeux sur consoles portables. Ceci étant dit, le gameplay en mode portable ne se retrouve pas dénué d'intérêt, loin de là. Fort heureusement, point besoin de mimer un coup sec avec votre Switch pour effectuer un lancer. Ici, vous visez avec le gyroscope ou le stick si besoin, et vous appuyer sur A pour lancer la Ball, et le tour est joué. Au moins, pas de farce douteuse de la part de votre Joy-Con, vous visez pour de vrai, et c'est bien plus agréable ainsi.

CE DIABLE DE MIDI


Faut avouer que ce bâtiment en jette !
Pokémon Let's Go est donc le tout premier véritable jeu Pokémon en haute définition. Le résultat n'est pas impressionnant, on a plus l'impression de voir un portage HD du moteur de Soleil/Lune, mais cela n'est pas moche pour autant. Au niveau des animations en combat, là aussi Game Freak conserve ses acquis issus des versions 3DS en légèrement mieux. La représentation de l'univers de Kanto, au travers de ses routes, ses villes, ses grottes est très fidèle. Beaucoup de détails et de clins d’œil à la série ont été rajoutés ça et là comme le poster dans votre chambre représentant la célèbre introduction de Ectoplasma faisant face à Nidorino. On appréciera le redesign de certains bâtiments emblématiques qui gagnent en charme comme la façade du casino (enfin salle d'arcade plutôt) de Celadopole, ou bien l'intérieur de certaines arènes comme celle de Safrania ou encore la décoration de la Tour Pokémon à Lavanville. La mise en scène est également un peu plus mise en avant, entre les apparitions de Jessie et James de la Team Rocket, ou bien des séquences rajoutées permettant de voir certains champions d'arènes intervenir dans quelques situations dont on vous laisse le plaisir de découvrir. Le fan-service est réellement là pour récompenser le joueur dans ce Pokémon Let's Go, tout est présent pour nous rappeler la bonne ambiance de Kanto.

L'ambiance de Lavanville est toujours aussi convaincante.
Bien entendu, la star de ce jeu est votre Pokémon de départ, à savoir Evoli ou Pikachu. Les situations mettant en vedette votre adorable peluche vivante sont nombreuses, et on en redemande sans arrêt ! La personnalisation de votre Pokémon est également présente, Evoli et Pikachu peuvent donc arborer fièrement des petites lunettes, un chapeau extravagant, un nœud papillon ou encore plein d'autres accessoires. Les interactions avec tous les autres Pokémon n'étant pas aussi poussées, un travail a tout de même été fourni sur l'animation des Pokémon. Déjà à l'état sauvage, c'est un véritable plaisir que de voir des Psykokwak, des Chétiflor et autres Piafabec se promener dans les herbes. Finies donc les rencontres aléatoires puisqu'il vous faudra aller directement sur l'un de ces monstres sauvages pour entamer la capture. C'est un véritable plus pour l'immersion dans un monde Pokémon que l'on aimerait grandement retrouver dans chaque nouveau jeu. Mais une fois ces bestioles en votre possession, vous pouvez sélectionner l'une d'entre elles afin qu'elle vous suive partout où vous allez. Cette caractéristique reprise de Pokémon Hearthgold/Soulsilver met en avant la manière de se déplacer de chaque Pokémon, et sur ce plan Game Freak ont réussi à donner une âme à chacun d'entre eux. Entre Electrode ou Grolem qui rouleront littéralement pour vous suivre, Florizarre qui effectuera des sauts de grenouille, ce pauvre Chenipan qui ne parviendra pas à vous suivre assez rapidement, Ronflex qui vous permettra de vous accrocher à son ventre moelleux ou encore Dracaufeu ou Ptera qui vous portera sur leur dos en volant, on ressent un lien et une affection envers notre Pokémon. Cependant, les montures comme Dracaufeu mais aussi Arcanin ne seront que les seuls moyens pour vous de vous déplacer rapidement, puisque la bicyclette est étonnamment absente de cet épisode.

Au niveau de l'ambiance musicale, les remix issus de Pokémon Rouge/Bleu que quasiment tout le monde connaît font le travail. Ni d'une qualité incroyable, ni d'un goût douteux, on se laisse porter par les musiques du jeu. Certains thèmes comme celui de Celadopole ou de Lavanville sont assez réussis. En revanche, dès que l'on s'intéresse à des morceaux un peu plus dynamiques comme le thème de la Planque de la Team Rocket ou celui des batailles contre les Champions d'arènes, on a l'impression de perdre en puissance, la faute à de fausses orchestrations qui ne sont en réalité que des sons MIDI d'une qualité assez moyenne et d'une surreprésentation de ces lignes de simili-violons que l'on entend un peu trop souvent. En plus de cela, on peut regretter l'absence de variantes de thèmes selon les situations. Le jeu ne possède pas de cycle jour-nuit, donc pas d'ambiance différente en fonction du moment de la journée. Les combats contre les sbires de la Team Rocket sont exactement les mêmes que contre tous les autres dresseurs. Vouloir rester fidèle au support de base est certes une bonne chose, mais des choix amenant à ce qui pourrait s'apparenter à des régressions en comparaison avec le reste de la série témoignent quelque peu d'un certain manque d'ambition dans le produit final.



QUAND LES ÎLES NE SEVIISENT PLUS


1v1 no item fox only, ah non trompé de jeu :/
Pokémon Let's Go Evoli et Pikachu vous propose donc d'explorer la région de Kanto afin d'obtenir les huit badges d'arènes qui vous permettront d'aller défier la Ligue Pokémon et ainsi devenir le Maître. Cette quête principale vous prendra plus ou moins une vingtaine d'heures de jeu, selon votre façon de jouer, si vous capturez beaucoup de Pokémon ou non. On se retrouve donc dans une moyenne relativement classique au regard du reste de la série. Mais que faire une fois la Ligue vaincue ? On débloque la Caverne Azurée pour tenter de capturer le plus puissant de tous les Pokémon, et.... c'est à peu près tout. Où sont passées les îles Sevii introduites dans Pokémon Rouge-Feu qui vous permettait de prolonger un peu l'expérience et découvrir de nouveaux environnements ? Pokémon Let's Go se contente du strict minimum en reprenant le contenu des jeux d'origine. L'un des ajouts évoqués par The Pokémon Company dans sa campagne marketing sont les Experts Pokémon. En effet, plus de 150 dresseurs expérimentés apparaissent une fois le jeu terminé. La quasi-totalité d'entre eux (exceptés pour les légendaires et Metamorph) seront spécialisés dans le dressage d'une seule espèce de Pokémon et vous demanderont un match en un contre un, sans objet, afin de déterminer quel est le meilleur représentant de cette espèce. Par exemple, si vous trouvez l'expert Lokhlass, vous devrez l'affronter avec votre propre Lokhlass, et tenter de le vaincre avec des attaques Électriques ou Plantes pour l'emporter. Vous êtes certainement en train de vous demander pourquoi ce testeur se plaint d'un manque de contenu alors qu'il y a 150 combats à effectuer. Le problème est que cela n'est pas intéressant ! L'intérêt d'un combat dans Pokémon se fait en constituant son équipe afin de pouvoir trouver quel Pokémon pourra contrer ceux qui se trouvent en face. Mais surtout, les challengers auront des monstres aux alentours du niveau 70, et il sera alors pénible de s'amuser à faire monter chaque espèce de Pokémon à ce stade pour juste effectuer un combat qui de toutes façons ne nous apportera rien. Bref, ne cherchez pas du contenu post-game dans ce Pokémon Let's Go, il est décevant.

Ah ben oui, ça aurait été dommage de faire un scénario original.
Au delà de ça, le multijoueur en ligne ou local est bien entendu présent. Vous pourrez alors échanger vos Pokémon avec vos amis afin de compléter votre Pokédex. Faire des matchs est également possible, bien qu'il est assez frustrant que la limite de temps soit obligatoirement fixée à vingt minutes. Ne réfléchissez pas trop si vous faites des combats en six contre six. Globalement, les fonctionnalités en ligne sont assez basiques, cela dit le jeu va à l'essentiel et évite de s'égarer dans des places festivals encombrantes comme sur les versions Soleil/Lune. La coopération est pour la première fois présente dans un jeu Pokémon. En agitant le second Joy-Con, un joueur pourra à tout moment rejoindre votre partie. Lancer des Poké Ball à deux est un exercice plutôt amusant et les joueurs pourront se lancer des petits défis pour déterminer lequel d'entre eux arrivera à attraper les Pokémon. En combat, la coopération vous amène deux Pokémon de votre côté face à l'adversaire qui restera seul sans ami. Il ne va pas sans dire qu'à deux contre un, la difficulté devient alors vraiment inexistante, on conseillera cette façon de jouer uniquement à des personnes qui débutent. Dans les autres fonctionnalités, il est également possible de se connecter au jeu mobile Pokémon Go. Les Pokémon de la première génération pourront alors être transférés de Pokémon Go vers votre jeu sur Switch, et uniquement dans ce sens, afin de pouvoir plus facilement remplir votre Pokédex. Attention cependant, le Mew que l'on peut obtenir dans Pokémon Go en remplissant les missions du Professeur Willow ne peut pas être envoyé vers Pokémon Let's Go. Vous voulez tout de même Mew dans Pokémon Let's Go ? Très bien, cela fera cinquante euros s'il vous plaît. Si The Pokémon Company a toujours eu une politique assez discutable sur l'obtention de certains Pokémon fabuleux, entre devoir chercher un code dans un magasin affilié, aller voir le film Pokémon au cinéma, ou voyager tout simplement au Japon, ici on atteint un niveau rarement égalé. La seule façon d'obtenir Mew est d'acheter le Poké Ball Plus, le contrôleur sphérique qui ne peut être utilisé que dans Pokémon. Faut-il vraiment argumenter davantage pour expliquer à quel point ce procédé est problématique ?

Bon ben, on va essayer de se choper Mew à l'ancienne ?
Il fallait s'en douter mais Pokémon Let's Go n'est pas un jeu dans lequel la difficulté excelle. Cela dit, peut-on réellement se plaindre de cela, prétendre avoir été pris par surprise et pointer du doigt cela comme un défaut ? Certainement pas. Si vous êtes un joueur expérimenté de la licence Pokémon depuis des années, évidemment que vous allez rouler sur le jeu, mais il ne faut pas s'en étonner. En revanche, si vous êtes un débutant dans la licence ou que vous souhaitez faire découvrir le jeu à un jeune joueur comme votre fils, votre nièce ou n'importe qui d'autre, Pokémon Let's Go est une fantastique porte d'entrée dans cet univers qui saura expliquer pas à pas, sans être intrusif dans ses tutoriels, comment devenir un bon dresseur de Pokémon. Seulement, on ne dirait pas non à quelques options permettant de paramétrer la difficulté. Le multi expérience faisant monter de niveau l'ensemble de votre équipe ne peut pas être désactivé ; la capture donne peut-être trop d'expérience par rapport aux combats contre les dresseurs qui paraissent alors presque anecdotiques en comparaison ; le raccourci si l'on bouge son Joy-Con par inadvertance faisant intervenir Evoli en plein combat et qui va donner un boost à toutes les statistiques de votre Pokémon grâce à l'attaque qui rend tout le monde content ne peut être désactivé. Bref, on peut pardonner cela à Pokémon Let's Go car son but est de fédérer avant tout le grand public, mais il est certain que le titre de l'année prochaine devra apporter un peu plus d'options pour satisfaire tous les profils de joueurs. Pokémon Let's Go apporte tout de même quelques facilités bienvenues. Le PC stockant tous vos Pokémon attrapés ne se trouve plus dans des lieux fixes comme les Centres Pokémon, désormais le stockage est accessible partout. Vous pourrez également renommer vos Pokémon depuis le menu, visualiser les IV (statistiques individuelles d'un Pokémon) rapidement en quelques clics, votre starter remplace les anciennes CS comme Surf ou Coupe comme amorcé dans la septième génération et la shasse (il n'y a pas de faute) de Pokémon chromatiques est toujours plus fun grâce aux combos de capture.

| Conclusion |

Pokémon Let's Go est donc le tout premier jeu de la série principale sur console de salon et en haute définition. Nous restons sur des bases très connues puisque c'est la région de Kanto qui est au cœur de l'aventure. Son système de capture calé sur Pokémon Go est certes une bonne idée sur le papier, mais dans la pratique s'avère être raté, surtout en salon. Alors à qui s'adresse Pokémon Let's Go ? Les joueurs débutants y trouveront un très bon point de départ tandis que les nostalgiques n'ayant pas joué depuis de nombreuses années se feront une joie de retrouver leur génération tant adorée. Les habitués qui n'ont jamais lâché Pokémon seront en revanche peut-être plus en demie-teinte, d'un côté le plaisir de jouer à un nouvel épisode est toujours intact et il est difficile de résister aux nombreux clins d’œil et à la petite frimousse d'Evoli et Pikachu (surtout Evoli). Mais une fois l'euphorie habituelle provoquée par la licence, on se met alors à compter les quelques bonnes idées introduites dans ce jeu tout en déplorant le manque d'ambition flagrant du titre et en espérant seul dans son coin que la prochaine salve de Pokémon saura se montrer plus convaincante.
1420
++ Bons points ++ - Du fan-service à gogo
- Les animations des Pokémon vous suivant
- Les Pokémon sauvages apparaissent en temps réel
- La visée en mode portable agréable
- Le concept de Pokémon toujours aussi prenant
- Evoli trop mignon
- Evoli > Pikachu
-- Mauvais points -- - La capture au Joy-Con loupée
- Jouable avec un seul Joy-Con en mode salon
- Pas de fonctionnalités tactiles
- Un manque d’ambition flagrant
- Peu de variété dans les musiques
- Le contenu post-game vide
- Mew disponible uniquement avec la Poké Ball Go Plus


Commentaires



Eclectic Wizard
Eclectic Wizard a écrit Il y a 7 jours et 16 heures :
Tu savais pas quoi mettre comme note ? #PN
Ebros
Ebros a écrit Il y a 7 jours et 16 heures :
Alors en fait, la plupart des mauvais points ne me dérange pas dans le sens ou, je savais à quoi m'attendre. C'est-à-dire un remake de la version jaune de Pokemon gameboy.

A partie de ce moment la, je savais que ça serait de la nostalgie avant tout et qu'il fallait pas s'attendre à de grande ambition, même si ça n'empêche pas des améliorations.

En revanche ce qui me déçois, c'est la capture. Si ils étaient allé à fond sur le coté nostalgie en gardant la même façon de capturer les pokemon, j'aurais accepté et tous les autres défauts ne m'auront pas dérangé.

Sauf que la, on est sur un mélange de "remake pokemon jaune" et pokemon GO. Et du coup, la nostalgie ne prend pas totalement.
Ryfalgoth
Ryfalgoth Auteur a écrit Il y a 7 jours et 15 heures :
Eclectic : Ben rigole mais j'ai longuement hésité sur la note ! Cela dit j'avais zappé ce fameux test de Splatoon :p

Ebros : De mon côté j'avais aussi en tête le fait que le jeu aurait peu d'ambition, donc je suis peu surpris là dessus, et le concept de capturer les Pokémon de cette manière ne me dérange absolument pas, j'accepte l'idée. Par contre le coup du Joy-Con unique et de la visée foirée en salon, ces défauts là je ne les ai pas vu venir et me déçoivent pas mal. Sans ça j'aurais mis 16.
Pargonis
Pargonis a écrit Il y a 7 jours et 13 heures :
Le test est très bon et super complet, j'en attendais pas moins de ta part ;)

Les choses sont dites très clairement et je trouve la note appropriée à l'analyse que tu en fais.
NuageRouge
NuageRouge a écrit Il y a 7 jours et 13 heures :
La note est assez gentillette par rapport à la foule de reproches fait au jeu dans ce test!

Perso, le jeu m'a beaucoup plus. Au delà de l'aspect nostalgique et de la réalisation soignée (les arènes de Celadopole et de Cramois'Ile m'ont pas particulièrement plu), j'ai vraiment apprécié la plupart des nouvelles idées de gameplay (comme la fin des combats aléatoires ou les chaînes de captures). Quant au fait de jouer avec un seul Joy-Con, j'ai trouvé ça très intuitif et agréable.

Pour autant, en dehors de la question du Joy Con, je vais avoir du mal à contredire Ryfalgoth. Car oui, tous les autres défauts énumérés dans ce test sont bien présents. Dès lors qu'un Pokemon fuit vers les côtés, la capture devient compliquée et il faut maintenir le Joy Con perpendiculaire à l'écran pour faire espérer pouvoir faire des lancers corrects (ce qui ôte toute intuitivité et donc une grande partie du plaisir du lancé). Et le post-game avec tous ces experts à battre se relève vite pénible (monter un Asticot niveau 65 pour faire un combat de dard-venin, comment cette idée a-t-elle pu sembler bonne à quelqu'un?).

Je ne vais pas commenter tous les défauts énumérés dans ce test mais en gros heureusement que la nostalgie était là pour faire passer la pilule à certains moments. Ceux qui n'auront pas connu la grande époque des versions Rouge/Bleu risquent d'être moins facile à combler que moi.
manchot1er
manchot1er a écrit Il y a 7 jours et 11 heures :
Lors d'un des derniers lives de Ryfal réalisé sur ce titre qu'est Pokémon Let's Go Evoli, j'avais parier sur le fait que la note qu'il allait donné pour le test aurait été un 14, on dirais bien que j'avais raison:gni:

Bon, blague à part, ce test résume très bien les ressentis qu'avait eu notre métalleux préféré sur ce jeu lorsqu'il l'avait fait en direct. Même si la lecture du test est assez long, elle reste tout de même agréable grâce à la bonne qualité de l'écriture, le fait que ça soit bien structuré ainsi que ce soucis du détail qui illustre à merveille les différents points positifs et négatifs présent dans ce titre de la saga Pokémon.

Et comme je le présageais en ayant vu l'intégralité du jeu lors des lives de Ryfal, ce qui plombe particulièrement ce titre est le fait qu'il ait littéralement le cul entre deux chaises (part là, je cite le fait qu'il hésite entre son aspect remake de Pokémon Jaune et le fait qu'il essaye d'aller plus loin dans son ambition en ajoutant des nouveautés au titre, dont la plupart sont directement issu de Pokémon Go) et le système de lancer qui est totalement aux fraises, ce qui est un comble quand on sait que les Joy-Con sont deux fois plus évoluer technologiquement qu'une simple Wiimote. Tout ça pour dire qu'après avoir lu ce test, j'ai pris la décision que ce titre ne fera pas parti de ma collection de jeux Switch (ou alors, j'attendrais que les prix baisses pour me le procurer si je suis en manque de titres à faire) et j'attendrais plutôt la sorti de la prochaine génération de Pokémon qui arrivera l'année prochaine.
Ryfalgoth
Ryfalgoth Auteur a écrit Il y a 6 jours et 0 heure :
NuageRouge a écrit:
La note est assez gentillette par rapport à la foule de reproches fait au jeu dans ce test!

Et tu as raison, c'est pourquoi j'ai pas mal hésité pour la note finale. Mais mon côté fanboy me fait dire que je m'amuse quand même toujours dans les jeux Pokémon donc il fallait que ça se reflète dans la note. Faut bien garder à l'esprit que la note reflète bien ce que j'ai pensé du jeu.

Manchot, t'as bien résumé le truc quand tu dis que le jeu a le cul entre deux chaises. On veut balancer un nouveau concept avec des idées mais on se contente de copier coller Pokémon Jaune.
avensis18
avensis18 a écrit Il y a 5 jours et 16 heures :
J'avais une confiance inébranlable dans la franchise, j'étais presque aveugle, attendant de grandes choses de ce jeu. Plus maintenant. Tout ce qui m'attendait, c'était l'expérience délavée d'un jeu auquel j'avais déjà joué, enlevant et aggravant les mécanismes des jeux dont je suis tombé amoureux avent.


________________________________________________________________________________
ShowBox Tutuapp Mobdro
| Connexion | Inscription |