Accueil Shin Megami Tensei : Devil Survivor Test

Shin Megami Tensei : Devil Survivor

Jaquette

Shin Megami Tensei : Devil Survivor - Test

DS     Rédigé par Fate     le 15/09/11 à 00:00     0 Coms et 261 Vues
Partager sur Twitter Partager sur Facebook
Encore et toujours Atlus... Alors que le deuxième opus de ce 'spin-off' de la saga des Megaten (Shin Megami Tensei en abrégé) va bientôt sortie chez nos amis Japonais, revenons sur le premier élément qui compose cette série. A première vue, Strange Journey et Devil Survivor sont semblables : même bestiaire, même attaques. Et pourtant, alors que Strange Journey est un Donjon-RPG, Devil Survivor s'oppose à son frère de sang en se dirigeant droit vers le Tactical-RPG. Au plein cœur d'un Tokyo apocalyptique, Devil Survivor avait la possibilité de nous faire voyager une fois de plus dans un univers unique empreint de mythologie et de rêve. Pari réussi ? Fait-il encore plus fort que son aîné Strange Journey ? Ce jeu se rajoutera t'il au nombre incalculable de bons jeux non-traduits chez nous ? Suivez-moi, et laissez vous guider dans ce monde en perdition.


Un rendez-vous...démoniaque!



Dans la série des Shin Megami Tensi, on retrouve plusieurs points qui se retrouvent dans la plupart des jeux de la saga. Notamment l'histoire qui se déroule dans un contexte actuel, mais jamais réaliste. De plus, le joueur avait souvent la possibilité de choisir sa voie : le 'Bien', Neutre, et le 'Mal', même si ces appellations se révèlent toujours fausses une fois que l'on a terminé le jeu. Devil Survivor nous projette donc directement en 2012 à Tokyo, ou trois adolescents, Atsuro, Yuzu et le héros reçoivent de Naoya, cousin du héros et véritable génie en informatique, d'étranges appareils très semblables à une Nintendo DS appellés 'COMP' . Petit aparté : dans Another Code, Ashley recoit une Nintendo DS dans le jeu lui-même, on se demande pourquoi les scénaristes prennent la peine d'inclure la console à même le jeu, bref, reprenons. Le scénario commence vraiment quand des démons se mettent à sortir de ces Comp, attaquant immédiatement nos héros. Après un combat difficile, les héros réussissent à battre ces démons faiblards, qui leur expliquent qu'ils sont désormais à leur service pour les avoir battus. Mais le pire, c'est que ce phénomène va se propager dans tout Tokyo, et que nos adolescents vont devoir combattre nos seulement les démons, mais parfois l'humanité elle-même...

Véritable scénario catastrophe dès le prologue, Devil Survivor possédait une excellente idée de départ. Des héros désemparés, un rythme rapide, de l'action, du sang...Malgré cela, le jeu sous-exploite ce potentiel et ne finit que par réaliser un bon scénario, mais sans plus. Les personnages sont dans l'ensemble attachants, même si cette Yuzu à le QI est l'intelligence d'une huître. Mais là ou le scénario déçoit, c'est l'évolution du scénario en dent de scie. Si certains passages réservent de grosses surprises, d'autres vous laisseront sur votre faim, car désepérement plats. Le jeu se permet de lancer comme toujours des petites réflexions philosophiques, et on finirait presque par s'imaginer que, dans une situation pareille, l'humanité pourrait réagir de la même façon.  Mais alors que l'on s'attendait à des révélations du tonnerre, le jeu dévie un petit par la suite, ne sachant même plus dans quelle direction on va, ni pour quelle raison. Conclusion : une idée pareille aurait pu être bien mieux exploitée, mais le jeu s'en sort avec les honneurs quand même.


Le scénario se met vite en place et va très vite dégénérer en une joyeuse alliance entre bordel et catastrophe



Succube, attaque attraction!



La grosse surprise du jeu réside sans hésitation dans sa bande-son. Pourtant compositeur de la plupart des Megaten, on ne retrouve cependant pas Shoji Meguro aux commandes des musiqueS de Devil Survivor, laissant place à Takami Asano. Changement compréhensible, dans la mesure ou les Devil Survivor ne sont que des spin-off de la série. Et le résultat se faire sentir. On passe des sonorités épiques de Strange Journey à des morceaux en puissance laissant une place de choix à la guitare électrique. Mais la plus surprenant, c'est que le style opère ! Malgré certaines musiques répétitives et en dessous du reste, l'ensemble demeure dynamique et entraînant. Le jeu se permet quelques originalités musicales : par exemple le thème du combat ne sera qu'une variation du thème de la map, c'est notamment le cas contre le boss de fin ou encore Beldr. Une ost qui au final n'égale plas les plus grandes productions de la DS, mais qui surprend par son originalité et qui s'intégre parfaitement à l'univers du jeu.

Cette fois-ci, au lieu d'un D-RPG, Shin Megami Tensei s'oriente donc vers le Tactical en 2D isométrique. Petite originalité, si la map est en 2D isométrique, les combats, eux, se déroulent à la manière d'un Dragon Quest classique (comme la fiancée céleste ou l'épopée des élus). Sobres, les graphismes du jeu se ressemble parfois un peu trop et reviennent de temps en temps dans le scénario. Par contre, il est intéressant de voir qu'au fur et à mesure de l'histoire, les décors sont de plus en plus chaotiques, une véritable fresque de la décadence de l'humanité. On retrouve le bestiaire habituel de la série, toujours aussi bien réalisé, et intéressant car il reprend beaucoup de créatures de différentes mythologies (Loki, Succube, Ashera...). Le character-design n'est pas en reste, avec des personnages tous très classe. Quelques animations viennent pour donner un peu de vie aux personnages, notamment pour le héros, qui ne parle pas (comme Link). Les effets des attaques sont assez bien rendus, comme le sortilège Megilodaon, mais on reste dans la banalité en général, même si au final, le rendu global est très correct, voire au dessus de la moyenne.


Deux ost du jeu, et comme vous pouvez le voir, ça décoiffe! Le compositeur à adopté pour un style original, mais très dynamique



Oh yeah baby!!



Comme précisé dans le paragraphe précédent, Devil Survivor alterne entre 2D isométrique et combat à la Dragon Quest. Chaque héros humain contrôle deux démons à ses cotés qui combattront. On se retrouve donc avec 4 équipes de 3 maximum sur la map du jeu, et les combats se déroulent en 3 contre 3. Vous aurez différentes magies à votre disposition sachant que vous pourrez customiser les compétences de vos héros en leur attribuant leurs attaques, chose rare dans un RPG, mais très appréciable ici en tout cas. Vous pourrez recruter des démons de la manière la plus originale qui soit : lors de ventes aux enchères ou vous devrez dépenser plus d'argent que vos concurrents pour vous offrir les services du démon en question. On retrouve également le système de fusion qui vous permettra de combiner deux démons pour en créer un plus puissant. Entre chaque combat, vous pourrez accéder à différentes parties de la ville de Tokyo pour chercher des informations, engager un combat ou encore parler à un personnage. C'est donc avec les bases solides de la séries que Devil Survivor crée  son propre gameplay. Car quand je vous disais que vous pouviez customiser les attaques de vos camarades, vous aurez également la possibilité de customiser les statistiques du personnage principal. En favorisant des statistiques, libre à vous de créer alors un personnal tourné vers la magie, l'attaque ou la défense. C'est cette liberté qui fait le charme du jeu.

On pourra regretter un très léger manque de profondeur et de stratégie dans le gameplay, mais la prise en main est excellente et l'on prend plaisir à recruter, acheter et customiser son équipe et celles de nos amis pour se constituer une dream team composée de démons ultra-puissants. Original, le gameplay vous distraira assez longtemps et ne vous lassera jamais tout au long du jeu. Néanmoins, les objectifs des missions ne se renouvellent que très rarement (l'objectif : battre les ennemis revient trop souvent et une diversité dans les missions aurait permi à Devil Survivor de se démarquer un peu plus). Et on aurait aimé un peu plus de gameplay qui soit basé sur la recherche d'informations ou sur les différentes zones de Tokyo auxquelles vous pouvez accéder. Bref, un bon gameplay, original, mais encore perfectionable.

Comme de coutume, le jeu possède plusieurs fins alternatives, certains se débloquant en newgame+, d'autre qui varieront en fonction du choix que vous ferez en fin de partie. Cela ajoute à la durée de vie un plus non négligeable, sachant qu'il n'y a pas de quêtes annexes et que le jeu se veut linéraire, à l'opposé d'un Final Fantasy Tactics. 20H seront suffisantes pour terminer le jeu une première fois, mais vous n'aurez peut-être pas la motivation de refaire le jeu si vous l'avez déjà fait une fois, surtout que les fins alternatives ne sont pas toutes aussi palpitantes que dans Strange Journey. Par contre le jeu à un bon rythme, et l'on ne s'ennuie pas vraiment. Bien dosée, la difficulté ne rebutera pas les joueurs, même si le jeu demande parfois quelques séances de levelling pour se remettre à niveau, surtout avant un affrontement contre un gros boss.


L'interface est claire, et le gameplay couple avec finesse et originalité deux formes différentes de RPG

Scénario
15/20
Le scénario avait un très bon potentiel ( des démons qui surgissent dans Tokyo et un petit groupe de survivant qui doit combattre pour échapper de cette endroit qui se détruit au fur et à mesure). Mais on est étonnés par le peu de rebondissements un manque de développement, c'est pourquoi on est un peu déçus par le scénario général. Cela n'empèche cependant pas d'accrocher au fil directeur du jeu, qui est régulièrement relancé par les rares surprises qui toutefois étonnent.
Graphismes
15/20
Le jeu est très agréable à regarder. Certes les environnements peuvent paraître sobres et un peu répétitifs (et je ne peut qu'être d'accord, car c'est un peu vrai), mais le bestiaire, propre à la série, est toujours bien rempli et comporte pas mal de créatures bien charismatiques. Quant aux personnages principaux, ils sont classes et vraiment bien réalisés, même si certains personnages sont en retrait et que quelques éléments gestuels de plus n'auraient pas été de refus. Enfin le titre se distingue tout de même par son ambiance apocalyptique, fer de lance du jeu.
Jouabilité
16/20
Le système d'enchères peut être assez déroutant au début, mais c'est un petit plus original pour le jeu. Le fait de pouvoir personnaliser la plupart de ses équipes, même au niveau des statistiques dans le cas du personnages principal, est un gros plus qui relance constamment l'intérêt du jeu. Il est par contre dommage de ne pas pouvoir personnaliser aussi les statistiques des autres protagonistes, mais qu'à cela ne tienne, d'autres survivants aux compétences bien différentes rejoindront votre équipe. On soulignera aussi l'originalité du système de combat, entre un Final Fantasy Tactics et un Dragon Quest.
Bande son
15/20
Le style de musique ne plaira sans doute pas à tout le monde, étant très 'dynamique' (je garde tout de même un peu la surprise), mais contient tout de même de très bonnes ost, comme 'Deep Night' . Les bruitages sont par contres à oublier tant ils sont occultés par la musique. Pas de doublages içi non plus, mais ce n'est pas bien important, surtout dans ce jeu. Au final, on à une bande-son correcte qui doit tout à ses musiques bien particulières.
Durée de vie
15/20
Pour un jeu du genre, la durée de vie est honnête, comptez environ une vingtaine d'heures pour finir une première fois le jeu. Mais heureusement cela ne s'arrête pas la. De nombreuses fins alternatives seront disponibles, pouvant convaincre le joueur à refaire une autre partie pour débloquer une autre fin. On pourra cependant nuancer en notant que, même si on retrouve la schéma Law/Neutral/Chaos de la série, les fins ne sont peut-être pas aussi importantes et intéressantes qu'elles l'étaient dans Strange Journey. Dommage. En revanche la difficulté est bien dosé et le jeu est assez facile à prendre en main, sans être trop facile.

| Conclusion |

Dans l'univers ravagé de Devil Survivor, les joueurs trouveront surement leur compte avec les musiques bien entraînantes, le système de jeu entre classicisme et modernité, et le bestiaire de la série. On aurait cependant aimé un peu plus de profondeur et de surprises dans le scénario, des graphismes un peu plus diversifiés et une durée de vie un peu plus conséquente. Malgré les défauts indéniables du jeu, Devil Survivor reste une bonne pioche.
1520
++ Bons points ++ -Le contexte génial
-Les enchères de démons
-Le gameplay original
-Les musiques qui le sont aussi et bonnes
-Les personnages et le character-design
-Prenant et assez addictif
-- Mauvais points -- -Le scénario aurait pu être davantage développé
-Les fins alternatives un peu moyennes
-Linéaire, pas de quêtes annexes
-Pas si stratégique que ça


Commentaires



Pikmin
Pikmin a écrit le 15 septembre 2011 :
Hé bien moi je prend toujours autant de plaisir a lire tes fiche mais la une question me taraude : On se bat uniquement avec les démons ou ya aussi notre personnage qui se bat ?
Fate
Fate Auteur a écrit le 15 septembre 2011 :
'Chaque héros humain contrôle deux démons à ses cotés qui combattront. On se retrouve donc avec 4 équipes de 3 maximum sur la map du jeu, et les combats se déroulent en 3 contre 3.'


Voila la réponse à ta question :sisi:
Pikmin
Pikmin a écrit le 15 septembre 2011 :
A oui javai mal lu j'ai cru qu'il y avait trois démon par équipe bon bah j'ai plus rien a dire je connais pas le jeu (désolé encore pour ma question d'une stupidité déconcertante)
Dragon-blue
Dragon-blue a écrit le 16 septembre 2011 :
Le jeu a l'air sympa :)
Les musiques sont vraiment barbantes par contre XD
C'est un style sympa mais au bout d'un moment tu pètes un cable, et j'ose même pas imaginer ce que ça donne quand tu es bloqué XD
Il n'y a vraiment aucune musique calme ? :sisi:

Citation:
et l'on prend plaisir à recruter, acheter et customiser son équipe et celles de nos amis

Il y a un bug dans cette phrase :sisi:
On peut acheter une équipe dans le jeu ?  :%):

Excellent test sinon, niveau orthographe c'est parfait et les informations sont là :)
Delta
Delta a écrit le 16 septembre 2011 :
Tu commences fort :sisi:
Je connaissais pas le jeu tien...Je vais essayé de me le procuré et d'y joué un peu se test m'a donné une de ces envies :noel:
Fate
Fate Auteur a écrit le 16 septembre 2011 :
Db: Bah techniquement, sachant que l'on peut directement acheter des démons pendant les enchères, on peut 'acheter' son équipe. Mais c'est vrai que j'ai un peu mal tourné cette phrase x)
Pour les musiques, bah on s'y habitue quand on est dans le jeu, mais y'a quasiment aucune musique douce x) En fait maintenant je me rends compte que j'aurais pu en mettre une, mais c'est tout de même une infime part de la bande-son du jeu.

Toady
Toady a écrit le 17 septembre 2011 :
Je connaissais pas du tout ce jeu, ça doit être dû à sa sortie qui n'a eu lieu qu'aux USA, mais ton test est très bon ^^ Cependant, je n'aime pas quand tu mets des demis dans tes notes x)
Ikari
Ikari a écrit le 20 septembre 2011 :
Bel découverte... Je ferais peut être de l'import
Par contre je rejoins DB sur les musiques... j'ai vu (ou plutôt entendu) mieux.

Merci encore
| Connexion | Inscription |