Accueil Final Fantasy Tactics Advance Test

Final Fantasy Tactics Advance

Jaquette

Final Fantasy Tactics Advance - Test

Game Boy Advance     Rédigé par Fate     le 14/07/10 à 00:00     0 Coms et 225 Vues
Partager sur Twitter Partager sur Facebook
Série mondialement connue, je dirais presque qu’il est inutile de décrire une série mythique depuis ses débuts, mais intéressons-nous plutôt sur un de ses spin-off moins connus et sur Gameboy Advance. Nous verrons le pourquoi du succès  d’un jeu tel que Final Fantasy Tactics A2 : Grimoire of the rift. L’élève à t’il surpassé le maître ? Ou malgré la différence de support, FFTA est-il encore le meilleur des deux ? En compétition avec Fire Emblem pour le meilleur T-RPG de la console, qui gagnera ? A vous de voir.


L’histoire sans fin...



Sans doute bien mieux mise en scène que grimoire of the rift, l’histoire débute lors d’une bataille de boules de neiges, parmi les élèves nous faisons connaissance de Ritz, une jeune fille qui défend le héros  du bizutage et Mewt, un garçon réservé qui semble aussi être le souffre-douleur de ses camarades. Après avoir fait connaissance avec les trois amis, ils décident de lire un livre ancien chez le héros. Mewt et Ritz y rencontrent Donel, le frère du héros obligé de rester dans un fauteuil roulant due à sa maladie. Le livre parle d’un monde secret peuplé de créatures étranges. Ne comprenant pas grand-chose à ce charabia, tout le monde rentre chez lui pour aller dormir. Mais à leur réveil, ils ne sont plus dans leur monde, mais celui du livre…

La mise en scène était bien mieux réussie que celle de Grimoire of the Rift et semblait très intéressante : des personnages subissant les aléas malheureux de la vie réelle et qui disparaissent avec se nouveau monde. Pourtant, le scénario est désespérément vide et presque inintéressant, excepté quelques rebondissements (rares malheureusement). Les missions qui sont censées faire avancer l’intrigue principale ne diffèrent pas tant que ça par rapport aux missions mineures du jeu. Du coup on s’ennuie car l’histoire n’avance pas et devient très répétitive. L’ambiance réussit pourtant à attirer l’attention du joueur sur cet univers enfantin et enchanteur. Les personnages sont tout de même attachants et on avance quand même en espérant que le scénario se développe. L’espoir fait vivre comme on dit. Le petit point positif que l’on arrive à retirer de cette histoire est que le héros est seul contre ces amis car pour rentrer chez lui, il doit détruire ce monde . Ce monde ou Mewt n’est plus un souffre-douleur, ou les personnages oublient leurs problèmes. Vaut-il mieux que le héros rentre chez lui, quitte à subir la dure réalité de la vie, ou vivre dans ce monde ou tout devient un jeu ?


Un univers haut en couleurs



Contrairement à un Tactics ogre ou à un final fantasy tactics premier du nom ou l’ambiance était déjà bien plus sombre, les graphismes sont ici colorés et assez enfantins. Un troc de la part de Nintendo qui va peut-être rebuter les fans, mais le rendu global est assez sympathique. Le chara-design n’est pas mal non plus, mais peut-être un chouïa moins bien que A2. En revanche les invocations se démarquent toujours du reste, étant très bien faites.  Les environnements restent tout de même simplistes, mais l’interface de combat reste toujours très lisible. Un rendu global qui reste très correct.

Les environnements du monde réel sont les plus réussis, de plus, les magies sont très bien modélisées également, admirez la foudre!



Si le jeu s’appelle Tactics, ce n’est pas pour rien...



Ne nous voilons pas la face, la jouabilité et le gameplay sont très bons dans l’ensemble, il vous faudra prendre en compte beaucoup de critères lors d’un combat, comme dans un Fire  Emblem. Attaquez vos ennemis de front vous empêchera de l’atteindre et donc impossible de lui infliger des dégâts, placez-vous derrière lui tel un traître pour lui asséner un coup ayant bien plus de chances d’atteindre son but ! En revanche il vous faudra beaucoup de patience et de temps pour customiser vos personnages, acheter les bons objets pour apprendre des techniques à vos héros. Prenez en compte aussi la race des personnages (non final fantasy n’est pas raciste) pour vous construire une équipe des plus équilibrées. Un vangaa sera un grand bourrin tandis que les Nu mou seront spécialistes en ce qui concerne la magie et autre sortilèges. D’ailleurs chaque classe pourra invoquer une divinité, atout très précieux lors d’un combat difficile, il vaut donc mieux avoir un représentant de chaque peuple, chacun ayant ses caractéristiques. La prise en main est quand à elle très simple lors des combats, mais moins bonne en dehors. Le joueur se retrouve facilement dans les menus lors d’un combat, ce qui rend les combats très dynamiques et addictifs, mais dans les menus des équipements, c’est un peu la pagaille. Difficile de se retrouver dans la multitude d’objets et d’armures quand on cherche qu’une seule en particulier. Vous devrez faire quelques aller-retours à la boutique pour faire un peu de ménage, mais la modification des équipements reste tout de même très intéressante.

Peut-être le point le plus important, le gameplay de final fantasy tactics advance repose sur les lois et les juges : à chaque combat un juge apparaîtra, sera neutre, et imposera des lois. Le joueur devra les respecter, sous peine de se retrouver en prison en moins de deux. Par exemple, durant le combat il sera interdit d’utiliser l’épée pour infliger des dommages (et la, c’est mauvais pour vous). En revanche, il sera parfois conseillé d’utiliser les magies de couleur, et dans ce cas, vous gagnez un point juge si vous les utilisez. Les points juges vous permettent de déclencher des combos plus ou moins puissants selon les personnages (vous pouvez même combiner plusieurs combos). Au bout de 10 points juges, vous pouvez invoquer une divinité (au fur et à mesure que vous aurez avancé dans le jeu bien sur), divinité surpuissante qui généralement renverse le cours de la bataille à votre avantage. Bien sur le juge donne aussi des points aux ennemis…Heureusement il y a la possibilité de contrer ces lois un peu difficiles parfois : après une certaine mission et après avoir rencontré biiiiip, vous pourrez acheter des cartes anti-lois pouvant soit désactiver  les lois en vigueur, soit en rajouter d’autres, mais à votre avantage cette fois-ci. Car les ennemis peuvent aussi aller en prison…Attendez le bon jour en fonction des règles à venir, prévoyez bien de faire apparaître une interdiction aux magies si vous savez qu’une horde de mages va vous attaquer dans la prochaine mission…


Du punch...



Dans l’ensemble, l’ambiance sonore n’est pas mal. Les bruitages sont très corrects, la bande son est en revanche ultra-répétitive. Les thèmes sont pourtant sympathiques, mais il manque un peu de diversité dans les thèmes que l’on retrouve fréquemment lors des missions. Sakimoto aux commandes, nous a concoctés tout de même des thèmes assez rafraichissants et très enjoués. Pour de la  GBA, c’est quand même bien, mais on aurait peut-être préféré plus de thèmes épique, que de thèmes guillerets, car l’ambiance sonore peut lasser, à force…On en attendait peut-être plus de la part d’un final fantasy. Un peu déçu donc…

La différence entre une bataille de boules de neiges dans la vraie vie, une vie compliquée, et à Ivalice, ou tout devient une sorte de jeu...



Mission impossible



Au niveau de la durée de vie, vous serez longtemps scotchés sur votre gameboy advance, car le nombre de missions est quand même assez élevé : 300. Environ 30 heures seront nécessaires pour finir la trame principale, mais le jeu ne s’arrête surement pas là. Former une équipe idéale, débloquez toutes les invocations, tout les objets et toutes les magies vous prendra encore plus de temps. La customisation de vos personnages prendra aussi une grosse part de votre temps dans le jeu car on a un peu de mal à s’y retrouver. Certaines missions peuvent se répéter indéfiniment et même si les missions finissent par se ressembler au niveau des objectifs (du genre battez tout les ennemis), les combats sont très dynamiques et on a du mal à décrocher. Certains jobs vous demanderont de la patience ( morpheur), tandis que certains sont très simples à manier.

La difficulté du jeu est très bien dosée, même assez relevée. Car si vous ne montez pas assez de niveau, vous risquez de vous frotter à des adversaires beaucoup trop coriaces pour vous, même en ayant fait déjà plusieurs missions. Parfois, vous serez en sous-nombre, ce qui risque de vous poser problème si vous n’êtes que 5 et eux 8 sachant que généralement vous devez tous les battre. Parfois le relief est en faveur des ennemis qui peuvent tranquillement vous aligner en haut d’une falaise que vous devez escalader au plus vite si vous ne voulez pas perdre la mission. Ajoutez en plus les lois des juges dont le nombre augmentera au fil des aventures et si vous n’avez pas la bonne carte pour annuler les lois les plus dures (interdit aux épées par exemple), vous risquez d’avoir beaucoup de difficultés. En plus les personnages que vous avez de montent pas forcément vite de niveau (je prends l’exemple d’un mage temps par exemple que gagne peu d’XP car il ne peut pas attaquer vraiment et se fait tuer assez rapidement au vu de sa faible défense). Malgré cette difficulté, vous n’aurez pas trop de mal (un petit peu quand même) à avancer dans l’intrigue principale. Surtout qu’au début du jeu, les divinités peuvent vous sauver la mise en éclatant presque tous les ennemis en un seul coup.

Scénario
12/20
Avec la mise en scène très sympathique, on est malheureusement déçu par cette intrigue vide, inintéressante, et sans rebondissements. On se laisse cependant prendre au jeu avec ces héros qui oublient tous leurs problèmes…A l’instar d’un certain Shining Force, l’ambiance fait le soft.
Graphismes
15/20
L’ambiance du jeu est très enfantine, ce qui rend le jeu assez captivant et coloré, contrairement à un Tactics ogre ou Final Fantasy Tactics. Les personnages sont assez mignons mais on lui préfèrera les personnages de sa suite directe. Les magies et les invocations sont en revanche très bien mises en valeur et de grande qualité. Un très bon jeu graphiquement pour de la GBA.
Jouabilité
16/20
Hormis les petits problèmes de caméra lors des combats et de la complexité de customisation des personnages pendant laquelle on prend des heures pour trouver la bonne arme ou la bonne technique, la système de Final Fantasy Tactics Advance est très bien pensé et donne un dimension stratégique à chaque combat. Mise à part la précision des coups même portés au dos des ennemis (70-80 % ça laisse quand même 20% d’échec possible), vous devrez prendre en compte beaucoup de critères pour remporter vos combats, et c’est tout ce que l’on attend d’un Tactical-RPG.
Bande son
15/20
L’ambiance guillerette des musiques colle parfaitement au jeu, mais elles sont terriblement répétitives, si bien qu’on en a marre au bout d’un moment. Quelques musiques se démarquent cependant . Jouyeuses et assez jolies, vous tomberez sous le charme de certaines tandis que d'autres finiront par vous énerver... Les effets sonores son bien réussis.
Durée de vie
18/20
300 missions, une trame principale s’étendant sur une trentaine d’heures. Le jeu vous prendra pendant de très nombreuses heures avec sa difficulté très bien dosée et jamais inaccessible. Dommage que les objectifs a atteindre soit si classique et la customisation des perso si laborieuse. Prenante tout de même.

| Conclusion |

Ce Final Fantasy se serait bien mieux démarqué avec une bande-son moins répétitive et un vrai scénario, mais cela ne change rien aux faits : Final Fantasy Tactics Advance est un bon jeu, voire très bon. A essayer, et il sera difficile d’être déçu. Et puis, qui refuserait un voyage à Ivalice ?
1620


Commentaires



Elfimate
Elfimate a écrit le 14 juillet 2010 :
Ce jeu a l'air super, j'ai de pouvoir m'y frotté :noel:
Toady
Toady a écrit le 14 juillet 2010 :
Super test comme d'hab, Fate ;) Mais je trouve que si tu utilises le code float (voir le tutoriel de DB), les images seraient plus belles à voir (comme je le fais dans mes tests)...

Et c'est super sympa de nous avoir mis la musique pendant la lecture =o
| Connexion | Inscription |