Accueil Dossiers Archives de La Série Metroid

Archives de La Série Metroid

Cette année, dans l'oubli presque total de son éditeur, la saga Metroid fête ses 30 ans. En effet, c'est en 1986 que le premier volet a vu le jour sur Famicom au Japon. Alors que beaucoup rejouent aujourd'hui encore à ce classique avec la nouvelle NES Mini, profitons-en pour faire des articles de fond sur des points importants de cette grande licence de Nintendo. Qu'est-ce qui rend Metroid si unique ? Quels sont ses héritages ? Autant de questions que nous allons répondre à travers ce premier volet des Archives sur Génération-Nintendo.

Un dossier de Spy, Ryfal et Odi, publié le 05/12/2016, catégorie Rétrospective | Vues: 1774 - Coms: 0


Les Héritiers de Metroid



Les héritiers de Metroid

Metroid a beau être une saga découpée entre opus 2D et opus 3D, depuis que Retro Studios a mis sa main sur la série, force est de constater que seuls les opus à vue horizontale ont pu créer un engouement assez important que des années plus tard, ses idées de level-design et d'atmosphère puissent inspirer des créateurs indépendants, voire même changer une série toute entière.

Metroidvania

C'est à l'occasion de la sortie de la PlayStaton 1 en 1994 que Konami eut l'idée de faire un volet de sa grande série de chasse aux vampires sur la console à succès de Sony. L'idée de base était de faire une suite au brillant Castlevania Rondo of Blood sur PC Engine, qui est l'apogée de ce qui se fait de mieux dans les Castlevania à la sauce classique.

C'est finalement une des jeunes têtes pensantes de la firme de l'époque, Koji Igarashi, qui choisira de changer de façon drastique la façon de concevoir les Castlevania, en s'inspirant des Action-RPG et des jeux de la saga Metroid. Une inspiration de la grande série de Nintendo qu'il ne cache pas, car il dit même en 2014, après avoir quitté Konami pour des problèmes de productions, qu'il aimerait énormément « travailler sur un Metroid en 2D chez Nintendo ».

En effet, dans Castlevania Symphony of the Night, sorti en 1997, il n'est plus question de s'aventurer dans des niveaux linéaires en passant du cimitère jusqu'au manoir de Dracula. Non, dans SotN on reste dans l'antre du seigneur des vampires du début à la fin de l'aventure.

Cela n'empêche pourtant pas à ce Castlevania d'avoir une variété de zones, il y a une richesse de décors qui commence des sous-sols aquatiques jusqu'au toit du manoir.

Au fil de notre aventure, et comme dans un Metroid, on débloque de nouvelles compétences pour accroître notre panel, en plus de pouvoir looter les armes sur des ennemis comme dans n'importe quel J-RPG.

 

Symphony of the Night est donc plus qu'un Metroid-like qui fonctionne brillamment, c'est aussi un jeu qui tente de nouvelles choses. Une vraie courbe de progression, un aspect de recherche qui n'est jamais frustrant ou peu récompensant et le côté rpg qui ajoute vraiment à la recette.

Une recette qui marchera tellement que cette façon de faire des Castlevania perdurera avec des opus sur PlayStation 2 avec un passage en 3D, Gameboy Advance et Nintendo DS.

Mais aujourd'hui, les « Metroidvania » sont disparus chez Konami, comme beaucoup d'autres idées et licences de la firme nippone. Mais cela n'empêchera Koji Igarashi de faire un kickstarter en 2015 pour pouvoir produire un nouveau jeu typé "Metroidvania". Evidemment, l'héroine du titre n'aura rien d'une Belmont de la série phare, mais l'ambiance est similaire. 

Profitons d'ailleurs de ce passage sur un jeu indépendant, pour nous interesser aux autres jeux indépendants, s'inspirants de la grande série de Nintendo

 

Metro-indie

 

Prenant de plus en plus de place à travers le marché indépendant, les jeux s'inspirant du game-design de Metroid se font très présents dans les catalogues de jeux en ligne. Une place si importante que Steam ne put passer à côté de l'adhésion d'un mot-clé « Metroidvania » pour sa blibliothèque de jeux. Décortiquons ensemble, les titres les plus essentiels de cette scène du jeu indé.

 

Ori and the Blind Forest

Ori & And the Blind Forest développé par Moon Studios sous la tutelle de Microsoft (donc indé, mais pas trop), est un jeu qui vous raconte l'histoire d'Ori, un petit être de lumière tombé des cieux devant redonner vie à une forêt tombant sous les ténèbres d'un grand oiseau.

La première chose qui fait son effet dans Ori, c'est bien la beauté de sa direction artistique qu'elle soit picturale ou musicale et rendant hommage aux films d'animations du Studio Ghibli (Mononoke, Nausicaa, Totoro). Le jeu vous propose une beauté et une variété d'environnement assez folle cumulée à une bande-son magistrale.

Esthétiquement Ori fait son travail avec brio et il en va de même pour son gameplay et son game-design. Vous allez découvrir de nouvelles zones au fil de votre progression où vous devrez récupérer des orbes pour continuer votre aventure, ces orbes vous permettront également de déverrouiller de nouvelles capacités qui vous permettront de continuer à progresser, mais aussi de diversifier la panoplie de mouvements d'Ori pour le rendre encore plus riche à jouer. A la fin du jeu vous aurez un pattern extrêmement varié qui sera à l'image de votre épopée, un sentiment de satisfaction très convaincant.

Ori & The Blind Forest combine toutes ces idées inspirées de Metroid avec des mécaniques de gameplay très novatrices et intéressantes qui permettent un level-design et un game-design soigné. Que vous soyez fan ou non de Metroid, il s'agit tout simplement d'un incontournable.

 

Axiom Verge

 

Développé par un seul et unique homme du nom de Thomas Happ, Axiom Verge est un jeu indépendant, tout de pixels vêtu, rendant un brillant hommage à la série Metroid, et plus particulièrement à l'opus Super Nintendo. Une référence qui s'observe directement par le style graphique du jeu, son gameplay, le pattern de certains ennemis ou encore sa bande-son. Le jeu vous propose d'incarner un personnage dénommé Trace, un scientifique se retrouvant enfermé dans un complexe labyrinthique de par sa structure. Acclamé par la critique, Axiom Verge est donc un jeu à faire pour tous les férus du genre, car même en étant à première vue un simple hommage, Axiom Verge parvient à maîtriser les codes qu'il exploite de façon intelligente pour en devenir un modèle.

 

Owlboy

Sorti durant le mois de novembre dernier, Owlboy reprend lui aussi l'idée d'un game-design à la Metroid, que ce soit pour la conception de ses niveaux, mais également pour son invitation et à la recherche et sa progression basée sur l'acquisition de nouveaux pouvoirs. Le studio norvégien D-Pad Studio marque positivement de par son pixel-art d'une grande richesse, certainement parmi les plus grandes réussites du genre à ce niveau. Contemplatif et jubilant, l'univers d'Owlboy ne laisse pas indifférent. Le jeu vous propose donc d'incarner un jeune garçon possédant des ailes de chouette pour explorer un monde céleste.

 

La Série Shantae

Malgré un premier volet sorti sur Gameboy Color en 2002 et édité par Capcom, Shantae a fini par rejoindre le rang de la scène indépendante, des années plus tard avec l'opus DSiWare (puis multisupport), Shantae Risky's Revenge, puis Shantae & The Pirate's Curse quelques années plus tard. Possédant un lien donc très fort avec les consoles de Nintendo, l'univers de Shantae est vraiment atypique avec ses inspirations orientales et colorées. Shantae possède une construction assez particulière, mélangeant Metroid et Zelda. En effet, durant ses aventures, la jeune génie, pourra visiter des villages et rencontrer des personnages en plus de pouvoir s'enfoncer dans des donjons où des objets seront à récupérer. Shantae, notamment avec son troisième opus, propose donc un mélange rafraîchissant de deux grandes séries de la firme au bonnet rouge.

 

Cave Story

Il serait criminel de parler de la scène indépendante sans évoquer sa partie japonaise, et de ce côté Cave Story fait fort, car il fait parti des plus vieux jeux indépendants inspirés de Metroid. Sorti en 2004 et développé par un seul homme, Daisuke Amaya, Cave Story est à l'image de ce jeu-vidéo indépendant japonais qui est une « tradition » qui date de bien avant son essor en occident, en témoigne des séries populaires de jeux indépendants comme la série des Touhou, ou de nombreux visual-novel. Les jeux amateurs et indépendants sont déjà légions depuis très longtemps au Japon.

Cave Story raconte donc l'histoire d'un jeune garçon nommé Quote qui se réveille dans un lieu souterrain, sans se rappeler du pourquoi et du comment il est arrivé en ce lieu. Ayant un scénario très poussé, Cave Story vous proposera en plus de personnages attachants, une exploration et des combats bien ancrés dans les codes d'un Metroid. L'exploration et la recherche sont au cœur de ce jeu qui parvient à coller le tout avec une histoire des plus convaincantes qui aura su marquer la plupart des joueurs du titre de Daisuke Amaya.

 

Il y en aurait bien d'autres à citer, mais la liste est encore très longue. Mais le but de ce papier, presque « catalogue », était de vous montrer l'influence considérable qu'a pu avoir une des séries de Nintendo les moins populaires sur le paysage vidéoludique, aussi dans le monde des jeux d'éditeurs que des indépendants.

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Google+



Commentaires

| Connexion | Inscription |