Accueil Whispering Willows Test

Whispering Willows

Jaquette

Whispering Willows - Test

Wii U     Rédigé par Lord Kanozu     le 18/10/15 à 00:00     1 Coms et 622 Vues
Partager sur Twitter Partager sur Facebook
Produit d’un kickstarter financé avec succès en 2012 et premier jeu du studio Night Light Interactive, Whispering Willows se présente comme un Horror Puzzle-Game au scénario mystérieux et aux visuels agréables. Mais est-ce que le reste du jeu arrive à suivre également ? Eh bien en réalité, pas vraiment.


LE MANOIR WILLOW


C'est pas très accueillant
A peine lancé que le jeu vous plonge directement dans son univers, où vous contrôlez Elena, une jeune fille vêtue d’un sweet à capuche, qui se réveille au milieu de catacombes alors qu’elle était originellement partie à la recherche de son père, porté disparu depuis qu’il s’est aventuré dans le manoir maudit des Willows. C’est sur ce contexte vague et très énigmatique que le jeu démarre, et que vous devez commencer par vous échapper des lugubres catacombes où vous êtes enfermés.

Le but du jeu est donc de retrouver votre paternel, planqué quelque part dans la très grande résidence Willows. Pour cela, il faudra passer par de nombreux lieux différents tels que le jardin, l’observatoire ou encore la cave à vin, afin de rassembler des indices qui permettront d’à la fois pouvoir retrouver votre père, et de comprendre le mystère qui entoure la famille Willows. Pour cela, Elena dispose d’un certain pouvoir qui lui permet, à l’aide de son amulette, de libérer son âme fantôme et de pouvoir communiquer avec les fantômes du manoir ou d’accéder à des lieux inatteignables normalement. Le principe repose donc sur des énigmes ou il faudra alterner entre Elena et son fantôme.


SINON, ÇA COMMENCE QUAND ?


Elena en mode fantôme
Le concept est plutôt intéressant sur le papier, mais il est malheureusement assez mal exploité et les énigmes ne posent jamais le moindre challenge, soit car elles sont trop basiques, soit car le jeu donne de lui-même la réponse sans nous laisser réfléchir. Au global, le jeu se parcoure d’une traite sans qu’on ne rencontre le moindre problème qui puisse nous arrêter plus de 30 secondes. Et sa grande facilité nous conduit au vrai problème du jeu : l’intensité du scénario frise le néant.

Le scénario n’est clairement pas des plus intéressants. Narrativement, il repose sur des notes à trouver et à lire bêtement, ce qui est nécessaire pour comprendre ce qui s’est passé dans ce manoir, mais au final jamais l’histoire ne décolle vraiment. Les pièces du puzzle s’assemblent sans changer l’indifférence totale que l’on porte au jeu et les révélations sont si mal mises en scènes qu’elles perdent tout impact. La scène finale, qui est d’un ridicule affligeant, n’est que l’exemple parfait pour illustrer cela. Au final, on finit le jeu sans vraiment s’en rendre compte, sans que ça n’ait bougé, ne serait-ce qu’un instant, et c’est alors qu’on se rend compte que ça ne fait que trois heures que le jeu est lancé, sans que l’on ait eu l’impression d’avoir quitté le tutoriel. Et ne comptez pas sur une rejouabilité quelconque ou des collectibles à ramasser, rien de tout ça, le jeu se boucle d’une traite et il n’y a aucun intérêt à y retourner. Encore faudrait-il avoir l’envie d’y retourner.


AU MOINS C'EST PAS MOCHE


Cette image contredit pas mal le titre du paragraphe quand même
Parlons tout de même de ce que le jeu réussit à faire. Visuellement, le jeu n’a pas à rougir devant les autres productions indépendantes, ses personnages dessinés à la main et les jolis décors donnent un certain cachet au jeu. Dommage toutefois qu’on ne puisse pas en dire autant des cinématiques qui semblent tout droits sorties de Starfox Command. Au niveau de l’ambiance sonore le jeu se débrouille plutôt bien également, par des musiques d’ambiances travaillées et un sound design réussi. Néanmoins, le jeu souffre tout de même de quelques soucis techniques, tels que des temps de chargements présents en grande quantité et un peu trop longs, ou la lenteur de notre personnage à traverser des couloirs totalement vides, ce qui ne fait que rendre encore plus pénible la progression dans le jeu.

| Conclusion |

Whispering Willows est autant raté dans son côté Horror que Puzzle-Game. Pas le moindre puzzle ne vous posera difficulté, pas la moindre fois le jeu ne réussira à vous prendre dans son histoire ou son univers, et pas la moindre fois il n’est agréable à traverser, que ça soit par la répétitivité de ses phases de jeu ou par le ridicule de sa mise en scène. On pourra toujours en sauver sa patte graphique d’un bel effet et son ambiance musicale réussie, mais cet enrobage ne suffit pas à atténuer l’ennui et l’indifférence que l’on ressent en jouant à Whispering Willows.
920
++ Bons points ++ - Visuellement réussi
- Une ambiance musicale travaillée
- Concept intéressant…
-- Mauvais points -- - …mais pas assez exploité
- Scénario qui ne décolle jamais
- Mise en scène ridicule
- Aucun challenge
- Le personnage est trop lent
- Temps de chargements longuets et fréquents
- Court (9.99 euros pour trois heures)


Commentaires

Dragon-blue
Dragon-blue a écrit le 18 octobre 2015 :
Chouette test, très clair et bien rédigé ! Bravo à toi =)
| Connexion | Inscription |