Logo Génération Nintendo
Jaquette

Shantae Half Genie Hero

Shantae Half Genie Hero - Test

Switch     Rédigé par Spydark     le 15/07/18 à 00:00     0 Coms et 555 Vues Vue étendue
Le quatrième opus de la série Shantae fait finalement son petit chemin dans une mouture Nintendo Switch définitive, presque un an et demi après sa sortie. Cet épisode est assez unique en son genre, déjà car il provient du fruit d’une campagne kickstarter populaire, mais aussi car il laisse tomber le charme pixel-art de la série, pour un style plus proche du dessin-animé, ce qui reste tout aussi appréciable. Faut-il se laisser plonger dans cette nouvelle aventure groovy aux côtés de la célèbre (demi-)génie danseuse ? Réponse tout de suite !


test réalisé à partir d'un code de téléchargement fourni de l'édition complète

SHANTAE DUCK REMASTERED


La VF est... atypique ? (à faire en VO, vraiment)
L’histoire débute lorsque notre génie fait un rêve étrange où elle a vu une lumière lui parlant d’une prophétie, lui prédisant un danger à venir sur le monde des génies, celui de ses ancêtres. Cependant, elle est vite réveillée pour sauver la ville de Scuttle Town d’une nouvelle attaque de Risky Boots sa rivale de toujours. L’histoire de ce volet nous proposera ensuite de voyager dans plusieurs niveaux pour aider les habitants à résoudre divers problèmes, via un système de quêtes nous servant à aller dans ces zones. C’est ici la première déception de ce Shantae, certes, le scénario n’est pas forcément le point d’accroche le plus important dans un jeu de plates-formes, mais on regrette que le jeu ait totalement oublié les questions que soulevaient le troisième volet, Shantae & The Pirate’s Curse, pour revenir à un scénario assez simpliste où notre génie va au final affronter le folklore des grands méchants habituels de la série. Heureusement, ce manque de profondeur dans l’histoire est relevé par les dialogues toujours aussi frais de la série, avec des vannes qui ne sont pas que pour les plus jeunes, n’hésitant pas à briser le quatrième mur et à se moquer de lui-même. Mais, comme pour l’opus précédent, la traduction française relève encore une fois des pires résultats Google Traduction, ce qui n’aide pas à comprendre les blagues, ni parfois les objectifs que le jeu nous donne. De plus, il n’est possible de passer le jeu en anglais qu’en changeant le langage de la console. C’est dommage que ce soucis ne soit pas réglé sur une version “ultime”, plus d’un an et demi après la sortie.

PRINCE ALI, OUI C'EST BIEN LUI !


Les transformations sont nombreuses, mais trop sous-exploitées dans level-design
Passons au coeur du jeu, avec son game-design et son level-design. Là aussi, grand changement par rapport aux précédents opus. Le second volet, Risky’s Revenge tapait dans le Metroidvania pur et dur, le troisième opus optait pour une sorte de Zelda-like en plates-formes, mais ici on revient à quelque chose de plus classique. On avance dans des niveaux classiques en ligne droite avec quelques secrets cachés ici et là dans les niveaux, des endroits qu’on atteindra souvent via les nombreuses transformations disponibles dans le jeu, ce qui pourrait effrayer les premiers fans de la série. Mais ce mélange de plates-formes avec des allers-retours à la Quackshot sur Megadrive, pour explorer les lieux plus en profondeur, n’est pas non plus mauvais. Mais que c’est dommage ! Le jeu manque cruellement de difficulté et de complexité dans le level-design, bien en retrait par rapport aux anciens jeux, pourtant il y a de nombreuses transformations : éléphant, singe, crabe, sirène, araignée, chauve-souris ou encore petite souris. Chaque forme propose ses petites subtilités pour améliorer le moveset, par exemple l’éléphant peut casser des objets lourds ou les pousser ou encore la souris peut se faufiler dans des lieux étroits. Ce concept est vraiment sous-exploité, les moments complexes du level-design sont vraiment trop peu nombreux et on regrette que ces transformations ne soient jamais utiles dans les boss-fights, ce qui aurait pu apporter des combats à la Zelda. Mais non, il faudra se débarrasser des ennemis avant tout en tâtant des mèches de cheveux toujours aussi solides de l'héroïne. La petite difficulté du titre peut en plus de ça être palliée avec des nombreux items vendus par le magasin nous permettant d’échanger nos cristaux contre des potions en masse ou des boosts pour l’attaque et la défense.

Mais le titre de WayForward n’est pas non plus à éviter, l’aventure vaut le coup pour son level-design, qui est comme je l’ai dit classique, mais toujours assez agréable pour être apprécié. Un level-design sublimé par le nouveau moteur graphique apporté à la série, pas totalement nouveau au studio cependant, car il provient du sympathique Ducktales Remastered. Les aficionados du mélange dessin-animé / plates-formers apprécieront grandement ce nouveau style aux animations et aux assets léchées des équipes artistiques. La direction visuelle est souvent très riche pour offrir des panoramas qui restent dans les mémoires. Ce Shantae Half-Genie Heroe offre le titre le plus joli de la série, et on ressent que c’est dans cette partie du jeu que l’argent du crowfunding a surtout été dépensé. Le character-design reste toujours aussi charmant sur les têtes bien connues de la série, mais les nouveaux personnages restent trop peu nombreux. On espère qu’un cinquième opus profitera de cette nouvelle base graphique, mais en travaillant plus sur le game-design / level-design pur jus pour revenir à quelque chose de plus profond. Car le titre souffre des multiples comparaisons avec les autres jeux du genre dans le monde des indés, notamment un certain chevalier à la pelle.

QUELLE CLASSE CE PRINCE ALI !


Visuellement impeccable, de même pour la bande-son !
Oui, Shovel Knight fait beaucoup de mal au titre de WayForward. Notamment du côté des DLC, c’est simple, ceux de Yatch Club Games sont gratuits et de meilleure qualité que les contenus payants de ce Shantae. Que ce soit l’aventure de Risky Boots ou celle du trio Bolo / Sky / Rottytops, il s’agira simplement de revivre les mêmes niveaux avec de nouveaux personnages ayant des capacités uniques, mais le design des niveaux reste inchangé. Là où Specter of Torment nous proposait un nouveau hub et des réécritures des niveaux, Shantae Half-Genie Hero se permet de vendre à une dizaine d’euros de simple swap de personnages avec quelques variations trop maigrichonnes (Risky Boots propose un nouveau boss de fin, par exemple). Les DLC ne sont à conseiller que si vous achetez directement la version complète, mais pas séparément du jeu de base, car le contenu est trop maigrichon pour valoir le coup d’oeil. C’est dommage, car l’habillage visuel de qualité est encore au rendez-vous.

Terminons avec l’ambiance sonore. Dans cette partie le titre fait un sans faute, les nouvelles compositions de Jake Kaufman (Shovel Knight, Shantae, Mighty Switch Force) tapent encore juste pour offrir une belle ambiance groovy qui donne envie de danser. Ca n’est peut-être pas son meilleur travail, mais cela suffit à être emporté dans les jolis niveaux ou à vouloir donner de son meilleur dans les combats de boss. Le sound-design est de qualité lui aussi avec des bruits bien propres à la licence et les quelques doublages font plaisir pour renforcer les caractères des personnages centraux. Shantae Half-Genie Hero fait correctement le café pour son habillage sonore, comme à l’habituel de la licence.

(Merci à Ryfalgoth pour la relecture)



| Conclusion |

Malgré une ambiance visuelle toujours aussi unique et un travail sonore de qualité, cette quatrième aventure de Shantae souffre de gros soucis concernant son game-design / level-design. Plus chiche en contenue de Risky’s Revenge et moins profond dans ses mécaniques et son histoire que Pirate’s Curse, Half-Genie Hero aura de quoi déconcerter les habitués de la série qui pourront cependant toujours retrouver l’humour aussi fun de la série dans les dialogues (en VO uniquement). Le titre de WayForward reste cependant sympathique au sens général, mais il ne faudra pas lui en demander trop pour s’amuser et se contenter des fortes qualités de l’univers de Shantae. Mais à ce tarif, autant faire le troisième volet lui aussi présent sur l'eShop !
1420
Bons points
- Un charme visuelle au top
- Une bande-son toujours de qualité (Jake Kaufman)
- De bonnes blagues pour tous les âges (en VO)
- Une grosse re-jouabilité avec les modes annexes (via les DLC)
- Une tonne de transformations, mais ...
- Level-design trop classique mais qui pourra convenir aux joueurs pas trop exigeants
- Présence d'une galerie pour mater les artworks
Mauvais points
- Un manque de fraicheur dans le level-design
- Trop chiche en contenu de base (6h pour arriver au bout)
- En-dessous des anciens opus (Shantae & The Pirate's Curse, Risky's Revenge)
- ... trop sous-exploités dans le design
- Un boss final décevant
- La traduction VF type Google Trad'
0 commentaire Voir sur le forum