Accueil Shovel Knight : Treasure Trove Test

Shovel Knight : Treasure Trove

Jaquette

Shovel Knight : Treasure Trove - Test

Switch     Rédigé par Ryfalgoth     le 11/05/17 à 00:00     0 Coms et 199 Vues
Partager sur Twitter Partager sur Facebook
Fruit d'un Kickstarter brillamment réussi (comme quoi, le crowfunding, des fois ça marche), Shovel Knight a bousculé la scène indépendante en 2014. Son studio de développement, Yacht Club Games, s'est rapidement rapproché de Nintendo en proposant son titre sur 3DS et Wii U avant les autres consoles, puis en produisant un amiibo à l'effigie du chevalier bleu. Cette collaboration se poursuiva puisque la nouvelle extension du jeu, intitulée "Specter of Torment" parut en exclusivité temporaire pour le lancement de la Nintendo Switch. En plus de cette troisième campagne disponible en stand-alone, une version complète, Shovel Knight Treasure Trove, est proposée à l'achat. Cette ultime édition de Shovel Knight est-elle recommandée ? Que valent chacune des trois campagnes ?


UN JEU QUI EN VAUT LA PELLE !


Sommes-nous dans Castlevania ?
Shovel Knight est un jeu de plates-formes à défilement horizontal dans la plus pure tradition des titres en 8-bit. Dans la première campagne, on incarne un chevalier armé d'une pelle qui doit tout simplement sauver sa dulcinée, Shield Knight. Pour ce faire, il devra vaincre les huit chevaliers de l'ordre des sans quartier en traversant leurs fiefs respectifs remplis de pièges et d'ennemis.

Pour défaire ses ennemis, Shovel Knight dispose de deux manières d'asséner des coups de pelle. Il peut frapper latéralement comme dans n'importe quel jeu du genre, mais aussi réaliser une charge au sol en sautant et en orientant son arme vers le bas, à la manière de l'Oncle Picsou dans le célèbre Ducktales paru sur NES. En plus de pouvoir infliger des dégâts aux différents monstres qui barreront votre route, cette attaque piquée permet surtout de rebondir (sur des ennemis ou obstacles prévus à cet effet), ce qui permet alors d'atteindre des hauteurs inatteignables en temps normal. Le brillant level-design de ce jeu se base donc en partie sur ce principe. En dehors de ces attaques, vous apprendrez tout au long de l'aventure d'autres coups utilisant de la magie comme lancer des boules de feu ou avoir une très courte invincibilité. Il faudra pour cela trouver un PNJ dans chaque niveau proposant le pouvoir contre quelques deniers.

PARLONS POGNON


Dois-je casser ou non ce checkpoint ?
Il est toujours bon de parler d'argent. Vous récolterez des rubis, émeraudes et autres joyaux parsemés dans chaque niveau dans des endroits parfois bien cachés. Ces ressources vous permettront d'améliorer votre personnage en augmentant sa vie et sa magie maximales, changer d'armure et d'autres choses encore. La plupart de ces améliorations s'effectuent dans le village atteignable depuis la carte du monde. Depuis cette même carte, en plus des principaux niveaux vous aurez également sur votre chemin des défis permettant de gagner encore plus d'argent. Autre possibilité pour gagner encore plus de pierres précieuses, chaque niveau est composé de plusieurs points de passage ; ces checkpoints peuvent être détruits dans le but de délivrer le précieux argent mais au risque de devoir reprendre le niveau depuis le début. Cela peut en soit constituer un défi supplémentaire.

Cela dit, point besoin de ré-enchaîner les mêmes niveaux en boucle dans l'unique but de récolter plus d'argent, car en vérité, en jouant normalement, vous devriez pouvoir débloquer la plupart de l'équipement nécessaire lorsque vous arriverez vers la fin du jeu. La difficulté par ailleurs est savamment bien dosée, puisque le challenge est présent, et ce de manière progressive. Il est possible que vous échouiez des dizaines de fois dans les derniers niveaux, mais le jeu reste juste puisque rien n'est vraiment insurmontable. Évidemment, une mort n'est pas gratuite, puisque vous devrez récupérer l'argent perdu au dernier endroit où vous avez péri, un peu à l'instar d'un Dark Souls.

PRÉPARONS DES POTIONS ET FAISONS REVENIR LA MORT



Les affrontements contre les boss sont légèrement revus
Comme vous le savez, la particularité de ce Treasure Trove est de réunir toutes les extensions parues à ce jour. Ainsi, dans la deuxième campagne, vous reparcourez la totalité du jeu avec un tout autre personnage et bien entendu une différente histoire. Il s'agit ici de Plague Knight, un scientifique assez loufoque qui aspire à fabriquer la potion ultime qui le rendra surpuissant, il devra bien entendu passer sur le corps des huit chevaliers pour récupérer chaque ingrédient nécessaire à sa maléfique concoction. Son gameplay est radicalement différent puisqu'il frappe à distance avec des bombes. Ces explosifs vont pouvoir être améliorés de plusieurs façons différentes en déboursant vos joyaux durement acquis mais aussi en dépensant des crypto-pièces (objets verts à collectionner dans les niveaux) afin de débloquer de nouveaux effets. La façon de se mouvoir de Plague Knight est quant à elle très particulière aussi car notre scientifique fou dispose d'une jouabilité beaucoup plus flottante. Ainsi, il se déplace plus lentement, mais dispose d'un double saut plus un troisième à charger (dont l'effet peut être modifié). Si le début de cette aventure peut s'avérer un peu ardu entre la prise en main particulière et la confusion des menus pour trouver les bons effets de bombes, la courbe de difficulté de Plague of Shadow est un peu décevante. En effet, entre les affrontements de boss qui s'expédient rapidement avec notre capacité grandissante à infliger de lourds dégâts et le fait que les passages de plates-formes anciennement périlleux (les niveaux étant les mêmes) soient complètement cassés par nos multiples sauts, plus vous vous rapprocherez de l'épilogue​ du jeu, et moins vous n'aurez de mal à parvenir à vos fins. Au final, on retiendra surtout la richesse du gameplay évolutif de Plague Knight qui est assez jouissif une fois bien maîtrisé.

Dernière extension sortie à ce jour, intéressons-nous maintenant à Specter of Torment. Ici vous contrôlez le chevalier à la faux dans des niveaux inédits. On retourne sur un gameplay au corps-à-corps un peu plus classique en fauchant les ennemis. Specter Knight a quant à lui la particularité de s'accrocher un court temps aux murs (pas tous) pour effectuer des sauts muraux. Pour atteindre des hauteurs, il dispose également d'une rapide charge en diagonale, c'est à dire que votre personnage va cibler automatiquement un ennemi ou un élément spécifique pour foncer en l'air dessus et ainsi parvenir à des plates-formes plus hautes. Le gameplay se veut de ce fait particulièrement dynamique et il est très plaisant de foncer rapidement à travers les niveaux. Attention toutefois aux sauts muraux qui se déclencheront parfois de manière indésirable ce qui pourrait causer de nombreuses morts. Le chevalier macabre dispose lui aussi de coups spéciaux à débloquer contre de l'argent et des crânes rouges à récolter à travers les niveaux. Ces pouvoirs sont assez similaires de ceux de Shovel Knight, à savoir des projectiles, de l'invincibilité ou encore un saut supplémentaire. Le déroulement du jeu est donc assez différent des deux campagnes précédentes puisque ce coup ci il n'y a pas de carte du monde et on peut sélectionner chaque niveau dans l'ordre que l'on veut, à l'instar d'un Megaman. L'aventure est entrecoupée de quelques flash-back permettant de connaître le passé de Specter Knight et ce pourquoi il combat aux côtes de la maléfique Enchanteresse. Si les niveaux sont inédits, l'effet de nouveauté n'est cependant pas si présent, car si on remarque de nouvelles mécaniques de gameplay dans cette troisième campagne, finalement les thèmes visuels de chaque niveau sont les mêmes et il n'y a pas vraiment d'idées de level-design propres à Specter of Torment.


VIVE LE PIXEL ART !



Quel panorama de ouf !
Parlons maintenant de la réalisation du jeu. Graphiquement, vous l'avez compris, c'est du pixel art, et c'est magnifiquement bien rendu et maîtrisé, on ne peut rendre meilleur hommage à l'ère 8 et 16 bits. Le jeu est très propre sur l'écran de la Switch et sur un téléviseur. Mais au delà de l'aspect visuel, il y autre chose qui frappe dans ce jeu lorsqu'il s'agit de le comparer aux jeux d'antan. On doit cela à un brillant homme qui se nomme Jake Kaufman. Il est le compositeur de ce jeu, mais aussi de bien d'autres productions indés (Shantae, Light Switch Force, Ducktales Remastered, etc), et son travail fourni sur Shovel Knight est absolument remarquable. Vous aimez la chiptune ? Vous allez prendre votre pied comme jamais si vous n'aviez pas encore entendu auparavant la bande originale de Shovel Knight. C'est dynamique, entraînant, épique, mélodique et tout ça avec des sons rétros. Quelques nouvelles musiques sont d'ailleurs présentes dans la campagne de Specter of Torment, mais il s'agit pour la plupart de thèmes déjà connus qui sont remaniés pour mieux coller à l'ambiance sinistre du personnage spectral.
Concernant la durée de vie, il est évident qu'avec les trois campagnes, vous n'aurez pas de quoi vous ennuyer, cela devrait vous prendre une vingtaine d'heures. S'ajoutent à cela un mode défi pour chaque personnage qui permet de tester ses compétences, le mode coopération est également là, et il est bien entendu possible de jouer en New Game + pour prolonger l'expérience à l'infini. Enfin, saluons la traduction française qui est excellente, quelques jeux de mots sont plutôt bien trouvés, or on ne demande que ça !


| Conclusion |

S'il ne fait aucun doute que Shovel Knight est un jeu culte, la Nintendo Switch se voit gratifiée de la meilleure livraison possible du hit avec les trois campagnes disponibles. Entre un excellent level-design, un challenge bien dosé (sauf pour Plague of Shadow) et des musiques mémorables, il n'y aura pas de quoi s'ennuyer et vous en aurez pour votre argent si vous achetez la version complète. Pour ceux ayant déjà fait les deux précédentes campagnes sur d'autres supports, il est également possible d'acheter Specter of Torment seul pour moins cher qui est à recommander, à condition d'accepter qu'il s'agira d'un jeu assez similaire. Quoi qu'il en soit, si vous êtes amoureux de jeux de plates-formes à l'ancienne, vous n'avez aucune excuse pour ne pas foncer sur ce formidable jeu !
1720
++ Bons points ++ - Un très bon level-design
- Une difficulté très bien dosée sur deux campagnes
- Une bande-son incroyable
- Un contenu très honorable
-- Mauvais points -- - La 2ème campagne assez simple
- Un level-design pas assez neuf avec Specter Knight


Commentaires



| Connexion | Inscription |