Accueil Project Octopath Traveler Aperçu

Project Octopath Traveler

Jaquette

Project Octopath Traveler - Aperçu

Switch     Rédigé par Hiroki     le 14/09/17 à 15:59     0 Coms et 154 Vues
Partager sur Twitter Partager sur Facebook


Présentation Technique



Développé par Square Enix et à destination de la Switch pour un éventuel 2018, Octopath Traveler est un JRPG au tour par tour dans la droite lignée des autres travaux des développeur chez Nintendo, tel que Bravely Default ou Second. Vous aurez le choix entre 8 personnages, et 8 destinées différentes afin de parcourir le jeu, chaque partie ayant ses particularités. Une démo ayant fait son apparition sur l'eShop suite au dernier trailer, votre serviteur s'est mis en tête de s'essayer à ce titre plutôt intriguant.



I] Histoire




Les huits destins promis
Comme dit plus haut, vous aurez le choix, au début de votre partie, entre 8 personnages aux parcours et aux régions bien distinctes. Ce qui promet donc 8 aventures et 8 histoires différentes. La démo nous permet d'en découvrir 2. Celle d'Olberic et celle de Primrose.







Le fameux chevalier en plein questionnement
Olberic est un ancien chevalier qui a vu son roi mourir devant ses yeux, incapable de le protéger. Suite à cet échec, il n'a cessé de questionner l'utilité de son épée et de ses talents de bretteur jusqu'à finir dans un petit village paumé et y officier en tant que maître d'arme/garde. Seulement voilà, tout n'est jamais paisible bien longtemps dans la vie des héros, et bien vite des bandits viennent s'attaquer au petit village, en faisant ressurgir quelques figures du passé. Le chevalier va donc devoir poursuivre ce passé afin d'assouvir une vieille vengeance.



La "danseuse" dont le seul but est de venger son père
De son côté Primrose, est une jeune aristocrate dont le père a été assassiné devant ses yeux alors qu'elle n'était qu'une enfant. Elle a alors suivi la trace de ses assassins durant des années jusqu'à devenir une..."danseuse/prostituée" dans un petit village du désert. Mais uniquement pour retrouver l'un des assassins de son père bien sûr...bien sûr. Ce qui finit par arriver. Seulement voilà, quelques embuches, et un vieil homme sacrément malsain, tentent de lui barrer la route et assassine une de ses amies. Cela dit, elle n'abandonnera pour rien au monde. Surtout maintenant qu'elle tient enfin une piste.


Dans l'ensemble, on reste dans du très classique, même si l'écriture se permet quelques libertés. Pour Olberic, c'est une histoire que l'on a beaucoup trop vu. Surtout quand le gamin pénible se fait prendre en otage et que l'on vole à sa rescousse avec tout notre honneur. Cela dit, les dialogues sont parfois surprenant et laisse place à des situations plutôt cocasses. Si l'on accepte de se détacher un peu des nombreux clichés.


Si tu vois ce que je veux dire...
Quant à Primrose, si le tout est vraiment trop dégoulinant de sentiments et assez écœurant pour le joueur que je suis, son histoire est tout de même assez originale en nous présentant une danseuse qui n'hésite pas à salir son honneur et sa dignité afin de mener son but. Et donc d'offrir des prestations plus "intimes" à ses clients et surtout à son patron. Du moins, si l'idée est souvent suggérée, elle ne semble jamais pleinement assumée. Probablement pour épargner les plus jeunes âmes.



II] Gameplay




Tiens, bastonnons des jeunes sans armes
Le principe de jeu est un RPG, donc vous connaissez bien le but. On incarne un personnage, on le rend plus fort au fur et à mesure des combats de l'histoire, jusqu'à affronter notre boss de fin, celui qui projette souvent de diriger le monde.






Au niveau du gameplay aussi on reste dans du classique, même si le jeu se permet d'amener quelques fonctionnalités intéressantes. Tout d'abord, le système de faiblesse qui attribue aux ennemis une certaine résistance générale qu'il va falloir faire tomber en trouvant à quel type d'attaque ils sont faibles. Une fois cette faiblesse découverte, il ne vous restera plus qu'à sélectionner l'arme correspondante et à effectuer le nombre d'attaques nécessaire afin de faire tomber cette défense, et ainsi occasionner de vrais dégâts avec les attaques de votre choix. C'est effectivement en nombre d'attaques que l'on parle pour faire tomber la résistance, à condition qu'elles soient effectuées avec l'arme qui est efficace. Sinon aucun espoir d'occasionner quoi que ce soit chez l'adversaire.


Lui, il va prendre bien cher!
On peut naturellement compter sur des armes diverses afin de mener les combats -si votre personnage peut les manier, il vous suffit de toutes les équiper dans le menu, et elles seront ainsi accessible très facilement en combat- ainsi que des talents, usant de Points de Talent. Très classique. A cela s'ajoute un système "d'Exaltation". Des points d'Exaltation s'accumulent chaque tour, et vous pourrez les utiliser selon votre bon vouloir afin de renforcer votre puissance d''attaque en investissant jusqu'à 3 PE par attaque. Ainsi, si vous renforcez un de vos talents, il infligera plus de dégâts. Mais si vous décidez de renforcer une attaque normale, les dégâts seront certes augmentés, mais surtout le nombre d'attaques successives sera proportionnel aux points investis. Vous pourrez ainsi effectuer jusqu'à 4 attaques dans un tour, pratique pour faire tomber rapidement la résistance ennemie.



On peut même voir à quel point il est mauvais lui!
Enfin, chaque personnage étant différent, chacun dispose d'un "talent" utilisable sur la carte du monde. Par exemple, Olberic, ancien chevalier et maître d'arme, peut choisir de défier la plupart des PNJ qu'il rencontrera. Attention, tous ne sont pas défiables, comme par exemple les enfants ne sont pas des adversaires dignes de vous, à mon grand dam (pourtant le jeu laissait entendre le contraire). Cela peut mener à de cocasses situations où, un chevalier émérite et reconnu pour sa puissance rosse sans difficultés de jeunes adultes et un vieux d'un village moisi, mais se fait rétamer en beauté par une femme qui ne fait que tenir une petite taverne. Mais cela devrait vous permettre, selon les développeurs, de réaliser quelques quêtes en confrontant par exemple des hommes douteux pour les contraindre à se rendre, ou à bousculer tout indésirable se trouvant sur sa route.


Ouais, il a des muscles, ça me va
Primrose, elle, et puisque c'est une femme, a le talent de séduire les gens. Ce n'est pas sexiste, c'est parce que c'est une pu...une danseuse. Elle pourra ainsi demander à divers PNJ de la suivre, comme par exemple pour leur faire retrouver leur maison, ou tendre un piège à ses ennemis. Également, les PNJ séduis peuvent la suivre au combat afin de l'assister. Mais j'ai l'impression que c'est une fonctionnalité qui ne semble durer seulement quelques tours puisque mes alliés choisissaient toujours de partir à un moment, me laissant seule face à des situations tendues. Lâches!


Au delà de la liberté que semble offrir le jeu, cela dit, il semble bien rigide tout de même. C'est, je dirais, un semblant de liberté qu'on nous offre, mais nous sommes tout de même plus que fortement invités à suivre le chemin prévu à cet effet. Dommage, mais compréhensible.



III] Ambiance




Tu étais l'élu Ana...euh Erhart!
Au niveau de l'habillage, l'ensemble n'est pas dégueu, et l'on sent que le studio maîtrise son sujet. Les animations 2D sont de bonnes factures, et le tout est agrémentés de nombre d'effets de lumière et autre fulgurance graphique. Les talents et les exaltations sont d'ailleurs très beaux. Idem pour les décors qui promettent de nous émerveiller des heures durant.






Non mais sérieux là? Il le voit pas que ce sont des bandits géants ça?
Cela dit, ce qui me chagrine, moi, ce sont ces différences de perspectives, que l'on retrouve dans nombre de RPG, entre les protagonistes et les ennemis. Si sur la map générale vous semblez faire face à de simple humains, comme vous, une fois en combat vous vous rendez compte qu'il s'agit en fait d'une troupe de géants monstrueux! Cela m'a toujours dérangé dans les RPG et j'ai beaucoup de mal à m'y faire. Mais c'est une histoire de goût, j'imagine.




L'autre reproche que je pourrais adresser aux développeurs, c'est le fait de toujours se reposer sur l'ambiance graphique qu'ils ont mis en place avec Bravely Default. Ils ne s'en départe jamais et cela semble plus une facilité qu'autre chose. Pas de prises de risques, on continue avec ce qui marche. C'est beau, certes, mais on, enfin j'aurais apprécié un effort à ce niveau. Cela dit, je peux comprendre aussi les choix pris.



IV] Conclusion




Donc on offrait notre..."diginité" à cet homme? Il est quand même vachement plus..."grand"...non?
Au final, on retrouve ici un JRPG plutôt prometteur. Si le scénario semble pour l'instant des plus classiques et éculés, on nous promet pas moins de 8 histoires différentes, ce qui promet aux moins quelques heures de jeu plaisantes, surtout si vous aimez les histoires. Le système de combat est lui aussi plutôt prometteur et suffisamment intéressant pour ne pas s'en lasser trop vite. Quant aux graphismes, si on accroche à cette convention qui veut que les méchants soient disproportionnés et non animés pour augmenter le mérite des gentils, on va vraiment apprécier la direction artistique de ce titre, tant les effets semblent maîtrisés.


En clair, un titre qui devra se dévoiler un peu plus d'ici sa sortie, mais pour lequel on ne se fait pas trop de soucis. Il se pourrait même que j'envisage moi-même de l'acquérir, si j'arrive à passer outre cette convention moisie.





Commentaires



| Connexion | Inscription |