Accueil The Binding of Isaac Afterbirth+ Test

The Binding of Isaac Afterbirth+

Jaquette

The Binding of Isaac Afterbirth+ - Test

Switch     Rédigé par Ryfalgoth     le 03/10/17 à 00:00     0 Coms et 259 Vues
Partager sur Twitter Partager sur Facebook
Après avoir brillé avec Super Meat Boy en 2010, Edmund McMillen propulsa l'année suivante un nouveau jeu sur le devant de la scene indépendante : The Binding of Isaac. Ce jeu aux multiples possibilités fut par la suite retravaillé afin de ressortir à neuf avec du nouveau contenu en 2014 sous le nom de The Binding of Isaac Rebirth. S'en suivit en 2015 une première extension appelée The Binding of Isaac Afterbirth apportant moult contenus supplémentaires, puis enfin The Binding of Isaac Afterbirth+ en début 2017 sur PC puis sur Nintendo Switch par la suite. Intéressons-nous donc à ce formidable jeu, le contenu de sa dernière extension et de la qualité de la version Switch.


UN JEU PAS TRÈS CATHOLIQUE


Trois objets de Guppy, et vous voilà en petit chat !
Dans The Binding of Isaac, vous incarnez Isaac, un petit enfant qui tente d'échapper à sa mère qui souhaite le sacrifier au nom du Tout-Puissant. Le principe du jeu est donc tiré du genre "Rogue-like" (c'est à dire que le level-design est généré aléatoirement) où vous allez devoir parcourir différentes salles dans un style rappelant les Zelda 2D, c'est à dire en vue de dessus comme Zelda 1 ou A Link to the Past. Le but du jeu est donc de battre le boss qui se situe dans l'étage où vous vous trouvez, puis d'accéder à l'étage suivant, trouver le prochain boss, et ainsi de suite. Qui dit "Rogue-like", dit "composante aléatoire", et à ce niveau là nous sommes servis. À chaque étage, la disposition des salles sera différente, les ennemis s'y trouvant également, mais aussi les boss (sauf pour les derniers étages) et surtout les objets s'y trouvant. Car, pour réussir votre aventure, il vous faudra ramasser toutes sortes d'objets différents, et c'est à ce niveau là que le charme du jeu opère, car il y a plusieurs catégories d'objets. Les plus importants sont les objets dits "passifs" qui vous permettront de modifier votre personnage en les ramassant. Ces améliorations concernent des changements de statistiques mais également des modifications de votre tir avec de très nombreux effets et toutes autres choses pouvant influencer sur votre partie en cours. Vous avez également l'item actif, qui s'affichera en haut à gauche de votre écran et qui en général pourra être utilisé une fois un certain nombre de salles nettoyées de tout ennemi. Enfin vous trouverez beaucoup d'objets consommables comme des cœurs, des clés, des bombes, des pièces, des cartes ou des pilules. De quoi vous garantir que chaque partie sera réellement différente l'une de l'autre.

Beaucoup de larmes pour énormément de dégâts
Ce qui caractérise également The Binding of Isaac, au delà de ses mécaniques de gameplay, c'est l'univers du jeu. Vous l'aurez compris, les références bibliques et satanistes sont très nombreuses, au point d'avoir eu beaucoup de mal à trouver une place sur consoles Nintendo. Bien que possédant quelques très courtes cinématiques en fin de parties, le jeu se targue de raconter une histoire avant tout grâce aux objets que l'on ramasse, qui modifient par ailleurs à chaque fois l'apparence de votre personnage, grâce à leurs noms ou leurs descriptions. On peut ainsi comprendre la souffrance que traverse le pauvre enfant dans son ecclésiastique foyer. Le background du jeu met également beaucoup l'accent sur ce qui est sale à travers les décors mais aussi les ennemis. N'ayez donc pas peur de la vue du sang, des excréments, des seringues ou autre liquide jaune, car vous allez être servis. Le jeu est réellement sombre, pas juste grâce à une ambiance artificiellement "dark" pour plaire aux adolescents (coucou Twilight Princess !), en revanche si vous appréciez l'atmosphère maladive de Silent Hill, vous pourriez bien plus y trouver vos marques. De nombreuses autres références à la pop-culture sont également présentes à travers les objets, de la balle bicolore qui permet d'attraper les monstres à l'échelle de corde qui permet de franchir un petit trou ou encore au petit cube de viande rouge.

ULTRA SUPER BINDING OF ISAAC AFTERBIRTH HD DELUXE


Combiner des effets de tirs, on appelle ça la synergie
Ultime version du jeu, The Binding of Isaac Afterbirth+ apporte toujours plus de contenu. On décompte quelques dizaines de nouveaux objets, de nouveaux patterns de salles, mais aussi de nouveaux boss et ennemis. Le bestiaire du jeu, en plus d'être brillant d'ingéniosité, est par ailleurs très conséquent dans cette mouture avec notamment pas mal de variantes d'ennemis déjà existants. Afterbirth+ rajoute également un dernier chapitre avec un boss de fin absolument délirant de difficulté ainsi qu'un personnage, Apollyon, qui a la particularité de jouer avec Void, un item activable qui permet d'aspirer les autres objets avec leurs effets. Visuellement parlant, il n'y a pas grand chose de différent par rapport à la précédente extension, on reste dans un style en pixel-art avec une patte graphique rappelant forcément Super Meat Boy. L'OST n'est pas vraiment plus fournie, mise à part le thème du tout dernier boss, mais reste de très bonne qualité. A préciser qu'il ne s'agit plus de la bande-originale signée Danny Baranowsky (Super Meat Boy, Crypt of the Necrodancer), mais celle composée par Ridiculon (The End is Nigh), qui est assez différente, bien qu'étant très bonne. Histoire d'en rajouter toujours plus, quelques challenges supplémentaires sont également à signaler. Le contenu de The Binding of Isaac Afterbirth+ est de ce fait gargantuesque. Finir le jeu entièrement vous demandera de battre chaque boss avec chaque personnage (il y en a un peu plus d'une dizaine), en sachant que vous devrez certainement vous y reprendre à de nombreuses reprises car le jeu n'est pas facile. The Binding of Isaac n'est pas forcément punitif, mais il vous demandera toutefois d'être vigilant face aux nombreux ennemis vous barrant la route. Enfin, la plus grande complication du joueur restera l'apprentissage de chaque objet du jeu, et vu leur nombre hallucinant, on vous souhaite du bon courage pour tous les mémoriser. Les objets ne sont pas tous forcément bons à prendre, ce pourquoi il vous faudra vous souvenir de leurs effets, de savoir s'ils peuvent se cumuler entre eux ou non. Évidemment il y aura aussi tous les challenges à compléter, qui proposent chacun des défis plus ou moins difficiles avec des objets imposés (ne pouvoir attaquer qu'avec des mouches, qu'avec des bombes, que des étages XL, etc...), mais aussi devoir tenir au moins une fois tous les objets du jeu qui ne se débloqueront pas tous dès le début. On peut estimer qu'il faut facilement deux cents heures de jeu pour atteindre le sacro-saint 100%. Alors le contenu total peut paraître certes incroyable, mais il faut reconnaître que ça n'est pas vraiment grâce à Afterbirth+. Le nombre de nouveautés peut paraître impressionnant pour un novice, mais cela n'est pas vraiment le cas finalement, la majeure partie du contenu était déjà présente dans Afterbirth premier du nom, et au vu de ce qui existait déjà, Afterbirth+ peut paraître un peu léger surtout pour une extension à 15€ (cela ne concerne toutefois pas la version Switch, le choix des extensions n'étant pas possible).



ISAAC ON THE GO



Isaac, c'est comme Zelda, qui est comme Mario...

A l'instar de nombreux jeux indépendants depuis la sortie de la console, les versions Switch de ces jeux se font bien souvent remarquer, et c'est le cas de The Binding of Isaac Afterbirth+ qui est tout d'abord sorti dès le mois de lancement aux États-Unis en boîte, puis en septembre en Europe, toujours en physique pour le plus grand bonheur des collectionneurs. Levons le voile, cette version Switch est vraiment positive. Tout d'abord les contrôles sont bien pensés, avec le stick gauche ou la croix pour se déplacer, les boutons A, B, X, Y ou le stick droit pour tirer, L pour lâcher une bombe, ZL pour utiliser l'objet actif, R pour une carte ou une pilule, ZR pour inverser la place de deux cartes/pilules (si vous avez obtenu un objet vous permettant d'en avoir deux) et maintenir ZR deux secondes pour vous débarrasser de vos cartes et votre babiole. Auparavant disponible uniquement sur PC, il est sympathique d'avoir la possibilité d'afficher sur votre HUD "l'item tracker" afin de connaître les objets que vous possédez et consulter en direct le changement précis de chacune de vos statistiques.

Ayant personnellement joué de nombreuses heures (150 heures en réalité !!!) à Rebirth sur New 3DS, nous avions constaté beaucoup de problèmes comme des bugs, des ralentissements, voire des crash du jeu. Nous étions donc forcément en droit de nous demander si la Nintendo Switch allait bénéficier d'un bien meilleur traitement, sachant que Afterbirth+ contient bien plus de possibilités d'avoir beaucoup de choses affichées à l'écran. Et bien sur ce point, après plus de cinquante heures passionnées de jeu (et c'est loin d'être fini !!) sur Switch, le résultat est sans appel, cela reste parfaitement stable ! Il est également très simple d'utiliser le mode coopératif, il suffit juste d'y connecter une manette en cours de partie (un seul Joy-Con suffit) afin de pouvoir contrôler un familier pour aider le premier joueur. Certes, le mode coopération n'est pas très poussé, mais il permet de simplifier légèrement la tâche (surtout dans certains challenges). En revanche, l'une des nouveautés majeures de Afterbirth+, volontairement non évoquée dans le précédent paragraphe, est la présence d'un éditeur de niveaux qui permet aux esprits créatifs de rajouter des objets, des ennemis, et toute sorte de contenus que l'imagination peut permettre afin d'avoir une expérience de jeu encore plus infinie. Il fallait bien se douter que le support des mods n'allait être présent que pour la version PC. Pour palier à ça, les développeurs du jeu ont mis en place des "booster packs" sur les versions consoles afin de rajouter les meilleurs mods approuvés dans des mises à jour. Les trois premiers booster packs ont récemment été rajoutés sur les versions digitales (visiblement les possesseurs de la version physique dont je fais partie vont devoir attendre) afin donc de rajouter essentiellement des objets. D'autres mises à jour arriveront probablement à l'avenir. Enfin, il faut bien le reconnaître, l'un des gros points forts de The Binding of Isaac sur Switch est de pouvoir y jouer partout grâce à la portabilité de la console, or le jeu se prête parfaitement bien à de moyennes sessions de jeu, une partie durant en moyenne entre trente minutes et une heure.

| Conclusion |

The Binding of Isaac Afterbirth+ est définitivement le roi des jeux Rogue-like où chaque partie est vraiment différente l'une de l'autre, la composante aléatoire se mariant parfaitement avec les compétences du joueur, tout peut se passer durant une session de jeu. Avec un univers extrêmement riche où nous progressons dans le périple d'un jeune enfant perturbé par son entourage familial, c'est au joueur d'être pris littéralement aux tripes ou non. Quoiqu'il en soit, le contenu est extrêmement généreux, bien qu'Afterbirth+ en lui-même ne soit pas une révolution, et la version Nintendo Switch s'avère être tout bonnement excellente pour plonger où vous le souhaitez dans le monde dérangé pensé par Edmund McMillen.
1720
++ Bons points ++ - Chaque partie unique
- Des possibilités de jeu infinies
- Un contenu gargantuesque
- Un univers extrêmement riche
- Une bande-son de qualité
- Une excellente version Switch
-- Mauvais points -- - Afterbirth+ pas si révolutionnaire
- Pas d'éditeur de niveau sur Switch


Commentaires



Ryfalgoth
Ryfalgoth Auteur a écrit le 3 octobre :
J'apporte juste une précision concernant la mise à jour de la version cartouche.
En effet, d'après plusieurs témoignages sur Neogaf ( http://www.neogaf.com/forum/showthread.php?t=1440362 ), la version cartouche du jeu en Europe ne se met pas à jour et ne permet pas de rajouter ses points sur MyNintendo. Visiblement, la version dématérialisée (que je ne possède pas) fonctionne parfaitement, et y contient depuis quelques jours les fameux Booster Packs qui sont des "mods approuvés" dont je parle durant le test. Les possesseurs de la version boîte comme moi vont devoir patienter quelques jours selon Headup Games qui publie le jeu pour rétablir ce "défaut". Je vous tiendrai au courant lorsque ça sera rétabli !
Animcity
Animcity a écrit le 7 octobre :
L.9 du paragraphe 2 il y a écrit "void" au lieu de "vous"
Ryfalgoth
Ryfalgoth Auteur a écrit le 8 octobre :
Il n'y a pas de faute, "Void" est un objet avec lequel commence le personnage Apollyon. Il s'agit en fait d'un objet activable permettant d'aspirer d'autres objets, plus d'informations ici : https://bindingofisaacrebirth-fr.gamepedia.com/Void
D'ailleurs, pour ceux qui galèrent un peu pour connaître tous les objets, je vous recommande fortement ce wiki qui détaille tout ! Mais même quand on connaît très bien le jeu, on a pas forcément toujours tout en tête ^^

Tu connaissais déjà Isaac ? Le jeu t'intéresse ?
Spydark
Spydark a écrit le 8 octobre :
Très bon test Ryfal, le découpage en trois partis de ta critique est bien pensée, on sait direct où trouver c'qu'on veut savoir qu'on soit déjà amateur du jeu ou non. Je partage globalement ton avis sur le soft.

Perso, j'ai dosé le jeu sur la version Vita qui était déjà très bonne malgré quelques ralentissements ici et là et j'pense que je dirais pas non à le reprendre une fois le prix en promotion. J'aime toujours l'univers de McMillen et actuellement ce sagouin m'en fait bien baver sur End is Nigh, j'ai hâte que tu puisse aussi toucher à cette joyeuse torture.
Ryfalgoth
Ryfalgoth Auteur a écrit le 8 octobre :
Merci, effectivement je m'étais dit que pour ce test précis ça serait plus simple de le découper ainsi ! Je comprends que le prix de 40€ puisse un peu rebuter, pour ma part c'est clair que c'était uniquement en boîte qu'un tel prix était justifié, 40€ en démat y avait pas moyen. Enfin, je trouve ça toujours moins abusé que Ultra Street II XD Et t'inquiètes que je compte bien me lancer dans The End is Nigh sur Switch ^^ Possible que j'en propose un test d'ailleurs, je verrai bien !
Ryfalgoth
Ryfalgoth Auteur a écrit le 15 novembre :
Au fait, pour information la mise à jour est enfin arrivée sur la version physique, donc il n'y a plus aucun soucis pour avoir les Booster Packs =)
https://twitter.com/HeadupGames/status/928603947685826560
| Connexion | Inscription |