Accueil Snake Pass Test

Snake Pass

Jaquette

Snake Pass - Test

Switch     Rédigé par Dragon-blue     le 19/04/17 à 00:00     0 Coms et 415 Vues
Partager sur Twitter Partager sur Facebook
Sorti dans le mois de lancement de la Nintendo Switch, Snake Pass est une idée farfelue à mi chemin entre un jeu de plates-formes 3D et un jeu de réflexion. Il nous vient tout droit du studio anglais Sumo Digital qui, non content d'avoir réalisé des jeux d'autres éditeurs pendant 15 ans, décide de créer son premier propre jeu cette fois-ci, via le moteur Unreal Engine 4. Il faut bien avouer que sur le papier, l'idée est originale : on contrôle un serpent qui ne peut se déplacer qu'en se tortillant et en faisant des nœuds avec son corps pour grimper sur divers obstacles... Mais qu'en est t'il vraiment manette en mains ? Est-ce que cette formule fonctionne et procure du plaisir chez le joueur ? C'est ce que nous allons voir dans ce test !


Snake, snake, severus snake



Je suis un joyeux python.
Les jeux de Plates-formes 3D semblaient disparus jusqu'à ce que plusieurs projets Kickstarter pointent le bout de leur nez pour raviver la flamme du genre, comme Yooka-Laylee, A Hat in Time, ou encore Poi... Snake Passe lui, n'a pas bénéficié d'un financement participatif, mais essaie à sa manière de donner une nouvelle vie à ce genre oublié. Soyons clairs : il le fait de façon très originale avec un style de gameplay jamais vu auparavant, tout en restant un jeu de taille modeste.

Vous êtes Noodle, le serpent, accompagné d'un colibri qui vous sert de guide pour vous expliquer comment fonctionne le jeu. Votre périple s'étend sur 15 niveaux répartis dans 4 mondes avec des thématiques centrées sur les 4 éléments de la vie : la Terre, l'Eau, le Feu et le Vent. L'exploration est ainsi coupée en plusieurs petits mondes à parcourir, avec des collectables à ramasser en chemin, certains sont obligatoires pour terminer le niveau (les 3 joyaux), d'autres ne servent que pour le 100% (bulles d'eau et pièces). Les différents niveaux sont plutôt petits, mais ça reste long de les parcourir de bout en bout vu qu'on est limité par le gameplay de notre ami reptile, qui se déplace très lentement.





Serpentons, serpentez



L'art de faire des nœuds, c'est la survie dans Snake Pass
Comme tout serpent qui se respecte, pour avancer il faut ramper et se tortiller. Snake Pass se base sur ce principe pour faire rentrer le joueur dans la peau du serpent en lui faisant ressentir sa physique dans les moindres détails. Maintenez la gâchette R pour avancer, et tortillez vous de droite à gauche pour prendre de la vitesse. Malheureusement, on a toujours l'impression d'avancer à la vitesse d'une tortue, le serpent nous paraît véritablement lourd, lent, et on a vite des crampes à force de secouer le stick pour avancer (à noter qu'on peut réduire le déplacement à une seule touche dans les options, mais on y perd en immersion).

Deuxième point de gameplay, il est possible de gravir des obstacles en escaladant des installations en bambou. Toute la partie réflexion du jeu se base sur ce principe : en s'entortillant sur un bambou, il vous sera possible de monter dessus tout en levant la tête en pressant A. Puis, pour garder l'équilibre et ne pas tomber quand vous êtes en hauteur, il suffit de faire un nœud avec votre corps qui s'enroule ainsi autour du morceau de bois. Quand vous sentez que vous lâchez prise, vous avez la possibilité de resserrer votre corps avec la gâchette L, ou bien d’appeler votre camarade oiseau qui viendra alléger votre poids. Ne tentez pas de passer ces obstacles en mode bourrin, ça ne marchera jamais, il faut prendre son temps à chaque fois en faisant des nœuds bien serrés, et surtout garder son calme ! Car la plupart du temps, si vous tombez (et ça arrivera plus d'une fois), ce sera dans le vide en hurlant un cri d'effroi. Derrière Snake Pass se cache un petit aspect de Die & Retry qui déplaira aux plus impatients d'entre nous, d'autant plus que chaque mort dans le jeu nous ramène au dernier checkpoint enregistré (ce qui témoigne d'une certaine linéarité dans la construction des niveaux).

Ajouté à ça, les niveaux contiennent des interrupteurs et mécanismes pour ouvrir une porte ou faire tourner une plate-forme. Il n'y a pas vraiment d'énigmes à proprement parler, ça se résout facilement quand on croise l'objet en question sur notre chemin. Le jeu se renouvelle un peu à chaque fois qu'on découvre un nouveau monde, par exemple le monde de l'Eau possède de nombreux passages aquatiques pour changer de la terre ferme, le monde du Feu mettra vos nerfs à rude épreuve avec du serpent grillé au rendez-vous, et le monde du Vent rajoutera la contrainte des courants d'air à vos acrobaties habituelles.





La journée peut commencer avec Tropicana



Le jeu est vraiment joli (sauf en background)
Pour être plus précis, Noodle le serpent est un python, mais pas n'importe lequel : celui-ci a la classe. Il brille de ses couleurs orange et noir et montre toujours une allure sympathique, enjouée. Il a également du voice-acting, qui ne lui confère pas la parole mais des onomatopées pour le rendre plus vivant et attachant que jamais. Petit détail amusant : on peut changer ses expressions faciales via la croix directionnelle. C'est clairement un bon chara-design pour un élément central du jeu, ce bon vieux serpent est un rayon de soleil qui donne tout de suite beaucoup de charme au jeu.

Les différents mondes sont aussi plutôt jolis, il y a le soucis du détail et on sent tout de suite que l'univers est cohérent, grouillant de vie. Les différents mondes sont reposants, des fois on pose la manette et on contemple le paysage en se laissant bercer par la brise. Seul bémol, on voit clairement que les niveaux sont des mondes fermés, représentés par des îles flottantes dans le vide, et le paysage observé aux extrémités des niveaux est simplement un horrible brouillard épais...

Pour aller parfaitement avec l'univers tropical de Snake Pass, quoi de mieux que les musiques de David Wise, le célèbre compositeur des Donkey Kong Country ? Il remplit ici son rôle à merveille en proposant des thèmes qui contribuent à cette nature sauvage et dépaysante. Toujours accompagné de sa mythique flûte de pan et de ses percutions exotiques, ses musiques donnent à l'ambiance une atmosphère reposante saupoudrée de mélancolie. On regrette simplement que ses musiques se limitent au nombre de 5 en comptant le menu, mais c'est à la hauteur du jeu.





Ça demande du courage....



Vous tomberez souvent dans ce jeu, pour pas grand chose
Snake Pass est un petit jeu sans trop d'ambition, qui se termine rapidement entre 4 et 8h selon le pourcentage de complétion. Il accuse une certaine répétitivité dans ses mécaniques de gameplay, il n'y a aucun pouvoir à débloquer, vous êtes en pleine possession de vos moyens dès le début du jeu. Certes, ça demande de l’apprentissage avant de pouvoir maîtriser parfaitement le gameplay sinueux et vertigineux de notre Python adoré. Mais une fois maîtrisé, c'est toujours la même chose jusqu'à la fin sans trop de surprise. On regrette aussi l'absence totale de Boss, c'est un élément qui aurait très bien pu alimenter le gameplay atypique du jeu. Fait intéressant : il n'y a aucun ennemi dans les niveaux, mais ça ne veut pas dire pour autant qu'ils sont vides, les poteaux d'escalade et les différents décors remplissent bien ce rôle.

La difficulté est bien dosée, croissante, mais un peu rageante quand on doit recommencer 10 fois un même passage en tombant perpétuellement dans le vide. Le challenge du titre repose surtout sur l'évaluation des situations et la parfaite connaissance de la physique si particulière du serpent. C'est un jeu clairement exigeant au début, qui demandera de la patience et de l'entrainement pour avancer sereinement. Quelques soucis de caméra sont présents, elle est lente à tourner et se trouve souvent cachée par des éléments du décors. A noter aussi quelques ralentissements et chutes de FPS qui accentuent l'impression de lenteur dans les déplacements du serpent.




| Conclusion |

Au final, Snake Pass n'est pas exempt de défauts et lacunes, mais ça reste quand même une bonne expérience, surtout grâce à son univers chatoyant et son gameplay atypique. C'est un jeu rafraîchissant qui procure un certain plaisir chez les joueurs patients, mais qui fera hurler les plus empressés d'entre nous. Dommage qu'il soit si court et qu'il ne propose pas assez de renouveau dans son gameplay. C'est un petit jeu sympa pour faire passer le temps, à vous de voir si il vous convient !
1320
++ Bons points ++ - Une idée de gameplay atypique
- Un univers chatoyant, reposant
- David Wise
- Le chara-design de Noodle top-tier
-- Mauvais points -- - Ne se renouvelle pas assez
- Très frustrant, die & retry
- Un peu lent


Commentaires



Animcity
Animcity a écrit le 19 avril :
Bilan donc très positif pour un petit jeu comme snake pass!
Mais qu'est ce que le compositeur des Donkey Kong country est-il venu faire dans un si petit jeu?
Dragon-blue
Dragon-blue Auteur a écrit le 19 avril :
C'est l'équipe de dev de Snake Pass qui l'a contacté, et il a accepté de composer pour eux vu que le style de ses musiques correspond parfaitement à l'esprit tropical du jeu :)

Plus d'infos : http://www.nintendolife.com/news/2017/03/feature_david_wise_on_creating_aztec_rock_and_roll_for_snake_pass
Animcity
Animcity a écrit le 19 avril :
Sympa alors qu'un gars comme ça aide à des projet de plus petite ampleur, c'est là qu'on voit qu'il est passionné par son boulot.
Dragon-blue
Dragon-blue Auteur a écrit le 19 avril :
Après va pas croire qu'il ait fait ça bénévolement hein :noel:
Ryfalgoth
Ryfalgoth a écrit le 19 avril :
Woh je savais pas qu'il n'y a que 5 chansons dans le jeu, bon tu m'diras le jeu est court mais quand même :/
Bon sinon, j'hésite toujours à me le prendre ce jeu. Le truc c'est que ton test ne m'a pas vraiment décidé xD Parce qu'en gros il est loin d'être mauvais, mais clairement pas excellent non plus.
Dragon-blue
Dragon-blue Auteur a écrit le 19 avril :
Ca dépends surtout de quel type de joueur tu es, si tu penses être patient et lui accorder du temps pour assimiler son gameplay atypique, alors oui tu peux y aller sans trop de craintes...
Ryfalgoth
Ryfalgoth a écrit le 19 avril :
Ben je sais pas en fait si ça me plairait ou non. Le jeu m'attire, surtout pour son esthétique en vrai, mais aussi pour son gameplay atypique. Après je suis pas un immense joueur de jeu de puzzle, du coup je sais pas si je ragerai ou non.
Là j'ai bientôt fini la 3ème campagne de Shovel Knight : Specter of Torment. Le prochain jeu que je compte acheter c'est Binding of Isaac en boîte eu Europe on ne sait pas trop quand, en sachant que Mario Kart 8 je fais l'impasse et Arms ne me tente pas. Au pire je rebranche ma Wii U, j'ai plein de jeux non finis encore.
| Connexion | Inscription |